Conception des emails : qui prime, le design ou le contenu ?

Par le passé, j’ai conçu des campagnes d’emailing pour plusieurs entreprises différentes. Chacun a sa méthode. Certaines équipes fournissent à leurs copywriters des modèles préconçus et un nombre de mots à ne pas dépasser. D’autres préfèrent commencer par le texte puis concevoir une brief pour le design. Ce qui nous mène à cette question : quelle est la meilleure approche pour une campagne d’emails ? Préférez-vous créer d’abord le contenu ou le design ? J’ai étudié la question à l’aide de quelques professionnels de l’industrie.

Tout tourne autour des appels à l’action

Lauren Jewell, professionnelle du marketing numérique, pense d’abord à ses appels à l’action lorsqu’elle planifie la structure de sa campagne : « Au final, c’est [la] communication d’un message et/ou d’une action que j’essaie d’inspirer, c’est pourquoi je pense que ça devrait être l’idée centrale », affirme-t-elle.

Mettre en avant le message clé, c’est donner priorité à vos clients. Cela garantit que vous êtes toujours à l’écoute et que vous apportez de la valeur. En enquêtant régulièrement sur les besoins et les préférences de vos clients (et en y répondant), vous posez la base d’une bonne relation client-marque. Après tout, les études montrent que 70 % des expériences d’achat se basent sur la façon dont le client se sent traité.

Dans ses campagnes de drip marketing, Netflix fait toujours en sorte que ses appels à l’action soient clairs, visibles, et mènent à une expérience utilisateur toujours meilleure, qu’il s’agisse de la découverte même du service (ici, la fonctionnalité de liste personnelle), ou bien de recommandations basées sur les comportements du client.

netflix_cta
 

Le design complète le contenu

En réalité, en élaborant d’abord le contenu, vous créez des designs plus percutants. « Le design juste pour le design, c’est inutile » explique Yann Skargovskii, designer chez Mailjet. « Le design sert à mettre en avant le contenu, pas à se mettre en avant. Un bon design est invisible. »

Dans le cas des appels à l’action, un design percutant sera très différent pour une vente flash et pour le lancement d’un produit. L’email de lancement de Litmus Builder est un parfait exemple de la façon dont le design met en avant le message central. Les deux calendriers rouge et blanc attirent l’œil vers l’inscription à la visite virtuelle du produit. La grille met également en avant les témoignages des clients, avec une bannière sombre et plus large en bas, qui complète la bannière d’en-tête.

litmus_contenu_design

« On a souvent envie d’en dire trop ; il faut donc s’éduquer constamment grâce aux collègues et aux clients afin que les emails restent digestes. Souvent, les idées de design sont abandonnées durant ce processus », déclare Lauren. Entre le design et le contenu, c’est donnant-donnant. Lorsque le contenu ne parvient pas à être concis, le design entre en jeu. C’est en équilibrant le contenu et le design que vous parviendrez à des emails courts qui génèrent de l’engagement et des actions. Et c’est ainsi que vous parviendrez à conquérir vos lecteurs.

Communiquez sans cesse

Enfin, notre exploration des meilleures pratiques de la création d’emails nous ramène à la question initiale. « Le contenu ou le design ? » renvoie à une dynamique plus large qui est existe depuis des années. De nombreuses équipes chargées du design et du contenu travaillent sur des parties séparées d’un projet et ne communiquent pas jusqu’à ce qu’il soit temps de rassembler les pièces du puzzle. Ce flux de travail décousu créée des points de vue différents sur ce qui vient en premier. Il est incroyablement difficile de rassembler les deux s’il n’y a pas de communication claire depuis le début.

Les équipes chargées du contenu et du design doivent communiquer dès le début de chaque projet pour comprendre clairement l’audience visée ainsi que le message à transmettre.

Grâce à nos discussions, on arrive à la conclusion qu’aucune formule magique n’existe quand il s’agit de création d’emails. Le contenu et le design doivent être pensés ensemble dès le début. Un titre percutant peut passer au niveau supérieur grâce à l’ajout d’un GIF qui fait le buzz. Mais pour ce faire, les deux équipes doivent communiquer.

Alors qu’en pensez-vous ? Qui vient en premier ? Le design ou le contenu ? Dites-nous comment vous traitez la création des emails en laissant un commentaire ci-dessous !

 

3 astuces pour tester la responsivité de vos emails

La question « Dois-je faire en sorte que le design de nos emails s’affichent correctement sur tous les appareils ? » n’est plus subsidiaire aujourd’hui. La seule réponse valable est : « oui ». Les utilisateurs sont de plus en plus mobiles, en conséquence de quoi la proportion d’emails lus sur smartphones et tablettes a dépassée celle de ceux lus sur ordinateur. 66 % des emails sont ouverts sur supports mobiles d’après un rapport de MovableInk datant de 2014. Cependant, les responsables marketing sont loin de tous répondre à cette demande. En effet, 42 % d’entre eux affirment ne pas créer d’emails responsifs.

Alors, oui, c’est vrai, la tâche peut sembler rébarbative. La création d’un design responsif semble être une tâche compliquée, surtout quand de nouveaux appareils mobiles voient le jour chaque mois. Comment s’assurer que l’email s’affiche correctement sur l’écran de chaque destinataire ? Par où commencer pour tester l’affichage correct de vos emails, quel que soit leur écran d’affichage ?

Voici trois manières de tester facilement la responsivité de vos designs d’emails dès aujourd’hui :

1. La manière la plus traditionnelle de garantir que vos campagnes s’affichent correctement est de les tester physiquement sur les différents appareils. La plupart des fournisseurs de services d’emailing comme Mailjet vous permettent d’envoyer un email d’essai à votre adresse et à quelques autres contacts avant de lancer votre campagne :

envoi_test_mailjet

Cette méthode est utile si vous envoyez le message de test à des collègues et amis disposant de différents appareils, et utilisant différents navigateurs et systèmes d’exploitation. Quelques paires d’yeux supplémentaires peuvent s’avérer très utiles pour vérifier le contenu et tester l’UX, afin de corriger les éventuels problèmes qui subsisteraient.

Astuce : vous pouvez accéder aux rapports des campagnes précédentes et les filtrer, afin de connaître les appareils et webmails utilisés par vos destinataires.

2. Utilisez le panneau de prévisualisation de votre compte Mailjet pour voir la manière dont s’affiche votre email sur différents appareils. Avec Mailjet, une fois votre campagne préparée, vous pourrez consulter le résultat final sur trois appareils : mobile, tablette et ordinateur. Nous l’avons déjà dit auparavant, un design responsif se caractérise par des images et du texte dont les dimensions s’adaptent à la plateforme utilisée. La mise en page la plus répandue correspond à une colonne d’éléments empilés dans laquelle des cadres de contenu peuvent facilement se redimensionner sans grand changement, d’une taille d’écran à l’autre. Pour en savoir plus, consultez notre guide de création d’emails responsifs.

previsualisation_passport

3. Enfin, afin de vous assurer que tous les emails soient rigoureusement testés sur tous les webmails et clients email, nous vous recommandons de complémenter les étapes 1 et 2 à l’aide de services tels que Litmus ou Email on Acid. Chaque client de messagerie possède ses propres modes d’affichage des emails. Ces deux outils envoient votre email à plus de 50 clients de messagerie et vous fournissent des données analytiques ainsi que des aperçus, ce qui vous permet d’économiser du temps et de garder l’esprit tranquille. Rassurez-vous, votre contenu atteindra les bons clients sous la bonne forme.

test_litmus

Et voilà, en suivant ces trois étapes, vous aurez toutes les clefs en main pour être sûr que votre design d’email est bien responsif sur l’essentiel des plateformes. Et vous, quelles sont les astuces que vous utilisez pour vous assurer de la bonne responsivité de vos emails ? Faites-nous en part dans les commentaires.

 

Flat design et email : retirer le superflu pour aller à l’essentiel

« Les ogres sont comme les oignons… Ils ont des couches ! », comme le disait Shrek dans le film d’animation de DreamWorks. Le célèbre personnage vert se sert de cette analogie pour décrire sa personnalité complexe. Tout comme un oignon, il faut prendre le temps d’ôter toutes les couches extérieures de son apparence pour comprendre l’essence même de Shrek. Cet ogre serait sûrement bien étonné face au monde des emails.

Récemment, le design d’email a lui aussi « ôté plusieurs couches » en retirant certaines textures complexes de l’univers 3D, pour obtenir le désormais bien connu « flat design ». Avec le flat design, en 2D donc, les formes tridimensionnelles sont rarissimes. Quelques clics de souris suffisent à faire apparaître le message principal. Voilà pourquoi tout le monde passe au flat design et pourquoi vous devriez suivre le mouvement.

Une évolution prévisible

iphone_flatdesign

 
Souvenez-vous de la première application Notes d’iOS. Elle se présentait sous forme d’un bloc-notes relié, avec ses pages jaunes, ses lignes etc. Ce design proche du véritable objet permettait de faciliter la transition du traditionnel papier/stylo au bloc-notes sur écran tactile. Aujourd’hui, cette application est une simple toile blanche.

Le flat design est le produit d’une évolution naturelle dans l’expérience utilisateur. Les consommateurs sont désormais bien plus à l’aise avec les technologies (ou dans notre cas, avec les emails). Ils n’ont plus besoin de supports visuels qui les aident à passer de l’action A à l’action B. D’après une étude récente, les Français passent plus de 5 heures par jour sur Internet. Pour remettre les choses en perspectives, rappelons que la plupart des gens sont éveillés 16 à 18 heures par jour.

Le design plat s’adapte parfaitement aux limites de l’écran au lieu de le décorer comme le faisait son prédécesseur, le skeuomorphisme. Comme on peut le voir sur le bloc-notes jaune à gauche, le skeuomorphisme représente les objets tels qu’ils sont dans la réalité. Si vous observez attentivement les deux designs côte à côte, vous pourrez constater que le skeuomorphisme et ses nombreux détails prennent plus de place sur l’écran. L’approche minimaliste du flat design réduit le temps de chargement et laisse davantage d’espace pour la création.

Place au contenu

Le flat design est également héritier de l’idée selon laquelle le contenu est roi. Compte tenu de notre capacité d’attention très réduite lorsque nous sommes sur Internet, faire le tri dans sa boîte de réception n’est pas toujours chose aisée. Retirer certains éléments de design plus tape-à-l’œil permet ainsi à l’utilisateur d’identifier immédiatement la valeur du message.

Cet email de bienvenue d’Invision tape en plein dans le mille. Quatre vidéos d’introduction sont mises en avant par leur couleur rose qui appelle à l’action. Cette approche progressive est un moyen rassurant qui permet à un utilisateur débutant d’en apprendre davantage sur le produit et de se lancer.

invision_welcome

 
L’email de Litmus, quant à lui, affiche une mise en page marquée avec un bloc coloré. C’est un moyen plus subtil de fournir un contexte à vos utilisateurs et de les pousser à interagir avec votre contenu.

litmus_welcome

 
Le message envoyé par Dropbox est un autre exemple montrant comment un message contenant beaucoup de texte peut être amélioré grâce à un design minimaliste. L’email utilise l’espace négatif (l’espace blanc que l’appareil photo et le matériel de bureau ne recouvrent pas) pour créer un équilibre et attirer l’attention sur le message personnalisé placé en dessous.

dropbox_email

 

Adapté à tous les écrans

Comme nous l’avons évoqué précédemment, le flat design, parce qu’il épouse les limites de l’écran, créé une expérience email plus responsive. Invision et Litmus utilisent tous deux le modèle d’email à colonne unique largement répandu aujourd’hui. La hiérarchie claire créée par les blocs facilite l’affichage d’un email sur des écrans de tailles variées.

Le retrait de motifs et de textures encombrants font également gagner beaucoup de temps au designer. Ils n’ont plus besoin de se préoccuper du temps de chargement de certains éléments sur un téléphone portable ou sur une tablette.

Au bout du compte, tout le monde s’y retrouve, tant vos destinataires que votre équipe design. Le flat design est un mouvement axé sur l’utilisateur et cherche à fournir un contenu de qualité de la manière la plus digeste qui soit. Impossible de savoir combien de temps durera cette tendance, mais elle continuera certainement d’évoluer à mesure que les utilisateurs interagissent avec de nouveaux appareils.

 
L’équipe Mailjet a travaillé d’arrache-pied pour mettre au point un moyen plus facile et plus rapide pour créer de beaux emails. Restez à l’écoute, notre annonce arrive dans quelques semaines !

Comment j’ai appris à coder un email HTML de A à Z

email_html01
On dit que pour apprendre une langue, il faut s’immerger dans la culture. Si c’est le cas pour les langues, c’est donc également vrai pour le HTML, n’est-ce pas ? Pour moi, spécialiste du marketing, le HTML est une langue étrangère comme une autre.

Chez Mailjet, nous utilisons notre éditeur de template WYSIWYG pour créer des emails, mais nous ajoutons des bribes d’HTML pour dynamiser certaines parties. Ces derniers mois, j’ai remarqué que nous envoyions de petites tâches à nos designers (créer des tableaux imbriqués, redimensionner des images, créer des bannières d’emails), qui prenaient du temps sur d’autres projets plus importants. Et si, en tant qu’email marketeur, je pouvais moi-même travailler avec l’éditeur WYSISWYG et l’HTML ?

C’était le début d’une session de deux semaines d’apprentissage pour coder un email HTML de A à Z. Voici ce que j’ai appris.

Pour commencer avec l’email HTML

email_html02
Tout d’abord, vous pouvez commencer avec un simple nouveau document HTML (un document texte enregistré avec l’extension « .html ») ou tout simplement utiliser directement l’éditeur HTML de votre fournisseur de services d’emailing. J’ai choisi cette deuxième option, en travaillant directement sur l’éditeur HTML avancé de Mailjet. Nous créerons l’en-tête en utilisant un format standard tel que celui-ci-dessous. L’en-tête indique au navigateur comment lire le document, en spécifiant quel langage et quelle version sont utilisés.

email_html03
Coder en HTML, c’est un peu comme élaborer un plan pour un article de blog : il faut identifier l’intro (ou l’en-tête), le corps (le frame) et la conclusion (le footer). Les navigateurs aiment que ces parties soient clairement identifiées. Ils savent ainsi comment les assembler pour créer un design uniforme.

Construire le frame : tout est une question de grille

On peut ensuite commencer à créer notre grille. Comme pour tout bon design, travailler sur une grille permet d’apporter un équilibre esthétique, d’organiser votre contenu et surtout de garantir un design responsif. Les emails en grille peuvent être facilement réorganisés en un design à colonne unique pour les plus petits écrans.

Pour construire mon design en grille, j’ai dû apprendre à coder des tableaux. C’est là que ça s’est compliqué. Difficile d’imaginer comment transformer un élément visuel tel qu’un tableau en texte !

Commencez avec une esquisse

Ma première erreur a été de plonger tête la première dans le code sans avoir fait d’esquisse. Les tableaux peuvent être difficiles à visualiser quand on commence à coder, c’est donc très important d’avoir une idée du contenu que l’on souhaite inclure et de la façon dont on souhaite le disposer. Chaque élément, image ou texte, devra généralement être codé comme une cellule du tableau.

Coder le tableau

Concernant le code, <tr> signifie « rangée du tableau » et <td> « données du tableau » ou colonne. Utilisez <tr> pour créer une nouvelle rangée, puis <td> et le texte que vous souhaitez ajouter dans la cellule.

email_html04
Voici le premier frame qui supportera le reste du contenu de l’e-mail.

email_html05
Pour ajouter plus de sections au sein du frame, suivez simplement le format que nous avons utilisé pour créer le tableau initial ci-dessus. J’ai copié-collé deux rangées supplémentaires. Nous avons maintenant un frame plus large et un ensemble de trois rangées.

email_html06

Remplir les détails

Ajouter un autre langage

Le frame que nous venons de voir était uniquement en HTML, mais pour la présentation, nous devons passer à un autre langage, le CSS. Ces deux langages sont souvent associés pour créer des sites internet et des emails car l’HTML crée la structure, tandis que le CSS décrit les détails visuels tels que les couleurs et les polices.

Pour compliquer les choses, la plupart des clients emails ne s’allient pas très bien au CSS. La façon dont ils affichent le CSS manque de cohérence. Par exemple, Gmail enlève tout CSS inclus dans l’en-tête d’un email, mais Outlook accepte les balises <style> dans <head> et <body>. J’étais très confuse ! Les clients emails n’aiment pas le CSS, mais il faut quand même l’utiliser pour la présentation ?

Il s’avère qu’il existe plusieurs types de CSS, mais je vais seulement vous présenter le CSS « inline », qui s’affiche correctement, car il s’applique à chaque balise HTML individuelle.

Si tous vos éléments de style sont déjà codés dans votre en-tête, il existe de nombreux outils bien pratiques pour aligner le code pour vous, comme Inky’s Inliner.

Ajouter l’image et la couleur de l’en-tête

Ci-dessous, j’ai ajouté l’image d’en-tête de l’email à l’aide de la balise <img src= “link”>.

De plus, j’ai ajouté la couleur d’arrière-plan des rangées 2 et 3 an pour qu’elles soient aux couleurs de Mailjet, doré <bgcolor=”#ffbf40”> et gris <bgcolor=“#989dac”>. D’ici peu, je créerai ces deux rangées pour créer le corps de l’email.

email_html07

Padding

Afin d’étoffer le reste du corps de l’email HTML, il faut ajouter du padding. Par exemple, <“style=”padding: 40px 30px 40px 30px;”> indique au client la façon dont le haut, la droite, le bas et la gauche (danc cet ordre) doivent être espacés.

email_html08

Boutons sociaux

Pour compléter le corps de l’email, j’ai ajouté une rangée supplémentaire en bas pour inclure les liens de réseaux sociaux. Faites toujours de même : cela ne prend que quelques secondes. Non seulement vous générerez du trafic supplémentaire vers vos autres canaux sociaux, mais cela vous permettra également d’étendre la portée du contenu de votre email HTML.

email_html09
email_html14

Lien de désinscription

Enfin, n’oubliez pas d’inclure un lien de désinscription en bas de chaque email ! Si vous oubliez d’en ajouter un, Mailjet vous le rappelle avant de passer à l’étape suivante :

email_html10
email_html11
À l’aide du lien de désinscription fourni ci-dessous, j’ai ajouté un attribut href, qui indique au client email quel lien ajouter au texte.

Tests et erreurs

Surtout, soyez patient lorsque vous venez de démarrer. Parfois, vous oublierez de fermer une balise, ou vous ajouterez un caractère qui « cassera » le design. Petit conseil : surveillez les couleurs surlignées en syntaxe !

L’outil de création HTML de Mailjet vous permet de prévisualiser l’apparence de votre campagne selon les tailles d’écran. Je peux également m’envoyer un test. J’ai vérifié mon code à chaque étape pour m’assurer que le design s’affichait comme je le souhaitais. Si quelque-chose n’était pas aligné ou était cassé dans l’aperçu, je pouvais le réparer immédiatement.

email_html12

Pour finir

Et voilà, vous avez le produit fini. Il m’a fallu trois bonnes heures pour faire cette simple mise en page ! À moins que vous vouliez mettre en place des personnalisations particulières, commencer par l’éditeur WYSIWYG et ajouter de l’HTML si besoin peut être un processus plus efficace.

email_html13
L’équipe Mailjet a travaillé dur pour créer un moyen plus simple et rapide de créer de magnifiques emails. Restez connectés, nous ferons une annonce dans quelques semaines !

 

Comment développer une liste de contacts de façon organique

Développer une liste de contact à partir de zéro peut être une tâche fastidieuse. Vous avez peut-être l’impression de sans cesse tester de nouveaux appels à l’action pour recueillir des adresses email, sans beaucoup avancer, voire pas du tout. Vous entretenez régulièrement votre liste, sans constater de croissance significative. Vous pourriez être tenté de passer par des raccourcis, comme acheter une liste d’adresses email. 3 000 nouveaux contacts en un seul clic ! Mais n’abandonnez pas tout de suite.

Nous vous proposons différentes façons de développer une liste de contacts de façon organique. En suivant ces bonnes pratiques, vous améliorerez votre réputation d’expéditeur ainsi que la réputation de votre marque. Elles vous permettront également d’augmenter l’engagement et d’ainsi améliorer votre délivrabilité.

Optez pour le social

La Lead Gen Card de Twitter

subscribe_twitter

Twitter Publicités propose une série de cartes gratuites, dont la Lead Generation Card. Ces cartes vous permettent d’attacher facilement une boîte d’inscription à un tweet ordinaire. Nous programmons ces cartes régulièrement sur notre compte Twitter angophone. Vous pouvez également intégrer ces cartes à votre campagne publicitaire pour atteindre de nouveaux clients potentiels.

Les boutons des Pages Facebook professionnelles

L’année dernière, Facebook a lancé une fonctionnalité d’appel à l’action grâce à laquelle vous pouvez ajouter une gamme de boutons à votre page professionnelle.

Pour installer un lien « Inscription », il vous suffit de vous connecter à votre compte et de vous rendre sur votre page. Dans le coin inférieur droit de la photo de couverture, vous verrez un bouton indiquant « Créer l’appel à l’action ».

cta_fb_mjfr
Après avoir cliqué sur « Créer l’appel à l’action », une fenêtre pop-up apparaîtra avec plusieurs options pour personnaliser votre bouton d’inscription.

Les deux écrans suivants vous permettront ensuite de détailler la « page de renvoi » pour les appareils mobiles. Vous pourrez choisir si le bouton dirigera vos clients vers votre site ou vers une application mobile.

Vous serez ensuite paré à recueillir les adresses email !

Pensez à l’inscription à chaque étape

Ajoutez des widgets aux articles de blog, livres blancs, études de cas…

Vous devriez garder à l’esprit l’adhésion par email à chaque étape de l’expérience de l’utilisateur. Chez Mailjet, nous incorporons des widgets à différents types de contenu. Nous incluons des options d’inscription en bas de chaque article de blog, et nous nous assurons que les livres blancs, ainsi que les webinaires sur demande sont accessibles uniquement pour les membres inscrits. Cela nous a permis de doubler notre base d’inscrits à la newsletter.

subscribe to nl

Gagnez des abonnés grâce à votre signature

Wisestamp est un très bon outil pour perfectionner votre signature d’email. Il vous permet de créer un modèle de signature d’email avec votre portrait, vos profils sociaux et votre site web. N’oubliez pas de demander à votre équipe d’ajouter un lien pour s’inscrire par email en bas de chaque message. Qui sait qui sera en copie de votre prochaine chaîne d’email externe ? Cela pourrait vous apporter une bonne publicité, surtout en matière de vente.

Encouragez les inscriptions

Offrez une promotion séduisante

C’est une stratégie que de nombreux sites d’e-commerce pratiquent. Motivez une première inscription en proposant une réduction sur la première commande. C’est particulièrement efficace pour attirer le client hésitant qui aimerait acheter une veste dont le prix qui dépasse un peu son budget. Une adresse email contre une réduction, cela ne semble pas être une trop mauvaise affaire. Vous trouverez ci-dessous un très bon exemple du Club Monaco. Bien que ce soit un pop-up, la couleur et la police respectent l’identité de la page d’accueil. Leur design épuré rend les inscriptions assez simples.

club_monaco
Un des inconvénients à ne pas oublier est que certains clients s’inscrivent uniquement à la newsletter pour profiter de la réduction, puis se désinscrivent juste après. Faites en sorte que cela n’arrive pas en entretenant l’engagement de vos abonnés avec une campagne de bienvenue au goutte à goutte. Cette série d’emails de bienvenue vous montre comment votre produit continuera à ajouter de la valeur après le premier achat ou la première action. Vous pouvez même laisser les rênes à vos clients, en leur permettant de choisir quel type de contenu ils souhaitent recevoir et à quelle fréquence, grâce à un centre de préférences. Ils pourront ainsi s’engager à leur gré de façon organique.

Prêchez par l’exemple

La preuve sociale peut avoir un impact important. Selon une étude scientifique, la FOMO (peur de rater quelque-chose) existe vraiment. C’est une anxiété sociale qui se caractérisée par la peur constante de manquer une nouvelle importante ou un autre événement. Et près de 63 % des consommateurs déclarent qu’ils auront plus tendance à acheter sur un site s’il propose des avis sur ses produits.

wdd
Gagnez la confiance de vos clients potentiels en mettant l’accent sur leurs congénères qui ont le plaisir de recevoir votre contenu. Web Designer Depot l’applique parfaitement, avec un compteur d’abonnés sous chaque formulaire d’adhésion. Un compte d’abonnés de 353 254 prouve que leur contenu est pertinent, et ajoute de la valeur.

La valeur cachée des emails transactionnels

Une étude récente réalisée auprès de 300 experts internationaux en marketing nous a appris que les sociétés allemandes tirent un peu plus profit des emails transactionnels que les entreprises françaises ou américaines. Pour l’anecdote, l’Allemagne bénéficie également de taux d’ouvertures et de clics supérieurs à ceux qu’ont pu observer leurs homologues des deux autres pays. En réalité, les emails transactionnels génèrent plus de recettes que les campagnes marketing.

Cependant, les emails transactionnels restent les outils d’email marketing les plus sous-estimés. Les modèles et designs de ces messages sont souvent conçus une fois pour toute, puis oubliés par l’équipe marketing qui ne s’en soucie plus guère. Ces emails sont alors programmés dans le système pour être envoyés automatiquement.

En général, quand on parle d’emails transactionnels, on pense confirmation de commande, réinitialisation de mot de passe ou encore factures. Mais aujourd’hui, ils sont bien plus que ça.

Voici comment créer et utiliser vos emails transactionnels pour un retour sur investissement plus important.

 

Rendez service aux clients qui vous sont déjà loyaux

Profitez des reçus ou des factures pour informer vos clients et pour encourager leur prochain achat ou leur prochaine action. Chaque interaction est une opportunité pour peaufiner et enrichir chaque profil client. Au fil du temps, vous pourrez leur transmettre des recommandations pertinentes selon leurs comportements d’achat passés. Vous pouvez également leur suggérer des services ou produits cohérents avec la commande qu’ils viennent d’effectuer.

Avec cet email, par exemple, Voyages SNCF se pose d’avantage comme une agence de voyage à part entière que comme un simple opérateur de vente de tickets de train. En plus de la confirmation du billet électronique, on propose à l’usager des services de location de voiture une fois arrivé à destination, la réservation de chambres d’hôtel… De quoi générer plus d’engagement vis-à-vis du service.

voyages sncf
 

Facilitez l’engagement du client

Utilisez les emails de transaction pour simplifier l’expérience de l’utilisateur en supprimant des étapes. De la traditionnelle campagne d’abandon de panier à la campagne de drip marketing, qui permet aux utilisateurs d’approfondir leur connaissance du produit ou du service (et ainsi de générer plus d’engagement). Si 55 % des visiteurs passent moins de 15 secondes sur un site, imaginez combien il est difficile de capter l’attention d’un utilisateur sur le long terme.

Par exemple, après une absence d’interaction avec la plateforme de longue durée, tumblr vous envoie un récapitulatif de posts que vous avez pu manquer. Un bon moyen pour encourager le lecteur à revenir utiliser le service.

tumblr
 

Captez leur attention avant que leur intérêt ne disparaisse

En captant l’attention de votre lectorat, vous pourrez également augmenter votre retour sur investissement général. Grâce aux emails transactionnels, vous pouvez ajouter plus facilement des boucles de rétroaction en demandant à vos lecteurs de faire part de leur expérience utilisateur. Les meilleurs moments pour commencer à recueillir du feedback sont juste après un essai gratuit, une demande auprès du service client ou un achat.

Ainsi, le service de livraison Take Eat Easy permet à ses utilisateurs de noter la qualité de la commande qu’ils ont passé quelques heures auparavant.

take eat easy
 

Cherchez toujours à vous améliorer

Enfin, comme pour les campagnes marketing, pensez à analyser vos ICP afin d’en savoir plus sur le type de contenu auquel vos clients réagissent le plus. Même si l’expérience est légèrement différente pour vos emails transactionnels (les emails transactionnels ne s’affichent pas dans notre tableau de bord), vous (ou votre équipe technique) pourrez retrouver ces statistiques tout aussi facilement grâce à notre Event API.

Mailjet Monday : Arnaud Breton

arnaud_breton

 
Nous nous sommes entretenus avec Arnaud Breton qui dirige à Paris notre équipe de développeurs évangélistes. Arnaud nous explique ce qu’est un développeur évangéliste en 2015 et quelle est la culture d’une équipe internationale de 4 personnes.

 
1) Que fais-tu chez Mailjet ?

Je dirige une super équipe de 3 développeurs évangélistes :)

En tant que développeurs évangélistes, notre mission principale est de construire des relations avec d’autres développeurs, leur présenter le produit Mailjet et l’industrie de l’emailing en général. Ces interactions ont à la fois lieu en ligne et hors ligne. Nous travaillons avec des développeurs qui utilisent notre API pour les hackathons ou pour Github, StackOverFlow. Le plus souvent, lors d’événements que nous sponsorisons ou auxquels nous participons, nous apportons aux développeurs tout ce dont ils ont besoin pour bien débuter (code wrappers, documentation). Nous apprenons également grâce à eux : la façon dont ils utilisent Mailjet et les nouvelles fonctionnalités qu’ils aimeraient découvrir.

L’équipe Mailjet consacre également du temps à des projets parallèles et se tient au courant des dernières tendances dans le secteur, car après tout, tous les membres de l’équipe sont des développeurs dans l’âme !

Je suis également très impliqué en interne dans le processus de mise en production de l’API, de sa conception/spécification à son lancement en passant par la communication.

Au bout du compte, être un développeur évangéliste est un travail passionnant. On travaille toujours sur des sujets diversifiés, on mélange les technologies, on rencontre de nouvelles personnes, et on s’amuse (c’est le plus important, n’est-ce pas ?) !

 
2) Qu’est-ce que tout le monde devrait savoir sur les emails/API ?

De nos jours, les emails sont courants, tout le monde les utilise, chaque système les prend en charge et pourtant, atteindre la boîte de réception reste un véritable défi.

C’est surtout dû au fait qu’une campagne d’email (de la création à la boîte de réception en passant par l’envoi) est une aventure complexe et nombreux sont les critères nécessaires pour le maintien d’une bonne réputation d’expéditeur.

Utiliser une API permet de rationaliser ce processus : vous avez tout à portée de main pour envoyer, suivre et analyser, et pour intégrer encore plus ces emails dans le workflow de votre logiciel.

 
3) À quoi ressemble une journée typique ?

Notre journée commence par une courte réunion entre les équipes européennes (qui sont situées à Londres, Sofia et Paris). Puisque notre équipe est internationale, ce moment nous permet de faire le point, de tenir tout le monde au courant des projets en cours et à venir et de demander à l’équipe de l’aide si nécessaire. C’est un rituel très agréable, car il nous permet également de prendre le temps de se dire tout simplement « comment ça va ? » et de démarrer la journée sur une note positive !

Je travaille ensuite avec l’équipe européenne pour faire face aux défis quotidiens. Puis, un peu plus tard dans l’après-midi, c’est le début de la journée pour Tyler, notre développeur évangéliste à New York (6 heures d’avance sur Paris). Ensemble, nous faisons un point similaire pour qu’il démarre sa journée.

Entre ces réunions, je jongle entre des sujets différents, des spécifications de l’API à l’aide en ligne aux développeurs en passant par la préparation d’événements à venir.

Gérer une équipe répartie sur 3 fuseaux horaires (et en plein croissance !) est un réel avantage. Cela m’amène à gérer mon temps efficacement et à améliorer notre empreinte mondiale. À nous quatre, nous sommes capables de communiquer avec les développeurs du monde entier 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

 
4) Votre moment Mailjet favori ?

Chaque sortie d’API est un moment passionnant, même si on ne répare qu’un bug mineur. J’ai toujours le sentiment gratifiant d’avancer et d’apporter à notre communauté de développeurs un produit toujours meilleur, jour après jour.

Nos réunions matinales font également partie de mes moments préférés. On prend le temps de se poser et de faire le point sur chaque membre de l’équipe, en s’assurant que tout le monde a toutes les clés en main pour avancer et relever les défis à venir !

 
5) Travaillez-vous sur des projets intéressants de votre côté ?

Je vis à Paris, et comme vous le savez, nous avons vécu une violente attaque terroriste en janvier contre le journal satirique Charlie Hebdo. Pour être franc, avant cette tragédie, je n’avais jamais vraiment pris le temps de m’intéresser à leur travail. Je me suis rendu compte que j’étais passé à côté d’un pilier culturel.

C’est ce qui m’a amené à publier Dessine Moi Charlie, une simple application qui permet de découvrir un dessin de Charlie Hebdo au hasard. Ce n’est que mon humble contribution au mouvement massif qu’est #jesuischarlie.

En général, j’aime travailler sur de petits projets avec un objectif à l’esprit, comme apprendre une nouvelle technologie. Je me suis amusé il y a quelques temps à jouer avec l’application Yo et à trouver de nouvelles idées. Je suis également un grand fan de Go-lang, dont la mascotte se trouve actuellement sur mon bureau.

go_lang

 
6) Qu’est-ce qui attend l’équipe des développeurs évangélistes ?

Gérer une équipe internationale est une opportunité parfait pour communiquer avec des développeurs du monde entier.

Chaque mois, nous participons en moyenne à 3 événements de grande échelle à travers le monde, y compris des conférences et des hackathons. Nous sommes également très impliqués dans des meetups et des initiatives locaux (accélérateurs, incubateurs, etc). Chaque événement est une occasion unique de discuter de vive voix avec des développeurs et d’écouter ce qu’ils pensent de Mailjet, de les former sur les tendances dans l’emailing et bien sûr de partager notre passion de la programmation.

Comme je l’ai déjà dit, nous travaillons constamment sur des moyens d’améliorer notre API et la suite d’outils que nous publions pour les développeurs. Dans les mois à venir, vous assisterez à la sortie de nouvelles fonctionnalités simples mais puissantes, qui mettent l’accent sur l’expérience du développeur (un concept qui a vraiment décollé depuis que les API sont considérées comme des produits autonomes).

Quand une image ne vaut pas mieux qu’un long discours, ALT Text prend la relève

Des recherches indiquent que 90 % des informations transmises au cerveau sont visuelles, et que les éléments visuels sont traités par notre cerveau 60 000 fois plus rapidement que du texte. De plus, 67 % des consommateurs considèrent que des images claires et détaillées ont plus de poids que des informations de produit ou des évaluations de clients. Avec de pareilles statistiques, vous avez tout intérêt à ne pas prendre les images de vos campagnes par e-mails à la légère.

Il y a quelques semaines, nous avons parlé de design responsif et du fait que les navigateurs, les clients emailing et les appareils mobiles n’affichaient pas les emails de la même manière. Le pire des cas se produit lorsqu’une image n’est pas compatible ; celle-ci sera alors défectueuse, et s’affichera alors cette terrible icône, redoutée de tous :

noimage
 

Pour contourner ce problème et limiter les pertes de revenus (et les clients frustrés), ajoutez systématiquement de l’ALT Text à vos modèles d’email HTML. Le texte alternatif est constitué de mots qui sont insérés en tant qu’attribut en HTML, et qui s’afficheront à la place d’une image défectueuse. Même si cette dernière ne se charge pas, l’ALT Text donnera suffisamment de contexte au client pour qu’il comprenne tout de même le message. Voici quelques conseils pour vous aider à vous lancer :

Redéfinissez l’image

L’ALT Text fonctionne grosso modo comme une légende ; il décrit ce que le destinataire aurait dû voir, ou l’objectif de l’image. Idéalement, vous feriez mieux de vous en tenir au texte déjà présent sur l’image. Si l’image est une photo de produit, et qu’elle s’intitule « Soldes d’automne jusqu’à 30 % », votre texte alternatif devrait être « Soldes d’automne jusqu’à 30 % », et non pas une description détaillée du produit inclus dans la photo.

Vite fait, bien fait

Comme avec la plupart des autres éléments de contenu de votre email (votre ligne d’objet par exemple), mieux vaut avoir un texte alternatif bref et concis. Suivant la taille de l’image et le client emailing, il existe un risque que le texte superflu soit coupé. Même si ce n’est pas le cas, votre client cessera sa lecture et se sentira noyé sous tout ce texte. Pour vous donner une meilleure idée du nombre de mots, sachez qu’un bouton de 200 pixels de large devrait avoir un ALT Text d’environ 25 caractères maximum.

Ajoutez un peu de piment à votre ALT Text grâce à CS5

On ne va pas se mentir, l’ALT Text a un peu l’air de sortir des années 90. Il n’est pas vraiment élégant, ni particulièrement attirant. Mais vous pouvez passer à la vitesse supérieure en le stylisant avec CS5. Reformatez et personnalisez votre texte en lui donnant une couleur, une police ou une taille différentes, pour se distinguer du reste du contenu écrit.

Le blues de janvier : taux d’ouverture en baisse, comment y remédier ?

Peut-être est-ce parce que c’est l’un des mois les plus frais de l’année (dans l’hémisphère nord), ou que la saison des fêtes vient de toucher à sa fin, mais janvier est souvent synonyme de baisse de moral.

moresnowgif
Le moral en berne de vos clients a peut-être causé une chute des taux d’ouverture de vos e-mails. C’est le moment idéal pour réévaluer vos méthodes et trouver de nouvelles façons de générer de l’engagement auprès de votre liste de contacts. Voici les questions qu’il faut se poser avant de lancer de nouvelles campagnes pour que vos clients retrouvent le sourire.

Le problème vient-il de la délivrabilité ?

C’est la première chose à vérifier. Votre e-mail arrive peut-être directement en spam, devenant invisible aux yeux de vos clients. Votre taux de spam ainsi que le nombre de bounces sont une bonne façon de savoir si vos emails arrivent bien dans la boîte de réception.

Votre email peut finir en spam pour différentes raisons. Faites bien attention aux mots connotés spam (à éviter). Demandez à vos clients d’ajouter votre email d’envoi à leur carnet de contacts et supprimez régulièrement les adresses retournant des erreurs. Pour plus d’astuces, consultez notre livre blanc sur la délivrabilité.

La taille ou la composition de ma liste ont-elles changé récemment ?

N’oubliez pas, il n’existe pas de règle générale concernant la taille de votre base de clients. Avez-vous remarqué de nouvelles inscriptions ou la tranche d’âge de vos clients s’est-elle récemment étendue ? Vous constatez peut-être des taux d’ouvertures moins élevés car vous envoyez des messages sans connaître votre public cible. Si c’est le cas, vous devriez segmenter votre liste en fonction des différents profils de vos clients et personnaliser en conséquence. Pensez régulièrement à qui est votre cible, et à la façon dont elle interagit avec votre entreprise au fil de l’évolution de votre produit.

Et mon contenu ?

Comme ce dernier point le sous-entend, une baisse des taux d’ouverture peut également indiquer un besoin de nouveau contenu. Après tout, le contenu de l’email joue un plus grand rôle dans la génération d’engagement que l’objet de cet email.

Vos clients pourraient être plus particulièrement découragés par votre contenu, car ils ont été matraqués d’emails à caractère promotionnel durant les mois de novembre et décembre. Remettez-les dans le bain progressivement en envoyant des campagnes d’emails informatives et non-promotionnelles.

Ce sont les contenus pertinents qui vous permettent de gagner la confiance de vos clients. En appliquant cette méthode sur le long terme, vous serez identifié comme pourvoyeur d’information pertinente, et vous n’aurez même plus besoin de vous frayer un chemin au milieu de la cacophonie des boîtes de réception !

Redéfinissez vos objectifs en matière d’emails pendant les fêtes de fin d’année

Le mois de décembre est déjà bien avancé. Plus Noël approche, plus vous observez avec appréhension le décompte des jours, ainsi que vos statistiques emailing ? Nous avons tous des objectifs à atteindre en fin d’année, mais ne laissez pas ces objectifs prédéfinis régner en maître.

Prenez du recul et abordez votre définition du succès avec souplesse. Voici quelques conseils à garder à l’esprit lors de l’évaluation de vos performances pour aborder sereinement la nouvelle année.

 

Analyse concurrentielle

Mettez-vous à la place de vos consommateurs et observez attentivement les campagnes lancées par vos concurrents en ces fêtes de fin d’année. Quelle tranche démographique de clients est laissée pour compte ? Quels mots sont employés de manière excessive ? A quel moment les concurrents sont-ils moins enclins à transmettre un message ? Dressez une liste de tendances et identifiez les opportunités.

Screen Shot 2014-12-02 at 3.56.29 PM

En effectuant une simple recherche d’emails dans ma propre boîte de réception, j’ai remarqué que les termes « Aujourd’hui seulement », « Dernières heures » et « Surprise » avaient été fréquemment utilisés dans les titres d’objet d’emails au cours des dernières semaines.

Cet exercice vous aidera à regarder vos objectifs selon un angle plus large et à redéfinir votre stratégie. Plutôt que de vous concentrer uniquement sur l’utilisation du marketing par email afin de stimuler votre retour sur investissement, tirez pleinement parti de votre stratégie emailing pour différencier votre produit et de vous démarquer sur un marché extrêmement saturé.

 

Un engagement à travers différents canaux

Le marketing email est plus ou moins une science. Si nous avons de la chance, nous commençons souvent par des hypothèses reposant sur d’anciennes données ou des informations précédemment éprouvées. Si vous commencez à partir d’une intuition, Facebook constitue le canal le plus efficace pour votre activité et pour laisser vos données s’exprimer : adaptez-vous aux profils de vos fans.

Il est possible que vos clients passent plus de temps sur Linkedin. Identifiez quels points de contact ces derniers visitent après avoir reçu vos emails.

Enfin, si vous utilisez Google Analytics, vous pouvez paramétrer des objectifs afin de définir des pages spécifiques, des téléchargements ou des actions que vous souhaitez suivre.

N’ayez pas peur de laisser vos clients diriger votre stratégie marketing. Adaptez-vous intelligemment lors des derniers jours avant les fêtes en concentrant vos ressources et efforts dans l’optimisation des canaux ou dispositifs de réseaux sociaux les plus en vogue.

 

Ne tirez pas de conclusions hâtives

Enfin, ne vous laissez pas décourager par un faible taux d’ouverture. Vous pourriez en effet négliger d’autres outils pour mesurer le succès de vos campagnes. Par exemple, les nombres de clics constituent un meilleur indicateur de performance, puisqu’ils permettent de suivre le nombre d’abonnés ayant ouvert l’email, le nombre de personnes ayant cliqué sur un lien et choisi votre produit. Le taux d’ouverture d’un email peut sembler bas, mais si le pourcentage d’ouverture par clic est élevé, ceci signifie que vos clients sont engagés. Refocalisez-vous sur vos objets de message (qui sont responsables des ouvertures) et observez vos statistiques augmenter alors que Noël approche.

Quels objectifs vous êtes-vous fixés en cette période de fêtes de fin d’année ? De quelle manière cherchez-vous à les réévaluer avant la nouvelle année ? Faites-nous part de vos astuces dans les commentaires ci-dessous !