Comment booster vos ventes grâce aux emails de confirmation de commande

Selon une étude récente, 38 % des responsables marketing ne profitent pas des revenus potentiels des emails transactionnels. Lorsqu’on sait que ces emails bénéficient de taux d’ouverture près de deux fois supérieurs à ceux des emails marketing, il s’agit d’une source de revenus considérables.

 

Les outils destinés à permettre aux  équipes marketing et aux développeurs de collaborer pour créer leurs emails transactionnels sont de plus en plus nombreux. Dès lors, aucune raison pour les entreprises, quelle que soit leur taille,  de ne pas chercher à booster leurs ventes via les traditionnels reçus ou confirmations de commande.

 

Les emails de confirmation de commande classiques

 

Généralement, les confirmations ou reçus de commande par email sont conçus par les développeurs pour répondre à un besoin précis (par exemple, pour réinitialiser un mot de passe, indiquer les détails d’une transaction, etc.). Nous ne connaissons que trop bien ce type d’emails.

 

EscapeEntertainment

L’expéditeur passe à côté d’un certain nombre d’éléments clés : il ne demande pas au destinataire de recommander l’entreprise à ses amis ; il ne propose pas de bon de réduction valable pendant un mois par exemple pour inciter à l’achat et il ne met pas en avant les autres services de son offre.

 

Les emails transactionnels dernière génération

 

Comme on pouvait s’y attendre, ce sont les leaders du e-commerce comme Amazon qui ont, les premiers, tenté de booster leurs ventes via les reçus ou confirmations par email. Nous vous avons présenté ici différentes entreprises qui créent de la valeur ajoutée ou bénéficient de revenus supplémentaires en faisant passer leurs emails transactionnels à la vitesse supérieure.

 

Si vous souhaitez suivre le mouvement et optimiser les emails de confirmation transactionnels destinés à vos clients, voici quelques astuces simples :

 

  • Appuyez-vous sur les bons outils – De nombreux outils sur le marché vous permettent de travailler de façon collaborative sur vos emails transactionnels. Chez Mailjet, nous avons récemment lancé une nouvelle fonctionnalité qui permet aux marketeurs (ou à quiconque) d’utiliser Passport, notre outil simple et intuitif en glisser-déposer, pour l’emailing transactionnel.  

 

 

  • Définissez des objectifs – Vous devez identifier les objectifs à atteindre en modifiant vos emails transactionnels. Vous souhaitez attirer plus de followers pour le compte de votre marque sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ne pas proposer une offre du type : « Likez notre page Facebook et bénéficiez de 10 % de remise lors de votre prochaine commande » ? Si vous souhaitez augmenter votre part de marché, essayez de lancer un programme de recommandation pour que vos clients récents vous aident à en attirer d’autres. Vous voulez maximiser vos revenus ? Proposez des offres incitatives en fonction du dernier achat de votre client.

 

 

 

  • Allez droit au but – Plus de la moitié des emails sont ouverts sur des appareils mobiles. Optez pour une présentation simple et soyez direct. Ne multipliez pas les offres et surtout, veillez à ce que vos emails soient responsive.

 

 

  • Offrez toujours de la valeur ajoutée – Même si vous souhaitez avant tout atteindre vos objectifs en optimisant vos emails transactionnels, n’oubliez pas d’apporter avant tout une valeur ajoutée à vos clients. Par exemple, si vous souhaitez booster les ventes incitatives, adaptez les produits proposés en fonction du comportement d’achat de chaque client. Ici, la personnalisation dont vous ferez preuve est source de valeur ajoutée. Cet aspect est essentiel afin de ne pas décevoir vos clients et d’éviter de mettre à mal votre communication et vos objectifs.

 

Vous pouvez étendre le champ des emails transactionnels bien au-delà des confirmations de commande et des reçus.  Ces messages peuvent rappeler un événement, servir à réinitialiser un mot de passe ou répondre automatiquement aux demandes d’assistance des clients. Quel que soit le but de votre email, vous bénéficiez certainement d’une certaine marge de manœuvre pour l’optimiser et proposer de la valeur ajoutée à vos clients, qui permet au passage de créer une nouvelle source de revenus pour votre entreprise.

 

Si vous souhaitez découvrir plus d’astuces et de techniques, n’oubliez pas de faire un tour et de prendre la parole sur notre Community Forum !

7 méthodes pour réussir votre emailing en 2016

Récemment, l’email a commencé à retrouver ses lettres de noblesse, étant régulièrement mentionné comme l’une des technologies qui a le plus changé notre façon de travailler au cours de ces 10 dernières années, dépassant même les smartphones dans ce rôle. Cette tendance est loin de s’essouffler et se poursuivra largement en 2016.

L’email évolue grâce au cloud computing, à l’automatisation des envois et à son intégration aux réseaux sociaux. Il se concentre de plus en plus sur l’aspect “mobilité”. En tant qu’acteurs de l’emailing, nous devons nous assurer de suivre ces différentes tendances et nous y adapter afin que tous, expéditeurs comme destinataires, puissent tirer le meilleur parti de l’email.

Cet article réunit une panoplie d’outils et conseils qui vous permettront de booster à coup sûr votre stratégie emailing en 2016.

Tirez profit de vos listes de contacts. Vous travaillez dur pour recueillir de nouvelles adresses email parmi vos clients et prospects. Grâce à un outil de suivi comme Clearbit, vos listes de destinataires deviennent bien plus que de simples listes d’adresses : l’outil vous permet d’associer chaque contact à toutes les informations pertinentes dont vous avez besoin, et offre ainsi les mêmes options qu’un service de CRM.

Recevez des notifications en temps réel depuis votre adresse personnelle. Vous êtes-vous déjà demandé si tel email de prospection, envoyé depuis votre adresse, a été ouvert par votre destinataire ? Grâce à l’extension Sidekick pour Google Chrome, plus besoin de se poser la question ! Recevez des notifications d’ouverture de vos emails personnels comme professionnels. Ainsi, la prochaine fois, vous n’aurez plus à hésiter pour savoir si cela vaut le coup de relancer votre contact, car vous saurez déjà s’il a ouvert votre précédent email ou non.

Récupérez plus d’informations sur vos clients, et utilisez-les dans vos emails marketing. En utilisant un outil comme Segment, vous centraliserez toutes les informations que vos clients et contacts laissent sur différentes plateformes. Utilisez ensuite ces données pour enrichir vos emails, en envoyant le bon message à la bonne cible au bon moment. Vous verrez vite vos taux de conversion décoller !

segment

Collectez plus d’adresses emails. Vous cherchez à obtenir davantage d’adresses de clients potentiels ? Essayez l’outil de SumoMe : il vous permet de proposer aux visiteurs de votre site de rester en contact en acceptant de recevoir vos emails, lorsqu’ils sont sur le point de quitter la page par exemple. Ainsi, vous récupérez des adresses plus efficacement, et vous avez la certitude qu’il s’agit de personnes réelles, intéressées par votre activité.

Ne sous-estimez pas le potentiel des emails transactionnels. Des études récentes ont montré que les emails transactionnels qui incluent des offres personnalisées génèrent 20% de taux de conversion supplémentaire ! Si vous envoyez déjà des emails transactionnels, assurez-vous d’intégrer cette dimension de personnalisation à votre stratégie d’envoi.

L’automatisation ou l’avenir de l’email. L’email et le marketing automatisés (ou marketing automation) constituent un sujet récurrent depuis environ 5 ans maintenant. Aujourd’hui, les PME peuvent elles aussi commencer à en profiter car nombre d’outils et de services ont vu le jour, démocratisant cette pratique jusque là assez obscure pour les non-techniciens. En associant SendWithUs à Mailjet, par exemple, vous pourrez créer une liste d’emails qui seront envoyés automatiquement à vos utilisateurs en fonction de leur comportement sur votre site ou votre application. Ils recevront ainsi des messages relatifs aux différentes actions qu’ils ont entrepris, facilitant leur utilisation et entraînant ainsi davantage de conversion.

Centralisez à l’aide de votre boîte de réception. L’application Inbox de Gmail atteste de la place centrale qu’occupe l’email dans notre vie quotidienne, personnellement comme professionnellement. Avec ce produit, Google a conçu un outil prenant en charge des actions aussi diverses que la gestion de votre listes de tâches, les rappels de vos vols réservés ou trajets en train à venir et bien d’autres choses encore. Vous n’avez plus à vous compliquer la vie avec une multitude d’applications, tout y est centralisé.

inbox

Et vous, quels outils comptez-vous utiliser pour optimiser votre marketing par email en 2016 ? Faites-nous part de vos techniques en commentaire !

2015 : retour sur une année riche en emailing

Wow ! Nous sommes déjà en 2016 ! 2015 est passée si rapidement ! A cette occasion, nous regardons dans le rétroviseur et avons rassemblé différentes données sur les accomplissements de l’équipe Mailjet tout au long de l’année écoulée.

Evidemment, rien de tout cela n’aurait été possible sans vous et votre fidélité à nos services. Sans ses utilisateurs, Mailjet ne serait rien. Donc un énorme merci à toutes et tous. En 2015, vous avez envoyé 41% d’emails de plus qu’en 2014 ! Et ça n’est pas la seule statistique surprenante. Jetez donc un oeil à notre infographie ci-dessous :

infographie_mailjet_2015

Suivre les conversions avec Mailjet et Google Analytics

Les outils d’analyse Web peuvent se révéler intimidants. Souvent, vous pouvez avoir l’impression que vos efforts en matière de marketing numérique sont aspirés par un trou noir, car vous ne pouvez pas suivre ou trouver la bonne donnée pour mesurer votre réussite. Cependant, ça ne devrait pas être un processus frustrant ou extrêmement technique. Si vous ne l’avez pas déjà fait, commencez par définir et suivre vos objectifs de conversion avec Google Analytics et votre tableau de bord Mailjet.

Néanmoins, il est probable que vous utilisiez déjà Google Analytics, ou que vous ayez travaillé avec cet outil par le passé. Mais ne vous contentez pas de regarder le nombre de pages vues uniques. Vous pouvez faire bien plus puisque vous disposez de nombreuses fonctionnalités : suivi des événements, objectifs de conversion, événements réussis, profils, filtres et entonnoirs multicanal.

N’avez-vous jamais voulu savoir quels contacts devenaient des clients ? Quels appels à l’action les poussaient à aller sur certaines pages ? Combien de temps restaient-ils sur votre site ? Quels types de campagnes d’emailing généraient le plus de conversions ?

Nous allons nous pencher sur la définition des objectifs et le suivi de la conversion à l’aide de Mailjet et de Google Analytics. Assurez-vous d’obtenir la reconnaissance que vous méritez en fixant des objectifs dans Google Analytics avant l’envoi, et observez ainsi leur performance après la campagne.

Définition des objectifs de conversion dans Google Analytics

La première étape consiste à déterminer ce qu’est la conversion pour vous. La définition d’une conversion peut varier considérablement selon votre activité (vente, téléchargement d’un livre blanc, etc.). Si cette notion est nouvelle pour vous, consultez notre article « 5 étapes pour déterminer vos objectifs de fin d’année».

Voici quatre éléments pour lesquels vous pouvez définir des objectifs de suivi des visiteurs.

1. URL de destination : celui-ci est plutôt évident. Si un utilisateur visite une page de destination spécifique après avoir effectué une action, vous pouvez utiliser cette URL comme objectif de conversion. Ainsi, si un utilisateur atteint une URL spécifique, vous avez atteint votre objectif.

Exemple : vous avez envoyé un email annonçant un nouveau partenariat. Vous voulez connaître le nombre d’utilisateurs cliquant sur le principal CTA de votre email et arrivant sur la page de destination de votre partenariat.

2. Durée de la visite : avec cet élément, vous pouvez suivre le temps que passent sur chaque page les visiteurs venant d’une campagne spécifique. Il s’agit d’un indicateur clé si vous avez un site Web riche en contenu, comme un blog, dont vous pouvez ainsi suivre le lectorat.

Exemple : vous vous demandez ce qui amène vos clients sur votre blog. Est-ce grâce aux appels à l’action incitatifs ? Est-ce que vos articles sont informatifs et attrayants ? Vous décidez d’étudier la durée de visite sur votre blog, afin de voir combien de temps les lecteurs restent et quelle quantité de contenu ils consomment.

3. Pages par visite : le paramétrage de cet objectif vous permet de suivre le nombre de pages que chaque utilisateur visite sur votre site Web après être venu depuis une campagne individuelle.

Exemple : vous pouvez estimer l’efficacité du parcours utilisateur de votre site, en déterminant s’il encourage les visiteurs à explorer votre site plus en détail. Vous pouvez fixer un objectif de suivi pour les utilisateurs qui visitent plus de quatre pages de votre site et observer le pourcentage de visiteurs convertis via cet objectif.

4. Événement : le suivi des événements est probablement l’élément le plus efficace pour suivre vos utilisateurs. Vous pouvez identifier les actions individuelles des utilisateurs avec le suivi des événements de Google Analytics.

Exemple : vous pouvez suivre des métriques telles que les téléchargements, les inscriptions client, les vues d’une vidéo ou les clics sur certains boutons. Si vous générez des recettes grâce à votre site, c’est un élément indispensable !

Vous pouvez avoir jusqu’à 20 objectifs par compte Google Analytics (quatre ensembles de cinq objectifs chacun). Voici un petit guide étape par étape qui explique comment configurer les objectifs avec Google Analytics.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de paramétrage que j’ai créé pour suivre des campagnes qui incitent les utilisateurs à naviguer au-delà de la page de destination initiale. L’objectif est atteint si l’utilisateur visite plus de quatre pages par session :

Screen-Shot-2015-12-08-at-14.29.22
 

Ajouter des liens de suivi Google Analytics à votre campagne Mailjet

C’est assez simple. Nous allons créer un lien de suivi. Nous verrons ainsi comment certaines actions dépendent de certains types de contenus. Nous allons ensuite utiliser ces métriques pour savoir si nous avons atteint notre objectif. Afin de vous aider à visualiser, nous allons paramétrer des liens pour une fausse newsletter de décembre, dans laquelle nous allons lier un bouton d’appel à l’action à un récent article de blog.

Commencez par vous connecter à l’outil de création d’URL de Google et remplissez le formulaire avec les informations nécessaires. Google a même prévu des exemples pour éviter toute confusion.

Screen-Shot-2015-12-08-at-16.34.08
 

Cet outil de création d’URL se révèle très utile. Voici le lien que j’ai créé avec lui :

https://uk.mailjet.com/blog/this-was-written-just-for-you/?utm_source=DecNewsletter&utm_medium=email&utm_campaign=December%20Newsletter

À présent, ajoutez simplement ce lien à l’un de vos boutons d’appel à l’action dans Passport, l’outil Mailjet de création de modèles « drag-and-drop » :

Screen-Shot-2015-12-08-at-16.58.46
 

Comment analyser les conversions Google Analytics de vos campagnes Mailjet

À présent que vous avez paramétré votre objectif pour suivre combien d’utilisateurs venant de sources spécifiques ont visité plus de quatre pages de votre site, vous pouvez commencer à vous amuser en analysant les résultats ! Pour voir les métriques sur votre tableau de bord Google Analytics, cliquez sur « Acquisition ». Vous trouverez un aperçu du trafic venant de différentes sources et vous pourrez voir les conversions obtenues:

Screen-Shot-2015-12-09-at-09.35.00
Sur cette page, vous pouvez examiner les résultats en détail pour trouver les différentes sources de chaque canal. Dans cet exemple, nous allons regarder de plus près la catégorie « Email ». Paramétrez ensuite votre Primary Dimension (« Dimension principale ») sur « Source ». Vous pourrez alors voir le nom de chaque lien suivi. Voici celui que nous avons créé précédemment :

Screen-Shot-2015-12-09-at-09.32.28
Vous pouvez maintenant créer des objectifs et des liens de suivi pour votre prochaine campagne et voir si vous réussissez à convertir des contacts en clients.

Quels objectifs avez-vous paramétré ou allez-vous paramétrer avec Google Analytics ? Partagez vos astuces avec nous !

Quel est le nombre optimal de call to action dans un message ?

Jusqu’à la fin de l’année 2015, nous allons répondre à vos questions emailing les plus importantes sur la stratégie, la déliverabilité, le design et bien d’autres sur notre toolkit Marketing de Noël. Chaque semaine, nous choisirons une question qui mérite une réponse détaillé ici sur notre blog.

Lorsque vient le moment d’intégrer vos boutons de call to action (ou CTA) dans vos emails, évitez de dépasser le chiffre magique de… un. Avec un seul CTA dans votre message, votre message reste concis, et vos destinataires seront moins dispersés, donc plus engagés. Une étude récente montre que les call to action sont l’un des éléments de l’email que les marketeurs maîtrisent le moins bien.

Mais ce chiffre magique n’est pas gravé dans le marbre. Il se peut que vos campagnes aient des objectifs secondaires et tertiaires, auxquels il faudra bien évidemment faire correspondre des CTA. Dans cette situation, il est essentiel de hiérarchiser clairement vos call to action. Votre CTA principal devra être placé en tête de l’email, avant que le lecteur n’ait à dérouler l’email pour lire la suite. Vos CTA secondaires peuvent être des images cliquables ou des liens directement intégrés dans le message. Soyez créatifs et surtout n’hésitez pas à A/B tester vos différents CTA (formes, couleurs, messages…)

En somme, le nombre importe (un restant la convention la plus efficace), mais moins que la clarté et la pertinence de vos CTA.

D’autres questions sur l’email marketing vous brûlent les lèvres ? N’hésitez pas à nous les poser via notre Toolkit de Noël !

5 étapes pour déterminer vos objectifs de fin d’année

Le temps s’est rafraîchit, dernièrement, non ? Certaines et certains ont déjà ressorti les écharpes des placards. On trouve les premiers calendriers de l’Avent au chocolat sur les rayonnages des supermarchés. En bref : la saison des fêtes approche à grands pas.

Pour de nombreux marketeurs, cela signfie que la pression va augmenter. La lutte pour gagner l’attention des clients et prospects va être rude. Rien à voir avec ces concours de décorations de Noël que certains voisins peuvent organiser dans votre quartier. Dans ce cadre, la boîte de réception est un champ de bataille où il va falloir vous distinguer avec des offres et des messages impactants. Mais avant d’en arriver là, demandez vous comment planifer une stratégie emailing qui fonctionne vraiment. Par où commencer ?

Commencez par prendre du recul : quels objectifs souhaitez-vous atteindre à la fin de la période des fêtes ? Pour le déterminer, posez-vous les questions suivantes : Quelle est ma cible ? De quoi dois-je parler dans mes emails ? Comment mon contenu doit-il être présenté ? Une fois que vous aurez les réponses à ces questions simples, vous aurez une meilleure idée de votre objectif final. Et vous pourrez alors établir votre rétroplanning.

Quels sont mes objectifs globaux ?

En “dézoomant”, vous appréhenderez mieux la situation dans son ensemble, à savoir vos objectifs globaux. Il ne reste plus que quelques mois avant la fin de l’année. Profitez donc des données que vous avez pu récolter tout au long de l’année passée pour mieux déterminer ces objectifs. Quelles opérations marketing ont conduit à davantage de ventes, d’inscriptions ou de trafic sur votre site ? En fonction de l’état de croissance de votre entreprise, ces objectifs peuvent varier.

  • Objectifs pour les startups

Si votre entreprise est récente, il y a des chances pour quoi vous souhaitiez que sa réputation augmente et que vous vouliez développer votre base clients. Pour ce faire, concevez des contenus pertinents et réguliers, montrant comment vous vous différenciez de la concurrence. Gagnez le coeur de vos prospects : faites d’eux les ambassadeurs de votre marque et aidez-les à diffuser organiquement votre message. Grâce à des outils comme Google Alerts ou Mention, suivez vos flux, déterminez les influenceurs et les canaux de référence.

  • Objectifs pour les PME

Votre entreprise est bien installée. Vous pouvez donc vous orienter vers des objectifs plus financiers. Les objectifs d’email marketing que vous pouvez vous fixer pour ces fêtes de fin d’année ne manquent pas : optimisation du processus de conversion des prospects en clients, taux de croissance de X% pour toutes les nouvelles inscriptions, croissance des ventes de X%, augmentation de l’impact de vos publications via vos influenceurs, établissement d’une réputation d’expertise plus poussée grâce à la publication de tribunes…

  • Objectifs pour les grandes entreprises

Les entreprises plus importantes peuvent se permettre de mélanger objectifs de startups et de PME, grâce à davantage de ressources et/ou de budget. Cependant, il arrive également plus souvent que des données ou des informations clés se perdent entre les différentes équipes des grands groupes. Prenez donc garde à cela, et établissez des canaux de communication sûrs et efficaces avec vos interlocuteurs internes, pour être sûr de bien comprendre sur quels produits se focaliser, quelles sont les cibles de l’année, quels éléments de la marque seront utilisés pour communiquer…

Par où commencer ?

Grâce à un outil comme le Comparateur de Campagnes de Mailjet, analysez l’historique des données de vos campagnes de Noël de l’année dernière. Lesquelles ont le mieux fonctionné ? En comparaison avec votre public actuel, comment pouvez-vous ajuster les contenus et la stratégie qui a fonctionné l’année dernière ? Quels formats de lignes d’objet ont généré le plus d’ouvertures ? Quels call to action ont entraîné le plus de clics ? En prenant en compte ces données passées et vos objectifs actuels, vous pourrez mieux déterminer des objectifs de fin d’année réalistes.

La consultation de votre base client actuelle est également une très bonne source d’informations afin de mieux comprendre votre marché cible. Observez les données que vous avez recueilli sur vos clients. Où vivent-ils ? Quels produits ou services ont-ils particulièrement sollicité ? Quel est le montant du panier moyen ?

En identifiant ces variables, vous aurez les cartes en main pour identifier les objectifs les plus adaptés à votre situation : 1/ Augmentation du montant du panier moyen grâce à la vente incitative ; 2/ Adaptation et personnalisation du contenu en fonction des catégories démographiques de vos cibles ; 3/ Offres spéciales sur vos produits et/ou services délaissés par vos clients.

export-statistics

Quelles sont vos priorités ?

Maintenant que vous avez déterminé vos objectifs globaux (et les indicateurs qui permettront de mesurer leurs performances), vous pouvez vous penchez sur les objectifs à court terme. C’est votre liste de souhaits, et elle peut être longue ! Priorisez vos différents objectifs vous aidera à mieux gérer vos ressources, ainsi qu’à définir l’importance (et l’urgence) de chaque tâche. Identifiez ainsi les objectifs essentiels à atteindre d’ici la fin du trimestre. Vous pourrez également lister vos tâches secondaires.

Mon plan est-il réaliste ?

Avoir des objectifs élevés est un bon moyen pour pousser vos équipes à atteindre des sommets. Mais ne perdez pas non plus le sens des réalités : avant d’envisager votre objectif de fin d’année, demandez-vous s’il est réalisable compte tenu de vos ressources et de votre temps disponible. Si vous vous rendez compte que cela n’est pas possible, reconsidérez sa priorité et mettez-le dès à présent sur votre liste de d’objectifs pour l’année prochaine.

Comment mesurer ma réussite ?

Traduire vos objectifs en chiffres ne les rendra pas seulement plus intelligibles et concrets : ils deviendront également plus facilement mesurables. Notez scrupuleusement ces résultats, et suivez l’évolution de vos données tout au long de la période des fêtes. Vous garderez ainsi vos objectifs toujours en ligne de mire.

Pour résumer

Dorénavant, vous devriez avoir une bonne idée de la direction et avoir identifié vos objectifs principaux, vos cibles, et les contenus que vous devez partager pendant la période des fêtes.

En fonction de votre type d’entreprise, sélectionnez deux à trois objectifs et transformez-les en priorités. Vous pouvez alors lancer votre stratégie emailing. Suivez en scrupuleusement les résultats. Vous pourrez ainsi adapter vos campagnes au fil de la période, pour vous assurez que vous atteindrez bien vos objectis une fois Noël passé !

Transformez les retours de vos clients en un échange constructif

Dans l’e-marketing, il est important de traiter vos lecteurs de la même façon que vous le feriez avec l’un de vos rendez-vous amoureux. Ne monopolisez pas l’échange et ne racontez pas d’histoires. Soyez à l’écoute ! Ces échanges sont une mine d’informations sur vos clients et vos prospects. Ils vous permettront de faire progresser vos ventes, de générer plus de leads ou tout simplement de mieux engager de vos clients.

Je me doute que certains d’entre vous doivent penser: “Nos campagnes génèrent déjà des résultats satisfaisants”. Cela peut tout à fait être le cas mais il est également possible d’améliorer votre système. Pourquoi ne pas renforcer le lien avec votre liste de contacts afin de les encourager à être plus actifs ?

Voici quelques méthodes simples et originales pour stimuler vos clients et obtenir leurs commentaires afin d’améliorer la qualité de vos échanges ou vous aider à développer votre produit.

Évaluation

Un bon exemple est d’envoyer un email de sondage automatisé après qu’un client ait interagi avec votre équipe support. C’est un bon moyen pour améliorer la relation que vos entretenez avec vos clients car c’est généralement vers le support qu’ils se tourneront en cas de problème avec l’un de vos produits ou de vos services.

Après toute prise de contact avec son service après-vente, Cdiscount envoie un questionnaire de satisfaction à ses clients. Une manière d’évaluer la qualité de l’échange et la satisfaction du client.

cdiscount_sondage

Sondage Clients

Essayez de stimuler vos clients en leur proposant de temps en temps de répondre à un sondage pour découvrir ce qu’ils pensent de vos produits ou de vos services. Afin de collecter une quantité intéressante de réponses et leur donner le sentiment d’être écoutés, essayez autant que possible de proposer des récompenses afin d’encourager vos clients à vous faire part de leurs commentaires.

Interaction des utilisateurs

Regardez le pied de page de cette campagne. Dans le cas présent, Uber demande à l’utilisateur directement dans le mail de renseigner la question suivante: “Quelle sera votre prochaine destination ?”. Il s’agit bien évidemment d’un simple GIF animé redirigeant vers un site externe mais cela constitue toutefois une façon très intelligente de collecter un retour et de générer un taux de clics plus important.

uber_email

Questionnaire Client Simple

Vous préférerez peut-être utiliser des questions simples “Oui” ou “Non” pour obtenir un retour de vos clients. Les réponses collectées lors de ces campagnes peuvent être stockées et utilisées pour classer les clients selon leurs comportements et préférences.

Évaluation des Produits & Services

Pour finir vous pouvez utiliser les commentaires par email pour encourager les utilisateurs à laisser des avis sur votre site en ce qui concerne leurs achats ou l’utilisation de vos services. Ces commentaires contiennent des données très précieuses : les entreprises veillent à ce que leurs utilisateurs laissent des commentaires de qualité à propos de leurs services.

Ici, Take Eat Easy vous demande simplement de noter la satisfaction que vous avez pu avoir de leur service.

take eat easy evaluation

Afin d’être plus à l’écoute de vos clients, essayez de mettre en place une ou deux méthodes proposées ci-dessus. Vous récolterez non seulement des données précieuses, mais vous obtiendrez également la confiance de vos clients en leur apportant une valeur ajoutée et en leur montrant que vous vous souciez de leur avis.

 

Le partage à outrance s’applique-t-il aux emails ?

Certains pensent que nous vivons dans un monde de partage à outrance. On peut tout trouver sur les réseaux sociaux, que ce soit le repas consommé par vos amis à midi ou une vidéo d’écureuil ivre. Nous partageons du contenu unique (tout comme cet article) et nous partageons souvent car nous sommes encouragés par les « favoris », « J’aime » sur Facebook ou nouveaux abonnés. Cela s’apparente vite à un cycle, un mode de vie.
Mais cette tendance s’applique-t-elle à l’email marketing ? Nous nous sommes penchés sur le fonctionnement et l’efficacité du partage social dans les emails.

mj_social
 

Avis mitigés

Si vous avez déjà effectué des recherches sur le partage social, vous avez peut-être constaté des avis mitigés dans les études. Selon une étude récente, inclure des liens pour partager vos messages sur des plateformes sociales telles que Facebook et Twitter générerait un taux de clics plus élevé de 115 % par rapport aux emails sans cette option. Tandis qu’une étude de Marketing Sherpa indique que les boutons de partage social ne seraient pas efficaces.

On peut donc se demander quelle est la bonne réponse. Les boutons sociaux peuvent s’avérer très utiles si vous connaissez votre audience. Encore une fois, tout dépend de votre lectorat et du contenu que vous partagez.

 

Vous DEVEZ connaître votre audience

Au final, il faut garder vos destinataires et votre objectif final à l’esprit. Un contenu pertinent et de qualité sera toujours le facteur le plus important pour que vos clients le partagent.

Mais si vous n’êtes pas prudent, les boutons de partage social peuvent empiéter sur le trafic vers votre site et vos conversions. Si votre email a pour but d’augmenter le trafic du blog, vous devriez envisager des boutons de partage social qui promeuvent les articles mis en avant. Si vous avez l’intention de booster les inscriptions grâce au social, proposez un lien menant directement à la page de redirection que vos utilisateurs pourront partager.

Les utilisateurs mentionnant votre produit auprès d’un ami offrent des résultats bien plus organiques, avec la valeur ajoutée du social. Cela garantit en retour l’attraction des prospects dont les intérêts sont similaires à ceux de vos clients les plus engagés.

En outre, si vous souhaitez seulement booster votre présence sur les réseaux sociaux, vous pouvez envisager des boutons « Nous suivre » à la place. Je les utilise dans mes propres campagnes d’emails et j’ai observé un taux de clics de 20 % attribué aux abonnements via les réseaux sociaux.
Ayez toujours un objectif spécial à l’esprit et travaillez pour que tous les éléments de vos emails mènent à cet objectif.

 

Passez au social

Il existe différents moyens d’ajouter des boutons de partage social dans votre email.

Grâce à un éditeur de modèle tel que Passport, le nouvel outil de conception d’email lancé par Mailjet, vous pourrez glisser et déposer des boutons de partage social préfabriqués. Pour une approche plus personnalisée, vous pouvez coder votre propre bouton. Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter disposent d’une documentation avec des codes pré-créés sur lesquels vous pouvez vous appuyer.

Le bouton « Tweet » de Twitter vous permet de fabriquer des messages personnalisés que votre liste de contact peut partager. Le bouton Facebook est peut-être un peu plus compliqué à maîtriser pour les non-développeurs, mais les possibilités de personnalisation sont également très variées.
Les boutons de partage social ont un potentiel d’impact très élevé. Un retour sur investissement important par rapport au temps de création et d’intégration dans vos messages !

 

Comment votre entreprise utilise-t-elle les boutons de partage social ? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous !

Comment l’email marketing a façonné la politique moderne

Une chose est certaine, tout le monde utilise les emails. Les emails de vos amis à l’étranger, les promotions de vos boutiques préférées, vos relevés bancaires mensuels, ou encore votre réfrigérateur qui vous envoie un email pour vous dire d’acheter du lait avant de rentrer.

Pas étonnant donc que l’email marketing soit devenu un outil important pour les femmes et hommes politiques. « Retrouvez-moi pour dîner », « Êtes-vous partant ? » et « Hey » faisaient partie des objets d’email qui ont fait la une lorsque l’équipe d’Obama a commencé à envoyer des emails à des millions d’électeurs américains en 2012. C’est à cet instant que je me suis rendu compte de l’importance de l’email marketing dans la politique moderne.

L’une des campagnes d’emails du même ce genre les plus encensées a eu lieu durant la campagne présidentielle d’Obama en 2012. Grâce à cette campagne d’emails, 690 millions de dollars de dons furent récoltés.

obama_emailing2012

Le secret de ce succès se trouve dans l’application des meilleures pratiques de l’email marketing. Maintenant que la campagne est terminée, le Directeur de la campagne d’emails, Toby Fallsgraff, et la Responsable de l’analyse numérique, Amelia Showalter, ont révélé quelques-uns de leurs secrets.

Les objets : « Les objets qui ont eu le plus de succès étaient ceux que l’on s’attendre à recevoir de la part d’autres personnes », a déclaré Toby à Bloomberg.

Les tests A/B : « Nous avons réalisé des tests A/B, et pas uniquement sur les objets des emails et les sommes d’argent que nous allions demander », affirme Amelia. Ils ont testé jusqu’à 18 variations pour optimiser et identifier les meilleurs emails en matière de design, de formulation, d’objet et de bien d’autres attributs.

Une fréquence d’envois optimisée : « Vers la fin de la campagne, une vingtaine d’auteurs travaillaient sur ces messages autant que possible, jusqu’à ce qu’ils tombent de fatigue », ajoute Fallsgraff. « L’analyse des données n’a pas montré de conséquences négatives à ces volumes d’envoi croissants. »

Comme nous l’avons déjà mentionné dans un récent article, les données indiquent qu’il n’existe pas de formule magique pour la bonne quantité d’emails à envoyer chaque mois. Tout dépend du segment démographique visé.
Les pratiques mentionnées ci-dessus peuvent donc fonctionner à tous les niveaux, même locaux.

Plus récemment, durant les élections 2015 au Royaume-Uni, nous avons remarqué que certains membres du Parlement avaient envoyé jusqu’à 10 campagnes d’emails par mois à environ 12 000 électeurs.

tories2015

En intégrant envoi de courriers papier, médias sociaux (des publications organiques et sponsorisées selon leur liste de contacts) et email marketing, ils ciblent tous les électeurs potentiels dans la région. Nous avons découvert le 7 mai que c’était une réussite.

Le courrier direct fait partie intégrante des campagnes politiques au Royaume-Uni. Dans certaines circonscriptions, nous avons repéré des méthodes d’email marketing très astucieuses déjà mentionnées utilisées dans du courrier direct.

Par exemple, en segmentant les électeurs selon leurs opinions politiques (grâce à des sondages), les candidats et leurs équipes envoient des lettres personnalisées avec des enveloppes manuscrites aux électeurs, afin d’améliorer les chances d’ouverture. Cela signifie potentiellement que dans un foyer de 4 ou 5 personnes, chacun peut recevoir un message sur mesure en fonction de ses opinions.

richardharrington2015

Voici une liste des objets d’emails envoyés par le bureau de Richard Harrington, Membre du Parlement de Watford. Remarquez-vous une ressemblance entre ces emails probablement envoyés à 12 000 personnes et ceux de la campagne d’Obama, potentiellement envoyés à 12 millions de personnes ?

libdem2015

Vous pouvez voir ci-dessus un email des Libéraux-démocrates à propos de problèmes nationaux, envoyé à la veille d’une élection à l’attention d’habitants de Londres. Encore une fois, avez-vous remarqué l’objet ? Avec l’utilisation de « Tomorrow » (ou « Demain ») comme objet, un sentiment d’urgence est créé et le destinataire à envie de l’ouvrir, pressé par cette limite temporelle. Dans l’email, on retrouve une série d’appels à l’action modérés proposant des informations supplémentaires sur leurs politiques principales. Le gros bouton jaune situé en bas est l’appel à l’action principal, permettant de faire un don au parti.

En utilisant des objets simples et familiers et des tests A/B basiques, nous avons compris que l’on peut atteindre un taux d’ouverture moyen de 28 %. Un succès étonnant, quand on considère qu’ils ne disposaient pas d’une équipe emailing ou marketing dédiée : chaque Membre local du Parlement est entouré d’une équipe d’environ 4 employés, exécutant chacun le travail de 3 personnes, de la recherche et du porte-à-porte aux envois d’emails et organisations d’événements.

Des enseignements dont les femmes et hommes politiques français pourraient s’inspirer, à l’occasion des élections régionales qui se tiendront début décembre.

Maîtriser la conception d’emails responsifs

Vous vous souvenez de ces paquets de céréales avec des cadeaux que vous adoriez enfant ? Ne pas savoir sur quoi vous tomberiez à la fin vous poussait à ouvrir et dévorer le paquet entier d’une seule traite. Si l’élément de surprise était excitant à l’époque, cela n’est plus vraiment le cas aujourd’hui. En particulier pour le marketing par email.

Ne laissez pas le hasard décider si le GIF de votre dernier bulletin d’informations s’affichera correctement dans un client et pas pour un autre. Chaque client de messagerie ayant ses propres règles, nous avons étudié les clients les plus populaires et vous expliquons comment assurer une conception responsive pour chacun d’entre eux.

email-client-growth-2011-2014

Les principaux clients de messagerie

Bien qu’il existe beaucoup de clients de messagerie, les 5 les plus utilisés représentent une part de marché combinée de 73 %. Une fois que vous avez saisi les principes pour ces clients, vous serez sur la bonne voie pour un emailing plus responsive. Ce chiffre provient de Litmus, qui a vérifié 1 milliard d’adresses email en mars 2015. Dans cet article, nous allons nous concentrer sur les 5 principaux clients de messagerie :

  • Apple iPhone – 28 %
  • Gmail – 17 %
  • Apple iPad – 12 %
  • Outlook – 8 %
  • Apple Mail – 8 %

 

Pourquoi est-il important de proposer des emails responsifs ?

Comme nous l’avons indiqué plus tôt, les clients de messagerie mobile sont devenus le principal outil que nous utilisons pour ouvrir nos emails. Pour nous assurer que nos emails s’affichent correctement sur les appareils mobiles et en particulier les dernières modèles d’iPhone, nous devons penser à la conception responsive. Un email responsif est un message qui change de forme et de taille pour s’afficher correctement en fonction de la taille de l’écran de l’appareil. Voici quelques didacticiels en ligne très utiles pour ceux qui n’ont pas de connaissances avancées en HTML, avec des techniques simples pour la création de messages responsifs.

Pour formater nos emails, nous utilisons traditionnellement les feuilles de style CSS comme nous le ferions pour le web design. Nous pouvons utiliser le CSS pour créer des modèles d’email adaptés aux mobiles, mais un problème demeure. Gmail et d’autres clients de messagerie ne sont pas de grands fans du CSS et peuvent retirer vos balises <style> et ainsi compromettre le design de vos emails.

 

Comment concevoir mes emails pour qu’ils s’affichent bien sur tous les clients ?

Vous vous demandez sans doute maintenant quelle technique utiliser pour que vos emails s’affichent comme vous le souhaitez sur toutes les principales plateformes. Voici quelques astuces pour vous aider :

Apple iPhone – Lorsque vous concevez des emails pour iPhone, en particulier pour les derniers modèles d’iPhone 6, faites particulièrement attention à la largeur des emails. Il est ici essentiel de concevoir vos emails avec la taille de l’écran en tête. Pour vous assurer que vos emails s’affichent bien sur tous les appareils mobiles, utilisez les media query pour indiquer à votre email de s’adapter à la taille de l’écran de l’appareil.

Gmail – Comme nous l’avons indiqué plus tôt, Gmail n’est pas un grand fan du CSS. Pour que vos messages s’affichent sur mobiles ET sur Gmail, vous devez donc placer les styles les plus importants inline. Voici une démonstration rapide de Litmus, qui vous explique comment le faire.
Le CSS intégré en tête de votre email devrait ressembler à ceci :

<html>
<head>
<meta
charset=utf-8>
<style type=« text/css« >
.ReadMsgBody {width: 100%;}
.ExternalClass {width: 100%;}
</style>
</head>
</html>

 

Et c’est ce à quoi vous voulez que votre CSS inline ressemble :

<span style=« font-size: 22px; font-family: Arial, sans-serif; color: #222222; » >Hello!</span>

 

Apple iPad – Nous utilisons ici une technique très similaire à l’optimisation des emails pour les mobiles. En observant vos rapports de campagne, vous pouvez voir les modèles et appareils que vos clients utilisent pour ouvrir leurs emails. Utilisez les dimensions des appareils populaires et les media query pour vous assurer que vos messages s’affichent correctement sur les iPad ou toutes autres tablettes fréquemment utilisées par vos clients.

Outlook – Outlook est un des plus anciens clients de messagerie, ses débuts remontant à 1997. Outlook a depuis connu de nombreux changements, en particulier en 2007. Outlook 2003 utilisait Internet Explorer pour afficher les emails. Lors de la version suivante, cependant, Microsoft Word a commencé à être employé. Étant donné que Word se charge du rendu des emails dans Outlook, de nombreuses propriétés CSS ne sont pas reconnues par Outlook. Voici quelques articles utiles qui détaillent ce à quoi vous devez faire attention. Pour faire bref, le principal enseignement est que pour que vos emails s’affichent correctement dans Outlook, vous devez utiliser votre CSS inline au lieu de le placer dans la section header. Vous pouvez utiliser des outils gratuits pour placer votre CSS inline facilement.

Apple Mail – Le moteur de rendu Webkit est utilisé par Apple Mail pour afficher les emails. Webkit sert de base de navigateurs comme Google Chrome et Apple Safari, et Apple Mail est connu pour être un des clients de messagerie les plus robustes. Vous rencontrerez rarement des problèmes de rendu avec Apple Mail.

 

Comment satisfaire tous les clients de messagerie ?

Vous comprenez maintenant qu’il faudra des heures de conception et de test pour que vos emails s’affichent correctement à 100 % sur tous les clients. Trouvez les 2 ou 3 clients les plus utilisés par vos clients (ou assez pour couvrir 80 % de vos destinataires) et concevez d’abord vos emails pour eux.

Pour ne pas répéter vos efforts inutilement, créez quelques modèles d’email que vous pourrez modifier et réutiliser facilement pour vos campagnes habituelles.

Et enfin, comme nous avons l’habitude de le répéter dans nos billets, testez, testez et testez encore. Une fois que vous avez créé ces modèles de messages, veillez à les tester sur différentes plateformes et différents appareils pour vous assurer qu’ils sont optimisés pour vos clients !