Cinq astuces pour personnaliser votre communication par email

Vinyles, salopettes et crop tops à nouveau en haut de l’affiche : la mode est un éternel recommencement et les tendances se répètent décennie après décennie…

GIF Time is a flat circle
Les tendances professionnelles n’échappent pas à ce phénomène. L’explosion d’Internet au début du XXe siècle a transformé les liens jusque-là intimes des petites entreprises avec leurs clients en des relations adaptées à de nombreux destinataires, beaucoup plus impersonnelles. Les heures d’entretien en face à face ont été remplacées par de simples clics.
Plusieurs années se sont écoulées depuis et les équipes marketing ont pris conscience de l’importance de bien connaître leurs clients et d’instaurer un climat d’intimité avec eux pour renforcer l’impact des communications. Les clients ont à disposition une quantité d’informations plus importante que jamais et une multitude d’outils pour les aider à prendre leurs décisions d’achat. Le seul moyen de se démarquer dans la profusion inhérente à l’espace numérique est de tenir ses promesses et de fournir des informations pertinentes.

 

Voici quelques raisons qui justifient le retour à une communication de proximité :

  • La personnalisation est omniprésente (et n’a jamais été aussi essentielle)
    Avec les technologies actuelles, il devient de plus en plus facile de suivre les activités en ligne, d’identifier les habitudes et les intérêts, et de proposer du contenu personnalisé. Dans ce contexte, la personnalisation s’est imposée comme une norme.
    Les clients ne sont plus surpris de voir leur prénom apparaître dans l’objet des messages, ni de recevoir des publicités réorientées. Aujourd’hui, les clients attendent beaucoup plus. Ils veulent une expérience personnalisée, privilégiée et authentique au niveau de chaque point de contact.
  • Tous les points de contact entre les clients et votre entreprise doivent influencer les futures expériences des utilisateurs avec vous. Suivez les données collectées au fil du temps. Vous pourrez ainsi personnaliser chaque interaction à venir de manière spécifique pour les clients.

 

Voici quelques-uns des avantages liés à la personnalisation de l’expérience client tels qu’ils sont perçus par les consommateurs et les entreprises :

  • Confiance accrue : 83 % des consommateurs désignent « des pratiques transparentes et honnêtes » comme le facteur le plus important lorsqu’il s’agit de créer un climat de confiance autour de la marque. En outre, 77 % des clients en ligne déclarent être plus susceptibles de procéder à un achat auprès d’un détaillant dont les emails sont personnels (Harris Interactive, 2010).
  • Augmentation des taux de conversion : dans une étude menée par Adobe, les entreprises ont déclaré que le recours à la personnalisation donnait lieu à un taux de conversion multiplié par 1,7 par rapport au taux obtenu avec du contenu générique. Un autre chiffre tout aussi impressionnant : HubSpot a analysé ses données sur une période de 12 mois et a pu déterminer que les CTA ciblant l’utilisateur présentaient un taux de réponse supérieur de 42 %.

Nous savons maintenant pourquoi la personnalisation est une stratégie si importante. Découvrons comment il est possible d’en tirer parti dans la communication avec les clients.

Les cinq principaux moyens de personnaliser votre communication

 

Arrêtez d’utiliser votre page d’accueil comme une page de destination

En matière de personnalisation, la règle de base est la suivante : faire preuve de pertinence. Il n’y a rien de plus désastreux pour votre entreprise que de proposer un appel à l’action à votre client et de le renvoyer via un lien vers une page d’accueil générique comportant un message qui n’a rien à voir.

En procédant ainsi, vous passez à côté d’opportunités de conversion et vous donnez une piètre image de votre marque avec une expérience utilisateur médiocre, pour les raisons suivantes :

  • Risque de dispersion : la page d’accueil recèle de distractions. Elle comporte généralement divers appels à l’action et liens orientant les visiteurs vers des entonnoirs de conversion qui ne correspondent pas à leurs attentes.
  • Message incohérent : les visiteurs arrivent sur votre page d’accueil, où ils s’attendent à découvrir un message mais où il est très probable qu’ils se retrouvent face à un tout autre message.

Utilisez des pages de destination dédiées

Fournissez aux visiteurs les informations qu’ils recherchent en les orientant vers des pages de destination spécialement adaptées à leurs attentes. Vous serez ainsi en mesure de faire baisser les taux de rejets et surtout de favoriser les conversions.
En plus de personnaliser les contenus en fonction de ce que vous dites dans vos publicités, pensez également à qui est votre public.
Par exemple, si vous rédigez un article de blog pour une autre entreprise, le lien dans votre biographie d’auteur ne doit pas renvoyer vers votre page d’accueil. Créez une page de destination avec un message qui concerne directement les lecteurs de ce blog et partagez un lien permettant d’accéder à cette page.
Si vos pages de destination sont suffisamment ciblées, vous attirerez peut-être même du trafic de recherche organique, autrement dit des visiteurs ciblés qui recherchent exactement ce que vous proposez.

 

À retenir : les gens consultent votre site Web pour savoir comment votre produit peut les aider. Ne les embarquez pas dans une expérience générique, où ils devront eux-mêmes rechercher ces informations.

 

Instaurez un climat d’intimité

L’efficacité associée à l’utilisation du prénom du destinataire dans l’objet des emails a été largement débattue. Si l’on en croit une étude de MarketingSherpa, le fait d’utiliser le prénom du client dans l’objet pourrait entraîner une augmentation de 17,36 % du taux de clics par rapport à la moyenne. Parallèlement à cela, une étude réalisée par ReturnPath suggère que ce type de personnalisation peut nuire à la délivrabilité des emails.

Notre conseil ? Effectuez un test A/B afin de voir ce qu’il en est pour votre activité spécifique. Et ne vous contentez pas de cela.
Essayez de saluer la personne à qui vous vous adressez tout au long de son expérience avec votre entreprise, que ce soit dans le contenu des emails (et pas uniquement dans l’objet), en lui souhaitant la bienvenue quand elle se connecte à votre site, etc.
Pour renforcer la relation personnelle avec vos clients, spécifiez également votre nom. Au lieu d’utiliser le nom de votre entreprise comme nom d’expéditeur dans vos emails, indiquez le nom d’une vraie personne.
À qui êtes-vous plus susceptible de répondre ? À une entreprise sans visage ou à une véritable personne prête à répondre à vos questions ?
Geckoboard va encore plus loin en intégrant une photo de l’expéditeur en bas de ses emails afin d’ajouter une touche plus personnelle.

Newsletter Geckoboard
Vous pouvez faire la même chose sur Twitter. Lorsque vous répondez à des demandes de support entrantes, à des commentaires et à diverses autres mentions sur Twitter, ajoutez vos initiales (« ^DC », par exemple) à la fin du tweet afin que les utilisateurs aient la sensation d’être pris en charge par une personne réelle de l’autre côté de l’écran.
À retenir : identifiez les opportunités permettant de montrer aux clients que de véritables personnes sont à leur écoute et que vous souhaitez établir une relation privilégiée avec eux. Le fait de communiquer en utilisant le nom des clients constitue un bon début.

Segmentez encore et encore

Selon une étude de DMA datant de 2014, les emails segmentés ont généré une augmentation de 760 % des revenus issus des emails en 2013. En triant les clients dans des listes segmentées, il est plus facile de personnaliser la communication en quelques clics.
Il existe différentes façons d’envoyer des emails ciblés aux bonnes personnes et au bon moment. Vous pouvez segmenter ces emails selon les critères suivants :

  • Lieu : envoyez un email concernant des pelles à neige aux clients habitant dans le nord-est des États-Unis juste avant une tempête de neige.
  • Age : les consommateurs âgés de 25 à 34 ans ont davantage tendance à accéder à Internet sur leur téléphone. Envoyez un email aux clients âgés de 25 à 34 ans avec un contenu mobile spécial.
  • Intérêt : identifiez les clients qui s’intéressent à la course à pied afin de leur envoyer une promotion sur des chaussures de running par email.
  • Utilisation du produit : envoyez un email à un client qui utilise régulièrement votre produit et invitez-le à vous aider à promouvoir votre produit sur les réseaux sociaux en ajoutant votre page Facebook à ses mentions « J’aime » ou en tweetant sur son expérience.

Cette technique vous fera par ailleurs gagner du temps. En effet, vous disposerez ensuite de segments sauvegardés qui vous permettront d’envoyer des emails à des listes individuelles ou de combiner plusieurs éléments pour viser une clientèle plus ciblée, au lieu de devoir élaborer de nouvelles listes à chaque fois que vous créez une campagne.
À retenir : organisez vos données client sous forme de listes segmentées afin d’envoyer le contenu approprié aux personnes appropriées en deux fois moins de temps.

Déployez du contenu contextualisé

Essayez de créer une expérience client transparente et toujours cohérente. Là encore, les clients doivent avoir l’impression d’interagir avec des personnes qui les écoutent et qui s’occupent d’eux, et non d’avoir affaire à une entreprise sans visage.
Quelques pistes pour vous aider :

  • Pensez à détecter automatiquement la progression
    Netflix a mis en place ce processus. La partie supérieure de votre écran de connexion fait apparaître tous les programmes en cours de visionnage. Il vous suffit de cliquer pour reprendre la lecture.

Netflix Screenshot

Photo extraite de TechCrunch

 

  • Sachez à qui vous parlez
    Les clients prenant désormais des décisions d’achat en une fraction de seconde et en un clic, une personnalisation authentique est essentielle. Moins l’expérience client ou le processus d’achat est interrompu, plus l’efficacité est grande.
    Les clients attendent des entreprises qu’elles sachent qui ils sont et quelles ont été leurs interactions antérieures.
    Les enseignes du marché de la pizza sont un très bon exemple en la matière. Si vous mangez beaucoup de pizzas (comme moi), vous savez qu’en tant qu’habitué, votre numéro de téléphone est enregistré. Ainsi, le magasin n’a aucun mal à identifier votre garniture de pizza préférée et votre adresse avant même que vous ne commenciez à passer votre commande.
    Gilt utilise aussi les informations contextualisées de manière intelligente. L’entreprise rappelle aux utilisateurs le solde de leur compte en l’affichant bien en évidence dans l’en-tête de son site Web. Cette méthode incite les clients à faire des achats lorsqu’ils voient des crédits restants sur leur compte.
    Si l’information est utile pour les clients, elle est également susceptible d’entraîner une augmentation des ventes pour Gilt.

Gilt Newsletter
 

À retenir : faites en sorte que les clients n’aient pas l’impression d’être des inconnus à chaque fois qu’ils utilisent votre service. Aujourd’hui, les clients veulent que vous connaissiez leurs habitudes et leurs préférences et que vous vous y adaptiez.

Ayez toujours un temps d’avance

Veillez toujours à avoir un temps d’avance sur le client en déterminant la prochaine action qui leur permettra de tirer le meilleur parti de votre produit ou service.
Chez Mailjet, nous profitons des téléchargements de livres blancs pour proposer une inscription à la diffusion de notre newsletter par email. Notre newsletter hebdomadaire fait office de plateforme complémentaire et permet de réorienter du trafic vers notre blog. Sensibilisez les clients actuels sur la question de l’optimisation des envois et encouragez l’inscription d’essai (étape suivante).
Une fois les clients inscrits, quelle est la meilleure chose à faire pour eux afin d’exploiter pleinement le potentiel de votre service ? L’utiliser, sans aucun doute ! À ce stade, mettez en avant le contenu qui aidera vos clients à mieux utiliser le service, en fonction de leur comportement jusqu’ici.
Et ne vous limitez pas aux interactions en ligne. Si une opportunité d’exposer l’étape suivante au client se présente dans le cycle de vie du client, décrochez le téléphone et appelez-le ! Le client appréciera cette attention personnelle et le fait que vous le contactiez pour l’aider à optimiser la valeur (et pas seulement dans le cadre d’une vente incitative).

À retenir : veillez à toujours avoir une étape d’avance sur vos clients. Proposez-leur en permanence de nouveaux moyens de tirer le meilleur parti de votre produit.

 

Conclusion

En résumé, pensez d’abord au client lorsque vous créez du contenu. Recueillez des données à chaque point d’interaction, apprenez à connaître votre client et concentrez-vous sur la manière dont vous pouvez l’aider à décupler la valeur ajoutée. Cette boucle de rétroaction ouverte contribuera à une satisfaction accrue des clients et à une amélioration des produits.
« Prenez l’habitude de recueillir des données lors de chaque interaction avec le client et de vous appuyer sur ces informations pour déterminer comment augmenter la valeur ajoutée. »
Dans ce cadre, n’hésitez pas à revenir à une communication intime qui crée un sentiment de proximité.

Les fondamentaux de la délivrabilité

Il n’y a rien de pire que de voir des emails sur lesquels vous avez investi du temps (création, paramétrage d’envoi…) ne pas arriver à destination. Aujourd’hui, environ un email légitime envoyé sur 6 ne parvient pas en boîte de réception. La délivrabilité est un problème global qui inquiète toujours les marketeurs par email, et reste en cela une des barrières principales pour un marketing efficace.

Après tout, à quoi bon se casser la tête à concevoir des contenus originaux et toujours plus poussés techniquement si vos destinataires ne les verront jamais ? Notre guide sur les fondamentaux de la délivrabilité vous aidera à lancer votre stratégie d’emailing sur le bon pied et vous permettra d’avoir de meilleurs résultats d’envoi. Nous y abordons également quelques techniques pour engager davantage votre lectorat.

Attachez vos ceintures ! Il vous reste encore un peu de chemin à parcourir avant de faire atterrir vos emails en boîte de réception. Mais ne vous inquiétez pas : le jeu en vaut la chandelle !

Comment profiter de la période des fêtes pour faire croître ma liste de contacts ?

Posez une question à nos pilotes: Comment profiter de la période des fêtes pour faire croître ma liste de contacts ?

Jusqu’à la fin de l’année 2015, nous allons répondre à vos questions emailing les plus importantes sur la stratégie, la déliverabilité, le design et bien d’autres sur notre toolkit Marketing de Noël. Chaque semaine, nous choisirons une question qui mérite une réponse détaillé ici sur notre blog.

C’est un autre point à ne pas négliger durant la période des fêtes : faire croître votre liste de contacts. Alors que vous envoyez toujours plus de contenu, vous avez la possibilité de récolter plus de contacts. Voici quelques astuces pour vous y aider :

Insérez des formulaires d’inscription dans des contenus existants

Pour commencer, assurez-vous d’avoir intégré un widget d’inscription sur toutes les pages importantes de votre site, vos études de cas et vos articles de blog. Mailjet propose un widget d’abonnement pratique et personnalisable grâce à un éditeur en drag-and-drop qui requiert peu de code. Cela vous permet de synchroniser directement vos nouvelles inscriptions avec vos listes de contacts existantes. Vous pouvez aussi construire un formulaire d’inscription dans une fenêtre pop-up grâce à un service proposé par Optimonk, qui vous permettra de récupérer les adresses juste avant que les visiteurs ne quittent votre site, pour rester en contact avec eux.

Relier vos emails à vos réseaux sociaux

N’oubliez pas non plus la puissance des réseaux sociaux. Vous pouvez lancer des concours sur les réseaux sociaux, en y ajoutant une case à cocher qui permettra aux participants de rester connecté par email. Un autre outil pratique est la Carte de Génération de Leads de Twitter, qui ressemble à un tweet ordinaire mais qui comprend un formulaire d’inscription juste en dessous. On l’adore car elle est courte et simple, et surtout qu’elle ne perturbe pas l’expérience utilisateur ordinaire.

IRL

Dernier point à garder à l’esprit : ne sous-estimez pas vos interactions hors-ligne ! Que ce soit dans vos magasins ou lors de conférences, les contacts en direct sont souvent plus puissants pour gagner la confiance de vos interlocuteurs et obtenir des adresses emails. Assurez-vous de recevoir le consentement explicite de vos futurs destinataires, et de respecter les bonnes pratiques en envoyant des emails de validation avec double opt-in pour être certain que les adresses obtenues sont correctes.

Quelles stratégies avez-vous déjà testées ? Faites-le nous savoir dans les commentaires ci-dessous.

Quelle est l’erreur la plus courante à éviter lors de la saison des fêtes ?

Posez une question à nos pilotes: quelle est l’erreur la plus courante à éviter lors de la saison des fêtes ?

Jusqu’à la fin de l’année 2015, nous allons répondre à vos questions emailing les plus importantes sur la stratégie, la déliverabilité, le design et bien d’autres sur notre toolkit Marketing de Noël. Chaque semaine, nous choisirons une question qui mérite une réponse détaillé ici sur notre blog.

Nous avons reçu une question intéressante cette semaine sur notre toolkit de Noël. Les prochaines semaines seront cruciales pour les soldes –  beaucoup d’entreprises testent de nouveaux call-to-action, designs et promotions afin de générer plus d’engagement. Trouver le contenu le plus adapté se fait souvent en tatonnant. Aussi, comment éviter de faire une bourde qui va ruiner votre stratégie marketing ?

Si vous deviez gardez un oeil sur une erreur en particulier, ce serait l’incohérence. Essayez de garder une ligne directrice constante. Les FAI et webmails (Gmail, Orange, AOL, Yahoo) vous reconnaissent grâce à certains critères comme vos fréquences d’envoi ou les modèles que vous utilisez pour vos emails. Nous avons déjà abordé l’importance de cet aspect dans un “Posez une question à nos pilotes” précédent.

Puisque les vacances de Noël approchent à grands pas, nous vous recommandons de dire non à la tentation de trop modifier vos habitudes. Concentrez-vous sur ce que vos clients attendent de vous plutot que d’essayer de vous différencier à tout prix. Peut-être que vos clients satisfaits de voir les couleurs de vos emails foncer ou vos photos en format portrait. Intégrer ces changements sera beaucoup plus efficace que de modifier la structure complète de vos modèles d’emails.

Quelles techniques pour les campagnes d’email marketing ?

Jusqu’à la fin de l’année 2015, nous allons répondre à vos questions emailing les plus importantes sur la stratégie, la déliverabilité, le design et bien d’autres sur notre toolkit Marketing de Noël. Chaque semaine, nous choisirons une question qui mérite une réponse détaillé ici sur notre blog.

A l’occasion des fêtes l’année dernière, nous avons vu passer de nombreux emails valant le coup d’oeil. C’est bien naturellement que nous partageons ces campagnes, pour que tous les efforts que les entreprises ont fait pour sortir du lot puissent vous inspirer. Les campagnes qui ont généré le plus d’engagement sont celles qui ont utilisé à bon escient les éléments suivants : l’urgence, la rareté, l’exclusivité ou la transparence.

Découvrez nos campagnes préférées ci-dessous :

  • Everlane, pour la bonne cause

Tout en restant dans la ligne de sa culture de transparence absolue, Everlane décide de se détacher des mails habituels pour les soldes du Black Friday et de réaliser une levée de fond au profits de leurs employés à Hangzhou, en Chine, qui permettra d’améliorer leurs conditions de travail à l’usine.

everlane_email

  • Starbucks propage l’esprit de Noël

En utilisant l’idée d’échange de cadeaux en cette période, Starbucks crée un ‘Share Event’ (moment de partage) : “Un acheté, un offert”. La marque convertit ainsi ses clients en des ambassadeurs, en les faisant diffuser cet évènement sur les réseaux sociaux avec un bouton intégré dans l’email, ou en les invitant à amener un ami directement dans une de leurs boutiques pour profiter de la promotion.

newsletter2

  • Ann Taylors utilise l’urgence

En utilisant le slogan “Parce que le style ne dort jamais” et un call-to-action “tic-tac” imitant le bruit d’un compte à rebours qui ne va pas tarder à sonner, Ann Taylor augmente ses ventes durant un court laps de temps de seulement quelques heures. De 2009 à 2011 les visites sur les sites lors de ventes éclairs ont fait un bond de 368%. Ce phénomène s’explique par l’effet de compétition qui naît en nous au moment de trouver le meilleur, et qui crée un déclic sur le système nerveux.

Ann Taylor flash sale
Posez vos questions à nos pilotes sur notre Toolkit de Noël.

 

Comment mesurer le succès de votre première campagne d’emailing

Bravo ! Vous avez envoyé votre premier email pour la période de Noël. À présent, que faire ? Vous serez peut-être tenté d’aller fêter cette étape importante sans plus attendre, mais nous vous conseillons de prendre un peu de recul afin de tirer des leçons de ce premier envoi. En analysant vos indicateurs de performance, vous comprendrez mieux l’état d’esprit et les attentes de vos clients au cours de cette période, ce qui vous permettra de mieux préparer les mois qui suivent. Voici quelques points à prendre en compte dans le cadre de l’analyse du succès de votre première campagne marketing (et de celles qui suivront).

Convaincre les FAI ou les utilisateurs ?

À l’heure où les boîtes de réception de vos clients et prospects sont pleines à craquer, il est essentiel de créer des emails au contenu original, vous assurant une délivrabilité élevée. Il faut donc convaincre deux publics distincts : les FAI et webmails (Gmail, Yahoo, AOL, etc.) et vos utilisateurs. Voyons ce que les chiffres peuvent nous révéler sur l’importance de ces relations :

Taux de bounces

Il indique le pourcentage de contacts qui n’ont pas reçu l’email. Cela s’explique par de nombreuses raisons. Pour faire simple, il existe deux types de bounces (ourejet) : les hard bounces (permanents) et les soft bounces (temporaires). Un hard bounce a lieu lorsque l’email ne pourra jamais être reçu. Cela peut arriver lorsque l’adresse email a mal été saisie à l’inscription (heureusement, l’inscription validée en double opt-in réduit ce risque) ou que le domaine n’existe pas. Un soft bounce, quant à lui, se produit lorsqu’une adresse est temporairement dans l’incapacité de recevoir les emails entrants, car la boîte de réception est pleine ou le serveur indisponible. Vous l’aurez compris, il est important que ce taux reste le plus bas possible.

Soyez attentif aux pics inhabituels du taux de bounces. Si vous utilisez une liste ancienne, un taux de rejet élevé signifie qu’il est temps de nettoyer votre liste de contacts.

Taux de désabonnements

Ce taux représente le meilleur indicateur des niveaux d’engagement. Une fois de plus, il est dans votre intérêt que ce taux reste bas. Le taux de désabonnements indique le nombre de contacts qui se sont désinscrits de votre newsletter. Si vous augmentez la fréquence d’envoi et/ou testez d’autres types de contenu pendant les fêtes, faites attention au taux de désabonnements, qui doit rester faible. Un taux de désabonnements élevé ne va pas seulement avoir un impact négatif sur votre relation avec les FAI, mais signifie également que les utilisateurs souhaitent une approche marketing différente dans les emails.

Souvenez-vous, vous pouvez également utiliser la page de désabonnement afin de récupérer des clients ou d’identifier l’origine des problèmes.

Taux de spam

Ce taux indique le nombre de contacts qui marquent vos emails en tant que spam. Tout comme le taux de rejets et le taux de désabonnements, un taux de spam faible est synonyme d’une campagne réussie.

Un rapport de ReturnPath a démontré que lors des fêtes de l’an dernier, la plupart des consommateurs appréciaient ces emails et les accueillaient de manière positive, entraînant ainsi des taux de spam faibles. C’est une bonne nouvelle pour les expéditeurs évoluant dans des secteurs où la concurrence fait rage : l’année dernière, les consommateurs ne se sont pas sentis gênés par les volumes d’emails envoyés.

Prenez connaissance de la Politique d’envoi Mailjet pour consulter les comparatifs des taux à surveiller.

Taux de conversion

La conversion est une notion légèrement différente suivant les entreprises et les secteurs. En revanche, ce taux est le but final du marketing par email. Il indique si le destinataire clique dans l’email et réalise l’action que vous souhaitiez qu’il accomplisse : un achat si vous êtes dans le secteur e-commerce ou un téléchargement si vous êtes une entreprise SaaS. Au cours de l’année, vous vous êtes probablement fixé des objectifs de conversion et des objectifs spécifiques au marketing à l’échelle de l’entreprise. Vous avez peut-être même déterminé des objectifs de conversion spécifiques aux fêtes de fin d’année. Un taux de conversion élevé signifie que votre call to action est convaincant et solide, et que vos contacts sont intéressés par vos produits.

Pour calculer le taux de conversion, il suffit de diviser le nombre total d’utilisateurs qui ont réalisé l’action attendue par le nombre total d’utilisateurs ayant reçu l’email. Par exemple, vous suivez les inscriptions et 100 utilisateurs se sont abonnés suite à votre dernier email. En divisant ce nombre par 10 000, soit le nombre total de contacts de votre liste, cela vous donnera un taux de conversion de 1 %.

Le meilleur moyen pour suivre le taux de conversion est d’utiliser des liens de suivi, afin d’établir des entonnoirs d’objectifs avec Google Analytics et d’évaluer ces données en complément de votre tableau de bord Mailjet.

Nombre de partages

Pourquoi le partage serait-il l’apanage des réseaux sociaux ? À la place des « j’aime », « favori-coeur » et « retweet », vous pouvez inciter les utilisateurs à partager vos emails avec leurs contacts. Un email peut être transféré grâce au bouton « Envoyer à un ami » ou aux boutons de partage sur les réseaux sociaux qui peuvent facilement être mis en place avec Passport.

Même si le nombre de partages par email ne rivalise pas avec les taux enregistrés par les réseaux sociaux, cette méthode permet néanmoins d’améliorer la reconnaissance sociale et la reconnaissance de votre marque. En utilisant des applications comme Mention ou Buffer, vous pourrez suivre n’importe quelle conversation initiée sur les réseaux sociaux, conversation que vous pourrez ensuite poursuivre par email. Profitez-en pour élaborer des listes de prospects et mieux faire connaître votre offre.

Screen-Shot-2015-11-04-at-12.15.03-PM
Ces aspects ne représentent qu’une infime partie de ce que vous devez faire après l’envoi de votre premier email marketing. En effectuant un suivi détaillé, vous bénéficierez d’une vision globale sur votre performance grâce à d’autres métriques intéressantes identifiées au fil du temps.

Avez-vous déjà lancé votre première campagne d’emailing ? Comment avez-vous constaté ou mesuré son succès ?

Un calendrier de contenus plus ludique pour les fêtes

L’autre jour, en plein nettoyage, je suis tombée sur un modèle original de Game Boy, et surtout sur le jeu Tetris. Histoire de raviver mes souvenirs, j’ai allumé la console pour lancer une partie. Plus d’une demi-heure plus tard, je me suis démandée pourquoi ce concept simple m’avait tant captivé à l’époque. Comment peut-il rendre si accro ? D’après les psychologues, nous sommes obsédés par l’ordre. C’est l’effet Zeigarnik : « les tâches incomplètes marquent ». C’est pourquoi Tetris est si fascinant, car il présente à la fois un problème incomplet de blocs qui chutent et une solution immédiate pour y remédier.

La planification de votre stratégie emailing pour les fêtes peut être tout aussi passionnante que jouer à Tetris. Faites en un jeu et réduisez votre stress en organisant votre contenu dans un calendrier. Transmettez le bon message au bon moment. C’est parti.

original-801256493-SdZpPnbph

 

Rassemblez vos objectifs

Nous avons démarré notre série d’articles de fin d’année en parlant de la meilleure façon de déterminer vos objectifs pour la saison et de trouver des idées de sujets. Maintenant que vous avez vos contenu sous la main, il vous suffit de leur trouver une place.

N’oubliez pas que les objectifs peuvent varier selon la nature de votre entreprise. Mais peu importe votre objectif, jetez un œil à votre historique de données pour voir quelles opérations ont le mieux fonctionné l’année précédente. Par exemple, en consultant les taux de conversions, regardez combien de points de contact il a fallu pour que vos clients ou prospects convertissent. Cela vous montrera combien d’emails vous devriez envoyer pour pousser les utilisateurs à télécharger votre livre blanc ou à acheter vos produits..

Faites tourner vos ressources

Soyez réaliste. Vous pourriez être tenté de surcharger votre calendrier, mais n’oubliez pas que la qualité prime sur la quantité. Évitez la lassitude en laissant assez de temps entre chaque nouvel email, pour travailler sur le design ou les aspects techniques de vos campagnes. En planifiant votre calendrier de contenu au préalable, vous gérerez mieux les flux de travail et responsabilités des membres de votre équipe tout au long de la saison. Cela vous permettra également d’anticiper les ressources supplémentaires dont vous pourriez avoir besoin. Si votre objectif la création de nouveaux graphismes, de vidéos ou plus d’envois et que vous manquez de personnel, contactez des indépendants qui pourront vous aider. Des outils tels que Crew et CloudPeeps peuvent vous aider à prendre contact avec des designers, des développeurs et des spécialistes du marketing.

Jouez avec les dates clés

À ce stade vous savez sûrement qui sont vos clients et quel type de contenu les pousse à s’engager. Mais savez-vous d’où ils viennent ? Vous pouvez facilement oublier de prendre en compte les différentes fêtes locales, ce qui veut dire une occasion perdue d’impressionner vos destinataires (et de conversion). Vous pouvez prendre une longueur d’avance sur vos concurrents en mettant en avant une vente en avant-première ou des journées proposant des contenus exclusifs avec pour objectif final les fêtes. Associez ceci aux partages sur les réseaux sociaux et un formulaire d’inscription rapide sur votre page de renvoi pour booster votre liste pour la saison.
Commencez en jetant un œil sur notre liste de jours clés sur notre Holiday Email Toolkit.

« Le webmarketing est plus qu’un échange unilatéral. Il sert à proposer du contenu utile au moment où un acheteur en a besoin. » ~ David Meerman Scott, Auteur, The New Rules of Marketing and PR

Contrôlez votre vitesse

Dans Tetris, un bloc qui descend rapidement perturbe la plupart des joueurs. C’est la même chose pour vos contacts, qui auront du mal à suivre votre contenu si vous l’envoyez trop fréquemment. Lorsque vous créez votre calendrier, ajoutez des segmentations qui vous permettront d’envoyer mieux, aux bonnes personnes et au bon moment. Façonnez un contenu spécial pour vos contacts les plus engagés ou mettez en place un formulaire d’inscription supplémentaire pour les vacances à l’attention de vos nouveaux abonnés.

Nous vous recommandons de prendre exemple sur le ratio 30/60/10 pour planifier à quelle fréquence envoyer certains types de contenu à vos listes. Le ratio implique que les marques doivent partager 30 % du contenu qu’elles créent, 60 % de contenu recueilli d’autres influenceurs ou marques connexes et 10 % de call to action. Cette méthode doit être d’autant plus prise en compte durant les fêtes, alors que les consommateurs sont déjà submergés d’offres, de promotions et d’autre contenu marketing. Sortez du lot en apportant de la valeur : une vidéo drôle, un graphique éducatif ou un guide pour organiser ses achats de cadeaux. Gagnez le cœur de vos clients en étant tellement bons qu’ils ne pourront pas vous ignorer.

« Nous devons arrêter d’interrompre le public lorsqu’il suit des sujets qui l’intéresse, pour devenir ce qui les intéresse. » ~ Craig Davis, Fondateur de Brandkarma et ainsi directeur de la création chez J. Walter Thompson

Planifiez, ligne après ligne

Terminez en finalisant votre calendrier à l’aide de Google Sheets ou d’outils tels que CoSchedule et Kapost. Gardez une trace de là où atterrissent les campagnes de votre stratégie de marketing intégré en ajoutant un code de couleur ou une colonne pour les canaux de contenu.

Screen-Shot-2014-05-12-at-7.19.49-PM-1024x794

Alors que vous remplirez votre calendrier, vous verrez des trous ou des opportunités de contenu à travers les canaux. Complétez votre contenu avec des publicités Twitter ou Facebook envoyées aux adresses de votre liste de contacts. Ou recyclez votre contenu pour capter l’attention de vos audiences et tirer profit de vos ressources. Partagez le contenu de vos emails sur d’autres canaux tels que les réseaux sociaux, les articles de blog, les présentations et les guides.

Posez vos questions à nos pilotes: Peut-on envoyer trop d’emails?

A partir d’aujourd’hui jusqu’à la fin de l’année 2015, nous allons répondre à vos questions emailing les plus importantes sur la stratégie, la déliverabilité, le design et bien d’autres sur notre toolkit Marketing de Noël. Chaque semaine, nous choisirons une question qui mérite une réponse détaillé ici sur notre blog. Vous voulez que nous répondions à une de vos questions dans notre prochain article ? Rendez-vous sur notre toolkit de Noël et posez directement votre question à nos pilotes !

Alors, peut-on envoyer trop d’emails?

Il s’agit en fait de trouver la fréquence d’envoi adaptée pour vos emails, alors que les boites de réception sont submergées de solicitation pendant la période de Noël. Un rythme réduit, et votre contenu passera inapercu. Au contraire, une fréquence d’envoi trop élevée et vous risquez d’agacer vos clients. Quelle est la bonne solution?

La réponse à cette question varie en fonction de votre business et de votre public. Mais un élément de réponse peut être trouvé en observant la délivrabilité. Les FAIs et webmails (Gmail, Yahoo Mail, Orange…) suivent certains éléments de vos envois vers leurs utilisateurs. L’un de ces éléments est la fréquence d’envoi. Si vous souhaitez intensifier cette fréquence, il faudra le faire progressivement, sinon quoi vous risquez d’être identifié comme étant un spammeur. Plus votre rythme d’envoi est élevé, plus il y aura de chances pour que certains serveurs d’emails assimilent votre adresse IP d’envoi à celle d’un émetteur de spam.

Cette étude de Return Path vous intéressera : les commerçants qui envoient en moyenne 3 emails par semaine ont les meilleurs résultats avec 98% de leurs emails qui arrivent en boite de réception.

Ramenez vos contacts zombie à la vie

Ils se regroupent dans les listes de contacts poussiéreuses. Ils hantent les emails marketeurs qui baissent la garde. Les contacts zombie ne sont pas les habituels mangeurs de chair que l’on retrouve si souvent dans la culture populaire. Contrairement à World War Z ou The Walking Dead, ces zombies se nourrissent de listes d’emails. Chaque année, le chiffre terrifiant de 25 à 30 % de contacts emails légitimes sont perdus, à cause d’une baisse d’engagement due à différentes raisons (envois trop fréquents, perte d’intérêt, etc). Au fil du temps, les marketeurs voient leur réputation d’expéditeur et leurs ventes souffrir de l’action de ces contacts zombie.

Mais n’ayez crainte, nous avons la solution idéale pour empêcher les contacts inactifs d’engloutir vos campagnes. Suivez ces cinq étapes pour ramener vos listes d’emails à la vie.

zombie

1) Définissez les symptômes d’un contact zombie

Commencez par définir ce qu’est un contact inactif pour votre entreprise. Ici, nous parlerons des utilisateurs inactifs qui n’ont pas ouvert ou cliqué sur un email sur une période donnée. Selon votre produit/service et la fréquence de vos envois, l’engagement moyen attendu d’un utilisateur peut varier. Selon les secteurs, la moyenne se situe entre trois et six mois.

2) La quarantaine

Une fois le diagnostic posé, vous devez les extraire vers une liste de contact ou un document séparé. Non seulement cela vous permettra d’être mieux organisé pour envoyer des campagnes de réengagement (dont nous parlerons bientôt), mais cela vous permettra aussi de définir les tendances communes. Vous découvrirez peut-être que certaines zones géographiques ou certaines tranches d’âge s’engagent à une fréquence différente. Vous pourrez ainsi approfondir les raisons à cela en rassemblant les contacts présentant des similitudes.

3) Ramenez-les à la vie

Vous êtes désormais prêt à essayer de ramener vos contacts zombie à la vie avec une campagne de réengagement. Que ce soit par le biais de contenu exclusif ou d’une promotion inratable, examinez bien vos segments et réfléchissez à ce qui intéresserait le plus cette audience particulière. Les exemples qui ont retenu notre attention par le passé utilisaient un savant mélange de personnalisation, avec des objets tels que « Bonjour Denise, vous êtes toujours là ? », ou encore « Vous avez manqué xyz. »

4) Si tout échoue… courrez

Vous avez bien lu : courrez. Vous savez, cette scène dans tous les films d’horreur où la musique à suspense commence et que le protagoniste marche en direction du bruit qui vient du loin ? Pendant ce temps, on est devant notre écran, et on crie pour qu’il fuie. Parfois, il faut savoir abandonner. Les contacts qui ont réagi à la campagne de réengagement peuvent être rajoutés à vos listes de contact. Cependant, pour les contacts qui ne réagissent toujours pas, il est temps de les supprimer de vos listes. Cela peut être difficile de voir votre liste de contacts diminuer, mais la réputation d’expéditeur s’appuie plus sur la qualité que la quantité. Vous pouvez même en tirer des leçons, en envoyant un court questionnaire à ces utilisateurs, en leur indiquant qu’ils seront supprimés de la liste et en leur demandant pourquoi ils ont perdu l’intérêt et ce qu’ils aimeraient voir changer.

5) Soyez toujours aux aguets

Félicitations ! Vous avez survécu. Mais ne baissez pas votre garde, les contacts zombie ne pardonnent pas ! Tout utilisateur peut se désengager au fil du temps, surtout si dans sa boîte de réception s’accumulent les newsletters et emails de sollicitation. Il aura plus tendance à être submergé de contenu, et sera plus facilement inactif.

Les FAI suivent l’engagement de votre liste de contact, ce qui permet d’assurer que vos utilisateurs veulent bien recevoir votre contenu et que les expéditeurs créent du contenu de qualité. De plus, les adresses email qui restent inactives pendant une longue période peuvent parfois devenir des pièges à spam, utilisés également pour identifier les expéditeurs adoptant des comportements de spammeurs et ne nettoyant pas leurs listes régulièrement.

Pour conserver une bonne réputation d’expéditeur, examinez fréquemment vos listes de contacts à la recherche d’utilisateurs inactifs. Cela dépend bien sûr de la fréquence de vos envois, mais vous pouvez vous baser a minima sur une vérification mensuelle.

C’est le mois d’Halloween, les frissons sont donc les bienvenus. Mais vous vous rendrez compte, je l’espère, que les contacts zombie sont loin d’être un cadeau ! Avez-vous des exemples de campagnes de réengagement que vous avez créées ou vues ? Partagez-les avec nous !

L’utilisation des emoji dans les échanges professionnels

C’est une évidence : les emoji apportent à un texte les nuances propres à la communication en face à face, qui passeraient autrement inaperçues ou qui pourraient être mal interprétées. Vous les utilisez pour faire passer un sarcasme de façon subtile ou pour adoucir un message qui pourrait sembler plus froid sans cet élément. Vous avez eu une panne d’oreiller et vous avez raté un rendez-vous ? Vous fêtez une victoire, par exemple un lancement de produit, avec votre équipe à distance ? Impossible de faire l’impasse sur les emoji.

Nous sommes certains que vos chaînes Slack, vos SMS et vos flux Twitter en regorgent, mais qu’en est-il des voies de communication plus traditionnelles dans le cadre professionnel ? Pour découvrir la place accordée à ces icônes dans les boîtes mail pros, nous avons demandé à 500 professionnels comment ils les utilisaient dans leurs échanges avec leurs collègues.

emoji_gif

Les femmes sont plus susceptibles d’utiliser les emoji

La principale différence d’utilisation a été observée entre les genres. 50% des femmes ont déclaré être plus susceptibles d’envoyer un email avec des emoji après en avoir reçu un qui en contenait. Les hommes ont plus tendance à dire que l’utilisation d’emoji est inappropriée dans le cadre d’un email professionnel.

Nous avons décidé d’approfondir nos recherches et il semblerait que la science confirme ces tendances. Des études ont montré que les hommes sécrétaient moins d’ocytocine, l’hormone de rapprochement affectif, que les femmes. Ce qui laisse entendre que les femmes créent plus facilement des relations étroites avec leurs collègues. Cette différence explique peut-être pourquoi les femmes ont répondu qu’elles utilisaient plus facilement des emoji pour transmettre des émotions.

La génération Y en recherche de preuve sociale

Compte tenu du temps que passent les jeunes de la génération Y sur leurs téléphones (14,5 heures par semaine), on pourrait s’attendre à ce que leurs emails professionnels soient remplis d’emoji. Or, ça n’est pas vraiment le cas. Pourtant, après avoir vu certaines grandes marques s’adapter à la tendance, on assiste à un véritable changement de stratégie chez de grandes groupes s’adressant désormais principalement à la génération Y à l’aide de visuels. La Maison Blanche a récemment publié un rapport débordant d’emoji, et Goldman Sachs a expliqué les habitudes de consommation des jeunes en utilisant toute une série d’emoji. Les plus jeunes adeptes des technologies parlent couramment « l’emoji » et certains vont jusqu’à dire qu’on assiste à la naissance d’un nouveau langage.

millennials

Avec tout ce battage, on serait tentés de croire que la génération Y a transposé cette habitude au monde du travail, n’est-ce pas ? Pourtant, ça n’est pas ce que l’on constate. S’ils sont plus susceptibles que leurs aînés de recevoir des emails pros contenant des emoji, 50% des jeunes ont déclaré qu’ils auraient davantage tendance à inclure des emoji leurs messages s’il s’agissait de répondre à un email en contenant déjà. Il semblerait donc que cette génération émette encore quelques réserves concernant l’intégration d’un langage visuel décontracté dans le cadre professionnel. Ils recherchent plutôt une confirmation sociale ou utilisent les emoji avec leurs amis au travail, mais initieront rarement leur utilisation dans le cadre d’un emailing professionnel.

Pas tous convaincus

office

Pour le reste d’entre nous, nous ne sommes dans l’ensemble pas très emballés par l’utilisation des emoji au travail. Pas moins de 88% des sondés ont précisé qu’ils trouvaient les emails professionnels moins crédibles lorsqu’ils contenaient des emoji. Un résultat étonnamment uniforme dans tous les secteurs.

Notre conseil pour utiliser les emoji ? N’ayez pas peur de tâter le terrain. Commencez tout doucement en utilisant l’une de ces icônes :) ou ;) , ou suivez le mouvement en répondant à un emoji par une autre emoji. Elles peuvent s’avérer très utiles dans le contexte professionnel si vous parvenez à trouver un bon équilibre crédibilité/proximité.

Que pensez-vous de nos découvertes ? Qu’en est-il dans votre environnement professionnel ? Combien d’emoji avez-vous utilisées au travail aujourd’hui ? Racontez-nous tout en nous laissant un commentaire ci-dessous.