Quiz : A l’approche des fêtes, quel type de spammeur êtes-vous ?

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas. Bientôt, les dindes et autres volatiles craindront pour leur vie, chacun retrouvera sa famille autour d’un délicieux repas, et les enfants se lèveront encore plus tôt que d’habitude, impatients de découvrir les merveilles que le Père Noël leur aura apportées.

Saint Nicolas, Black Friday, Cyber Monday, Hanoucca, Noël et le Nouvel An seront bientôt là. Préparez-vous ! Évidemment, pendant l’été, vous avez planché sur votre stratégie d’emailing pour ce dernier trimestre crucial : vous avez nettoyé vos listes de contacts, créé des modèles spéciaux pour les vacances, cherché de nouvelles idées… Vous êtes sur le pied de guerre.

Mais si vous n’étiez pas aussi organisé… Si vous étiez… un spammeur ? ?

Évidemment, vous n’en êtes pas un. Pour preuve, vous lisez assidûment notre blog et appliquez les astuces et bonnes pratiques de la délivrabilité que nous partageons régulièrement avec vous. Mais (et ce n’est là qu’une hypothèse), si vous aviez un alter ego spammeur, prêt à profiter des fêtes d’année pour envoyer des emails médiocres à des destinataires qui n’ont rien demandé ? Quel type de méchant spammeur seriez-vous ?

Ne laissez pas durer le suspense plus longtemps… Faites notre test pour découvrir comment vous agiriez si vous étiez du côté obscur de l’emailing…

Ça vous tente ? C’est parti !

 

 

Gmail est enfin compatible avec la création d’emails responsive

À la question « Que changeriez-vous dans votre travail ? », de nombreux développeurs email répondraient sans doute « Gmail ». Les restrictions de la messagerie de Google en matière de codage d’emails responsive sont un cauchemar particulièrement chronophage. Mais tout cela pourrait bientôt changer.

La semaine dernière, Gmail a annoncé une prochaine mise à jour importante qui va révolutionner sa gestion du code. Concrètement, cela veut surtout dire que le petit jeu de « je t’aime moi non plus » entre Gmail et les développeurs email pourrait bientôt se transformer en amour passionnel.

C’est quoi le problème avec Gmail, au juste ?

Il fut un temps où l’on consultait les emails sur de grands écrans d’ordinateurs de bureau. De nos jours, on utilise divers appareils avec des tailles d’écran variables : smartphones, tablettes, ordinateurs de bureau, objets connectés… Responsive est désormais le maître-mot. Les emails doivent être lisibles sur tous les écrans, quelle que soit la plateforme – un défi de plus à relever pour les développeurs.

La manière la plus simple de cibler différents appareils pour obtenir des emails responsive est d’avoir recours aux requêtes de média, qui permettent d’adapter les éléments de l’email en fonction de la taille de l’écran sur lequel il s’affiche. Cependant, les requêtes de média n’étant pas encore prises en charge par Gmail, obtenir un affichage correct des emails sur tous les appareils est un véritable casse-tête.

v2

Les restrictions de Gmail ne se limitent pas aux requêtes de média. Alors que chez d’autres fournisseurs de webmail, quelques lignes de code suffisent à ajouter des styles intégrés au début du fichier HTML pour harmoniser la mise en forme de l’email quels que soient le client de messagerie et l’appareil, ce n’est pas possible avec Gmail. Dans le souci de protéger ses utilisateurs contre les menaces, la messagerie de Google supprime la majeure partie du contenu des balises, y compris les styles intégrés. Les développeurs doivent donc préciser la mise en forme de chaque balise à l’aide de styles intralignes, qui fonctionnent à coup sûr mais prennent énormément de temps. Ce problème peut être contourné en ciblant, à l’aide de l’attribut « aria-labelledby », les éléments que l’on ne peut pas traiter avec les attributs « class » et « id ». C’est ce que fait notre langage de balisage open source MJML.

Pas terrible, en effet. Et en quoi cette mise à jour va-t-elle changer les choses ?

Pour commencer, Gmail a annoncé la prise en charge des requêtes de média, ce qui facilitera grandement le codage d’emails responsive. Désormais, il sera bien plus facile de créer des emails à plusieurs colonnes ou de cibler différentes tailles d’écran. Ces colonnes s’aligneront les unes sous les autres sur les appareils à l’écran vertical, par exemple.

screen-shot-2016-09-20-at-10-11-32

Et ce n’est pas tout. Gmail a également annoncé la prise en charge des styles intégrés, y compris les attributs « class » et « id » qui étaient automatiquement supprimés auparavant. Gmail permet ainsi aux développeurs de se passer enfin des styles intralignes. Il s’agit d’un grand pas en avant, avec un énorme impact sur le temps consacré au codage des emails. La prise en charge des requêtes de média et des styles intégrés marque une avancée majeure dans la conquête du tout responsive.

Et surtout, cela veut dire que l’on n’aura plus besoin d’utiliser l’attribut « aria-labelledby ».

Super ! Comment cela va-t-il m’affecter, concrètement ?

En gros, Gmail ne sera plus la source principale de vos problèmes de codage (du moins pour le moment). Grâce aux styles intégrés et aux requêtes de média, vous pourrez développer plus facilement et plus rapidement des emails responsive avec une structure et une mise en forme uniformes sur différents appareils.

Google n’a pas encore précisé la date de déploiement de la mise à jour ni les versions Gmail concernées (webmail, iOS, Android, Google Apps for Work, Inbox…). Du coup, même si nous sommes ravis de cette nouvelle, nous n’avons pas encore sorti le champagne.

Cependant, le codage des emails est loin d’être universel et il reste de nombreuses différences entre les webmails pouvant affecter l’affichage de vos messages responsive. S’il devient plus facile de coder des emails responsive sur Gmail, ce n’est malheureusement pas le cas pour d’autres clients de messagerie. De plus, il est toujours difficile d’être à jour sur tous ces changements. C’est pour passer outre tous ces évolutions spécifiques à chaque client de messagerie que nous avons lancé MJML, notre langage de développement d’emails responsive facile à apprendre. L’un des avantages de MJML est que tous vos modèles précédents resteront responsive après cette mise à jour, sans aucune action de votre part. Pas mal, non ? Et si le codage n’est pas votre fort, vous pouvez toujours choisir l’un de nos templates de newsletters responsive, et le modifier directement dans Passport.

Ces nouvelles ont changé votre vie et vous voulez partager votre joie ? Ou vous n’y croirez que quand vous le verrez de vos propres yeux ? Donnez-nous votre avis sur l’annonce de Gmail sur notre compte Twitter.

L’emailing au salon E-Commerce Paris 2016

Plus fort que la keynote d’Apple et l’Assemblée Générale des Nations Unies, l’événement de la rentrée, c’était incontestablement le salon E-Commerce Paris 2016, qui s’est tenu du 12 au 14 septembre 2016 à Paris Expo Porte de Versailles. Evidemment, Mailjet était là pour cette grand messe annuelle des e-commerçants : l’email est au coeur du métier, il est logique que nous allions à la rencontre de ceux qui s’en servent le plus pour comprendre leurs problématiques.

Vous y étiez ? Vous l’avez raté ? Dans tous les cas, nous nous sommes chargés de vous récapituler l’essentiel du salon en un article afin que vous en profitiez bien au chaud dans votre canapé.

 

L’emailing toujours au coeur du e-commerce

Bien sûr, le salon est l’occasion de découvrir de nombreuses nouvelles technologies autour de l’e-commerce : CRM, plateformes de sites internet, logistique, solutions de service client toujours plus sophistiquées, DMP… A ce titre, les startups comme Spread, Nosto ou LionBridge (qu’on salue en leur qualité de voisins de Mailjet sur ce salon ?) côtoyaient joyeusement les grands groupes du secteur comme La Poste et Google avec leurs solutions destinées aux professionnels.

L’emailing n’était pas en reste, et le SNCD l’a prouvé en présentant les résultats de sa dernière étude EMA (Email Marketing Attitude) lors d’une conférence consacrée aux usages et tendances de l’emailing en 2016. Et les résultats sont encourageants : l’email se porte bien, très bien même. Il reste en tête des canaux non seulement en termes de rentabilité, mais aussi en matière d’efficacité.

En B2B par exemple, le SNCD remarque que l’email publicitaire continue d’avoir un gros impact : suite à sa réception, 55 % des destinataires sont susceptibles d’aller sur le site de l’expéditeur (chiffre en augmentation par rapport à 2015), 23 % de remplir le formulaire de contact, 20 % de faire une demande de devis et 14 % de se connecter aux réseaux sociaux.

 

Mailjet au salon E-Commerce Paris 2016

Evidemment, chez ” target=”_blank”>Mailjet, nous n’avons pas chômé non plus. Avec un stand dans le pavillon 2.2 aux couleurs de notre nouvelle identité visuelle, nous avons accueilli les visiteurs par dizaines pour tester Passport en direct et créer des newsletters responsive en quelques secondes, parler intégration avec les plateformes du secteur (Magento, WordPress…) et discuter de nos solutions techniques de routage.

Merci à tous les utilisateurs et clients qui sont passés nous dire bonjour et nous parler de leur quotidien avec nos outils d’emailing : c’est grâce à vous qu’on les améliore.

salon e-commerce paris 2016-1
Nous avons également rencontré de nombreux partenaires comme Oxatis, Trusted Shops ou encore Adlead, et engagé la discussion avec des agences et entreprises intéressées par les solutions de partenariat et de revente proposées par Mailjet.

Enfin, nous avons fait gagner 2 Chromebook Asus par simple tirage au sort sur notre stand. Félicitations aux heureux gagnants, Boxify et Dealer2coques.

cskbmc9waaaesd6
 

Comment booster ses revenus avec l’email : notre atelier solution avec Privilège de Marque

Lors du salon, nous avons proposé un atelier solution de 45 minutes sur une thématique liée à l’emailing. Jérémy Viault, notre Product Marketing Manager, a présenté devant une salle comble le témoignage de Privilège de Marque, un client de longue date de Mailjet pour qui l’email est au coeur de l’activité (70% du trafic direct vers le site est généré par l’emailing).

salon e-commerce paris 2016-2
En présence du président de Privilège de Marque, Guy Boeuf et de son chef de projet digital Clémence Lefebvre, de nombreuses thématiques ont été abordées :

  • Le modèle de ventes privées et le rôle central de l’email dans la stratégie de revenus ;
  • Comment tirer parti de l’email dès le lancement de son site et faire croître sa base de contacts très rapidement ;
  • L’optimisation du contenu et du poids des emails pour une meilleure délivrabilité ;
  • L’accompagnement dont a bénéficié l’entreprise pour améliorer ses campagnes d’emailing et augmenter son trafic.

Si vous n’avez pas pu assister à la conférence, bonne nouvelle, nous avions tout prévu : vous pouvez retrouver l’intégralité de son contenu (vidéo et slides) juste ici.

 

Et vous, vous êtes allés au salon E-Commerce Paris cette année ? Qu’en avez-vous appris ? Etes-vous passé nous dire bonjour ? Racontez-nous sur Twitter.

Découvrez le support API de Mailjet

Vous voyez dans quel état peut vous mettre la perspective de faire appel au support client ? Bien. Maintenant, mettez-vous dans la peau d’un développeur. En général, les problèmes que nous rencontrons sont complexes et nécessitent une assistance spécifique. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous améliorons constamment nos guides API, notre communauté de développeurs et nos bibliothèques : chez Mailjet, nous facilitons la tâche aux développeurs qui ont besoin d’aide. Grâce à vos précieux retours, nous sommes certains d’être sur la bonne voie.

Et si nous faisions encore mieux ? Eh oui, c’est possible ! Nous avons aujourd’hui le grand plaisir d’annoncer que, cet été, notre équipe de support a recruté et formé deux agents dédiés aux questions API.

La raison est simple : notre offre de produits s’enrichit. Nous estimons donc nécessaire d’assurer un support plus pointu, particulièrement en matière d’API, où l’expertise fait toute la différence. Un support API implique de savoir lire, exécuter et corriger des échantillons de code dans de nombreux langages de programmation (y compris ceux qui nous sont le moins familiers) afin de cerner les améliorations ou rectifications nécessaires pour que vos emails atteignent vos cibles. Cela requiert de la patience, une solide compréhension de l’environnement du développement logiciel et une connaissance approfondie du fonctionnement de notre API.

Quoi de neuf ?

Désormais, vous pouvez associer une balise « Question API » aux tickets que vous ouvrez auprès de notre équipe de support. Cela simplifie le tri des requêtes, permettant à nos agents dédiés de se charger personnellement de ce type de ticket. Naturellement, les autres membres de notre équipe de support restent à l’écoute de vos autres questions API plus générales.

La mise à disposition d’un service de support dédié à notre communauté de développeurs est loin d’être une nouveauté pour nous. Depuis l’an dernier, l’adresse api@mailjet.com est le point de contact de notre équipe en charge des relations avec les développeurs. Elle fait office de lien direct entre vous et nos experts, qui aident et conseillent les utilisateurs de notre API.

Passionnés comme nous le sommes, nous pensons qu’il est encore possible de perfectionner le traitement et le suivi des questions qui nous sont posées. C’est aussi vrai pour le support API. C’est pourquoi, à partir du 1er octobre, l’adresse api@mailjet.com ne sera plus dévolue au support : elle redeviendra l’adresse à laquelle vous pourrez nous envoyer vos retours et vos déclarations d’amour (et aussi vous procurer des articles promotionnels – nous savons que vous en êtes friands…)

picture1

GitHub continue à accueillir les débats autour des améliorations et rectifications de nos wrappers officiels. GitHub nous offre deux avantages clés : d’une part, de précieux échanges avec notre communauté et, d’autre part, la collecte des retours de contributeurs qui prennent le temps de nous signaler des problèmes ou de faire des demandes d’extraction pour améliorer nos bibliothèques. Ce pour quoi nous vous remercions chaudement ! Vous nous aidez concrètement à améliorer notre outil.

Zhivko et Mike

En plus de tous les points mentionnés plus haut (par exemple : l’expertise et les circuits courts internes pour les questions API), nous sommes convaincus qu’une approche personnelle en matière de support permet de construire une relation durable avec nos utilisateurs.

Laissez-nous donc vous présenter les deux champions chargés de traiter toutes vos questions API et d’optimiser votre expérience avec Mailjet. Pour l’instant, le support API est uniquement disponible en anglais. Puisque nous, les développeurs, avons l’habitude d’employer des termes techniques anglais, cela nous semble être un bon point de départ.

Fini le suspens, enfin des noms ! Zhivko Zhelev répondra à vos questions API et résoudra tous les problèmes que vous pourrez rencontrer. Il est basé à Sofia, en Bulgarie, et travaille main dans la main avec Emmanuel Boisgontier (l’auteur génial de notre documentation API et de réponses à de nombreuses questions API). Zhivko est chargé du support API pour l’Europe.

Michael Pauer (« Mike » pour les intimes), nous a rejoints en 2013. Depuis, lorsque les membres de l’équipe Europe rentrent chez eux pour un repos bien mérité après vous avoir accompagné, il prend le relais depuis le Canada pour vous apporter des réponses. Au fil du temps, il a porté de nombreuses casquettes et appris à connaître les tenants et les aboutissants de notre système, notamment notre API. Mike supervise le support API pour le fuseau horaire nord-américain.

Nous espérons que cette nouvelle organisation vous conviendra et améliorera encore votre expérience de notre plateforme.

N’hésitez pas à nous envoyer vos questions et retours sur Twitter ou à l’adresse api@mailjet.com.

Blog-emailing : le nouveau Graal du marketing en ligne ?

Mélanger des éléments peut parfois donner de drôles de résultats, à l’instar du chiot-singe-bébé mutant de Mountain Dew, une créature tout droit sortie du laboratoire du Docteur Frankenstein qui a effrayé bien des spectateurs lors du dernier Super Bowl. Pour autant, en choisissant les bons ingrédients, le résultat peut être détonnant, telles l’élégance du footgolf et la gourmandise d’un McFlurry Oréo. Ce genre d’expérimentation peut-il fonctionner correctement dans l’emailing ? Chez Mailjet, nous avons réussi l’impossible. Êtes-vous prêt à découvrir notre nouvelle technique marketing de prédilection ? Nous avons le plaisir de vous présenter : le blog-emailing.

En matière de stratégie marketing numérique, les blogs et les emails sont des outils particulièrement efficaces. Ces deux techniques permettent d’accroître la notoriété d’une marque, de développer la fidélisation client et à terme d’augmenter les revenus. Eh oui, peu importe votre cible, au final, ce sont vos lecteurs les plus assidus qui achètent le plus.

Si tenir un blog est la méthode parfaite pour gagner en notoriété, l’email marketing reste le meilleur choix pour convertir vos lecteurs en clients fidèles. Des études ont démontré que les entreprises qui pratiquent l’emailing marketing parviennent à attirer plus d’attention, à développer une relation client plus durable et à vendre davantage de produits par rapport à celles qui mettraient cette stratégie de côté. Mais attention : cela ne consiste pas simplement à envoyer des emails… Pour offrir une expérience d’exception, il est crucial de respecter les meilleures pratiques en la matière – présentations éblouissantes, objets percutants, boutons CTA pertinents… Autrement dit, ne rien laisser au hasard.

De l’autre côté, le principe des articles de blog est plutôt simple : le contenu est maître et… c’est tout. La pertinence et la qualité du contenu sont les gages de la crédibilité de l’auteur. C’est ce contenu qui permet d’offrir la valeur ajoutée essentielle au développement d’un lectorat fidèle.

Alors qu’attendons-nous pour extraire et fusionner la quintessence de ces deux techniques ? Prêt à découvrir le McFlurry Oréo du marketing numérique ? Vous pouvez attaquer la suite de cet article, et ne vous inquiétez pas : pas de chiot-singe-bébé à l’horizon.

 

Améliorer ses performances grâce au blog-emailing

Vous l’aurez deviné, le blog-emailing est une technique hybride, résultat du croisement entre l’email marketing et l’article de blog. Pour faire simple, c’est un emailing où l’accent est mis sur le contenu, qui se doit d’être à la fois divertissant et enrichissant. Mais contrairement à vos articles de blog classiques, le contenu n’est disponible que pour vos abonnés, et permet de convaincre vos lecteurs de finaliser un achat ou d’en apprendre davantage sur votre marque sans qu’ils aient à quitter leurs boîtes de réception. Une technique pratique pour séduire ceux qui rechignent à cliquer sur vos CTA.

Le principe est simple : attirer les lecteurs vers vos produits en leur envoyant des blog-emails au contenu pertinent et de qualité. Cette approche permet ainsi à l’expéditeur de gagner en crédibilité et de se positionner comme expert de son domaine, et non comme un vendeur acharné bombardant ses contacts de publicités intempestives.

Le blog-emailing est une technique flexible qui peut être personnalisée selon vos contacts et votre secteur d’activité. Les possibilités sont infinies : optez pour un envoi hebdomadaire, tentez vos contacts en proposant un contenu plus long réparti sur différents emails – telle une série télé immanquable – ou encore des formations gratuites, comme le fait Noah Kagan avec son programme de cours en ligne, Summer of Marketing.

Emal course by Noah Kagan
 

Prêt pour le festival du blog ?  

Toutes ces perspectives font rêver, non ? On s’en doutait. Vous vous demandez quand et comment vous lancer dans le blog-emailing ? Que vous soyez freelance, professionnel bien établi ou encore que vous travailliez dans une grande entreprise, vous y trouverez votre compte.

Professionnels et travailleurs indépendants

Les débuts d’un travailleur indépendant ou d’un auto-entrepreneur sont souvent jalonnés d’épreuves. Faire connaître sa marque et ses services tout en essayant de se trouver une place sur le marché n’est pas chose aisée. Si le blog-emailing est la solution parfaite pour ces acteurs, il offre également de nombreux avantages aux professionnels bien établis ayant déjà trouvé leur créneau, notamment au niveau du développement de la liste de contacts et du positionnement en tant qu’expert d’un domaine, le tout sans trop d’efforts. Commencez par un blog classique, avec des articles aux contenus à valeur ajoutée qui reflètent votre expertise. Cela encouragera vos lecteurs à s’abonner à votre liste de diffusion par laquelle vous pourrez envoyer toutes sortes d’astuces, de conseils et d’analyses en exclusivité.

L’exemple parfait ? Originaire de Victoria dans la province de la Colombie-Britannique, Paul Jarvis est un designer, auteur et développeur de logiciels ayant travaillé pour Forbes, Newsweek ou encore BuzzFeed (pour n’en citer que quelques-uns). Il a créé une liste de diffusion intitulée The Sunday Dispatches, dans laquelle il discute des problèmes qu’il rencontre quotidiennement au travail. Aujourd’hui, Paul Jarvis envoie ses emails hebdomadaires à plus de 22 000 abonnés !

Paul Jarvis

Exemple d’un blog-email de The Sunday Dispatches, par Paul Jarvis

Petites et grandes entreprises

Les petites entreprises peuvent également bénéficier des avantages du blog-emailing, à savoir gagner en notoriété et renforcer leur positionnement. Toute la difficulté ici réside dans la capacité à élever toute une entreprise au rang d’expert (au lieu d’un individu dans le cas précédent). Un véritable défi en soi, puisque l’auteur est en quelque sorte désincarné : il faut obtenir la confiance des lecteurs sans qu’ils s’attachent à un visage particulier.

L’email blogging peut améliorer la visibilité et la connaissance de votre marque, ainsi que la fidélité des clients. Il est souvent rare que les clients d’une marque visitent beaucoup le blog associé. Si vous êtes une petite entreprise peu connue, la plupart de vos clients ne se souviennent pas forcément spontanément de votre marque ou des produits que vous proposez. Mais si vous parvenez à susciter leur intérêt et à ne pas les décevoir, vous trouverez le chemin de leur coeur… Ou, en tous cas, vous les aiderez à se souvenir de votre marque. Soyons honnêtes : la plupart des gens préfèreraient avoir les bénéfices d’une course de 5KM sans avoir à bouger de leur canapé, plutôt que d’aller vraiment courir. C’est un peu la même chose avec le contenu -on veut apprendre, mais on n’a pas envie de faire beaucoup d’efforts pour ça, alors l’email blogging tombe à point. Proposez des contenus accessibles rapidement et facilement.

Lorsque vous êtes au stade où vous n’avez plus trop de problème de notoriété de marque, se pose souvent le défi d’établir une relation durable avec vos clients. Encore un avantage du blog-emailing : cette technique apporte une dimension d’exclusivité à vos contenus. On aime toujours se sentir privilégiés, en particulier à l’ère du digital. Montrez à vos contacts à quel point ils sont importants pour vous et proposez à vos abonnés des avantages exclusifs en leur offrant quelques conseils et astuces pour tirer le meilleur parti de vos produits ou services, par exemple. Cette technique permet de fidéliser vos clients qui ne ressentiront plus le besoin d’aller voir ce qu’il se passe chez vos concurrents.

Besoin d’idées ? Nous en avons à la pelle. Vous êtes une entreprise spécialisée dans la livraison de repas ? Envoyez des recettes selon les plats commandés. Propriétaires de boutiques de mode en ligne ? Envoyez donc un petit email avec des conseils mode ou encore une analyse des styles des célébrités. Ah, vous êtes dans l’édition de logiciels ? Un blog-email expliquant comment tirer le meilleur parti de votre produit devrait faire l’affaire. Quant aux établissements d’enseignement supérieur, ils peuvent fournir des conseils en matière d’apprentissage…

Fashion tipps via email

Conseils mode, par The Promdi Chic

 

Eh oui : les possibilités sont infinies, vous pouvez donc être créatif. Faites preuve d’inventivité et créez des contenus exceptionnels qui passionneront vos abonnés.

Alors, convaincu par le blog-emailing ? Vous avez déjà essayé ? Dites-nous tout sur Twitter avec les hashtags #EmailBlogging, #MailjetMarketing.  

Optimisez votre réputation d’expéditeur

Nettoyer vos listes de contacts, refuser l’achat de données tierces, faire en sorte que les emails n’atterrissent pas dans les spams… toutes ces bonnes pratiques de l’emailing n’ont plus de secret pour les responsables marketing dont le métier consiste à assurer la bonne délivrabilité des emails. Mais à quoi servent ces bonnes pratiques ? Evidemment, vous savez déjà que si vous ne les suivez pas, votre délivrabilité risque d’en pâtir. Mais pourquoi ? La réponse tient en trois mots : la réputation d’expéditeur.

La réputation, une ressource stratégique à l’heure du numérique

Vous devez chérir, bichonner et protéger votre réputation d’expéditeur, car dans le monde numérique, tout comme dans le monde réel, vos actions influencent votre image. Alors réfléchissez bien à ce que vous faites. Dans la vie réelle, il ne vous viendrait pas à l’idée de crier au lieu de parler ou de couvrir les maisons de votre voisinage de publicités pour votre entreprise. Il en va de même pour l’emailing : suivez toujours les bonnes pratiques et ne spammez jamais vos contacts ; votre réputation d’expéditeur est en jeu.

Commençons par définir ce qu’est la réputation d’expéditeur : comme son nom l’indique, il s’agit de la réputation associée à votre comportement d’expéditeur, et plus précisément, à vos adresses IP de vos serveurs SMTP et à vos noms de domaine. Pour vous aider à évaluer votre réputation, la plupart des fournisseurs de services de messagerie offrent des services de suivi. Vous pouvez ainsi surveiller directement votre réputation sur votre tableau de bord. Si votre prestataire ne propose pas d’option de ce type, sachez qu’il existe de nombreux outils pour calculer votre score : SenderScore.org, ReputationAuthority ou Senderbase.org, etc. Ces organismes sont connus pour leur engagement dans la lutte contre le spam. Les outils qu’ils proposent sont donc souvent utilisés par les FAI, les webmails et les fournisseurs de services d’emailing pour connaître le score d’un nom de domaine ou d’une adresse IP.

Ce “Sender Score” est calculé suivant plusieurs paramètres : votre historique d’expéditeur, le nombre de plaintes spams associé à votre nom de domaine, le nombre de Spam Traps que vos emails atteignent, les différents protocoles d’identification (SPF, DKIM, DMARC, etc.) que vous avez configurés, la confidentialité ou non de votre WHOIS (et s’il est correctement rempli), etc.

Ouh là, ça a l’air compliqué tout ça… Comment est-ce que ma réputation d’expéditeur influence réellement mes campagnes ?

La réponse est évidente ! Le concept de réputation d’expéditeur parle de lui-même : si votre réputation est mauvaise, vos emails n’arriveront pas dans la boîte de réception de vos destinataires.

Tout d’abord, la réputation d’expéditeur dépend de votre comportement d’expéditeur et de votre stratégie d’emailing. Ainsi, si vous ne suivez pas les bonnes pratiques d’emailing et si vous utilisez des listes de contacts achetées ou une adresse de webmail comme adresse d’expéditeur, vous avez toutes les chances d’obtenir un mauvais score de réputation. Par conséquent, vos emails n’atteindront pas les boîtes de réception.

email_trash

Par ailleurs, comme dit précédemment, les messageries en ligne, les FAI et les fournisseurs de services de messagerie surveillent votre “Sender Score”. Ainsi, dans le pire des scénarios, vos emails seront considérés comme des spams et ne seront donc plus pris en compte par ces services. Un cercle vicieux se dessine alors : un mauvais comportement d’expéditeur génère une mauvaise réputation, une mauvaise réputation empêche l’amélioration de vos statistiques (à moins de prendre des mesures drastiques), ce qui ternit à nouveau votre réputation d’expéditeur… Vous avez compris l’idée.

Alors, comment optimiser ma réputation d’expéditeur ?

En fait, c’est très simple. Il vous suffit de respecter les bonnes pratiques de l’emailing : assurez-vous que tous vos contacts sont abonnés en opt-in à votre liste de diffusion (ou mieux, qu’ils ont procédé à une validation double opt-in), nettoyez vos listes à la fin d’une campagne, mettez en place les protocoles adaptés, etc. Ces règles de base sont faciles à respecter et améliorent considérablement votre Sender Score et donc, votre taux de délivrabilité. Pour connaître les fondamentaux de la délivrabilité, consultez notre guide.

Mais que faire si, malheureusement, votre réputation d’expéditeur est mauvaise ? Vous allez avoir besoin de patience et de temps.

  • Commencez par vous pencher sur la configuration de votre adresse d’expéditeur. En premier lieu, assurez-vous d’être identifié comme un expéditeur légitime, avec un WHOIS public et des protocoles SPF et DKIM correctement configurés.
  • Ensuite, comme votre score de réputation est déjà bas, vous devez nettoyer minutieusement vos listes : supprimez tous les contacts inactifs (ceux n’ayant pas interagi avec vos emails ces trois à six derniers mois) et envoyez des emails de ré-engagement aux contacts restants en leur proposant de se désinscrire s’ils ne souhaitent plus recevoir vos emails. De cette façon, vous êtes sûr de ne garder que les contacts engagés, qui seront plus enclins à ouvrir et lire vos messages, ainsi qu’à cliquer dedans.
  • Adoptez une nouvelle stratégie d’emailing. Cela peut prendre un certain temps : votre service d’emailing peut ralentir votre vitesse d’envoi ou votre nombre d’envois autorisés peut être réduit. Mais il faut jouer le jeu. Ainsi, tous les acteurs du secteur de l’email peuvent vérifier la légitimité de vos emails.
  • Enfin, vous devez clarifier la situation avec les FAI, les messageries en ligne et les associations qui ont blacklisté votre DNS ou votre IP. Ils vous demanderont peut-être d’apporter des preuves de votre légitimité pour vérifier que vous n’êtes pas un spammeur. De bonnes statistiques d’envoi et une amélioration des résultats contribueront grandement à cette validation.

thumb_up

Pour envoyer vos campagnes, faites appel à votre bon sens, respectez les bonnes pratiques et tout se passera bien. Et n’oubliez jamais : la réputation d’expéditeur est une ressource stratégique du marketing par email.

Vous aviez une mauvaise réputation d’expéditeur, mais vous avez réussi à l’améliorer ? Expliquez-nous comment vous avez relevé ce défi sur Twitter.