Lancez votre stratégie emailing hivernale avec un tableau blanc

Chez Mailjet, nous pensons déjà aux prochaines vacances. Pendant les semaines qui viennent, nous parlerons davantage de stratégies marketing à mettre en place au cours du dernier trimestre et des meilleures pratiques pour rivaliser avec vos concurrents. Nous parlerons de contenu, de design, de délivrabilité et d’analyse.

Quelle est votre stratégie emailing en matière d’idées cadeaux pour Noël ? Faites-vous les magasins et vous intéressez-vous à ce qui est à la mode ? Recyclez-vous de vieux cadeaux datant de l’année dernière ? Regardez-vous ce que les personnes autour de vous offrent aux autres ?

Pour élaborer votre stratégie emailing pendant les vacances, essayez de faire un mélange de tout ça. Rassemblez votre équipe pendant quelques heures autour d’un tableau blanc avant de commencer à réfléchir directement à votre campagne. Créez votre liste d’objectifs pour la saison des vacances, pensez à des sujets saisonniers qui intéresseront vos clients, à leurs besoins et à ce qui ne leur plaît pas. Prenez en compte ce qui a bien fonctionné par le passé, pensez également à vos concurrents et aux tendances de votre industrie. Réunir ces informations vous aidera à trouver les mots ou les thèmes cruciaux de votre campagne.

Voici quelques éléments qui vous seront utiles pendant les séances de réflexion collective :

Les données de Noël de l’année passée

Ce Noël, soyez un Ebenezer Scrooge de Dickens. Mais pas un avare ! Vous devez apprendre de votre passé pour changer la façon dont vous agissez aujourd’hui. En tant qu’email marketeur, vous savez déjà l’importance de se replonger dans les campagnes passées pour améliorer vos contenus et affiner votre public cible pour aller de l’avant. Un outil comme le Comparateur de Campagnes de Mailjet vous permet de compiler facilement les données et d’analyser les tendances au fil du temps. Vous pouvez également grouper les campagnes précédentes et les indicateurs moyens pour créer des repères qui vous permettront de disposer d’une référence pour mesurer le succès de vos campagnes futures.

ghost_past_christmas

Au final, ces repères vous aideront à répondre à des questions primordiales : Quels sont les objets d’email qui ont le mieux capté l’attention de vos abonnés ? Une certaine partie du contenu a-t-elle généré plus de clics – une vidéo amusante, un lien vers un blog ? Quel était le contenu des call to action qui ont le mieux fonctionné ?

Comportement client, analyse de la concurrence et tendances actuelles

Le comportement des clients change au fil du temps – vous devez être flexible, vous adapter à leurs besoins, tout en conservant une longueur d’avance. Vous devez pouvoir prédire ce dont ils ont envie ou auront envie. Mettre à jour vos anciens contenus avec de nouvelles idées vous permettra d’entretenir une vraie relation avec vos clients.

gift
La première étape consiste à effectuer des recherches sur les dernières tendances de votre industrie afin de vous assurer que vous les suivez bien. Y a-t-il des tendances virales que vous pouvez intégrer dans vos campagnes ? Que font vos concurrents pour cette saison de vacances ? Quels sont les canaux qu’ils utilisent le plus (réseaux sociaux, blogs, publicité) ? Quels sont les contenus les plus populaires ?

Vos concurrent font peut être des promotions spéciales pour la saison, ou ont ajouté un nouvel élément interactif sur leur site Web. Rappelez-vous, leurs clients existants sont vos clients potentiels. Gardez un œil sur les thèmes qui font appel à ce public, et réfléchissez aux moyens de les intégrer à votre stratégie marketing tout en restant unique.

Voici quelques outils utiles qui vous aideront à rester à la page. Buzzsumo peut vous aider à découvrir les sujets de contenus tendances dans votre secteur d’activité ; vous pouvez appliquer des filtres par type et par période de l’année pour connaître ceux qui seront les plus pertinents pour votre stratégie emailing.

Utiliser des outils de veille des réseaux, comme Topsy ou Mention, pour découvrir ce qui intéresse vos abonnés, ce dont ils ont besoin et ce qu’ils n’aiment pas. Quels sont les hashtags qui sont les plus populaires chez votre clientèle ? Découvrez comment vos clients interagissent avec votre marque, et utilisez les différents réseaux sociaux pour expérimenter de nouvelles idées, comme lancer un concours de photographies. Regardez ce que fait Walmart :

walmart

Quelle est votre liste de cadeaux pour Noël ?

Une fois que vous avez établi une liste de thèmes, basée sur les tendances actuelles et des idées passées, combinez-les pour atteindre vos objectifs spécifiques.

Par exemple, vous êtes peut-être à la tête d’une entreprise de e-commerce qui souhaite augmenter ses ventes au cours des vacances d’hiver. Vos campagnes précédentes prouvent que c’est le meilleur moment pour le faire – en réalité, on prévoit que les Français dépenseront en moyenne 254€ en cadeaux de Noël, avec 45% des achats effectués en novembre. Ferez-vous usage de réductions alléchantes ? Ou préférerez-vous des visuels attractifs ? Vous pouvez lancer une campagne de promotion mystère, où les abonnés recevront différentes promotions au hasard après avoir cliqué dans l’email. Peu de vos abonnés recevront des emails contenant des codes promotionnels, mais la perspective de gagner intrigue votre public et l’encourage à s’engager.

Bien démarrer vos campagnes de fin d’année est compliqué. Réunissez-vous avec votre équipe pour tenir compte de tous ces éléments et combinez-les pour trouver de bonnes idées. Donnez un air de fêtes à vos campagnes pour plus d’efficacité et d’engagement !

Vous avez aimé ce contenu ? Pour plus de conseils et d’astuces sur les vacances, découvrez notre cadeau qui vous amènera au #topoftheinbox cette saison.

Posez vos questions à nos pilotes: Peut-on envoyer trop d’emails?

A partir d’aujourd’hui jusqu’à la fin de l’année 2015, nous allons répondre à vos questions emailing les plus importantes sur la stratégie, la déliverabilité, le design et bien d’autres sur notre toolkit Marketing de Noël. Chaque semaine, nous choisirons une question qui mérite une réponse détaillé ici sur notre blog. Vous voulez que nous répondions à une de vos questions dans notre prochain article ? Rendez-vous sur notre toolkit de Noël et posez directement votre question à nos pilotes !

Alors, peut-on envoyer trop d’emails?

Il s’agit en fait de trouver la fréquence d’envoi adaptée pour vos emails, alors que les boites de réception sont submergées de solicitation pendant la période de Noël. Un rythme réduit, et votre contenu passera inapercu. Au contraire, une fréquence d’envoi trop élevée et vous risquez d’agacer vos clients. Quelle est la bonne solution?

La réponse à cette question varie en fonction de votre business et de votre public. Mais un élément de réponse peut être trouvé en observant la délivrabilité. Les FAIs et webmails (Gmail, Yahoo Mail, Orange…) suivent certains éléments de vos envois vers leurs utilisateurs. L’un de ces éléments est la fréquence d’envoi. Si vous souhaitez intensifier cette fréquence, il faudra le faire progressivement, sinon quoi vous risquez d’être identifié comme étant un spammeur. Plus votre rythme d’envoi est élevé, plus il y aura de chances pour que certains serveurs d’emails assimilent votre adresse IP d’envoi à celle d’un émetteur de spam.

Cette étude de Return Path vous intéressera : les commerçants qui envoient en moyenne 3 emails par semaine ont les meilleurs résultats avec 98% de leurs emails qui arrivent en boite de réception.

5 étapes pour déterminer vos objectifs de fin d’année

Le temps s’est rafraîchit, dernièrement, non ? Certaines et certains ont déjà ressorti les écharpes des placards. On trouve les premiers calendriers de l’Avent au chocolat sur les rayonnages des supermarchés. En bref : la saison des fêtes approche à grands pas.

Pour de nombreux marketeurs, cela signfie que la pression va augmenter. La lutte pour gagner l’attention des clients et prospects va être rude. Rien à voir avec ces concours de décorations de Noël que certains voisins peuvent organiser dans votre quartier. Dans ce cadre, la boîte de réception est un champ de bataille où il va falloir vous distinguer avec des offres et des messages impactants. Mais avant d’en arriver là, demandez vous comment planifer une stratégie emailing qui fonctionne vraiment. Par où commencer ?

Commencez par prendre du recul : quels objectifs souhaitez-vous atteindre à la fin de la période des fêtes ? Pour le déterminer, posez-vous les questions suivantes : Quelle est ma cible ? De quoi dois-je parler dans mes emails ? Comment mon contenu doit-il être présenté ? Une fois que vous aurez les réponses à ces questions simples, vous aurez une meilleure idée de votre objectif final. Et vous pourrez alors établir votre rétroplanning.

Quels sont mes objectifs globaux ?

En “dézoomant”, vous appréhenderez mieux la situation dans son ensemble, à savoir vos objectifs globaux. Il ne reste plus que quelques mois avant la fin de l’année. Profitez donc des données que vous avez pu récolter tout au long de l’année passée pour mieux déterminer ces objectifs. Quelles opérations marketing ont conduit à davantage de ventes, d’inscriptions ou de trafic sur votre site ? En fonction de l’état de croissance de votre entreprise, ces objectifs peuvent varier.

  • Objectifs pour les startups

Si votre entreprise est récente, il y a des chances pour quoi vous souhaitiez que sa réputation augmente et que vous vouliez développer votre base clients. Pour ce faire, concevez des contenus pertinents et réguliers, montrant comment vous vous différenciez de la concurrence. Gagnez le coeur de vos prospects : faites d’eux les ambassadeurs de votre marque et aidez-les à diffuser organiquement votre message. Grâce à des outils comme Google Alerts ou Mention, suivez vos flux, déterminez les influenceurs et les canaux de référence.

  • Objectifs pour les PME

Votre entreprise est bien installée. Vous pouvez donc vous orienter vers des objectifs plus financiers. Les objectifs d’email marketing que vous pouvez vous fixer pour ces fêtes de fin d’année ne manquent pas : optimisation du processus de conversion des prospects en clients, taux de croissance de X% pour toutes les nouvelles inscriptions, croissance des ventes de X%, augmentation de l’impact de vos publications via vos influenceurs, établissement d’une réputation d’expertise plus poussée grâce à la publication de tribunes…

  • Objectifs pour les grandes entreprises

Les entreprises plus importantes peuvent se permettre de mélanger objectifs de startups et de PME, grâce à davantage de ressources et/ou de budget. Cependant, il arrive également plus souvent que des données ou des informations clés se perdent entre les différentes équipes des grands groupes. Prenez donc garde à cela, et établissez des canaux de communication sûrs et efficaces avec vos interlocuteurs internes, pour être sûr de bien comprendre sur quels produits se focaliser, quelles sont les cibles de l’année, quels éléments de la marque seront utilisés pour communiquer…

Par où commencer ?

Grâce à un outil comme le Comparateur de Campagnes de Mailjet, analysez l’historique des données de vos campagnes de Noël de l’année dernière. Lesquelles ont le mieux fonctionné ? En comparaison avec votre public actuel, comment pouvez-vous ajuster les contenus et la stratégie qui a fonctionné l’année dernière ? Quels formats de lignes d’objet ont généré le plus d’ouvertures ? Quels call to action ont entraîné le plus de clics ? En prenant en compte ces données passées et vos objectifs actuels, vous pourrez mieux déterminer des objectifs de fin d’année réalistes.

La consultation de votre base client actuelle est également une très bonne source d’informations afin de mieux comprendre votre marché cible. Observez les données que vous avez recueilli sur vos clients. Où vivent-ils ? Quels produits ou services ont-ils particulièrement sollicité ? Quel est le montant du panier moyen ?

En identifiant ces variables, vous aurez les cartes en main pour identifier les objectifs les plus adaptés à votre situation : 1/ Augmentation du montant du panier moyen grâce à la vente incitative ; 2/ Adaptation et personnalisation du contenu en fonction des catégories démographiques de vos cibles ; 3/ Offres spéciales sur vos produits et/ou services délaissés par vos clients.

export-statistics

Quelles sont vos priorités ?

Maintenant que vous avez déterminé vos objectifs globaux (et les indicateurs qui permettront de mesurer leurs performances), vous pouvez vous penchez sur les objectifs à court terme. C’est votre liste de souhaits, et elle peut être longue ! Priorisez vos différents objectifs vous aidera à mieux gérer vos ressources, ainsi qu’à définir l’importance (et l’urgence) de chaque tâche. Identifiez ainsi les objectifs essentiels à atteindre d’ici la fin du trimestre. Vous pourrez également lister vos tâches secondaires.

Mon plan est-il réaliste ?

Avoir des objectifs élevés est un bon moyen pour pousser vos équipes à atteindre des sommets. Mais ne perdez pas non plus le sens des réalités : avant d’envisager votre objectif de fin d’année, demandez-vous s’il est réalisable compte tenu de vos ressources et de votre temps disponible. Si vous vous rendez compte que cela n’est pas possible, reconsidérez sa priorité et mettez-le dès à présent sur votre liste de d’objectifs pour l’année prochaine.

Comment mesurer ma réussite ?

Traduire vos objectifs en chiffres ne les rendra pas seulement plus intelligibles et concrets : ils deviendront également plus facilement mesurables. Notez scrupuleusement ces résultats, et suivez l’évolution de vos données tout au long de la période des fêtes. Vous garderez ainsi vos objectifs toujours en ligne de mire.

Pour résumer

Dorénavant, vous devriez avoir une bonne idée de la direction et avoir identifié vos objectifs principaux, vos cibles, et les contenus que vous devez partager pendant la période des fêtes.

En fonction de votre type d’entreprise, sélectionnez deux à trois objectifs et transformez-les en priorités. Vous pouvez alors lancer votre stratégie emailing. Suivez en scrupuleusement les résultats. Vous pourrez ainsi adapter vos campagnes au fil de la période, pour vous assurez que vous atteindrez bien vos objectis une fois Noël passé !

Découvrez le toolkit de Noël de Mailjet !

Ho ho ho ! C’est Noël avant l’heure ! Après notre calendrier de l’Avent, nous partageons à présent notre boîte à outils marketing de Noël. Exercices de remue-méninges, guides, décryptage et analyse de campagnes de Noël datant de l’année dernière, playlist hivernale pour vous motiver dans votre travail… nous avons tout prévu pour que vous prépariez sereinement votre stratégie d’envoi d’emails marketing de fin d’année.

En outre, ne ratez pas notre chat Twitter du 17 novembre, pendant lequel nos experts en emailing interagiront avec vous. Vous pouvez également nous poser vos questions directement via la page, dans la partie « Posez vos questions à nos pilotes ». Chaque semaine, nous répondrons à l’une d’entre elles.

Mais trêve de bavardages : découvrez dès à présent notre toolkit de Noël !

toolbox

Comment Safe Harbor impacte votre entreprise

Le 6 octobre 2015, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) a invalidé l’accord Safe Harbor pour l’Union Européenne (EUSH).

L’affaire, initiée par Max Schrems, un particulier autrichien, contre Facebook, a duré plus de 4 ans. Dans son jugement, la CJUE a déclaré que l’accord transatlantique de protection des données mis en place en 2000 n’était plus valable, dans la mesure où il ne protégeait pas suffisamment les utilisateurs.

L’accord Safe Harbor permettait aux sociétés américaines d’auto-certifier qu’elles appliquaient les standards européens. Plus de 4500 entreprises américaines “auto-certifiées Safe Harbor” vont devoir trouver une nouvelle solution pour pouvoir continuer à exercer sur le territoire européen.

Qu’est-ce que cela signifie pour ces entreprises ? Et surtout, quel impact cela a-t-il sur votre business ?

En quoi consistait l’accord Safe Harbor ?

La réglementation européenne relative à la vie privée et la sécurité des données n’autorise pas le transfert des données personnelles aux ressortissants de l’UE en dehors de l’Espace Economique Européen, à moins que les pays destinataires de ces données n’offrent un niveau de protection adéquat.

L’accord Safe Harbor, qui repose tout entier sur une auto-certification des entreprises américaines, a eu pour conséquence de faciliter à ces dernières le transfert de données européennes de leurs clients vers leurs serveurs hébergés outre-Atlantique.

Cet accord avait été établi initialement par une décision de la Commission Européenne en 2000. La Commission avait jugé à l’époque qu’il garantissait un niveau de protection adéquat aux données personnelles transférées de l’Europe vers les USA.

La situation aujourd’hui

Avec l’invalidation de l’accord Safe Harbor, les transferts de données de l’Europe vers les Etats-Unis ne sont plus considérés comme respectant les dispositions européennes en vigueur dès lors qu’ils ne s’appuient que sur la certification Safe Harbor des destinataires des données concernées. Ces transferts sont donc illégaux.

En conséquence, tout ressortissant européen peut désormais poursuivre toute entreprise, s’il a le sentiment que l’entreprise en question n’assure pas une protection suffisante à ses données personnelles, au sens de la directive européenne 95/46/CE de 1995, et notamment si cette entreprise a procédé à un transfert de ses données personnelles vers les Etats-Unis sur la seule base de l’accord Safe Harbor.

Ainsi, une entreprise européenne ayant utilisé un service américain pour héberger les données personnelles de ses clients peut être la cible de poursuites. Les solutions de comptabilité, de gestion des RH, d’hébergement cloud, les CRM, les outils de collecte de données et de marketing en ligne sont notamment concernés.

Il appartient aujourd’hui à chacune des agences de protection des données nationales (CNIL et équivalentes) de déterminer si le transfert vers les Etats-Unis de données personnelles des ressortissants du pays membre concerné doit être ou non suspendu, sachant que d’autres normes de transfert de données que le Safe Harbor peuvent avoir été mises en place par les entreprises opérant de tels transferts, notamment des “règles d’entreprise contraignantes” ou les “Clauses contractuelles type” de l’Union Européenne.

    • Une des autorités allemandes de protection des données (dans le Länder de Schleswig-Holstein) a ainsi annoncé que tout transfert de données vers les USA est en l’état actuel illégal tant que la législation américaine en la matière n’aura pas changé, et a menacé les entreprises et organisations publiques qui procéderaient à de tels transferts d’amendes pouvant aller jusqu’à 300 000€. Cette position ne concerne cependant qu’une seule des autorités allemandes (il en existe une par Länd).

 

    • Le Bureau du Commissionnaire à l’Information (ICO, l’autorité britannique de protection des données) a pour sa part indiqué que “les entreprises utilisant Safe Harbor devront revoir leurs méthodes de sécurité des données transférées vers les Etats-Unis, afin de rentrer dans le cadre légal.”

 

  • De manière générale, l’ensemble des autorités de protection des données européennes, dont la CNIL (Commission Nationale Informatique & Libertés), se sont réunies le 15 octobre dernier pour analyser les conséquences de la décision de la CJUE du 6 octobre 2015 invalidant le Safe Harbor, et ont adopté une approche commune sur cette question, en demandant aux institutions européennes et aux gouvernements concernés de trouver des solutions juridiques et techniques d’ici le 31 janvier 2016.

Suis-je concerné par l’invalidation de l’accord EU Safe Harbor ? Quel impact sur l’email marketing ?

Mailjet n’a bien sûr pas vocation à remplacer une consultation auprès d’un cabinet d’avocats spécialisés et nous vous invitons donc à vous rapprocher de votre conseil juridique habituel qui pourra seul éclairer sur votre situation personnelle.

Voici néanmoins quelques pistes dans le but de vous aider à identifier si vous êtes concerné et vous mettre en conformité avec la réglementation en vigueur le cas échéant.

    • D’après l’EU/EAA, vous devez d’abord déterminer le type de données que vous collectez, puisque votre entreprise gère les données récoltées et est donc responsable de leur traitement et de leur transfert (vous êtes le “Data Controller” au sens de la Directive). Commencez donc par cartographier toutes les données personnelles que vous avez récoltées auprès de vos clients et prospects, directement ou via un service tiers connecté à votre entreprise, et où ces données sont stockées (localisation des serveurs d’hébergement).Attention, avec l’essor du cloud computing, de plus en plus de données sont stockées par des services tiers en ligne et le risque que ces données soient envoyées vers les Etats-Unis n’est pas négligeable.

 

    • Dans le cas où un ou plusieurs services tiers hébergent et/ou traitent les données personnelles de ressortissants européens depuis les Etats-Unis, vérifiez alors que ces prestataires garantissent un niveau de protection adéquat aux données personnelles de vos clients et prospects que vous leur transmettez : si cet engagement ne reposait jusqu’à maintenant que sur une auto-certification Safe Harbor, le transfert de données vers les services de ces prestataires hébergés aux Etats-Unis est dorénavant illégal et vous devez leur demander la mise en place de véritables mesures de protection conformes aux exigences européennes en la matière : à ce jour, seules la conclusion d’un contrat incluant les clauses types européennes, ou l’adoption par le prestataire de règles internes d’entreprise approuvées par les différentes autorités nationales de protection des données (“Binding Corporate Rules”) permettent encore de transférer légalement des données personnelles entre Europe et Etats-Unis. Dans tous les cas, étudiez soigneusement les contrats qui vous seraient proposés par vos prestataires tiers, ne donnez pas votre accord à la va-vite et restez attentifs aux décisions et recommandations publiées par les autorités nationales de protection des données (en France, la CNIL) pour être sûr de ce que vous vous apprêtez à valider.

 

    • Si vous ne parvenez pas à obtenir un engagement explicite d’un prestataire de services basé aux Etats-Unis, la meilleure solution est de passer à un service hébergé en Europe dès que possible, pour limiter tout risque juridique ou en matière de sécurité.

 

  • Enfin, il n’est certainement pas inutile de rappeler les règles de base de l’email marketing, qui ne sont pas toujours mises en oeuvre et pourtant obligatoires en vertu de la réglementation européenne en vigueur :
      • Comme toujours, tout message non sollicité, envoyé sous la forme d’emailing de masse par une entreprise, sera considéré comme spam et pourra faire l’objet de poursuites.

     

    • En outre, il est utile de rappeler que toutes données collectées d’après le comportement d’un client ou d’un prospect via ses emails, un site ou une application ne peuvent être utilisée à des fins marketing sans le consentement explicite du titulaire de ces données. Si cela n’est pas déjà le cas, les entreprises implantées au sein de l’UE doivent mettre à jour leurs conditions d’utilisation et politiques de confidentialité, ainsi que les formulaires utilisés pour collecter des informations clients lors de l’inscription (opt-in), afin que ces derniers donnent également leur accord pour que leurs données soient utilisées dans le cadre d’envoi d’emails marketing. Par exemple, vous ne pourrez envoyer un email personnalisé incluant la ville de résidence de votre destinataire que si et seulement si ce dernier vous a donné son accord exprès pour l’envoi d’emails marketing ET l’utilisation de données personnelles.

Et Mailjet dans tout ça ?

Conformément à notre politique de confidentialité, Mailjet dispose de serveurs exclusivement hébergés en Europe, en France pour être exacts, et respecte scrupuleusement les dispositions de la réglementation européenne en matière de protection des données personnelles.

Mailjet peut parfois être amenée, de manière spécifique, à transmettre certaines données vers des entreprises de services situées aux Etats-Unis, notamment aux fins d’analyse et d’amélioration dans le cadre de la lutte anti-spam, mais en pareil cas nous ne nous sommes jamais contentés de l’éventuelle certification Safe Harbor de nos cocontractants et avons veillé à ce qu’ils s’engagent à respecter la réglementation européenne à travers la signatures de DPA (Data Protection Agreements) contraignants reposant sur les clauses type européennes.

Si vous êtes déjà client de Mailjet, vos données et celles de vos propres clients ou des destinataires de vos campagnes emailing sont donc protégées et l’invalidation de l’accord Safe Harbor par la CJUE n’aura aujourd’hui aucun impact sur votre utilisation de nos services : vous pouvez continuer à envoyer vos emails avec Mailjet en toute confiance !

Vous n’êtes pas encore client Mailjet et avez des doutes sur la légalité des services que vous utilisez actuellement ? La décision de la CJUE est peut-être une bonne occasion pour vous de reconsidérer votre stratégie emailing en prenant notamment en compte la sécurité des données personnelles de vos clients : contactez-nous à contact@mailjet.com !

Votre entreprise est concernée par l’invalidation de Safe Harbor ? Vous avez des astuces que vous souhaitez partager afin d’aider les entreprises à transférer légalement leurs données ? Faites-nous en part dans les commentaires ci-dessous.

Ramenez vos contacts zombie à la vie

Ils se regroupent dans les listes de contacts poussiéreuses. Ils hantent les emails marketeurs qui baissent la garde. Les contacts zombie ne sont pas les habituels mangeurs de chair que l’on retrouve si souvent dans la culture populaire. Contrairement à World War Z ou The Walking Dead, ces zombies se nourrissent de listes d’emails. Chaque année, le chiffre terrifiant de 25 à 30 % de contacts emails légitimes sont perdus, à cause d’une baisse d’engagement due à différentes raisons (envois trop fréquents, perte d’intérêt, etc). Au fil du temps, les marketeurs voient leur réputation d’expéditeur et leurs ventes souffrir de l’action de ces contacts zombie.

Mais n’ayez crainte, nous avons la solution idéale pour empêcher les contacts inactifs d’engloutir vos campagnes. Suivez ces cinq étapes pour ramener vos listes d’emails à la vie.

zombie

1) Définissez les symptômes d’un contact zombie

Commencez par définir ce qu’est un contact inactif pour votre entreprise. Ici, nous parlerons des utilisateurs inactifs qui n’ont pas ouvert ou cliqué sur un email sur une période donnée. Selon votre produit/service et la fréquence de vos envois, l’engagement moyen attendu d’un utilisateur peut varier. Selon les secteurs, la moyenne se situe entre trois et six mois.

2) La quarantaine

Une fois le diagnostic posé, vous devez les extraire vers une liste de contact ou un document séparé. Non seulement cela vous permettra d’être mieux organisé pour envoyer des campagnes de réengagement (dont nous parlerons bientôt), mais cela vous permettra aussi de définir les tendances communes. Vous découvrirez peut-être que certaines zones géographiques ou certaines tranches d’âge s’engagent à une fréquence différente. Vous pourrez ainsi approfondir les raisons à cela en rassemblant les contacts présentant des similitudes.

3) Ramenez-les à la vie

Vous êtes désormais prêt à essayer de ramener vos contacts zombie à la vie avec une campagne de réengagement. Que ce soit par le biais de contenu exclusif ou d’une promotion inratable, examinez bien vos segments et réfléchissez à ce qui intéresserait le plus cette audience particulière. Les exemples qui ont retenu notre attention par le passé utilisaient un savant mélange de personnalisation, avec des objets tels que « Bonjour Denise, vous êtes toujours là ? », ou encore « Vous avez manqué xyz. »

4) Si tout échoue… courrez

Vous avez bien lu : courrez. Vous savez, cette scène dans tous les films d’horreur où la musique à suspense commence et que le protagoniste marche en direction du bruit qui vient du loin ? Pendant ce temps, on est devant notre écran, et on crie pour qu’il fuie. Parfois, il faut savoir abandonner. Les contacts qui ont réagi à la campagne de réengagement peuvent être rajoutés à vos listes de contact. Cependant, pour les contacts qui ne réagissent toujours pas, il est temps de les supprimer de vos listes. Cela peut être difficile de voir votre liste de contacts diminuer, mais la réputation d’expéditeur s’appuie plus sur la qualité que la quantité. Vous pouvez même en tirer des leçons, en envoyant un court questionnaire à ces utilisateurs, en leur indiquant qu’ils seront supprimés de la liste et en leur demandant pourquoi ils ont perdu l’intérêt et ce qu’ils aimeraient voir changer.

5) Soyez toujours aux aguets

Félicitations ! Vous avez survécu. Mais ne baissez pas votre garde, les contacts zombie ne pardonnent pas ! Tout utilisateur peut se désengager au fil du temps, surtout si dans sa boîte de réception s’accumulent les newsletters et emails de sollicitation. Il aura plus tendance à être submergé de contenu, et sera plus facilement inactif.

Les FAI suivent l’engagement de votre liste de contact, ce qui permet d’assurer que vos utilisateurs veulent bien recevoir votre contenu et que les expéditeurs créent du contenu de qualité. De plus, les adresses email qui restent inactives pendant une longue période peuvent parfois devenir des pièges à spam, utilisés également pour identifier les expéditeurs adoptant des comportements de spammeurs et ne nettoyant pas leurs listes régulièrement.

Pour conserver une bonne réputation d’expéditeur, examinez fréquemment vos listes de contacts à la recherche d’utilisateurs inactifs. Cela dépend bien sûr de la fréquence de vos envois, mais vous pouvez vous baser a minima sur une vérification mensuelle.

C’est le mois d’Halloween, les frissons sont donc les bienvenus. Mais vous vous rendrez compte, je l’espère, que les contacts zombie sont loin d’être un cadeau ! Avez-vous des exemples de campagnes de réengagement que vous avez créées ou vues ? Partagez-les avec nous !

Pourquoi les PME devraient envoyer plus d’emails

Pour les PME et startups, les efforts marketing sont souvent relégués en dernière place des priorités. A juste titre, les entreprises vont d’abord vouloir se concentrer sur le développement et l’amélioration du produit ou du service. Cependant, si personne n’entend parler de ce que vous avez à proposer, dur de vendre ces produits ou services. C’est pourquoi, a minima, les PME et startups devraient faire de l’emailing. Voici 4 bonnes raisons pour vous de passer le cap :

1 – C’est économique

L’email est le canal de communication le moins cher actuellement. A titre de comparaison, un clic vers un tweet sponsorisé ou une publicité Facebook coûte aux alentours de 0,25€. Pour le même prix, vous pouvez envoyer une campagne de 1000 emails !

cpc_email

 

En outre, si l’email est bon marché, il vous coûtera également peu de temps et d’énergie. La plupart des services et logiciels d’emailing – comme Mailjet – proposent des éditeurs d’emails très simples à utiliser, sans connaissance préalable nécessaire en design ou en programmation. En quelques clics, vous pouvez créer et envoyer des emails de qualité.

2 – C’est plus engageant

L’email est également le canal de communication qui génère le plus d’engagement. Contrairement aux messages sur les réseaux sociaux ou aux campagnes d’adwords, l’email est personnalisable. Vous pouvez ainsi concerner bien plus directement vos destinataires.

Par ailleurs, en reliant votre service d’emailing à vos services CRM et/ou de gestion de clients, vous pouvez facilement proposer des offres plus ciblées. Encore une fois, ces actions vous prendront peu de temps et peuvent même être automatisées.

3 – Vous allez vous construire une réputation

Les campagnes que vous envoyez servent également de vitrine pour votre marque. L’email est donc un moyen idéal pour vous faire connaître. En trouvant le ton et les contenus qui intéresseront vos destinataires, vous vous construisez une réputation basée sur le sérieux et l’expertise dans votre domaine d’activité.

4 – C’est très rentable !

Si les arguments précédents ne vous ont pas convaincu, celui-ci devrait faire mouche. De tous les canaux de communication numériques, l’email est celui avec le ROI le plus élevé : il s’élève jusqu’à 3400%, là où les réseaux sociaux plafonnent à 1200% et où les adwords ne dépassent pas les 2000%.

social_adword_email

 

Et vous, pouquoi êtes-vous passé à l’emailing ? Faites-le nous savoir dans les commentaires !

Votre calendrier emailing pour les fêtes de fin d’année

La mi-octobre signe généralement le coup d’envoi des opérations marketing pour les fêtes de fin d’année. Pour ne pas être pris au dépourvu, nous vous avons préparé un calendrier avec les étapes à suivre pour vous assurer de campagnes réussies.

Par ailleurs, soyez à l’affût, nous vous préparons une surprise le 22 octobre… Restez à l’écoute !

InfographicCalendarFR (1)

Découvrez nos nouveaux wrappers NodeJS

Au lancement de Mailjet, notre équipe a cherché à développer une plateforme rapide et évolutive à l’attention des développeurs. En 2010, après avoir constaté des difficultés de nombreuses sociétés pour mettre en place en interne leurs emails transactionnels, les co-fondateurs Julien Tartarin et Wilfried Durand ont voulu faciliter l’envoi d’emails de sorte que cela soit accessible à tout le monde en quelques minutes seulement. Depuis, nous avons parcouru un long chemin et disposons d’une bibliothèque complète de fonctionnalités API permettant d’optimiser vos emails transactionnels.

Aujourd’hui, nous sommes fiers d’annoncer le lancement d’un nouveau wrapper NodeJS dans notre bibliothèque de projets open source sur Github. Depuis que Ryan Dahl a développé NodeJS, créant ainsi un environnement côté serveur, JavaScript est devenu l’un des langages les plus performants. Chez Mailjet, nous sommes très soucieux de rester à la pointe des dernières tendances technologiques. Nous avons conscience que de nouveaux langages, intégrations et logiciels sont créés chaque jour dans le but de faciliter vos programmations sans perdre en efficacité. Nous nous devons de suivre ces évolutions.

Développer plus vite et mieux sur NodeJS

En comparaison avec Javascript qui se limite au navigateur, NodeJS est plus rapide. Le code est traduit en code machine en temps réel. Il s’agit également d’un langage asynchrone basé sur les objets et destiné à une communauté assez large – il permet de répondre à des besoins variés, que vous cherchiez à lancer votre carrière de développeur, à incorporer des fonctionnalités en temps réel dans votre projet ou à traiter une grande quantité de données. Facile à apprendre avec un accès à DE NOMBREUSES ressources en ligne et suffisamment de documentation pour faire progresser votre niveau de programmation.

Notre nouveau wrapper vous laisse la liberté d’utiliser les fonctions callback ou EventEmitters, de stocker vos appels API afin de réutiliser vos requêtes précédentes et d’en apprendre plus sur les API Mailjet. Nous avons codé la fonction wrapper d’après les spécifications EcmaScript 2015 à paraître prochainement telles que la fonction Promise, le moteur de templates String Template et bien d’autres.

Fait pour tous

Ayant récemment rejoint Mailjet en tant que Développeur Évangéliste, je sais ce qu’implique apprendre et résoudre par soi-même lorsque l’on découvre les API pour la première fois. Ayant rapidement compris leur fonctionnement, mon objectif lors du codage du wrapper NodeJS était toutefois de faciliter l’utilisation des API Mailjet pour un maximum de personnes. Le code est simple et se focalise sur l’expérience du développeur et une certaine lisibilité. Le décryptage est relativement facile et le processus interne est intuitif. Le code wrapper a été conçu de façon à être modulable pour toutes les utilisations, que vous préfériez utiliser les callbacks ou les Promises.

C’est un environnement API très bas niveau qui vous permettra de développer les appels dont vous avez besoin sur un mode Javascript. L’API Mailjet est vouée à un bel avenir au sein de la communauté des développeurs. De nouvelles fonctionnalités intéressantes seront par la suite présentées aux utilisateurs Mailjet.

“Toute application qui peut être écrite en JavaScript, sera finalement écrite en JavaScript” – Jeff Atwood

Mailjet <3 Github

Tout comme le reste de notre bibliothèque de wrappers Mailjet, le code NodeJS est sous licence MIT. Nous publierons des scénarios d’utilisation au cours des semaines et mois à venir – gardez les yeux ouverts!

Pour finir, nous savons que nous ne pouvons pas développer un produit exceptionnel sans votre aide – vous, notre communauté de développeurs. C’est pourquoi nous apprécierions un retour de votre part ainsi que vos contributions en matière de code. Que vous débutiez en programmation ou que vous soyez un développeur aguerri, à partir du moment où vous documentez vos fonctionnalités, nous vous dirons ce que nous en pensons et envisagerons éventuellement de déposer votre code dans le répertoire officiel.

Mais assez de blabla : poursuivons avec notre démo, apprenez-en davantage et faites vos premiers pas dès aujourd’hui avec notre tutoriel !

TPE-PME : l’envoi d’emails de qualité quand on est seul

On ne le répétera jamais assez : l’email reste le canal de communication le plus rentable (jusqu’à 3400 % de ROI, contre 1200 % maximum pour Twitter ou Facebook). Aussi, l’utilisation de ce levier est intéressante à plus d’un titre pour les ecommerçants en tout genre. Cependant, pour les petites structures (startups naissantes, TPE et PME), l’envoi de campagnes d’emailing de qualité et pertinentes semble être une activité particulièrement chronophage et fastidieuse : une activité à laquelle vous ne pouvez pas consacrer de temps car vous développez votre entreprise. Rassurez-vous, nous vous donnons les clés pour que même les équipes composées d’une seule personne puissent envoyer des emails qui feront mouche.

L’envoi d’emails sans problème

Facilitez-vous la vie en laissant tout le fastidieux travail de paramétrage de serveur SMTP, de relations avec les FAI ou webmails, de croissance du service… à un tiers. Il existe de nombreux services d’emailing (comme Mailjet !) qui s’occuperont de la gestion complexe de l’infrastructure d’envoi de vos emails. C’est un précieux gain de temps pour le lancement de votre stratégie emailing.

D’une part, vous n’avez pas à vous soucier de la partie technique (particulièrement complexe) de vos envois. Vous n’avez qu’à intégrer un widget d’inscription sur votre site, et les envois, mise à jour des listes de contacts et autres se feront sans effort. Vous vous assurez une délivrabilité des emails de qualité.

D’autre part, en passant par ce type de services, vous n’avez plus à vous inquiéter de l’adaptabilité de la solution à vos besoins. Les solutions d’emailing sont scalables : si vos besoins d’envois croissent avec le temps, le service s’adaptera, vous garantissant une qualité d’envois constante, quel que soit votre volume d’envoi.

La création de contenus plus facile

Une fois votre solution d’envoi choisie et votre première liste de contacts prête, il ne vous reste plus qu’à composer votre message. Là encore, de nombreux outils existent pour travailler plus rapidement et efficacement.

Pour le design de vos emails, vous pouvez bien entendu passer par les outils de conception généralement inclus dans les différents services d’emailing. Mailjet propose Passport, un outil en glisser-déposer très simple d’emploi, qui vous permet de créer en un clin d’oeil des emails responsifs sur tous les écrans et appareils.

Si vous n’avez pas la possibilité d’avoir un ou une graphiste à plein temps et si vous-même n’êtes pas expert en design, vous pouvez faire appel à des outils tels que Canva. Ils vous permettrons de concevoir vos illustrations et design très facilement, sans connaissance artistique préalable.

Enfin, pour vos contenus propres, pensez à l’utilisation de services de curation de vos contenus, comme Publicate. Il vous permettra de déterminer rapidement quels textes vous voulez intégrer à votre email, quels liens et call to action placer… et finalement composer un email pertinent en quelques clics.

Avec ces solutions, vous devriez pouvoir conduire une stratégie d’emailing simplement et efficacement. Tout cela ne vous demandera qu’une demi-heure par newsletter. Alors plus d’excuses pour ne plus envoyer de campagnes optimisées ! Faites décoller vos revenus avec l’emailing !