7 méthodes pour réussir votre emailing en 2016

Récemment, l’email a commencé à retrouver ses lettres de noblesse, étant régulièrement mentionné comme l’une des technologies qui a le plus changé notre façon de travailler au cours de ces 10 dernières années, dépassant même les smartphones dans ce rôle. Cette tendance est loin de s’essouffler et se poursuivra largement en 2016.

L’email évolue grâce au cloud computing, à l’automatisation des envois et à son intégration aux réseaux sociaux. Il se concentre de plus en plus sur l’aspect “mobilité”. En tant qu’acteurs de l’emailing, nous devons nous assurer de suivre ces différentes tendances et nous y adapter afin que tous, expéditeurs comme destinataires, puissent tirer le meilleur parti de l’email.

Cet article réunit une panoplie d’outils et conseils qui vous permettront de booster à coup sûr votre stratégie emailing en 2016.

Tirez profit de vos listes de contacts. Vous travaillez dur pour recueillir de nouvelles adresses email parmi vos clients et prospects. Grâce à un outil de suivi comme Clearbit, vos listes de destinataires deviennent bien plus que de simples listes d’adresses : l’outil vous permet d’associer chaque contact à toutes les informations pertinentes dont vous avez besoin, et offre ainsi les mêmes options qu’un service de CRM.

Recevez des notifications en temps réel depuis votre adresse personnelle. Vous êtes-vous déjà demandé si tel email de prospection, envoyé depuis votre adresse, a été ouvert par votre destinataire ? Grâce à l’extension Sidekick pour Google Chrome, plus besoin de se poser la question ! Recevez des notifications d’ouverture de vos emails personnels comme professionnels. Ainsi, la prochaine fois, vous n’aurez plus à hésiter pour savoir si cela vaut le coup de relancer votre contact, car vous saurez déjà s’il a ouvert votre précédent email ou non.

Récupérez plus d’informations sur vos clients, et utilisez-les dans vos emails marketing. En utilisant un outil comme Segment, vous centraliserez toutes les informations que vos clients et contacts laissent sur différentes plateformes. Utilisez ensuite ces données pour enrichir vos emails, en envoyant le bon message à la bonne cible au bon moment. Vous verrez vite vos taux de conversion décoller !

segment

Collectez plus d’adresses emails. Vous cherchez à obtenir davantage d’adresses de clients potentiels ? Essayez l’outil de SumoMe : il vous permet de proposer aux visiteurs de votre site de rester en contact en acceptant de recevoir vos emails, lorsqu’ils sont sur le point de quitter la page par exemple. Ainsi, vous récupérez des adresses plus efficacement, et vous avez la certitude qu’il s’agit de personnes réelles, intéressées par votre activité.

Ne sous-estimez pas le potentiel des emails transactionnels. Des études récentes ont montré que les emails transactionnels qui incluent des offres personnalisées génèrent 20% de taux de conversion supplémentaire ! Si vous envoyez déjà des emails transactionnels, assurez-vous d’intégrer cette dimension de personnalisation à votre stratégie d’envoi.

L’automatisation ou l’avenir de l’email. L’email et le marketing automatisés (ou marketing automation) constituent un sujet récurrent depuis environ 5 ans maintenant. Aujourd’hui, les PME peuvent elles aussi commencer à en profiter car nombre d’outils et de services ont vu le jour, démocratisant cette pratique jusque là assez obscure pour les non-techniciens. En associant SendWithUs à Mailjet, par exemple, vous pourrez créer une liste d’emails qui seront envoyés automatiquement à vos utilisateurs en fonction de leur comportement sur votre site ou votre application. Ils recevront ainsi des messages relatifs aux différentes actions qu’ils ont entrepris, facilitant leur utilisation et entraînant ainsi davantage de conversion.

Centralisez à l’aide de votre boîte de réception. L’application Inbox de Gmail atteste de la place centrale qu’occupe l’email dans notre vie quotidienne, personnellement comme professionnellement. Avec ce produit, Google a conçu un outil prenant en charge des actions aussi diverses que la gestion de votre listes de tâches, les rappels de vos vols réservés ou trajets en train à venir et bien d’autres choses encore. Vous n’avez plus à vous compliquer la vie avec une multitude d’applications, tout y est centralisé.

inbox

Et vous, quels outils comptez-vous utiliser pour optimiser votre marketing par email en 2016 ? Faites-nous part de vos techniques en commentaire !

Gmail pour vos emails marketing : une fausse bonne idée

Il y a quelques jours, Loïc Le Meur se demandait sur Medium pourquoi sa newsletter arrivait en spam chez ses destinataires. A première vue, il respecte scrupuleusement les bonnes pratiques en matière d’envoi d’emails : une liste uniquement constituée de contacts opt-in, utilisation d’un service d’emailing, et évidemment, un contenu de qualité… Alors, qu’est-ce qui peut provoquer ce placement en spam ?

En fait, le problème est ailleurs : il se trouve dans l’adresse d’expédition. Celle qu’utilise Loïc Le Meur est une adresse @gmail.com. Sans paramétrage précis, les envois massifs effectués depuis les adresses de webmails ou de FAI (avant tout pensées pour l’usage des particuliers) sont quasiment systématiquement vus avec suspicion par ces mêmes webmails et FAI. Voyons ensemble pourquoi envoyer ses emails marketing depuis une adresse @gmail.com est, globalement, plutôt une mauvaise idée :

Envoyer une newsletter avec Gmail : des limitations

Tout d’abord, que vous passiez par un service d’emailing comme Mailjet ou que vous utilisiez directement l’interface de Gmail, sachez que vous rencontrerez des limitations d’envois et de contacts :
– 500 envois par jour (ce nombre passe à 100 si vous utilisez un client d’emailing POP ou IMAP tel que Outlook ou Apple Mail),
– 25 000 contacts maximum.

Plus votre liste de destinataires va croître, plus ces limites vont évidemment être contraignantes, que vous passiez par l’interface de Gmail même ou par un système comme Mailjet.

L’emailing avec Gmail ou le risque de passer pour un phisher

C’est vraisemblablement ce qui s’est produit dans le cas de Loïc Le Meur : une alerte au phishing était attachée à son message dans la boîte de réception de ses destinataires.

De manière générale, l’emailing de masse effectué depuis les adresses de webmails est vu d’un très mauvais oeil par les FAI. Dans la mesure où les expéditeurs ne possèdent pas le nom de domaine d’expédition (gmail.com, yahoomail.com, orange.fr…), les FAI ne peuvent pas paramétrer les authentifications SPF et DKIM attachées à ces domaines.

Les serveurs de réception n’ont donc pas la possibilité de vérifier votre légitimité en tant qu’expéditeur, même si vous respectez les autres règles standards de l’emailing (comme Loïc Le Meur dans son message). Aussi, plutôt que de risquer de nuire à l’expérience de leurs utilisateurs, les webmails et FAI préféreront signaler l’email entrant non authentifié comme une tentative de phishing.

Quelle solution ?

Si malgré ces contraintes, vous souhaitez toujours envoyer vos campagnes et newsletters depuis une adresse en @gmail.com, vous pouvez paramétrer le compte de votre service d’emailing pour qu’il passe par le serveur SMTP de Gmail. Il vous suffit de suivre les étapes suivantes :

  • Rendez-vous dans la section Paramètres de votre compte Gmail,
  • Cliquez sur l’onglet “Comptes”, puis sous l’entrée “Envoyer des emails en tant que”, sélectionner l’adresse @gmail.com d’envoi que vous souhaitez utiliser.
  • Cliquez sur “modifier les informations”. Là, vous avez la possibilité d’utiliser soit les serveurs SMTP de votre domaine (sélectionné par défaut), soit ceux de Gmail. Sélectionnez cette deuxième option.

Normalement, vous devriez pouvoir envoyer vos emails marketing à partir de votre adresse Gmail sans trop de souci. Cependant, un risque subsiste, les messages d’alerte au phishing peuvent continuer d’apparaître chez vos destinataires.

Si l’utilisation d’une adresse en @gmail.com peut être pratique et/ou vous permettre de vous placer sur le même plan que vos interlocuteurs, en ayant une adresse “individelle et personnelle” lambda, il y a beaucoup à gagner à utiliser une adresse email s’appuyant sur votre nom de domaine propre.

Vous aurez sûrement l’air plus professionnel, car cela donne une autre dimension à votre identité de marque. Et surtout, vous aurez bien plus de contrôle sur la réputation de votre adresse et, à condition de respecter les autres bonnes pratiques de l’emailing, vous n’aurez plus à vous soucier d’éventuel marquage en phishing.

Ne contactez plus vos clients par erreur

Vous avez sûrement déjà connu cette situation gênante au bureau, lorsque vous envoyez accidentellement à votre chef un email qu’il n’aurait pas dû recevoir, rempli de GIF ou de vos doléances à propos du dernier projet. Certains messages ne sont destinés qu’à un certain public, et il en va de même pour vos interactions avec vos contacts.

Certains clients ne souhaitent plus recevoir d’emails marketing, mais veulent toujours recevoir les emails transactionnels pour garder une trace de l’activité de leur compte (confirmation de commande, notifications d’expédition et autres alertes personnalisées). Ne vous inquiétez pas si vos clients souhaitent se désinscrire de vos campagnes marketing, cela ne signifie pas qu’ils sont perdus ! Au contraire, ils seront plus enclins à s’engager si vous respectez leur volonté et communiquez de la façon qu’ils préfèrent, même si la fréquence et les contenus promotionnels vous semblent insuffisants.

Auparavant, quand vous vouliez vous conformer aux préférences d’un client et l’exclure des envois marketing, vous deviez désinscrire manuellement ce contact, ce qui pouvait s’avérer fastidieux avec de nombreuses listes très segmentées. Pour pallier ce problème, nous avons développé une solution simple : la Liste d’exclusion de campagne. Désormais, vous pouvez ajouter des utilisateurs à cette liste d’exclusion, et ils seront automatiquement supprimés de vos listes de diffusion marketing, et ils recevront toujours vos emails transactionnels.

1-Campaign Exclusion List

Comment ça marche ?

Pour ajouter des contacts à votre liste d’exclusion, vous pouvez importer une liste de destinataires à exclure de vos campagnes, ou vous rendre directement sur la page de profil d’un contact pour le supprimer des futurs envois. Notre API vous permet également de gérer les contacts de la liste d’exclusion.

2-Exclude

Et si je change d’avis ?

Pas de panique : nous savons bien que souvent client varie, et que les préférences peuvent évoluer au cours du temps ! Ce paramétrage est donc annulable très facilement. Retournez dans votre liste d’exclusion de campagne et supprimez tout simplement le contact de la liste, afin qu’il reçoive de nouveau vos emails marketing.

La Liste d’exclusion de campagne va assurément alléger votre charge de travail et faciliter vos relations avec vos clients, surtout si vous utilisez beaucoup l’email. Nous sommes impatients de connaître votre avis sur ce nouvel outil !

Création et développement organique d’une liste de contacts

La liste de contacts est la pierre angulaire de votre stratégie d’emailing.

Sans liste de contacts propre, vous ne pourrez jamais délivrer vos messages dans de bonnes conditions et perdrez du temps (et de l’argent) pour des résultats peu satisfaisants.

Dans ce guide, nous passons en revue les différentes méthodes pour mettre sur pied et faire croître légalement et efficacement vos listes de contacts.

guide_liste_contacts

20 % d’abonnés en plus avec SumoMe et Mailjet. Rien que ça !

« J’ai trop d’abonnés à ma newsletter, j’en veux moins » : voilà bien une phrase que personne n’a jamais prononcée ! Ce mois-ci, Mailjet s’associe à SumoMe pour vous aider à augmenter de 20 % les inscriptions quotidiennes à votre newsletter.

SumoMe, c’est quoi au juste ?

SumoMe est une panoplie gratuite d’outils pour optimiser votre site internet. Parmi ces outils, vous trouverez le List Builder (« constructeur de liste ») : cette technologie permet de détecter le moment exact où un visiteur s’apprête à quitter votre site. Instantanément, une fenêtre modale ou pop-up apparaît pour proposer à vos visiteurs de s’abonner à votre newsletter avant de partir.

sumome

Comment fonctionne l’intégration de SumoMe avec Mailjet ?

SumoMe se connecte à votre compte Mailjet en un clic. Une fois l’outil activé, les adresses emails (et les autres données que vous demanderez) fournies par les visiteurs dans la fenêtre SumoMe sont automatiquement transférées dans une liste de contacts Mailjet spécifique.

Cerise sur le gâteau ?

La fameuse fenêtre qui permet de proposer l’abonnement au moment du départ de vos visiteurs est totalement personnalisable, afin de s’intégrer parfaitement à votre site internet et votre identité de marque.

Non, ce ne sera pas une fenêtre popup de style Windows 95 (ou antérieur). Vous pouvez d’ailleurs faire des tests A/B pour essayer différentes versions de votre fenêtre afin de choisir la plus efficace, et définir des paramètres avancés d’affichage selon les utilisateurs.

Attention, il y a encore mieux : les fenêtres SumoMe sont parmi les seuls plugins pop-up optimisés pour le mobile.

Pas mal, n’est-ce pas ? Une dernière bonne nouvelle pour finir…

En utilisant SumoMe avec Mailjet, vous avez aussi accès à toute leur panoplie d’outils, qui comprend notamment Heat Maps et Share. Heat Maps permet de voir où les visiteurs cliquent (et ne cliquent pas) sur votre site, tandis que Share facilite le partage de vos contenus sur les réseaux sociaux, boostant immédiatement votre visibilité.

Commencez à l’utiliser dès maintenant !

(Re)définir le spam

Le mot « spam » est rentré dans le langage courant, utilisé à tort et à travers. Vous vous faites spammer lorsqu’un collègue est un peu trop insistant sur Skype, lorsque votre mère vous inonde de SMS ou encore lorsque les joueurs de l’équipe adverse vous acculent de tirs dans votre jeu en ligne préféré. On se fait désormais spammer par tout et n’importe quoi… à tel point qu’on en a oublié le sens véritable du mot spam. Petit retour aux origines pour bien comprendre de quoi l’on parle.

spam01

Définition du spam par la CNIL

La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés a une définition très simple mais juste du spam :

Le spamming ou spam est l’envoi massif, et parfois répété, de courriers électroniques non sollicités, à des personnes avec lesquelles l’expéditeur n’a jamais eu de contact et dont il a capté l’adresse électronique de façon irrégulière.

Cette définition s’appuie sur l’article 22 de la Loi du 21 juin 2004 pour la Confiance dans l’Economie Numérique, qui cite le Code des Postes et Télécommunications :

Est interdite la prospection directe au moyen d’un automate d’appel, d’un télécopieur ou d’un courrier électronique utilisant, sous quelque forme que ce soit, les coordonnées d’une personne physique qui n’a pas exprimé son consentement préalable à recevoir des prospections directes par ce moyen. Pour l’application du présent article, on entend par consentement toute manifestation de volonté libre, spécifique et informée par laquelle une personne accepte que des données à caractère personnel la concernant soient utilisées à fin de prospection directe.

La différence entre un spam et un courrier électronique légitime est alors conditionnée par un seul paramètre : l’agrément du ou des destinataires à recevoir les messages envoyés. Tout message envoyé par une entreprise à des contacts ne lui ayant pas expressément donné leur accord pour recevoir ses emails est donc, de fait, un spam.

spam02

Tout message ennuyant n’est pas nécessairement un spam

Les notions d’ennui et de répétivité d’un email ne suffisent donc pas à le considérer comme un spam. De même, un email arrivant dans votre dossier spam peut ne pas être un spam… C’est à n’y rien comprendre, n’est-ce pas ? Voyons comment cela peut s’expliquer.

Ne le nions pas : le sentiment de harcèlement provoqué par les envois très fréquents (quotidiens voire pire !) de certaines marques peut être légitime, et provoquer l’agacement. Mais, tant que vous avez donné votre accord à cette marque pour utiliser votre adresse email, l’envoi de ces messages est tout à fait légal et n’en fait pas du spam. La question du rythme d’envoi et de la pertinence du contenu concerne plutôt l’application des bonnes pratiques de l’emailing (à savoir : envoyer un message pertinent et non intrusif pour les destinataires). Si vous avez le sentiment de vous faire « spammer » (comme on peut l’entendre parfois) par ces messages pourtant légitimes, c’est davantage parce que l’expéditeur cible très mal ses emails que parce qu’il est effectivement un spammeur. Par contre, les destinataires lassés de ces envois répétitifs qu’ils jugent dérangeants peuvent finir par cliquer sur l’option de « mise en spam » de ces emails, notamment si le lien pour se désinscrire des envois n’est pas clair : encore une fois, il s’agit d’une mauvaise pratique de la part de l’envoyeur.

spam03
Concernant, justement, le dossier spam de votre boîte de réception : le placement automatique de messages dans ce dossier n’assure pas non plus que ces emails sont réellement du spam. Le placement en spam est en réalité un choix de votre fournisseur de messagerie (Gmail, Outlook, Yahoo, etc) qui évalue la légitimité de l’envoyeur au travers d’un grand nombre de filtres complexes prenant beaucoup de critères en compte. La plupart des spams réels (légalement parlant) sont aujourd’hui bloqués par les puissants filtres anti-spam mis en place par les webmails et FAI au fil du temps (à tel point qu’un certain nombre d’emails légitimes n’arrivent même pas à destination). Les emails arrivant dans le dossier spam tombent en fait dans la catégorie de ce que l’on appelle le graymail. Le fournisseur de messagerie a estimé que ce message pouvait s’apparenter à du spam, pour différentes raisons : manque d’engagement de la cible (les taux d’ouverture de mails sont faibles), taux de bounce élevé, mauvaise réputation IP, contenus à la forme ou au fond considérés comme potentiellement douteux (consultez notre liste de mots à éviter !)… Les raisons sont variables et le diagnostic parfois difficile à établir.

Pour qualifier ce risque, le concept de délivrabilité est né : la délivrabilité dépend de nombreux paramètres à implémenter et à suivre précisément afin de s’assurer, lorsqu’on envoie des emails légitimes, d’échapper aux filtres anti-spam et d’atterrir en boîte de réception.

En résumé

Seul l’accord préalable et vérifiable de vos contacts différencie un email normal d’un spam, et permet à son auteur d’être un expéditeur légitime et non un spammer. Tout email envoyé à un destinataire ne vous ayant jamais donné cet accord sera considéré comme un acte de spam, et donc une infraction à la loi.

De nouveaux modules JAVA et PHP pour une intégration plus facile

Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement de la nouvelle version de nos modules API JAVA et PHP. Cette actualisation permet aux développeurs de récupérer des données directement depuis l’API avec un style de code interne plus léger. Nous souhaitions que tous les utilisateurs, experts comme novices, puissent comprendre le fonctionnement de ces wrappers facilement, et d’en modifier ou enrichir le code en fonction de leurs besoins.

Nous avons également intégré Travis aux deux wrappers pour les tests. Il s’agit d’un système d’essai automatique pour nos ressources GIT, ce qui vous permet de faire des requêtes d’extraction en toute confiance sans interrompre l’implémentation existante, maintenir à jour efficacement vos wrappers, le tout en étant certain d’utiliser une version stable de l’API.

Pourquoi cette nouvelle version ?

Screen-Shot-2015-12-18-at-12.32.05-PM

 

Notre wrapper Java initial était un peu trop complexe pour les débutants. Par exemple, récupérer les informations d’une campagne en Java pouvait prendre du temps :

Nous avons réduit ce processus à deux lignes de code seulement, ce qui le rend plus accessible à tous :

Pour cette nouvelle version des modules, nous souhaitions également nous appuyer sur la communauté Open Source. Nous avons utilisé la bibliothèque Google Http Client via un community project Java, ainsi que la célèbre Guzzle Http library pour PHP. Cela garantira la disponibilité de notre API sur Google Cloud, et donc sa maintenance par la communauté et son accessibilité.

Par exemple, voici comment récupérer un contact dans Java :

Et dans PHP :

Notre communauté de développeurs est essentielle, et nous vous encourageons tous à ne pas hésiter à apporter votre contribution ! Nous avons déjà fait l’objet d’un grand intérêt de la part de la communauté Github et avons reçu des contributions exceptionnelles sur les deux wrappers ; c’est avec plaisir que nous examinerons vos travaux !

De plus, nous souhaitions donner aux débutants, aux étudiants et aux participants du Hackathon un moyen d’envoyer rapidement et facilement des emails afin qu’ils puissent se concentrer sur le reste du développement de leur produit ou service :

Dans Java, il est possible d’envoyer un email grâce à la classe MJEasyClient.

Dans PHP, la procédure est sensiblement la même :

Qu’est-ce que tout cela implique ?

Pour ce qui est du fonctionnement interne, PHP et Java disposent à présent d’un code simplifié, plus cohérent, qui les rend plus faciles à utiliser ; ainsi, vous, membres de notre communauté, pouvez plus facilement les modifier comme vous l’entendez. Grâce à cette mise à jour, nos wrappers respectent à présent les standards du secteur. Par exemple, nous avons utilisé les spacenames, l’autoload et lanorme PSR pour PHP. Vous pourrez également retrouver les clients et les ressources qu’ils utilisent grâce à des gestionnaires de librairies comme Composer pour PHP et Maven pour Java. Nous sommes impatients de découvrir vos créations avec nos modules mis à jour !

Pour en savoir plus sur les nouveaux modules PHP et Java, rendez-vous sur nos pages Github ici et ici.

2015 : retour sur une année riche en emailing

Wow ! Nous sommes déjà en 2016 ! 2015 est passée si rapidement ! A cette occasion, nous regardons dans le rétroviseur et avons rassemblé différentes données sur les accomplissements de l’équipe Mailjet tout au long de l’année écoulée.

Evidemment, rien de tout cela n’aurait été possible sans vous et votre fidélité à nos services. Sans ses utilisateurs, Mailjet ne serait rien. Donc un énorme merci à toutes et tous. En 2015, vous avez envoyé 41% d’emails de plus qu’en 2014 ! Et ça n’est pas la seule statistique surprenante. Jetez donc un oeil à notre infographie ci-dessous :

infographie_mailjet_2015