Comment utiliser la vidéo dans vos campagnes emailing ?

Le monde de l’email marketing est en constante évolution. Et alors que de plus en plus de marques sont conscientes de la valeur de l’email marketing et il devient encore plus difficile de se démarquer dans les boîtes de réception de vos clients. Pour se différencier, les marques peuvent intégrer la vidéo dans leurs emails. De fait, en ajoutant des vidéos dans vos campagnes emailing et dans vos lignes d’objet, vous pouvez augmenter les taux d’ouverture de 19% et les taux de clic de 200% à 300%.

Mais si la vidéo dans les emails est un sujet qui revient souvent, ce choix peut sembler compliqué et coûteux. Découvrez ce que vous devez faire (et ne pas faire) pour inclure des vidéos dans vos emails et apprenez à renforcer l’engagement de votre contenu.

 

Est-ce que je peux intégrer une vidéo dans un email ?

Si on veut faire simple, oui. Si on veut faire compliqué… eh bien, ça dépend. Il y a plusieurs problèmes à envisager. Quand vous y pensez, quand avez-vous regardé une vidéo dans un email pour la dernière fois ? Si vous utilisez Gmail, vous vous dîtes sans doute « Je crois que j’ai regardé quelques fois des vidéos YouTube ». Si vous utilisez Microsoft Outlook, la réponse est claire « Jamais ». Il en va de même pour les emails sur les appareils iOS ou Android.

Le problème est que beaucoup de ces fournisseurs de messagerie ne prennent pas en charge la vidéo intégrée. Ainsi, pour exploiter les avantages de la vidéo dans l’email marketing, vous devez trouver des outils et des solutions alternatives.

Par exemple, grâce à l’intégration de Mailjet dans Viwom, vous pouvez intégrer des vidéos dans vos campagnes emailing et détecter automatiquement l’appareil, le système d’exploitation et le client de messagerie utilisé pour ouvrir l’email afin de trouver la meilleure option pour chacun. Pour certains clients, la vidéo ne se chargera pas, mais vous pouvez au moins vous assurer qu’elle sera remplacée par exemple par un GIF ou une image.

Lorsqu’elle s’est lancée dans l’organisation de sa conférence sur la conception des emails, l’équipe de Litmus a réalisé qu’elle devait faire preuve de créativité dans ses emails. Elle a donc décidé d’essayer d’intégrer la vidéo. Elle était parmi les toutes premières entreprises à franchir le pas. Ceux qui ont pu voir la vidéo ont certainement été séduits, mais environ 40% seulement des utilisateurs ont été en mesure de regarder la vidéo dans leur client de messagerie.

 
C’était il y a quatre ans, mais les clients de messagerie n’ont malheureusement pas tellement changé, et il n’est toujours pas recommandé d’intégrer les vidéos dans les emails. Pourtant, il y a un certain nombre de possibilités.

Une alternative à la vidéo dans les emails : les vignettes et GIF animés

La meilleure façon de tirer partie de la puissance de la vidéo dans vos campagnes emailing est d’utiliser des GIF animés ! Ces images animées sont très populaires sur Internet. Votre audience est habituée à voir des extraits vidéo offrant un aperçu du contenu qu’il s’apprête à regarder, notamment sur les principales plateformes de streaming comme YouTube et Netflix.

 
L’objectif principal de toute équipe marketing est évidemment d’inciter votre public à s’engager davantage avec votre contenu, vos produits ou vos services. Ainsi, il est beaucoup plus attrayant pour un marketeur de pouvoir attirer les utilisateurs sur une page de destination où il peut encore renforcer leur engagement que d’intégrer une vidéo dans un email. Votre objectif est de faire en sorte que vos lecteurs se rendent sur votre site Internet, pas qu’ils restent dans votre email.

Avec Mailjet, c’est aussi simple que d’ajouter une image avec un lien vers votre page de destination préférée.

Vous pouvez aussi tout simplement superposer un bouton de lecture sur une image statique pour indiquer à vos destinataires qu’ils seront redirigés vers la vidéo s’ils cliquent sur le bouton.

La question à un million de dollars est la suivante : la vidéo doit-elle oui ou non se lancer automatiquement ? Dans la plupart des cas, la lecture automatique de la vidéo est mal vue. Il est pénible d’atterrir sur une page où une vidéo et du son se lancent automatiquement alors que vous ne vous y attendiez pas. C’est particulièrement le cas si vous utilisez votre téléphone et que vous consommez ainsi involontairement votre forfait téléphonique.

Néanmoins, avec un bouton de lecture, le lancement automatique des vidéos fonctionne bien, principalement parce que l’utilisateur a déjà indiqué qu’il était intéressé par la vidéo en cliquant sur le bouton. Vous êtes donc tout à fait dans votre droit en exécutant automatiquement la vidéo.

Les principales étapes pour associer vidéo et email marketing

Une fois que vous avez décidé de devenir un gourou du marketing vidéo et de commencer à inclure la vidéo dans vos campagnes emailing, le travail ne fait que commencer. Pour maximiser l’efficacité de vos campagnes, suivez ces trois étapes : définissez vos objectifs de campagne, filmez du contenu vidéo de qualité et encouragez l’engagement.

Définissez les objectifs de votre campagne emailing

Comme pour toute initiative marketing, identifiez l’objectif de votre campagne avant de foncer tête baissée. Même le pire des réalisateurs de films avait un plan avant de commencer à filmer.

Commencez par vous demander ce que vous espérez accomplir avec votre vidéo. Essayez-vous d’inciter les utilisateurs à tester une nouvelle fonctionnalité ? Faites-vous la promotion d’un événement à venir ? Avez-vous un nouveau produit que vous voulez faire découvrir ? Ou peut-être voulez-vous juste maximiser le nombre de vues de votre vidéo ?

Créez un contenu adapté à l’objectif que vous essayez d’atteindre. Dans certains cas, une vidéo de moins de 10 secondes suffit pour montrer les avantages de votre nouveau produit ; dans d’autres, votre public a besoin d’un tutoriel détaillé ou d’une formation. Si vous voulez augmenter vos ventes, quel bouton incitant à l’action (Call-To-Action) allez-vous intégrer dans la vidéo pour rediriger vers les pages d’achat ? Si vous voulez simplement booster le nombre de vues, que ferez-vous dans les 3 premières secondes pour captiver l’utilisateur et l’inciter à regarder l’intégralité de la vidéo ?

Filmez du contenu vidéo de qualité pour votre email

Dans certains cas, une vidéo filmée avec une webcam suffit. De fait, il peut s’agir d’un excellent moyen de donner une touche personnelle à votre message, si vous essayez de personnaliser la vidéo dans le cadre de votre stratégie emailing. Dans d’autres cas cependant, il est important d’apporter du soin à la production pour susciter de la confiance et renforcer l’engagement tout au long de la vidéo. Vous pourrez alors amener votre public à franchir l’étape suivante du parcours que vous lui avez concocté.

Pour produire une vidéo qui se situe entre vos grands-parents qui essaient de comprendre comment marche la visioconférence et Mad Max: Fury Road, gardez quatre choses en tête :

  1. L’éclairage
  2. Les dimensions et le format
  3. Les caméras et les objectifs
  4. Le son

Je laisse le soin à l’équipe de Vidyard de vous montrer comment filmer facilement des vidéos B2B de haute qualité sur votre smartphone pour moins de 250 $.

Optimisez votre marketing vidéo pour renforcer l’engagement

Enfin, une fois que vous avez défini vos objectifs et filmé la vidéo parfaite, vous devez optimiser l’expérience utilisateur pour veiller à attirer l’attention là où vous le souhaitez.

Vérifiez le passage de l’email à la vidéo

Tout d’abord, assurez-vous que le passage de l’email à la page de destination est fluide. La vidéo doit se lancer automatiquement, être bien visible au-dessus de la ligne de flottaison de la page (ligne virtuelle en dessous de laquelle le contenu d’une page Internet n’apparait plus à l’écran)et la taille de la vidéo ne doit pas ralentir le chargement. Ce dernier point est particulièrement important pour les utilisateurs mobiles qui auront déjà plus de mal à charger la vidéo et qui ne voudront pas gaspiller leur forfait téléphonique.

Placez stratégiquement vos Call-To-Action

Tout au long de la vidéo, ajoutez des Call-To-Action (CTA) , c’est-à-dire des boutons incitants à l’action, à la fois clairs et discrets. Si VH1 a pu nous assaillir d’agaçantes pop-ups tout au long des années 90 avec Pop-Up Video, aujourd’hui, les pop-ups et CTA doivent être subtils et ajouter clairement de la valeur à l’expérience utilisateur.

C’est particulièrement important pour les moments où vous risquez de perdre l’attention des utilisateurs, notamment pendant les 10 premières secondes, lorsque vous devez captiver les spectateurs pour éviter qu’ils partent. Pour les vidéos de plus de 10 minutes, rares sont ceux qui vont au-delà de la moitié de la vidéo. Étudiez attentivement vos statistiques de rétention pour déterminer quand la plupart des utilisateurs partent et créer des CTA juste avant, afin de renforcer l’engagement.

Video Length Based on Time

Créez des pages de destination dédiées

Pour favoriser un engagement continu, vous devez également rediriger votre public vers une page que vous possédez et qui est conçue pour assurer un engagement continu avec votre contenu, vos produits ou vos services.

Les marques sont encore trop nombreuses à renvoyer leurs clients vers YouTube, Vimeo ou une autre plateforme tierce pour regarder leur contenu. Vous pouvez soit prendre en charge l’ensemble de l’expérience multimédia offerte à vos destinataires, soit les renvoyer vers une page où ils pourront regarder votre vidéo et être inévitablement distraits par la dernière vidéo de chat recommandée pour eux. L’optimisation ne concerne pas uniquement la vidéo, mais l’ensemble de l’expérience utilisateur.

Adoptez la personnalisation

Enfin, la personnalisation est la meilleure façon d’optimiser votre marketing vidéo. Les entreprises peuvent enregistrer une augmentation de 500% de l’engagement en personnalisant les vidéos. Même si c’est plus difficile pour les envois de masse, de nombreux outils permettent de connecter votre CRM et vos bases de données à votre contenu vidéo en intégrant de façon transparente des données personnelles comme un nom, une entreprise, une ville, etc.

Si nous avons appris quelque chose au cours de la dernière décennie, c’est que la personnalisation est la clé de la réussite dans le marketing et que la vidéo sera le prochain fer de lance de cette tendance. Préparez-vous à voir votre nom et vos informations sur tous les panneaux de rue dans les vidéos que vous regardez.
Vidéo

Pour résumer : une vidéo bien conçue peut améliorer vos campagnes emailing

  1. Oui, il est possible d’intégrer la vidéo dans vos emails, mais ce n’est pas la meilleure expérience à offrir à votre public et elle ne redirige pas vers une page de destination optimisée pour générer plus d’engagement.
  2. Pour intégrer une vidéo à un email, rien de mieux que les GIF animés et les vignettes vidéo qui peuvent booster le taux de clic de 200% à 300%.
  3. Concentrez-vous d’abord sur vos objectifs, et essayez ensuite de produire la meilleure vidéo possible pour les atteindre.
  4. Vous n’avez pas besoin de dépenser tout votre budget pour filmer des vidéos de bonne qualité. Vous pouvez même y arriver avec votre smartphone.
  5. Optimisez tout ! Créez la meilleure expérience utilisateur pour votre public et incitez-le à s’engager de manière interactive avec votre contenu.

 
À vos caméras ! Démarquez-vous grâce à la vidéo ! Quelles vidéos allez-vous produire cet été ? Partagez vos idées sur Twitter.

Qu’est-ce qu’un bon taux d’ouverture et comment l’améliorer ?

Commençons par les bases : le taux d’ouverture désigne la proportion d’emails qui ont été effectivement ouverts par vos destinataires après l’envoi d’une campagne. Le pourcentage est calculé très simplement : il s’agit du nombre d’emails ouverts divisé par le nombre d’emails délivrés. Le nombre d’emails délivrés correspond au nombre d’emails arrivés dans la boîte de réception des destinataires, sur l’ensemble des emails que vous avez effectivement envoyé. Le nombre d’emails délivrés sera donc systématiquement inférieur ou égal au nombre d’emails envoyés (comme vous pouvez le constater, nous sommes calés en mathématiques chez Mailjet 😉).

Calculation GIF

Bon maintenant que nous savons cela, le plus dur reste à venir. Car une fois que vous connaissez votre taux d’ouverture… qu’est-ce que vous allez pouvoir en faire ? D’une part, il est indispensable que vous soyez en mesure de l’analyser, c’est-à-dire de déterminer si ce taux est bon ou non. D’autre part, et c’est peut-être le plus important, vous devez connaître les différents critères sur lesquels vous allez pouvoir intervenir afin de l’améliorer.

C’est quoi, un bon taux d’ouverture ?

Tout d’abord, il est important de faire la différence entre le taux d’ouverture de vos emails transactionnels (confirmation d’achat, réinitialisation du mot de passe…) et ceux de vos emails marketing (newsletters, campagnes promotionnelles…). Il est vrai qu’en tant que consommateurs, nous accordons une grande importance aux emails transactionnels car ils vont, par exemple, nous permettre de vérifier qu’un achat a bien été pris en compte. Cela explique que les emails transactionnels ont généralement des taux d’ouverture plus élevés. Cependant, il est important de noter que tout le monde n’ouvre pas forcément ces emails transactionnels. Parfois, il est suffisant pour les destinataires de voir le sujet de l’email (par exemple : « Confirmation de commande ») dans leur boîte de réception et ils n’ouvriront pas l’email.

Mais concentrons-nous plutôt sur le taux d’ouverture de vos emails marketing. Bon, nous n’allons pas vous mentir, le taux d’ouverture dépend de nombreux facteurs : la taille de votre liste de contacts, votre fréquence d’envoi ou encore le secteur industriel dans lequel vous travaillez… Mais en moyenne, nous estimons qu’un bon taux d’ouverture est compris entre 15 et 25%. Parmi les secteurs reconnus pour avoir les meilleurs taux d’ouverture (> 20%), se trouvent les églises, l’agriculture, la construction, le gouvernement et les industries créatives. Les secteurs où le taux d’ouverture est moins élevé (< 20%) comprennent la consulting, l'éducation, la santé, l'assurance et la restauration. Des taux d'ouverture plus faibles (< 18%) ont été observés dans l’e-commerce, le recrutement, le transport et la musique. Mais il s’agit uniquement de références générales et il est important que vous connaissiez les taux d’ouverture spécifiques de votre industrie.

Que faire concrètement pour influencer le taux d’ouverture ?

Maintenant, la question cruciale est : qu’est-ce qui pousse vos contacts à ouvrir vos emails marketing ? Les seuls éléments visibles en boîte de réception avant ouverture d’un message sont toujours les mêmes : le nom de l’expéditeur, éventuellement son adresse d’expédition, l’objet de votre email ainsi que le pré-header (début de votre message). Ainsi, pour faire décoller vos taux d’ouverture, soignez bien ces éléments afin d’inciter votre lectorat à passer à l’action : rédigez un objet d’email intriguant, insérez une phrase d’accroche engageante dans votre pré-header, déterminez un expéditeur bien identifié qui suscitera la confiance des destinataires…

Quoi qu’il arrive, nous ne le conseillerons jamais assez : testez sans modération ces différents éléments. Pour cela, vous pouvez avoir recours à l’A/B testing. Cela consiste à envoyer plusieurs versions du même email à un échantillon de votre liste de contacts. La version générant les meilleures statistiques est ensuite automatiquement envoyée au reste de la liste. Cela vous permet donc de déterminer la version de l’email la plus efficace. Vous pouvez par exemple tester l’objet de votre email (texte uniquement ou emojis ? avec ou sans personnalisation ?), votre expéditeur (choisir un expéditeur réel ou la mascotte fictive de votre entreprise)… Quelle que soit la variable que vous testez, attention à toujours garder les autres variables constantes si vous voulez être en mesure de comparer les statistiques. Si, par exemple, c’est l’objet que vous voulez tester, l’expéditeur et le pré-header doivent être exactement les mêmes dans les deux versions de votre campagne.

Stats on a computer

La liste de contacts est également un facteur déterminant pour votre taux d’ouverture. Vous pourriez penser que plus il y a de contacts dans votre liste, plus vous avez de chance pour qu’un nombre élevé de personnes ouvrent vos emails. Et bien non, malheureusement cela ne marche pas comme ça, au contraire. Le plus important n’est pas d’obtenir beaucoup de contacts, mais de vous assurer d’avoir des contacts engagés. Alors comment faire ? Premièrement, il est indispensable que récoltiez le consentement exprès de vos contacts (surtout maintenant que le RGPD est entré en vigueur). Pour cela, pas question d’avoir recours à la mise en place de cases cochées par défaut à la fin d’un formulaire ou à l’achat de liste externes peu fiables. Il faut que vos destinataires aient au préalablement donné leur accord de manière éclairée pour recevoir vos communications. Ensuite, n’hésitez pas à nettoyer vos listes en fonction du niveau d’engagement de vos contacts. Pour cela, identifiez les clients qui n’ont pas ouvert vos emails au cours des 12 derniers mois et plus et supprimez-les de vos listes. Nous savons que cela peut faire peur mais soyons honnêtes : s’ils n’ont pas daigné ouvrir vos messages au bout d’un an, la partie est perdue d’avance. Notez que le taux d’ouverture est également un paramètre à suivre du point de vue de votre délivrabilité (capacité d’un email à arriver dans la boîte de réception principale des destinataires et non dans les spams), au même titre que vos taux de bounces, de blocages, de mises en spam ou de désinscription.

Indicators

Ce qu’il faut retenir

Voici un récapitulatif des éléments importants à garder en tête en ce qui concerne le taux d’ouverture de vos campagnes emailing :

  • Ayez toujours un œil sur vos taux d’ouverture car il s’agit donc d’un bon indicateur de la performance de votre stratégie emailing.
  • Comparez vos taux d’ouverture avec ceux des entreprises travaillant dans le même secteur industriel que vous. Mais pour vous donner une idée, un bon taux d’ouverture est généralement compris entre 15 et 25%.
  • Soignez bien les éléments qui sont visibles en boîte de réception avant même l’ouverture d’un message : le nom de l’expéditeur, l’adresse d’expédition, l’objet de votre email et le pré-header. Et surtout, testez sans modération ces différents éléments.
  • Assurez-vous que les contacts que vous ajoutez à vos listes ont bien donné leur consentement exprès pour recevoir vos communications. Et n’hésitez pas à nettoyer vos listes de contacts en supprimant les contacts inactifs.

Dans tous les cas, il est indispensable que vous fassiez preuve de créativité pour vous assurer que votre taux d’ouverture restera constant et acceptable. Restez en veille sur ce que font vos concurrents afin de concevoir des messages qui vont se démarquer et faire la différence !

Vous avez des techniques marketing particulières pour augmenter vos taux d’ouverture ? Tweetez-nous vos idées créatives ou vos avis !