Un nouveau look pour Dev.Mailjet

À l’heure actuelle, l’email est un aspect clé de n’importe quelle application, et pourtant, gérer sa propre infrastructure email est fastidieux pour la plupart des développeurs. C’est la raison pour laquelle nous dédions notre travail à construire des solutions d’emailing plus faciles à intégrer et utiliser.

Depuis 2015, notre API s’est beaucoup améliorée. Elle a mûri grâce à vos retours d’utilisation. Nous y avons apporté des changements, et nous avons même décidé de donner un coup de neuf à notre bon vieux site dev.mailjet.com, avec plein de nouvelles fonctionnalités pour l’occasion. Voilà tout ce qu’il faut savoir sur ces changements :

 

Un site complètement refondu pour les développeurs

2016 a été une année très chargée du côté de l’activité développeurs chez Mailjet. Les visites sur notre site dédié, dev.mailjet.com, ont largement augmenté et nous avons décidé qu’il était temps de le rafraîchir un peu.

Vous pouvez voir cette nouvelle version comme une maison largement améliorée pour les développeurs. Nous avons passé un bon coup de peinture sur les murs, avec un design aligné sur notre identité visuelle actuelle. Elle est aussi beaucoup plus facile à utiliser : vous pouvez désormais comprendre ce que fait l’API Mailjet en un clin d’oeil, sans avoir à naviguer dans toute la documentation.

send email API

En parallèle de cette refonte, nous lançons également une nouvelle newsletter dédiée à notre communauté de développeurs, afin de les tenir au courant des dernières nouvelles liées à l’API. Pour vous y inscrire (on vous le recommande chaudement), c’est par ici.

 

Notre API est encore plus cool qu’avant

L’API est le produit phare de Mailjet pour les développeurs. Et ce n’est pas pour nous vanter, mais avec les derniers ajouts que nous lui avons apportés, nous pensons que c’est plutôt un chouette produit :

Cerise sur le gâteau : nous avons aussi ouvert un compte Twitter dédié à notre communauté d’utilisateurs. C’est génial de rencontrer du monde durant les hackathons et les événements, mais nous trouvions qu’il nous manquait un moyen d’interagir avec vous tous les jours. Dites bonjour à @mailjetdev ?

 

Et après ?

Excellente question. Tout ça est déjà pas mal, mais la meilleure partie, c’est que ce n’est que le début d’une longue série d’améliorations prévues pour les utilisateurs de l’API Mailjet. Voilà un aperçu exclusif de ce que nous vous préparons pour les prochains mois :

  • Vous avez peut-être entendu parler de notre nouvelle fonctionnalité marketing : l’Automatisation. Vous pouvez désormais accueillir vos nouveaux utilisateurs automatiquement, et d’autres workflows automatisés seront bientôt lancés pour couvrir de nouveaux cas d’usage. Pour l’instant, elle n’est disponible que via l’interface mais nous avons prévu de la rendre accessible depuis l’API d’ici la fin de l’année.
  • En dehors des emails automatisés, il y a aussi notre projet open-source, qui est un peu notre bébé. MJML est un langage de balises qui facilite (enfin) le développement d’emails responsive pour les développeurs. Depuis son lancement en février 2016, MJML a reçu de nombreux retours très positifs de la communauté et son amélioration continue. Réintégrer complètement MJML à la Send API de Mailjet et dans Passport est l’une de nos priorités.
  • En parlant d’amélioration justement, nous concentrons également nos efforts sur l’API afin de la rendre encore plus performante. Les prochaines étapes consistent à améliorer l’index pour rendre la navigation encore plus simple pour les experts de l’API Mailjet.
  • En parallèle de ces projets et produits, nous souhaitons créer un espace dédié à notre communauté d’utilisateurs. Cet espace sera inclus dans le nouveau site et permettra aux utilisateurs de partager du contenu tech, d’échanger des astuces et de s’entraider.
  • Enfin, nous continuons bien sûr nos efforts pour publier plus de ressources documentaires permettant de faciliter la compréhension et l’utilisation de notre API. Cela passe par la création de nouvelles démos et d’un kit de démarrage pour simplifier la prise en main.

 

Comme toujours, nous sommes ravis de recevoir vos contributions sur Github et vos interactions avec nous sur Twitter. Vos retours nous permettent d’améliorer continuellement notre produit pour mieux correspondre à vos besoins. Merci d’être toujours aussi géniaux.

Gotta Catch ‘Em(ail) All : Email et Pokémon GO

À moins que vous ne viviez en ermite (et dans ce cas, merci à vous de lire cet article, et bravo pour avoir trouvé une connexion pour le faire), difficile d’être passé à côté. Depuis maintenant deux semaines, nous avons la possibilité de nous mettre dans la peau d’un véritable dresseur de Pokémons, et d’essayer de tous les attraper ! Enfin, au moins les 151 Pokémons originaux.

Oui, le rêve devient réalité. Enfin… le rêve de quiconque a suivi les aventures de Sacha et Pikachu dans sa jeunesse devient réalité, grâce à un jeu terriblement addictif : Pokémon GO. Vous pouvez parcourir le monde, capturer les monstres de votre enfance (ou de l’enfance de votre grand frère ou grande soeur – je me sens super vieux, d’un coup…) dans la rue, et évidemment conquérir le monde en attaquant les arènes ennemies ou en défendant celles de votre faction (allez la faction Sagesse !). Tout cela à condition, évidemment, d’avoir suffisamment de réseau et de batterie.

Au moment où nous écrivons ces lignes, le jeu est sur le point d’être enfin officiellement disponible en France. C’est évidemment une excellente nouvelle pour les aspirants champions d’arène, mais… quel est le rapport avec l’emailing, et le marketing en général nous direz-vous ? Bien plus que vous ne le croyez.

pokemon-go

Attrapez tous les clients

En quelques jours (quelques heures ?) à peine, le jeu est devenu un phénomène énorme, propulsant le prix de l’action de Nintendo à des niveaux jamais atteints depuis 6 ans. Actuellement, pour la première fois, Nintendo a plus de valeur que Sony. L’application a été plus téléchargée que Twitter ou Facebook. Face à des chiffres aussi impressionnants, il semble logique que d’autres entreprises essayent de surfer sur la vague Pokémon GO, avec plus ou moins de succès.

Mais que pouvez-vous faire si vous n’avez pas les mêmes moyens qu’Amazon ou Orange ? Pas mal de choses, à vrai dire. Vous avez certainement vu passer des images de magasins ou de restaurants ayant sauté sur l’occasion Pokémon GO assez rapidement. Un des atouts principaux du jeu est qu’il mélange mondes réel et numérique (tout comme Porygon). Les magasins bien placés (à proximité d’un PokéStop ou d’une arène) ont donc la possibilité d’attirer des dresseurs passant dans le coin. Comment ? Avec de simples panneaux. Évitez les messages d’obligation à la consommation, du type “Seuls les clients peuvent attraper des Pokémons chez nous”, qui renvoient une image négative. Investissez plutôt dans quelques leurres que vous utiliserez aux heures de pointe dans votre quartier ou votre rue, et proposez des réductions aux joueurs.

pokemon-go2
Vous utilisez “Féliciter ses prospects”. C’est super efficace !”

Vous allez peut-être me dire que tout le monde fait déjà ça. (Ce n’est pas tout à fait vrai, car le phénomène est loin d’être aussi abouti en France que dans les pays anglosaxons, donc vous avez encore un peu de marge). Mais soit, vous voulez aller plus loin ? Réjouissez-vous : John Hanke, le PDG de Niantic Labs (la société qui développe Pokémon GO) a annoncé que bientôt, les annonceurs et entreprises pourront sponsoriser certaines arènes. Niantic reproduit ainsi un modèle qu’elle a déjà appliqué par le passé dans son précédent jeu phare : Ingress.

Les applications Niantic et l’email : ce qu’on peut en apprendre

La plupart des sources tendent à confirmer que Niantic suivra effectivement le modèle d’Ingress pour monétiser davantage Pokémon GO. Dans la mesure où Niantic s’est détaché de Google en 2015, l’entreprise ne peut plus compter sur cette source de financement. Son positionnement est donc beaucoup plus axé sur les contenus sponsorisés et la vente d’espace publicitaire. Comme nous l’avons vu avec Ingress, les applications de Niantic sont constamment mises à jour pour faciliter l’expérience utilisateur ou permettre aux marques d’être visibles lors d’événements spéciaux. Et que compte-t-on parmi les mises à jour tardives d’Ingress ? Bingo : l’ajout de notifications par email.

Ces indices concordants nous permettent ici d’émettre en avant-première l’hypothèse que les emails devraient bientôt arriver sur Pokémon GO. Et ça serait plutôt une bonne nouvelle pour tout le monde.

La première – et peut-être la plus évidente – des raisons à cela est que l’email offrirait un moyen supplémentaire pour les joueurs d’être notifiés de la présence d’un PokéStop dans les alentours, ou de l’attaque d’une de vos arènes, autrement qu’en surveillant l’application elle-même. Après tout, il faut bien que vous protégiez votre territoire de la faction Bravoure #FactionSagesse.

pokemon-go3
La faction Sagesse est tellement au-dessus de tout

La seconde raison (et la plus intéressante pour les marketeurs) est qu’avec l’arrivée prochaine d’emplacements sponsorisés par les marques, on peut imaginer qu’un système de récompenses sera mis en place, comme ZipCar l’avait fait par le passé avec Ingress. Les marques qui proposeront des contenus sponsorisés sur Pokémon GO offriront également des réductions aux dresseurs passant par leurs spots. Et quel serait le moyen le plus pratique pour obtenir ces réductions afin d’en faire usage plus tard ? L’email, pardi.

Pokémon GO et l’email sont faits l’un pour l’autre. Même s’il est possible que les utilisateurs préfèrent recevoir leurs notifications dans l’application plutôt que par email, toute l’expérience d’obtention et d’utilisation d’un coupon promotionnel se déroulera de manière bien plus efficace et fluide si l’application envoie directement les messages et offres en question par email directement dans la boîte de réception des joueurs. Évidemment, il ne s’agit que de spéculation. Mais c’est une piste que Niantic devrait étudier avec attention.

Cela dit, nous ne bénéficions hélas pas des pouvoirs de précognition d’un Xatu pour prédire exactement ce que le futur de Pokémon GO nous réserve. Donc, en attendant d’en savoir plus sur les opportunités marketing qu’offrira le jeu, il ne nous reste que peu de choses à faire : arpenter les rues pour faire éclore ces oeufs, occuper toutes les arènes de la faction Bravoure #FactionSagesse et, bien sûr, tous les attraper !

pokemon-go4

Pourquoi utiliser des balises UTM dans vos campagnes ?

Que votre stratégie d’emailing vise à optimiser la visibilité de votre marque, à augmenter vos revenus ou encore à booster le trafic vers votre site Internet, il est primordial de suivre vos emails. L’emailing ne s’arrête pas au moment où vous cliquez sur « envoyer ». Pour améliorer votre stratégie, il est nécessaire que vous preniez connaissance de certains éléments : quels contacts ont ouvert votre message ? Quels call-to-action (ou CTA) ont généré le plus de clics ? Heureusement pour vous, quasiment tous les services d’emailing proposent des outils de statistiques d’emailing simples et claires incluant les taux d’ouvertures, de désabonnements, de clics, d’erreurs… Mais vous voulez en savoir davantage, notamment identifier le parcours suivi par les personnes ayant cliqué sur votre email : quelles pages ont-elles visitées ? Quels produits ont-elles achetés ? Il y a une solution : les balises UTM.

Les balises quoi ?

Les balises UTM. UTM vient de l’anglais « Urchin Traffic Monitor » et fait référence à Urchin, un outil d’analyse et de suivi du trafic Web racheté par Google en 2005 et dont les fonctionnalités ont été fusionnées avec celles de Google Analytics. Même si « Urchin » n’existe plus, ce nom est resté et est devenu une norme.

Pour faire simple, les paramètres UTM vous permettent d’ajouter quelques extensions de suivi à vos URL :

  • utm_medium (obligatoire) : permet d’identifier le support du lien. Ex. : email, reseaux_sociaux, etc.
  • utm_source (obligatoire) : permet d’identifier la source ou le site Internet d’où vient le lien. Ex. : mailjet_FR, newsletter, app_Android, etc.
  • utm_campaign (obligatoire) : permet d’identifier les liens provenant d’une même source et d’un même support.
  • utm_term (facultatif) : permet d’identifier les URL via des mots-clés. Particulièrement utile si vous avez souscrit à un référencement payant.
  • utm_content (facultatif) : utilisé pour les tests A/B pour différencier les liens.

En bref, les balises UTM vous aident à identifier, classer et organiser facilement et efficacement les différentes sources de trafic redirigeant vers votre site Internet.

Concrètement, quel est l’intérêt des balises UTM pour l’emailing ?

C’est vrai, comme je vous l’ai dit plus haut, la plupart des fournisseurs de services de messagerie vous donnent accès aux statistiques et aux informations les plus pertinentes de vos campagnes. Mais au final, votre suivi ne va pas plus loin que le statut de l’email : envoyé, ouvert, cliqué, rejeté, bloqué, signalé comme spam… Vous ne pouvez donc pas savoir ce qu’a fait le lecteur après avoir cliqué sur votre bouton CTA. C’est là la limite des services offerts par les fournisseurs de services emailing. Mais après tout, ce n’est pas leur rôle d’en faire plus.

C’est là que les balises UTM entrent en jeu. Elles vous permettent de connaître la source et le support de chacun des liens redirigeant vers votre site Internet. Vous pouvez ainsi suivre le parcours de vos visiteurs et identifier les pages qu’ils ont consultées.

Grâce à de telles données, vous pouvez découvrir les préférences de vos lecteurs pour leur envoyer des offres et des emails entièrement personnalisés. Ainsi (avec un peu de chance), vous pourrez retenir leur attention plus facilement et susciter un plus grand intérêt pour votre marque. Un feu d’artifice d’avantages en tout genre. Et le bouquet final ? Des revenus boostés !

Bon, ce n’est pas tout, mais comment utiliser les balises UTM avec Mailjet ?

Rien de plus simple. Avec Passport, il vous suffit de copier-coller un lien avec balises UTM dans les CTA de votre newsletter. Et c’est tout. Mais comment créer un lien avec balises UTM ? Pour ce faire, il y a plusieurs possibilités. Vous pouvez ajouter manuellement les balises source, support et campagne lorsque vous créez votre lien. Vous obtenez alors quelque chose comme ça : fr.mailjet.com/blog/balises-utm/?utm_source=blog&utm_medium=website&utm_campaign=article_utm.

Une méthode plus simple (puisque minimisant les risques de fautes de frappe, par exemple) consiste à utiliser un outil de création d’URL en ligne, comme celui proposé par Google Analytics. Vous avez également la possibilité de créer votre propre modèle prédéfini via une feuille de calcul classique : ajoutez vos balises et vos liens au document pour obtenir un lien UTM prêt à l’emploi.

Et maintenant ? Envoyez votre campagne et patientez le temps que vos destinataires ouvrent et parcourent votre email avant de cliquer dedans. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à effectuer le suivi avec Google Analytics pour mieux comprendre le comportement de vos lecteurs et ainsi mieux personnaliser vos emails.

Comme vous avez pu vous en rendre compte, les balises UTM, ce n’est pas sorcier : quelques petites modifications de vos liens suffisent pour augmenter vos revenus, booster l’intérêt de vos clients et susciter celui de vos prospects. Vous avez désormais toutes les clés en main : à vous de jouer !

N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences avec les balises UTM sur Twitter @mailjet_fr.

Infographie – Conserver son taux d’engagement en emailing pendant l’été

Tiens, ça y est. Les bureaux sont plus vides que le répertoire d’un ermite et les plages si bondées que trouver un coin de sable pour poser sa serviette relève de l’épreuve olympique : pas de doute, l’été est de retour.

Mais avec les vacances se profile un défi de taille pour les marketeurs par email : conserver son taux engagement pendant l’été, afin que les amourettes de vacances de vos utilisateurs, leurs concours de bronzage et leurs soirées barbecue ne leur fassent pas totalement oublier la belle relation que vous avez durement construite avec eux pendant l’année. D’un autre côté, vous avez aussi peur de les harceler alors qu’ils ont juste envie de se reposer.

Vous n’êtes pas les seuls : chaque été, les marketeurs sont confrontés au même casse-tête. Pas de panique, il vous suffit de parcourir notre infographie de vacances pour tout savoir sur les ficelles d’une bonne stratégie d’emailing estival.

 

Quelle est la bonne stratégie d’emailing à appliquer pour maintenir le taux d’engagement de vos clients pendant les vacances d’été ?

Infographie taux d'engagement été

Et vous, quelles sont vos astuces pour rester en contact avec vos utilisateurs pendant l’été ? Quelles campagnes emailing prévoyez-vous pour maintenir votre taux d’engagement ? Partagez votre expérience avec nous sur Twitter avec le hashtag #MailjetSummerEngagement. 

Infographie : L’impact des emojis dans les emails à travers le monde

Avez-vous remarqué que nous avons été envahis par les emojis ? Ces petites icônes japonaises sont désormais partout. Dans les SMS, les conversations chats, les articles de blogs et même dans nos boîtes mail : impossible d’y échapper. On assiste peut-être à la création d’une sorte de langage parallèle universel…

Si vous êtes un marketeur par email, vous avez probablement déjà été tenté d’ajouter un Père Noël souriant ?  dans une campagne avant les fêtes ou une jolie chaussure ?  dans un email annonçant vos prochaines promotions, en espérant que ces icônes sympathiques pourraient générer plus de clics.

Chez Mailjet, nous étions très curieux de découvrir l’impact des emojis sur les emails. Nous avons donc décidé de lancer une étude (très sérieuse) à ce sujet.

Pour cela, nous avons mené des tests A/X sur nos newsletters locales au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en France et en Espagne, qui totalisent 15 000 abonnés. Nous avons inclus dans les objets de nos newsletters quatre des emojis les plus populaires :

  • ? un visage qui pleure de rire ;
  • ? un visage qui sourit avec des yeux en forme de cœur ;
  • ? un visage qui fait un clin d’œil et qui tire la langue ;
  • ? un visage qui pleure à chaudes larmes.

Nous avons envoyé nos newsletters par lots en attribuant de manière aléatoire l’un des quatre emojis ou aucun, et nous avons comparé les taux d’ouverture obtenus.

Les résultats ont vite montré que les Emojis provoquaient des réactions contrastées d’un pays à un autre. Si en moyenne, elles augmentent systématiquement les taux d’ouverture au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, elles ont en revanche un impact négatif chez les destinataires français et ne provoquent pas de réaction particulière en Espagne.

Les Français se montrent donc globalement assez sceptiques sur l’utilisation de smileys dans les objets d’emails. Les Emoji joyeuses et farceuses s’en tirent relativement bien, avec peu d’écart par rapport au taux moyen sans Emoji, mais celles qui représentent des émotions plus extrêmes (amour/désespoir) ne font pas mouche.

A cela, on peut formuler de nombreuses hypothèses: les Français seraient-ils plus attentifs au fond qu’à la forme, ne souhaitant pas se laisser distraire par des petits bonhommes qui monopolisent l’attention ? Seraient-ils excédés par une tentative trop voyante de la part du marketeur d’attirer leur attention en forçant l’émotion, ou déjà trop habitués à la présence d’Emojis pour y trouver un intérêt ?

On notera tout de même que les taux d’ouverture en France sont, de manière générale, assez largement supérieurs aux autres pays, même sans usage d’Emoji: 34,3 % en moyenne tous essais confondus, contre 31 % au Royaume-Uni, 26 % aux Etats-Unis et 20 % en Espagne.

 

infographic emoji emails

 

Les marketeurs auraient tort de ne pas inclure d’emojis dans leurs emails. Judicieusement utilisées, ces icônes permettent de booster sensiblement l’engagement des abonnés. Les résultats de notre étude montrent que vous pouvez laisser libre cours à votre créativité pour les emails destinés aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, alors que pour un public européen, mieux vaut utiliser les emojis avec parcimonie.

Mais ces résultats n’évaluent pas seulement l’efficacité des emojis en tant qu’outil marketing : ils démontrent une fois de plus à quel point il est essentiel d’utiliser des tests A/B pour identifier les goûts d’un public cible, d’analyser les résultats des campagnes envoyées et d’utiliser la segmentation pour tenir compte des spécificités des utilisateurs dans différentes zones géographiques notamment.

Maintenant que vous savez tout sur l’utilisation des emojis, lancez-vous et faites ? vos taux d’ouverture !