Qui sont les Avengers de l’emailing ?

Le film Avengers : l’ère d’Ultron est sorti en salles la semaine dernière. Il nous a paru nécessaire de faire un article à ce sujet. On vous entend d’ici: « Mais quel rapport avec l’emailing ? ». Quoi ? Ca ne vous saute pas aux yeux ? C’est pourtant évident : chaque email marketeur est un Avengers à sa façon. L’emailing n’est pas donné a tout le monde, et vous devez bien avoir quelques supers pouvoirs pour vous en sortir dans le Monde Libre, heu… le monde actuel.

Alors, quel Avenger êtes-vous vraiment?

avengers_assemble
 

Captain America – Le vieux stratège

Vous avez parfois l’impression d’avoir passé des années dans le coma et de vous être réveillé dans un monde plein de nouvelles technologies, où le papier n’est plus au centre des préoccupation mais les ordinateurs. Bref, vous êtes perdu. Heureusement, vous n’avez pas dit votre dernier mot et avez plusieurs tours dans votre sac comme votre bouclier en Vibranium avec lequel vous repoussez les spams et maintenez un taux de spam inférieur à 0,1%. Et vos capacités d’organisation et de fédération vous ont aidé à mettre en place une stratégie multicanal infaillible.

 

Iron man – Le génie technologique

Vous maîtrisez ce que vous faites et ne manquez pas d’idées pour vous améliorer constamment. Vous codez directement vos emails et les dernières techniques de pointes comme les Tests A/X n’ont aucun secret pour vous.
Pas la peine non plus de rester des heures devant vos statistiques pour vous vanter auprès de vos collègues de vos taux d’ouvertures !

ironman
 

Hulk – Le bourrin réfléchi

Vos capacités de réflexions vous permettent de prendre du recul sur les situations et d’analyser les tenants et aboutissants de toutes les situations. Vous avez donc compris l’intérêt de respecter les bonnes pratiques de l’emailing pour cachez votre jeu au quotidien. En effet, votre petite startup se transforme parfois en gros expéditeur d’email, mais vos 500 000 mails arrivent toujours à destination car votre force, c’est votre savoir.

 

Black widow – L’espionne séductrice

Vous avez compris que l’image que vous renvoyez peut jouer en votre faveur et utilisez votre panoplie d’espion à bon escient. Vous prenez le temps de segmenter vos listes de contacts et de personnaliser vos emails. Vos clients n’ont plus aucun secret pour vous et vous savez les surprendre, puisque vous prenez en compte leurs comportements d’achats et connaissez leurs besoins.

 

Hawkeye – L’archer fidèle

Votre fidélité est votre plus grande qualité alors vous aimez qu’on vous le rende bien. Vous tirez dans le mille à chaque fois en adaptant vos flèches selon les occasions. Vous avez compris qu’optimisez vos emails transactionnels était le meilleur moyen pour fidéliser vos clients sur le long-terme.

hawkeye
 

Thor Ondinson – Le dieu nordique

Vous avez plus de 1000 ans, avez un look de surfer et pouvez invoquer la foudre grâce à votre marteau (oui oui). Wow ! Grâce à vos pouvoirs, vous pouvez envoyer vos emails à travers les dimensions et les mondes d’Yggdrasil. Vous avez VRAIMENT un train d’avance.

Quel emaileur êtes-vous ?

Dans ce blog, nous vous donnons régulièrement des conseils, astuces et bonnes pratiques facilement actionnables pour améliorer votre stratégie emailing et votre délivrabilité. Aussi, les appliquez-vous vous-même ? Quel expéditeur d’email êtes-vous vraiment ? Répondez à notre quizz et découvrez le résultat !

 

N’hésitez pas à partager le test sur vos réseaux !

 

Design : on ouvre d’abord les emails avec les yeux !

Lundi soir, une injustice a eu lieu. Lors de l’édition 2015 du Choc des Champions de Top Chef, Pierre Augé l’a emporté, alors que le public avait très largement voté pour Xavier Koenig, vainqueur de l’édition 2015 de Top Chef. Argument du jury : le goût l’a emporté, là où les spectateurs n’avaient que leurs yeux pour juger. Quel rapport entre un concours de cuisine télévisé et l’emailing ? Plus que vous ne pourriez le croire ! Car si c’est bien dommage pour Xavier, le verdict nous prouve une chose : nous réagissons d’abord à la vue. Ainsi, aussi intéressant soit votre contenu, vos lecteurs s’attarderont sur (et donc liront) votre email avant tout parce qu’il aura attiré leur regard.

On ne va pas réinventer la roue. Beaucoup de choses ont été dites sur le design d’email (y compris sur notre blog). Aussi, aujourd’hui, plutôt que d’actions concrètes, nous allons reprendre quelques unes des grandes idées sur le design énoncées par Deiter Rams, et comment les appliquer à l’emailing.

 

Un bon design est innovant

On pourrait penser qu’étant donné son âge, on ne peut plus espérer d’innovation dans la conception d’email. C’est faux ! L’évolution des supports et des possibilités techniques permettent aux email marketeurs de nouvelles possibilités. Contenus animés, campagnes géolocalisées, message dynamique (changeant en fonction de l’heure ou dujour d’ouverture) sont désormais à portée de clic. Surtout, ces nouvelles techniques attireront davantage l’attention sur vos contenus : 72% des emails marketeurs ayant intégré des GIFs animés dans leurs emails ont vu leurs taux de clics décoller.

Ubisoft a fait le choix du GIF  animé en bannière de sa dernière newsletter pour montrer la diversité de son catalogue.

Une bannière animée créée par Ubisoft
 

Un bon design est esthétique

Cela va de soi, mais ça va mieux en le répétant : si, à l’ouverture de votre email, votre contact voit un monolithe de texte noir sur fond blanc en Times New Roman taille 10, il y a de fortes chances qu’il ne s’éternise pas à le lire, même s’il s’agit du contenu le plus intéressant au monde. Plus de la moitié des lecteurs d’emails restent moins de 10 secondes sur un message. Vous devez profiter de cette fenêtre pour attirer leur attention et les pousser à prolonger la lecture ! C’est pourquoi un design clair, aéré et cohérent est impératif. On ouvre d’abord les emails avec les yeux ! Suivez nos recommandations générales pour une esthétique optimisée !

 

Un bon design est durable

Si les innovations techniques permettent aux emails d’être plus souples et variés, il ne faut pas oublier que votre modèle d’email vous représente. Faites attention avant de céder aux phénomènes de mode. C’est pourquoi un minimum d’uniformité dans le design de vos newsletters est de rigueur. Déterminez l’usage de chaque section : l’information principale sera généralement placée en avant en début de message, sur une seule colonne, et pourra être mise en valeur par une grande image, par exemple. Donnez des points de repères clairs à vos lecteurs. D’un email à l’autre, ils s’y retrouveront.

La newsletter quotidienne de Time To Sign Off suit toujours la même construction : un récapitulatif des informations de la journée, les événements à venir le lendemain, et le célèbre bloc “Pas envie d’aller au lit”.

La newsletter de Time To Sign Off présente toujours les mêmes caractéristiques.
 

Un bon design est précis, jusque dans les moindres détails

Vous avez agencé vos contenus correctement. Vous avez choisi les bonnes images, les ons volumes de texte, les bons appels à action. C’est le moment de peaufiner votre email. Avez-vous pensez à ajouter un texte alternatif à vos images ? Les couleurs choisies sont-elles cohérentes avec votre charte graphique ? Vos liens sont-ils clairs ? En portant une attention particulière à tous ces éléments, vous prouvez au lecteur que vous respectez son expérience de lecture.

 

Un bon design doit impliquer le minimum de design possible

Cela peut sembler paradoxal, mais la meilleure façon de mettre en avant votre contenu, c’est finalement d’en épurer l’enrobage. Un bon design d’email ne doit pas être surchargé. Pas la peine donc d’aller vers un modèle de newsletter ultra-sophistiqué. Encore une fois, c’est la lisibilité qui prime. Plus le message sera visible, mieux il sera lu et compris.

Le Trabendo a opté pour une newsletter colorée mais sobre, reprenant le logo de la salle de spectacle. L’information principale est mise en avant par une image occupant toute la largeur de la colonne. Les textes sont courts et incitatifs. Les liens sont clairs. Le lecteur comprend tout en un clin d’oeil.

Toute en sobriété, la newsletter du Trabendo répond aux canons de la newsletter propre et lisible
Êtes-vous d’accord avec ces pratiques ? Les appliquez-vous vous-mêmes ? Faites-le nous savoir en commentaire !

La valeur cachée des emails transactionnels

Une étude récente réalisée auprès de 300 experts internationaux en marketing nous a appris que les sociétés allemandes tirent un peu plus profit des emails transactionnels que les entreprises françaises ou américaines. Pour l’anecdote, l’Allemagne bénéficie également de taux d’ouvertures et de clics supérieurs à ceux qu’ont pu observer leurs homologues des deux autres pays. En réalité, les emails transactionnels génèrent plus de recettes que les campagnes marketing.

Cependant, les emails transactionnels restent les outils d’email marketing les plus sous-estimés. Les modèles et designs de ces messages sont souvent conçus une fois pour toute, puis oubliés par l’équipe marketing qui ne s’en soucie plus guère. Ces emails sont alors programmés dans le système pour être envoyés automatiquement.

En général, quand on parle d’emails transactionnels, on pense confirmation de commande, réinitialisation de mot de passe ou encore factures. Mais aujourd’hui, ils sont bien plus que ça.

Voici comment créer et utiliser vos emails transactionnels pour un retour sur investissement plus important.

 

Rendez service aux clients qui vous sont déjà loyaux

Profitez des reçus ou des factures pour informer vos clients et pour encourager leur prochain achat ou leur prochaine action. Chaque interaction est une opportunité pour peaufiner et enrichir chaque profil client. Au fil du temps, vous pourrez leur transmettre des recommandations pertinentes selon leurs comportements d’achat passés. Vous pouvez également leur suggérer des services ou produits cohérents avec la commande qu’ils viennent d’effectuer.

Avec cet email, par exemple, Voyages SNCF se pose d’avantage comme une agence de voyage à part entière que comme un simple opérateur de vente de tickets de train. En plus de la confirmation du billet électronique, on propose à l’usager des services de location de voiture une fois arrivé à destination, la réservation de chambres d’hôtel… De quoi générer plus d’engagement vis-à-vis du service.

voyages sncf
 

Facilitez l’engagement du client

Utilisez les emails de transaction pour simplifier l’expérience de l’utilisateur en supprimant des étapes. De la traditionnelle campagne d’abandon de panier à la campagne de drip marketing, qui permet aux utilisateurs d’approfondir leur connaissance du produit ou du service (et ainsi de générer plus d’engagement). Si 55 % des visiteurs passent moins de 15 secondes sur un site, imaginez combien il est difficile de capter l’attention d’un utilisateur sur le long terme.

Par exemple, après une absence d’interaction avec la plateforme de longue durée, tumblr vous envoie un récapitulatif de posts que vous avez pu manquer. Un bon moyen pour encourager le lecteur à revenir utiliser le service.

tumblr
 

Captez leur attention avant que leur intérêt ne disparaisse

En captant l’attention de votre lectorat, vous pourrez également augmenter votre retour sur investissement général. Grâce aux emails transactionnels, vous pouvez ajouter plus facilement des boucles de rétroaction en demandant à vos lecteurs de faire part de leur expérience utilisateur. Les meilleurs moments pour commencer à recueillir du feedback sont juste après un essai gratuit, une demande auprès du service client ou un achat.

Ainsi, le service de livraison Take Eat Easy permet à ses utilisateurs de noter la qualité de la commande qu’ils ont passé quelques heures auparavant.

take eat easy
 

Cherchez toujours à vous améliorer

Enfin, comme pour les campagnes marketing, pensez à analyser vos ICP afin d’en savoir plus sur le type de contenu auquel vos clients réagissent le plus. Même si l’expérience est légèrement différente pour vos emails transactionnels (les emails transactionnels ne s’affichent pas dans notre tableau de bord), vous (ou votre équipe technique) pourrez retrouver ces statistiques tout aussi facilement grâce à notre Event API.

Boostez votre emailing sur Drupal avec Mailjet

Pas une semaine sans une nouvelle annonce chez Mailjet ! Aujourd’hui, nous sommes particulièrement fiers de vous annoncer le lancement de notre nouveau module Drupal*.

Mailjet et Drupal ont en commun la volonté de faciliter l’expérience utilisateur. Dans ce sens, les propriétaires de sites construits avec Drupal ont désormais la possibilité d’envoyer, délivrer et suivre leurs emails marketing comme transactionnels directement depuis l’interface Drupal. Ils bénéficieront de nos puissants serveurs SMTP et donc d’une meilleure délivrabilité. En outre, ils pourront utiliser nos fonctionnalités, telles que la personnalisation des messages, la segmentation des listes de contacts ou encore notre éditeur de newsletters WYSIWYG. Un tableau de bord intégré vous permet également de suivre en temps réel vos statistiques d’envoi. Vous pouvez ainsi analyser toutes les données essentielles qui vous permettrons de faire croître votre entreprise : taux d’ouvertures et de clics, temps moyen d’ouverture, localisation, désinscriptions…

Et nous avons une suprise supplémentaire pour les utilisateurs de Drupal Commerce ! En plus de toutes les fonctionnalités annoncées plus haut, vous pourrez suivre les ventes et le chiffre d’affaires générés pour chacune de vos campagnes marketing. Et pour couronner le tout, vous pourrez programmer des emails automatiques : relance de panier abandonné, promotions anniversaire… en quelques clics !

L'interface Drupal / Mailjet

Pour intégrer Mailjet à votre site Drupal, rendez vous sur cette page. Vous pouvez également passer par Commerce Kickstart 2 pour installer Mailjet nativement.

Ce module a été approuvé par Mailjet et est maintenu par Commerce Guys, société experte en Drupal et leader sur la solution Drupal Commerce.

Comme toujours, nous aimerions entendre votre avis sur ce nouveau plugin. N’hésitez pas à nous faire part de vos retours ou simplement nous laisser un mot à plugins@mailjet.com. Bon emailing !
*Cette version du module Mailjet pour Drupal n’est compatible qu’avec les comptes Mailjet V3. Si vous avez créé votre compte Mailjet avant avril 2014, merci de demander la migration de votre compte vers la nouvelle plateforme à notre équipe support.

Les bases de l’email marketing : la conception

Au fil de notre blog, nous vous avons essentiellement donné des conseils pour améliorer votre délivrabilité, et pour interpréter (et réagir à) vos statistiques d’envoi. Cependant, le coeur de votre stratégie emailing reste l’email lui-même. Mes contenus correspondent-ils à ma cible ? Quid du design… Aussi, nous vous présentons 5 éléments clés à prendre en compte lors de la conception d’un email :

 

Le contenu est roi : faites-le passer avant toute autre chose

La première chose à prendre en compte lorsque l’on élabore un modèle de newsletter, c’est le contenu. Correspond-il à votre public ? Va-t-il générer assez d’engagement ? Est-il en accord avec votre identité de marque ? Votre contenu doit être clair et concis : l’attention de vos lecteurs pour votre message est de courte durée !

Comment faire : placez des images dans la première partie de votre email pour capter l’attention de vos lecteurs, puis un texte court et un appel à l’action.

La newsletter quotidienne Curaterz : un modèle de sobriété et d'efficacité.

 La newsletter des Curaterz est un modèle de clarté et de concision : un visuel en en-tête, un bloc de texte sur une colonne, un appel à l’action en bas de message.

 

La première impression compte : réfléchissez bien à l’objet et au nom d’expéditeur

Nous avons déjà mentionné à quel point la première impression importe. Apportez une attention particulière à l’objet de votre email. 35% des destinataires ouvrent uniquement leurs emails en fonction de l’objet du message. Commencez par bien choisir votre nom d’expéditeur. Vous n’êtes pas forcément obligé d’utiliser le nom de votre entreprise ou du département auquel vous appartenez. L’important est d’être clairement identifié. Si votre email est un coffre et que son contenu est le trésor, la ligne d’objet et le nom d’expéditeur sont la clé pour ouvrir ce coffre.

Comment faire : apprenez à connaître votre public, personnalisez et testez pour trouver le meilleur objet pour vos utilisateurs.

 

Restez simple : n’en faites pas trop

Donnez à votre newsletter une structure bien définie. Vous pouvez choisir d’utiliser un bloc d’une colonne en tête et un autre constitué de 2 colonnes plus petites en-dessous. N’essayez pas d’entasser trop d’informations : cela risque de rebuter vos lecteurs. Gardez autant d’espace vide que possible et faites en sorte que vos newsletters soient simples et claires. Surtout, d’un email à l’autre, conservez un format similaire : les utilisateurs veulent retrouver le même design et les mêmes sensations au fil du temps. Cela permettra également de construire votre identité de marque.

Comment faire : pour que vos emails s’affichent correctement sur différents appareils, pensez à la taille d’affichage des différents supports. La largeur idéale est comprise entre 500 et 680 pixels. Cette infographie d’Email Monks vous présentera dans les grandes lignes les bonnes pratiques à suivre en matière de conception d’email.

 

Pensez aux couleurs : les hommes et les femmes y réagissent différemment

Comme nous l’avons découvert dans un article précédent, hommes et femmes réagissent différemment aux couleurs. Les nuances que vous choisissez pour vos images, votre arrière-plan, votre texte et vos appels à l’action doivent être mûrement réfléchies. Pensez d’abord à l’identité de votre marque, puis concentrez-vous à votre public. Utilisez des couleurs spécifiques selon le public spécifique que vous visez. Vous obtiendrez ainsi de meilleurs résultats et un meilleur retour sur investissement.

Comment faire : Plus vous en savez sur vos clients, plus vous pourrez personnaliser vos emails. Rassemblez des informations sur vos clients existants grâce à des sondages, des tirages au sort ou à des concours. Vous verrez que la plupart des utilisateurs n’auront aucun problème à vous consacrer deux minutes pour parler d’eux-mêmes s’ils ont la possibilité de gagner quelque chose.

 

Ne soyez pas trop insistant : modérez vos appels à l’action

Si vous voulez que vos utilisateurs s’engagent à travers vos emails, ne soyez pas trop insistant quand il s’agit de vos boutons d’appels à l’action. Voyez vos appels à l’action comme des vendeurs dans une boutique. Allez-vous faire confiance à un vendeur trop insistant, qui veut vous faire essayer une paire de chaussures ou acheter une chemise à tout prix ? Ou vous tournerez-vous plutôt vers celui qui répond à vos questions et, subtilement, vous poussera à l’achat ? C’est la même chose pour vos boutons.

Commencez par un premier appel à l’action et placez-le juste après le contenu principal de votre email. Vous pouvez également l’intégrer directement dans votre texte en tant que lien. Si vous devez ajouter plus d’un bouton d’appel à l’action, prenez garde à la placer à une distance raisonnable du premier bouton : dans votre dernier bloc, ou dans un bloc à plusieurs colonnes.

Comment faire : pensez au placement de votre appel à l’action. D’après certaines études, les appels à l’action placés en bas des emails augmentent considérablement le taux de clics, par rapport à un placement à droite ou à gauche de l’email. Assurez-vous également que le texte soit pertinent. On trouve par exemple des emails envoyés à un certain public qui préfèrent « Commandez maintenant » à « Achetez maintenant ». Faites des recherches, des tests, et comparez vos campagnes pour améliorer l’efficacité de vos appels à l’action.

En faisant un usage discret des appels à l'action, en utilisant la personnalisation, et surtout grâce à des contenus clairs et aérés, la newsletter Artips répond à tous les impératifs énoncés ci-dessus.
En utilisant la personnalisation, en restant discret sur les appels à l’action, en proposant une mise en page claire et aérée, la newsletter Artips répond aux points énoncés ci-dessus. Le contenu est attractif et donne envie de lire la suite, de cliquer sur les liens.

Mettez en pratique les cinq points mentionnés dans cet article lorsque vous concevez vos modèles de newsletter. Et surtout, conservez et analysez les performances de vos envois pour comprendre les réactions de vos destinataires. Ajustez votre design et faites des tests jusqu’à mettre en place le modèle de newsletter idéal pour vos clients.

Comment réagir à un taux de désinscription en hausse ?

Nous vous avons parlé à plusieurs reprises de l’impact négatif des taux élevés de mise en spam et d’erreurs sur votre délivrabilité. Mais un autre paramètre est à prendre en compte : le taux de désabonnement. Si d’un point de vue technique, il est largement souhaitable que vos destinataires cliquent sur un lien de désinscription plutôt que sur le bouton “signaler comme spam”, un taux de désabonnements trop élevé peut vous être dommageable. Après tout, s’il n’y a plus personne pour vous lire, comment allez-vous générer du trafic vers votre site (et vos produits) ?

Qu’est-ce qu’un taux de désinscription acceptable ?

Cela dépend tout d’abord de votre secteur d’activité mais de façon générale, on peut dire qu’entre 0,2 et 0,8%, vous pouvez considérer que vous êtes dans une bonne moyenne (l’objectif étant évidemment un taux de 0%). Notre Politique d’envoi vous autorise à avoir un taux supérieur ou égal à 1,4%. Mais autant éviter de tels extrêmes, pas vrai ?

Comme pour les bounces, vous en aurez toujours quelques désabonnements (du moins pour les emails non-transactionnels)… Donc ne vous inquiétez pas lorsque certains de vos destinataires se désinscrivent : considérez cela comme un indicateur qui vous aidera à améliorer vos emailings. D’une certaine façon, si des personnes effectuent l’effort de cliquer sur le lien de désabonnement, vous pouvez voir cela comme une façon de nettoyer et mettre à jour votre liste. Ainsi, vous ne conservez que des contacts intéressés par vos contenus : ceux qui ne se sont pas désabonnés.

 

Capture d'écran de notre comparateur de campagnes : observez les faibles taux de désabonnement.

 0 à 0,5% de taux de désinscription : l’objectif à atteindre !

Comment réduire le taux de désinscription de vos campagnes ?

Pour faire simple, il y a deux raisons principales qui peuvent amener quelqu’un à se désinscrire de votre liste. Le destinataire ne se souvient plus avoir souscrit à vos messages, ou il s’est lassé de vos contenus.

Dans le premier des cas, vous devrez optimiser la fréquence de vos envois : être irrégulier laisse aux gens le temps de vous oublier. Il faut donc s’assurer que vous maintenez vraiment le contact avec vos souscripteurs : quelqu’un qui vous donne son adresse email agit exactement comme s’il vous tendait une carte de visite. Si vous ne revenez pas vers cette personne rapidement (puis régulièrement), elle oubliera jusqu’à votre rencontre initiale.

Il en va donc de même avec l’emailing. Vous seriez aussi très agacé de recevoir un message Facebook ou LinkedIn du type “Salut, comment ça va ?”, si vous ne vous souvenez pas de la conversation que vous aviez eu auparavant, ni de qui était l’interlocuteur ! Dans le doute, vous voudrez alors bloquer cette personne et ne plus en entendre parler. Votre souscripteur, qui n’a eu aucune nouvelle de vous au cours des derniers mois ou semaines, agirait ainsi. Par ailleurs, il souhaitera ne plus être contacté par des gens qu’il pense ne pas connaître.

Aussi, la régularité de vos envois est cruciale. Un message mensuel à vos contacts est un minimum pour qu’ils se souviennent de votre existence.

Dans le second cas, repensez votre stratégie de contenus. Mon message correspond-il aux attentes de ma cible (manifestement, non) ? Recentrez-vous sur la promesse initiale que vous avez fait à vos contacts lorsqu’ils ont souscrit à vos messages. Est-ce que mon message répond à leurs attentes, à leurs besoins ? L’optimisation de contenus est un vaste champ qui peut prendre du temps.

Enfin, vous devrez aussi améliorer la qualité de votre liste de façon proactive : d’où viennent vos contacts ? Comment l’enrichissez-vous ? En identifiant clairement et précisément vos destinataires, vous pourrez réagir plus efficacement à leurs demandes et adapter vos contenus avec plus de pertinence. N’hésitez pas à segmenter vos listes de contacts et à personnaliser le contenu de vos messages. Impliquez davantage vos lecteurs dans vos contenus !

La question du désabonnement est donc avant tout une question d’engagement. Si vous ne proposez plus ce à quoi s’attendent vos lecteurs, reconcentrez-vous sur vos contenus. Après tout, votre ligne d’objet et votre nom les ont poussé à ouvrir votre message. A vous de tout faire pour générer plus d’engagement !

La relation emailing : une course de fond

L’approche du Salon Stratégie Clients est le bon moment pour vous rappeler ce fondamental que tout marketeur emailing digne de ce nom se répète quotidiennement : la fidélisation de vos clients se construit sur le long terme. Cela semble évident, mais prendre des raccourcis est parfois tentant. Le parallèle avec le marathon de Paris qui a lieu dans quelques jours est tentant. Car la relation emailing est bien une course de fond, qu’il faut préparer correctement.

L’échauffement

Avant de commencer vos envois, vous devez correctement préparer vos listes de contacts. Ici, pas de secret : vous devez impérativement avoir l’aval préalable de vos futurs destinataires pour leur envoyer vos campagnes de newsletters. Une validation opt-in est obligatoire légalement, mais nous vous recommandons d’aller plus loin, avec un processus de double opt-in. D’une part, vous vous assurez que les adresses email fournies sont bien correctes. D’autre part, vos futurs contacts prouvent qu’ils veulent vraiment recevoir vos messages.

L’élaboration d’une liste de contacts solide peut prendre du temps. Or, vous voulez envoyer vos campagnes le plus vite possible. Vous pouvez donc être tenté d’acquérir une liste de contacts préformatée : les revendeurs vous ont assuré qu’elle était qualifiée et que les destinataires attendaient avec impatience vos messages ! Alors pourquoi se priver ? Tout simplement parce que l’acquisition de listes est assimilable à du dopage :

  • Vous préférez la quantité à la qualité ;
  • Vous prenez un risque ;
  • Si vous vous faites attraper (ce qui arrivera inévitablement), vous vous ferez bannir.

Non seulement, vous ne créerez pas (ou peu) d’engagement vis-à-vis de ces inconnus, mais surtout, vos taux de bounce, de désinscription ou de mise en spam vont s’envoler, endommageant de manière irrémédiable votre réputation d’expéditeur.

relation_email

Les premiers kilomètres : trouver son rythme

Votre liste est prête, les éléments de design de votre message ont été peaufinés, vous êtes dans les starting blocks. En souscrivant à vos emails marketing, vos destinataires s’attendent à recevoir un certain type de message, à un certain rythme. A vous de tenir ces engagements ! Les premiers envois de campagnes vous offrent suffisamment de marge de manœuvre pour effectuer les ajustements nécessaires : définition du ton qui convient le mieux, lignes d’objets efficaces, agencement des différents éléments du message (images, appels à action…).

Vous allez pouvoir prendre votre rythme et mettre en place une image de marque. Observez scrupuleusement vos statistiques d’envoi et trouvez les paramètres d’ajustement qui génèrent plus d’ouvertures et de clics. Soyez à l’écoute de vos lecteurs. Personnalisez vos contenus. Ces premiers pas sont essentiels pour fidéliser vos contacts et générer plus d’engagement. En trouvant ce rythme régulier d’envoi, vous habituez vos destinataires à vos messages et créez une attente.

30e kilomètre : l’épreuve du mur

Tout comme lors d’un marathon, il se peut que dans le cadre de votre stratégie emailing globale, vous constatiez une baisse d’engagement. Dans la course de fond, on appelle ce phénomène « le mur » : une impression de découragement qui a lieu autour du 30e kilomètre. Le corps vous fait comprendre que l’effort fourni est inhabituel et que vous manquez d’énergie.

Le phénomène est similaire en emailing : si vos contenus sont devenus routiniers, les statistiques d’ouverture et de clic baisseront. Vous avez besoin de réengager vos lecteurs. De nombreuses méthodes existent pour redynamiser vos messages : faites preuve de psychologie, ou optimisez et proposez des contenus différents.

A la moindre baisse significative, n’hésitez pas à remettre en question vos méthodes d’envoi et votre contenu. A quels moments vos statistiques ont-elles été les plus élevées ? Vos interlocuteurs ont-ils changé ? Mes offres sont-elles suffisamment claires et attractives ? Encore une fois, l’objectif ici est la rétention de votre clientèle.

Et la ligne d’arrivée ?

Votre stratégie est bien en place, vous réagissez efficacement aux changements de comportement de vos contacts et vos statistiques ne se sont jamais mieux portées. Alors quelle est la suite ?

Tout dépend de votre façon de voir les choses. Vous pouvez par exemple vous fixer des objectifs à atteindre (en terme de statistiques, de chiffre d’affaires…) sur le semestre ou sur l’année. En fonction des résultats finaux, vous pourrez réajuster vos variables de réussite pour le semestre ou l’année suivante.

Mais en vérité, la relation client, par email ou autre, est quelque chose de non défini dans le temps. Elle doit se construire en permanence, pour vous assurez un ROI emailing optimal. Attention aux différents signaux statistiques, écoute et réponse aux différentes attentes de vos clients et adaptation sont alors vos clés pour un emailing toujours plus efficace.

Augmentez vos revenus avec Mailjet + PrestaShop !

Chers utilisatrices et utilisateurs de Mailjet, nous avons une très bonne nouvelle à vous annoncer : Mailjet vient tout juste de sortir son intégration e-commerce la plus poussée* à ce jour. Le nouveau plugin Mailjet pour PrestaShop permettra aux e-commerçants utilisant PrestaShop d’optimiser la délivrabilité de leurs emails et d’augmenter leurs revenus, en seulement quelques clics.

PrestaShop est un des leaders dans le domaine des solutions e-commerce open source. PrestaShop est aujourd’hui utilisé par plus de 200 000 e-commerces, permettant à leurs propriétaires de concevoir très facilement des boutiques uniques et agréables à visiter. Le plugin Mailjet permettra aux e-vendeurs de créer, envoyer et délivrer les emails transactionnels et leurs campagnes marketing simplement, depuis leur interface utilisateur PrestaShop. Ainsi, ils pourront maximiser l’engagement de leurs clients et voir leurs revenus augmenter significativement grâce à une délivrabilité accrue, assurée par Mailjet.

En outre, la clientèle de PrestaShop pourra bénéficier des fonctionnalités de personnalisation, de segmentation des contacts et d’emails automatiques grâce à Mailjet. Les suivis statistiques des envois vont également plus loin : en plus des classiques taux d’ouvertures et de clics, elle pourra également connaître les ventes et revenus générés par chaque campagne d’emailing. Les e-commerçants pourront ainsi augmenter facilement la loyauté de leurs clients vis-à-vis de leur marque, être plus pertinents grâce aux emails automatisés, et suivre en temps réel l’engagement et les revenus liés à chaque campagne.

roi_stats_prestashop_plugin

Pour obtenir ce nouveau module Mailjet, rendez vous sur notre GitHub. Vous pouvez également le télécharger directement depuis le pack d’installation PrestaShop en allant dans « Paramètres avancés » > « Réglages email » > « Modules recommandés ».

Comme toujours, si vous souhaitez nous faire des retours à propos de ce plugin, n’hésitez pas à nous écrire. Laissez-nous un message à plugins@mailjet.com et faites-nous part de votre retour d’expérience sur ce nouvel outil ou suggérez-nous de nouvelles fonctionnalités.
*Cette version de l’add-on n’est compatible que pour les utilisateurs de la V3 de Mailjet. Si vous avez créé votre compte Mailjet avant avril 2014, merci de contacter notre équipe support pour le faire migrer vers la nouvelle plateforme.

Remettre les emails à l’heure : quand envoyer vos newsletters ?

Ce week-end, nous sommes passés à l’heure d’été. Si ce moment semble assez anodin – avancer d’une heure les montres, horloges, pendules et autres est finalement peu de chose – il nous a rappelé une chose, à nous, expéditeurs d’emails : quel est le meilleur moment pour envoyer ses emails ?

Alors… le meilleur moment pour envoyer ses emails… c’est le jeudi à 13h43. Voilà ! Maintenant vous savez ! Merci d’être passés et à bient… NON ! ATTENDEZ ! Restez… Ca ne va pas.

Plus sérieusement, évidemment, la question du fameux « meilleur moment » pour l’envoi de vos campagnes marketing n’a pas de solution simple. Quelques paramètres essentiels sont à prendre en compte. Cependant, voici quelques clés qui vous permettront de mieux appréhender la question du temps, et d’optimiser vos envois.

B2B vs B2C

Pour bien envisager vos envois, sachez d’abord qui sont vos contacts. Si une connaissance précise de chacun des profils est un plus, une approche plus généraliste peut vous aider à vous faire une première idée de l’horaire d’envoi optimal pour envoyer vos campagnes emailing.

Vos produits et/ou services s’adressent à des professionnels ? Il y a donc de fortes chances pour que vos contacts vous aient laissé leurs coordonnées professionnelles. Aussi, à moins que votre liste ne soit constituée que de cadres supérieurs, il est recommandé que vous envoyiez vos campagnes en semaine, durant les heures de travail. Dans ce sens, les jours les plus recommandés sont le mardi et le jeudi, le matin (vers 9h00), et en début d’après-midi (vers 15h00). Le lundi, vos contacts doivent faire le tri dans leur boîte de réception ; votre message sera perdu dans le flot d’emails. Le mercredi étant le « jour des enfants », certains parents sont absents de leur travail. Enfin, le vendredi, tout le monde se projette déjà dans le week-end : le taux de concentration n’est pas à son maximum et vos emails feront moins mouche

Si, au contraire, vous êtes une société agissant dans le B2C, envoyez vos emails à un moment où vous saurez vos cibles plus réceptives : pause déjeuner, fin de journée, début de soirée. Vos contacts seront dans un environnement plus décontracté et auront tout le loisir de cliquer sur vos appels à action, puis de visiter vos landing pages ou votre site. Il en va de même pour les newsletters informatives : donnez un rendez-vous régulier à vos lecteurs en fin de journée, quand ils ont plus de temps pour se concentrer sur vos contenus. Les jours de semaine sont toujours les plus recommandés pour envoyer vos emails. Cependant, rien ne vous empêche de tester des envois programmés le samedi.

Testez, comparez, analysez

Il s’agit évidemment des règles générales. Pour affiner votre timing, il n’y a pas de secret : effectuez des tests. Par exemple, chez Mailjet, nous avons déterminé que le moment où notre newsletter en français était la plus ouverte était le jeudi, en début d’après-midi. Ces messages du jeudi génèrent un taux d’ouverture dans les deux heures suivant l’envoi supérieur de 10%, par rapport aux newsletters envoyées aux mêmes contacts le mardi. Aussi, en fonction de votre rythme et de votre volume d’envoi, testez vos campagnes afin de déterminer le jour et l’horaire qui correspondra le mieux à vos destinataires.

stats_comparatif
La campagne « Réengagez vos clients… », envoyée un jeudi, a de meilleures performances immédiates que les deux autres, envoyées un mardi.
En parallèle, faites une veille concurrentielle. A quel moment les entreprises se positionnant sur les mêmes secteurs que vous communiquent par email ? En déterminant leur rythme d’envoi, vous pouvez vous adapter :

  • Envoyez vos campagnes en décallage avec celles de vos concurrents ;
  • Optez pour une stratégie plus agressive en accélérant votre rythme d’envoi ;
  • Calez-vous sur leur rythme d’envoi afin de capter leur audience…

 

Pensez aux usages mobiles

Dernier paramètre à prendre en compte : les supports de lecture d’emails de vos destinataires. La France compte désormais 54% de mobinautes. En conséquence de quoi, plus de 40% des ouvertures d’emails se font sur smartphones et tablettes. Les lecteurs d’emails ne sont plus dépendant d’un ordinateur, qu’il soit fixe ou portable. Aussi, à tous moments, ils ont la possibilité de consulter vos messages.

Vous pouvez penser que la date et l’heure d’envoi n’importent plus dans ce contexte. C’est partiellement vrai : le mobilité permet la lecture d’emails dans de nouvelles situations, en particulier les transports en commun. Cependant, si ces lectures ne posent pas de problème en soit, sachez que les utilisateurs restent nombreux à préférer un ordinateur pour passer commande. Identifiez vos lecteurs mobiles, en optez pour une stratégie différente à leur attention : envoi d’un premier message informatif sur vos offres en début de soirée, puis un autre, une ou deux heures plus tard, avec davantage d’appels à action que vos contacts pourront cliquer à loisir.

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de meilleur moment d’envoi absolu. Trouvez simplement le vôtre, en n’oubliant pas ces paramètres :

  • Votre secteur d’activité et votre audience comptent.
  • La lecture des emails sur supports mobiles n’a pas fondamentalement changé tous les usages.
  • Testez !

Et vous, à quelle heure et quel jour vos contacts sont le plus réceptifs ?