Charles – Développeur évangéliste : un métier au coeur des startups

Si vous arpentez les meetups développeurs de France et d’Europe ou si vous lisez avec attention ce blog, vous avez déjà certainement croisé Charles Collas, développeur évangéliste chez Mailjet. Aujourd’hui, nous échangeons avec cet ancien joueur de Starcraft 2 pour en savoir plus sur son métier et son statut particulier au sein de l’entreprise. Eh oui : Charles est encore étudiant.

Charles - Développeur évangéliste - un métier au coeur des startups

Tu as un profil assez particulier : tu travailles pour Mailjet, mais tu es également étudiant. Quel est ton parcours ?

 

Actuellement, en plus d’être développeur évangéliste pour Mailjet, je suis étudiant, en quatrième année – sur cinq – à l’EPITA, une école d’ingénierie informatique. Dans cette école, on travaille beaucoup sur des langages comme C, C++, Java… pas très orientés Web. Or, je voulais justement m’investir un peu plus dans le Web. J’ai donc commencé à développer des sites en freelance, de mon côté.
En lisant différents blogs et sites tech, j’ai découvert le métier de développeur évangéliste. Mais c’est surtout grâce à Shubham – étudiant dans la même école que moi – que j’ai pu m’intéresser d’avantage à ce métier. C’est aussi grâce à lui que j’ai pu connaître Mailjet !

A quoi ressemble une journée type chez Mailjet, pour toi ?

Une des particularités du métier de développeur évangéliste est qu’il n’y a pas à proprement parler de journée type. Tout dépend des missions du moment. En tant que développeur évangéliste, je dois animer la communauté de développeurs de Mailjet, puisque nous proposons une API REST ouverte à tous. Cela se traduit également par de la présence sur des événements (conférences, hackathons, meetups…) où je dois être disponible à tout moment pour échanger avec les visiteurs et répondre à leurs questions.
Mais ce métier implique également un important travail technique. Lors de ces journées, quand je suis au bureau, je commence par faire le tour de mes emails, réaliser ma veille grâce à Mention. Puis je consulte le Trello de l’équipe de développeurs évangélistes, et c’est parti ! Les sujets sont assez variés : cela va du développement et maintien de nos wrappers à la mise à jour de la documentation de notre API en passant par la rédaction d’articles de blog.

Quel est ton moment favori passé chez Mailjet ?

Évidemment, parmi les moments les plus marquants pour moi, il y a les événements de grande ampleur, notamment ceux ayant eu lieu à l’étranger (récemment, je me suis rendu en Italie, au Portugal et en Suède). Avant de rejoindre Mailjet, je n’avais pas trop l’habitude de prendre l’avion pour un séjour de deux jours.
Le Salon E-Commerce m’a également laissé un très bon souvenir. Comme c’est un des plus importants événements de ce type en France, une grande partie de l’équipe Mailjet a été mobilisée sur place : développeurs, mais aussi commerciaux et équipe marketing. Un véritable travail en synergie au service des utilisateurs !
Enfin, j’apprécie toujours autant les sorties entre Mailjeters après une journée de travail.

As-tu un langage de programmation préféré ?

Je code principalement en PHP. C’est le langage que je connais le mieux, celui que j’utilisais pour faire du développement Web côté serveur quand j’étais en freelance. C’est donc tout naturellement que j’ai décidé de m’occuper du wrapper PHP de Mailjet. Malgré tout ce qui a pu être dit sur ce langage, il tient toujours le coup et permet de faire énormément de choses. Facebook est principalement écrit en PHP par exemple, et c’est un langage auxquels ils attachent du temps et de l’importance.
Plus récemment, je me suis mis au NodeJS, Javascript côté serveur, sur des side-projects pour l’instant. À terme, j’envisage de gérer le wrapper NodeJS Mailjet (actuellement uniquement disponible pour la version 1 de notre API).

Pourquoi es-tu devenu développeur évangéliste plutôt que développeur ?

Développeur évangéliste est le métier parfait pour un jeune développeur qui souhaite s’ouvrir à d’autres perspectives que le développement. Après cinq ans à étudier le développement, on n’a pas spécialement envie de laisser tomber ces compétences. On travaille notre côté technique, mais aussi notre communication, notre capacité à aller à la rencontre de nouvelles personnes et à échanger avec. C’est un métier très riche !
De plus, ce métier est très souvent associé aux startups (Twilio, GitHub, etc), en pleine expansion en France depuis quelques années maintenant. On a la sensation de faire partie d’un écosystème en constant renouvellement. Aussi, on essaye de toujours garder un temps d’avance sur les dernières innovations.
Vous pouvez suivre l’actualité de Charles ainsi que les événements qu’il couvre sur Twitter. Les différents projets sur lesquels il travaille sont publiés sur GitHub. Et pour suivre l’ensemble de l’équipe de développeurs évangélistes de Mailjet, suivez cette liste Twitter !

Laissez s’exprimer la « beauté intérieure » de vos emails

A deux semaines de Noël, la saison des fêtes de fin d’année a officiellement commencé. Vous avez probablement déjà reçu quelques emails promotionnels : des guides-cadeaux, des idées de style pour vos vacances d’hiver, des recettes pour vos repas familiaux… Pour les email marketeurs, la pression va s’intensifier. Ils se focaliseront encore plus sur l’objet de leurs messages. Il y a tellement à faire : s’intéresser à ce que font vos concurrents, ou encore s’inspirer des objets de messages qui ont déjà engendré des taux d’ouverture plus élevés. Mais vient un moment où il faut dépasser le simple objet du message et se concentrer sur le contenu des emails. Laissez la beauté intérieure de votre email – votre contenu – s’exprimer. Voici trois raisons pour lesquelles vous devez le faire :

Jouez sur le long terme

Même s’il est vrai que le titre de votre message est la première chose que voit votre client, et que c’est ce qui le pousse à l’ouvrir, c’est le contenu de l’email qui lui laissera une impression durable. Concentrez-vous de manière cohérente sur la présentation et sur un contenu intéressant et pertinent à proposer à vos abonnés. Vous vous construirez une bonne réputation et gagnerez leur confiance. Par la suite, vos lecteurs seront plus enclins à ouvrir vos emails, quel que soit leur objet. Avoir le bon titre accrocheur pour vos emails sera tout la « cerise sur le gâteau ». Ils seront impatients de les ouvrir pour voir ce qu’il y a à l’intérieur.

Adaptez-vous à tous les écrans

Peu importe votre titre (sauf s’il fait deux ou trois mots), vos lignes d’objet seront probablement coupées en prévisualisation sur les différents navigateurs ou écrans (smartphones, tablettes, etc.). Concentrez-vous sur le corps du message, où vous avez plus d’espace pour vous exprimer. Le contenu de l’email est alors sans aucun doute plus sensible que la ligne d’objet.

Pour tirer le meilleur parti de la réactivité de votre « contenu interne », utilisez un texte alternatif et soyez attentifs à l’affichage. Le texte alternatif est une sorte de filet de sécurité HTML pour les images de vos e-mails : si par hasard un navigateur ou client de messagerie ne peut pas afficher une image, le texte alternatif le remplacera par une courte légende.

Le pli désigne la partie de l’écran à partir de laquelle l’utilisateur devra scroller pour lire la suite du message. Étant donné que la zone au-dessus du pli de l’email dispose de beaucoup plus d’espace qu’une ligne d’objet, vous devez vous assurer que ce contenu soit assez attrayant pour que les utilisateurs aient envie de continuer à scroller.

Le véritable nerf de la guerre

En fin de compte, votre objectif est que vos emails mènent vos lecteurs sur votre site ou les fassent interagir avec votre produit d’une façon ou d’une autre. Le contenu d’un email attrayant est plus incitatif. Il mènera directement vos clients vers une autre plate-forme où vous pourrez continuer à interagir avec eux. C’est ça le véritable nerf de la guerre.

Comme Emily Grant de chez Plated l’a évoqué récemment lors de l’évènement Hacking The Inbox, les marketeurs doivent suivre avec attention le taux de clics après ouverture de leurs emails (CTOR) en plus du taux d’ouverture simple, la statistique la plus souvent consultée (et qui sert généralement d’étalon pour évaluer la performance de la campagne). Le CTOR permet de mesurer le nombre d’abonnés qui ont ouvert l’email et le nombre de personnes qui ont cliqué par la suite. Bien qu’il varie en fonction du type d’entreprise et/ou de campagne, en règle générale un taux de 20 à 30 % est un bon CTOR pour les campagnes de promotion et un taux de 30 à 40 % ou plus pour les campagnes ciblées.

À présent, vous pouvez retourner travailler sur vos campagnes. Nous espérons que vous vous souviendrez qu’il faut arrêter de « juger un email à sa couverture ». C’est le contenu intérieur qui compte.

Fonctionnalités Mailjet : Comparateur de campagnes

Exploitez au maximum les données récupérées lors de vos précédents envois. Grâce à notre comparateur de campagnes, étudiez et comparez les performances de vos emails passés. Observez les différences et tirez en les conclusions nécessaires pour des campagnes futures toujours plus efficaces.

Fonctionnalités Mailjet : A/B Testing

Après les tests A/B classiques qui permettent de comparer deux versions différentes d’une même campagne afin de déterminer la plus performante, Mailjet va plus loin en proposant sa fonctionnalité d’A/B Testing qui permet de tester jusqu’à 10 versions différentes d’un même message, pour une optimisation toujours plus poussée !

Contenu animé : vos emails prennent vie pendant les fêtes

De la même façon que le père Noël cherche toujours de nouvelles façons pour livrer ses cadeaux (parce que, soyons honnêtes, qui continue à entretenir une cheminée fonctionnelle lorsqu’une chose comme le chauffage central existe ?), les responsables emailing cherchent constamment de nouvelles façons d’améliorer leurs campagnes. L’email évolue sans cesse, et pour rester dans la course et être à la pointe des nouvelles tendances, vous devez tester différentes stratégies. Durant cette période de fêtes, une fois que vous aurez épuisé les procédés habituels de ces dernières années (images statiques, personnalisation, différentes couleurs et affichages…), pourquoi ne pas essayer quelque chose de nouveau ? Pourquoi ne pas donner vie à vos emails durant la période des fêtes, avec des GIF et des vidéos ?

Jusqu’à récemment, les médias animés étaient mal vus

Pourquoi les responsables emailing n’ont pas utilisé quelque chose d’aussi évident que les GIF ou des vidéos intégrées plus tôt ? Après tout, les GIF animés sont tendance depuis la seconde moitié des années 2000, grâce à Tumblr et aux plateformes comme Buzzfeed. Deux raisons principales à cela :

 

Tout d’abord, ce type « différent » de contenu a longtemps été considéré comme sensible voire suspect par la plupart des FAI et clients webmail. L’idée ici est similaire au cas des emails uniquement composés d’images : les filtres anti-spam des FAI et des webmails ne peuvent « lire » que les contenus texte. Cela signifie qu’ils ne peuvent pas détecter un contenu potentiellement frauduleux inséré dans une vidéo ou un GIF. Cependant, il existe maintenant quelques astuces que vous pouvez mettre en place pour vous mettre en avant de façon positive et ne pas ressembler à un mauvais expéditeur d’emails, ou pire, un spammeur.

 

La deuxième raison résidait dans les limitations techniques. Jusqu’à récemment, il était difficile de proposer des vidéos intégrées acceptables. Dans certains cas, elles ne s’affichaient même pas. Aujourd’hui, grâce au HTML5, ce n’est plus un problème. Ce code est lu de façon transparente par les clients mail. Non seulement ils comprendront que vous et votre message êtes légitimes, mais ils adapteront également la vidéo au meilleur format d’affichage. Ajoutez à cela que de plus en plus de clients mail reconnus permettent l’affichage de contenus animés.

Pourquoi nous vous recommandons de les utiliser dès maintenant

Les chiffres montrent que les emails avec vidéos obtiennent un RSI 280 % plus élevé que celui des emails traditionnels. Les emails visuellement stimulants, animés (GIF) tendent à générer 25 % plus de clics que leurs équivalents inanimés. Cependant, malgré ces statistiques alléchantes, les communicants n’utilisent pas tellement de contenus animés dans leurs emails (près des ¾ d’entre eux ne font pas appel aux vidéos intégrées, et à peu près la moitié seulement commencent à envisager les GIF animés).

 

Voici trois astuces à garder à l’esprit si vous voulez commencer à réaliser des emails HTML animés dès aujourd’hui.

 

  • Passez au HTML5
Le HTML5 change vraiment la donne lorsqu’il s’agit de vidéos dans les emails. Comme mentionné avant, avec le HTML5, les clients email seront en mesure de vous inclure dans leur « liste blanche » des expéditeurs d’emails (dans la mesure où vous suivez toutes les pratiques recommandées). Vos vidéos s’adapteront à la plupart des navigateurs et formats d’écran. Mais cela vous permet aussi d’afficher une image statique dans le cas où un navigateur donné ne peut afficher votre vidéo ou GIF (un peu comme l’ALT TEXT d’une vidéo). Voici quelques outils en ligne que vous pouvez utiliser pour convertir vos vidéos en HTML : Video Online Converter, Easy HTML5 Video,Freemake Video Converter… De nombreux autres existent. Choisissez celui qui correspond le mieux à vos besoins.

 

  • Ne soyez pas trop invasif
C’est une évidence, mais vous ne voulez pas vous mettre vos contacts à dos. Allez-y donc doucement avec les GIF : n’en abusez surtout pas ! Si votre mail entier bouge dans tous les sens, le destinataire aura du mal à en comprendre l’objet, et encore plus à lire le contenu ! Nous vous recommandons plutôt d’utiliser une ou deux images appropriées. Et, par pitié, si vous intégrez une vidéo, laissez l’option de lecture automatique désactivée ! Laissez à vos utilisateurs le soin de choisir comment et quand ils liront le contenu.
  • Une dernière astuce pour la route
Nous avons établi que les vidéos et GIF animés dans les emails sont cools. Mais ils sont encore plus cools lorsqu’ils vous permettent d’obtenir un meilleur RSI ou un meilleur taux de clics. Donc, assurez-vous que vos vidéos et GIF ont un call-to-action clair et cliquable, menant à un site web où les lecteurs peuvent en savoir plus sur votre produit.
Maintenant que vous avez trois clés pour dominer l’arène des emails animés, donnez vie à vos emails pendant la période des fêtes !

Design responsif : faites rentrer vos emails dans toutes les cheminées

Il est inutile de vous rappeler combien il est important d’avoir un design adapté à tous les appareils – les chiffres parlent d’eux-mêmes. Aujourd’hui, 65 % des emails sont d’abord ouverts sur un appareil mobile. Et avec 75 % des lecteurs susceptibles de supprimer les emails qui ne sont pas optimisés pour l’écran de leurs supports mobiles, vous comprendrez l’importance qu’il y a à ce que votre message atteigne correctement votre lectorat. En un mot : adaptez-vous aux différents environnements.

Voici quelques astuces sur la conception d’emails adaptatifs (ou responsif) afin d’optimiser vos emails sur tout type de plateforme :

 

Restez simple

Quand vous commencez à mettre en page votre email, gardez un mot à l’esprit : simplicité. Votre design global doit être simple : c’est la première étape vers la création d’un email qui fonctionnera avec un maximum d’appareils et de résolutions d’écran différents. Simple signifie que vous devez retirer de votre mise en page tous les éléments inutiles. Réfléchissez à ce qui constitue les aspects essentiels de votre mise en page, et tenez-vous-y. Retirez tout ce qui peut être redondant ou inapproprié pour le message central de votre email.

Cela s’applique également à l’utilisation des images. Assurez-vous que votre email n’est pas encombré d’illustration ou de photos : restez clair. Il en va de même pour le texte : votre message doit être précis. Utilisez des paragraphes courts pour que les lecteurs puissent analyser facilement et rapidement votre email. N’hésitez pas à tester quelle est la bonne quantité de texte pour votre lectorat, et à partir de quelle longueur leur engagement commence à décliner.

Exemples :

square

Voici un exemple d’email designé par Square. Les images et blocs de texte qui le composent vont droit au but. Le message en lui-même fonctionne bien sur un appareil mobile, comme on peut le voir.

amazon

Cet email d’Amazon utilise quelques éléments différents – des textes de différentes tailles, des liens, des boutons, des images – mais n’est absolument pas optimisé pour un petit écran.
 

 

Adoptez une mise en page avec une seule colonne

Puisque la plupart des appareils mobiles actuels ont une conception en écran vertical et sont principalement tenus de verticalement, il n’y a pas tellement de place pour les emails au design large. Les emails conçus sur plusieurs colonnes peuvent ainsi poser un problème d’affichage sur les écrans plus petits. Pour prendre en charge ces designs plus larges, les clients d’emails mobiles rétrécissent généralement l’intégralité de l’email, ce qui en rend la lecture difficile pour les utilisateurs.

Pour remédier à cela, concevez vos emails avec une colonne unique. En faisant ainsi, vous serez sûr que les navigateurs et clients emails mobiles pourront afficher le contenu de vos emails correctement, avec les bonnes proportions. Un email en colonne simple est similaire aux applications mobiles natives : l’utilisateur fait défiler le message vers le haut ou vers le bas, rendant son expérience plus simple et plus intuitive.

Exemples :

ryanair

Cet exemple de Ryanair montre à quoi ressemble un email à multiples colonnes sur un écran plus petit. Le client email redimensionne automatiquement les images et le texte pour s’adapter à l’écran, mais cela rend l’email difficile à lire.

producthunt

 
Cette newsletter de Product Hunt utilise une colonne unique. L’email est facile à lire, même sur les supports mobiles.

 

Rendez votre call-to-action clair et facile à déclencher

Un élément crucial lors de la création d’un email est le call-to-action (CTA), qui est ajouté pour encourager les lecteurs à cliquer sur un bouton ou une image. Quand vous concevez des CTA pour un design responsif, il est important de prendre en compte les différents écrans et plateformes sur lesquels votre email pourra être affiché pour assurer qu’il fonctionne dans la plupart des cas.

Lors de la création de votre design, assurez-vous que vos CTA sont grands et se distinguent du reste du message grâce à une couleur suffisamment contrastante avec votre arrière-plan. Ils seront alors plus facilement repérables dans votre email. Pour faire en sorte que votre CTA fonctionne sur les appareils mobiles aussi bien que sur les ordinateurs, assurez-vous qu’il soit suffisamment large, que vos lecteurs puissent facilement taper/cliquer dessus lors d’une lecture mobile.

Exemples :

airbnb

 

duolingo

Voici deux excellents exemples de Airbnb et Duolingo qui utilisent des CTA qui attirent l’œil, suffisamment grands pour les utilisateurs mobiles sur petit écran.

 

Bonus tip:

Don’t forget to test

Une fois que vous avez composé votre design, il est essentiel que vous essayiez plusieurs scénarios. Observez la mise en page sur différentes tailles et résolutions d’écrans, afin de voir s’il s’adapte bien. Cela vous donnera la possibilité de réaliser les changements nécessaires avant que la disposition soit implémentée.