Pourquoi et comment créer une landing page ?

Une landing page (ou page d’atterrissage pour les frenchies) est un page sur laquelle les internautes arrivent après avoir cliqué sur un lien. Il peut s’agir par exemple d’un lien contenu au sein d’un email de type newsletter. Mais attention, il ne s’agit pas de n’importe quelle page de votre site Internet mais d’une page indépendante créée spécifiquement dans le cadre d’une campagne marketing. Le but ultime d’une landing page est d’inciter les gens à effectuer une action précise, c’est pourquoi les call-to-action (boutons incitant les utilisateurs à passer à l’action) sont déterminants sur ce type de page.

Combinées avec une bonne stratégie emailing, les landing pages représentent donc une arme redoutable pour convertir vos utilisateurs. Prêt(e) à vous lancer ? On vous explique tout ce qu’il faut savoir sur les landing pages !

 

Pourquoi créer une landing page ?

Comme nous l’avons mentionné plus haut, l’objectif principal d’une landing page est de pousser le visiteur à réaliser une action précise, par exemple :

  • S’inscrire à l’un de vos événements (webinar, petit-déjeuner, workshop…).
  • Acheter un produit qui vient de sortir ou pour lequel vous proposez une offre spéciale.
  • Réserver un produit disponible en prévente uniquement.
  • Participer à un tirage au sort ou à un jeu concours.
  • Télécharger l’une des vos dernières ressources (guide, livre blanc, cas client…).

Créer une landing page vous aide donc à améliorer significativement vos taux de conversion car il s’agit d’une page qui est dédiée uniquement à la réalisation de l’objectif que vous avez établi. Lorsque vous créez un lien vers votre page d’atterrissage, par exemple dans votre newsletter, nous vous recommandons de faire en sorte que l’internaute ait une idée claire du contenu qu’il trouvera sur cette page, cela dans le but d’améliorer son expérience utilisateur.

Comment concevoir une landing page ?

Il existe plusieurs outils disponibles en ligne pour vous permettre de créer une landing page. Par exemple, le site Unbounce est une solution puissante vous permettant de créer facilement des pages d’atterrissage personnalisées, sans avoir à coder ou à ajouter quoi que ce soit à votre site Internet.

Lorsque vous créez votre landing page, il y a plusieurs éléments que vous devez garder en tête. Votre page doit contenir un bouton incitant à l’action clair et précis et n’avoir aucun lien sortant pour ne pas distraire et perdre le visiteur. Une fois sur votre landing page, ce dernier ne doit avoir que deux options : réaliser l’action ou quitter cette page. Alors n’hésitez pas à rédiger avec soin le contenu de la page pour avoir des titres accrocheurs et des messages percutants.

Aussi, n’oubliez pas de personnaliser le design de la page pour que cette dernière soit en accord avec l’identité visuelle de votre marque. Cela est très important par rapport à la confiance que les utilisateurs accorderons à la landing page. De plus, assurez-vous que votre page d’atterrissage soit bien en responsive design, c’est-à-dire que le design s’adapte automatiquement, quelque soit le support sur lequel elle s’affiche.

Comme pour les emails, nous vous conseillons fortement de réaliser des tests A/B sur vos landing pages. Cela signifie créer plusieurs versions de votre landing page et d’analyser quelle version est la plus performante. Attention toutefois à ne faire varier qu’un seul élément d’une version à l’autre afin d’être en mesure de déterminer celui qui a un impact sur le taux de conversion.

Exemples de landing pages

Etudions maintenant quelques exemples de landing pages réussies. Nous verrons les éléments positifs pour chacun de ces exemples. Ces dernières vous permettront également de trouver l’inspiration lorsque vous vous lancerez dans la création de vos landing pages.

Winbound

Winbound est une agence d’inbound marketing et d’inbound sales. Via cette landing page, l’agence propose aux internautes de télécharger un de leur livre blanc. La réussite de cette page réside principalement dans son graphisme simple et colorée avec peu d’éléments pour distraire l’utilisateur. Autres points positifs : la proposition de valeur clairement énoncée et le court formulaire qui permet d’être complété rapidement. Enfin, le call-to-action “Télécharger” ressort très bien visuellement.

Hello bank !

La célèbre banque en ligne Hello bank ! a créé cette landing page afin d’inciter les visiteurs à ouvrir un compte, comme l’indique clairement le call-to-action qui se démarque bien graphiquement du reste de la page. Pour cela, la marque souligne bien les avantages financiers dont bénéficieront les utilisateurs “0€”, “Gratuit !”, “80€ offerts !”. Ce que nous apprécions également : le fait de pouvoir faire défiler le contenu à gauche de la page, qui permet aux personnes qui le souhaitent d’en savoir plus, sans alourdir l’ensemble.

Landing page Hello bank !

Freshdesk

Freshdesk est un logiciel de support client permettant de rassembler toutes les informations au même endroit. Cette landing page de Freshdesk énonce de façon très claire les 3 avantages principaux dont bénéficieront les utilisateurs avec assez de détail pour qu’ils comprennent de quoi il s’agit. L’essai gratuit de 21 jours est également très incitatif pour les visiteurs. Enfin, une autre bonne pratique est d’insérer des logos et témoignages clients qui permettent de renforcer la crédibilité de la marque.

Landing page Freshdesk

Que vous débutiez dans la création de landing page ou que vous soyez déjà un pro de la page d’atterrissage, partagez toutes vos expériences avec nous sur Twitter !

Les équipes marketing sont à la recherche d’outils collaboratifs

L’environnement de travail des équipes marketing a largement évolué ces dernières années avec l’éclatement des lieux de travail et la complexité accrue des projets qui nécessitent de faire appel à de nombreux intervenants. Dans ce cadre, une nouvelle étude internationale commandée par Mailjet révèle que les équipes marketing sont à la recherche d’outils collaboratifs pour améliorer leur productivité.

Au cours des 2 dernières années en France, 88% des spécialistes du marketing ont connu une croissance de la taille de leur département marketing, tant en interne qu’en externe (freelances, agences…). 78% des répondants ont également vu leur budget marketing augmenter. Pourtant, les spécialistes du marketing identifient la mauvaise collaboration (25%), et le manque de budget (35%) comme étant le principal obstacle à leur productivité au quotidien. Cela suggère que tout financement supplémentaire au cours des dernières années a été un investissement dédié aux campagnes, plutôt qu’à l’amélioration de la productivité.


Pour retrouver l’ensemble des résultats, téléchargez gratuitement l’étude !

5 templates de newsletters gratuits

Notre objectif chez Mailjet : vous faciliter la vie ! C’est pourquoi nous mettons à votre disposition une galerie de templates gratuits de newsletters que vous pouvez facilement modifier et adapter à vos besoins avec notre éditeur d’emails Passport. Ainsi, si vous ne savez pas coder ou si vous n’avez pas de compétences techniques particulières, pas besoin de vous inscrire à des cours du soir ! 😉 Le meilleur dans tout ça : tous nos templates sont en responsive design. Cela signifie qu’ils s’afficheront parfaitement tant sur votre ordinateur que sur vos appareils mobiles.

Dans cet article, nous vous avons concocté une sélection aux petits oignons de 5 templates gratuits de newsletters et nous vous expliquons comment les utiliser.

 

Découvrez nos 5 templates de newsletters gratuits

Template de newsletter classique

Commençons avec un template de newsletter classique, que vous pourrez utiliser quelque soit le domaine d’activité dans lequel vous travaillez. Grâce à notre modèle qui s’intitule “Edge”, vous pourrez par exemple faire la promotion de vos derniers articles de blog.

Notre conseil : Lors de la création de votre newsletter, soignez bien les éléments qui sont visibles en boîte de réception, avant même l’ouverture d’un message : le nom de l’expéditeur, l’adresse d’expédition, l’objet de votre email et le pré-header. Et surtout, testez sans modération ces différents éléments grâce à la fonctionnalité d’A/B Testing.

Email template 1

Template d’email e-commerce

Vous travaillez dans le secteur du e-commerce ? Dans ce cas, vous devez savoir que vos newsletters sont un excellent moyen pour booster vos ventes. Et pour cela, nous vous conseillons d’utiliser notre modèle “BlueStyle”.

Notre conseil : Gardez en tête qu’il coûte 5 fois plus cher d’acquérir un nouveau client que d’en retenir un existant. Vous avez donc intérêt à chérir les personnes ayant déjà réalisé un achat chez vous et à rester bien présent dans leurs esprits ! Nous vous conseillons donc d’identifier ces personnes et de leur envoyer des codes promotionnels ou des offres spéciales (achats sans frais de livraison par exemple).

Email template 2

Template de newsletter événementielle

Si vous travaillez dans le secteur de l’événementiel, vous savez à quel point il est crucial de communiquer sur les dates des prochains concerts de musiques, des ballets de danse à venir… Et pour cela, quel meilleur moyen que de faire parvenir des newsletters régulières à votre liste de contacts ?

Notre conseil : N’hésitez pas à jouer sur le caractère exceptionnel et exclusif des événements dont vous faites la promotion. Par exemple, vous pouvez indiquer à vos lecteurs que seuls les premiers à répondre seront acceptés, ou qu’il ne reste plus beaucoup de places. Créer un sentiment d’urgence chez vos destinataires est toujours un bon moyen de les faire passer à l’action !

Email template 3

Template d’email voyage

Profitez de travailler dans l’industrie du voyage pour insérer de belles et grandes images : des plages de rêves aux grands monuments des capitales en passant par les paysages de nature luxuriante, n’hésitez pas à faire rêver vos lecteurs. Pour ce type de newsletters, nous vous recommandons d’utiliser notre template “Worldly”.

Notre conseil : Attention toutefois à toujours garder en tête les bonnes pratiques pour vous assurer que vos emails ne tombent pas dans les spams. Par exemple, pensez à bien respecter le ratio de 60% de texte et 40% d’image et à optimiser le poids de vos photos. Cela vous permettra d’améliorer votre délivrabilité et ainsi la performance de vos campagnes emailing.

Email template 4

Template de newsletter sportive

En tant que professionnel du domaine sportif, vous pouvez utiliser les newsletters pour communiquer sur tous les prochains événements sportifs à venir. Pour cela, notre template “Colorado” sera parfait.

Notre conseil : N’hésitez pas à jouer avec les nombreuses actualités sportives pour attirer l’attention de vos lecteurs et augmenter la performance de vos campagnes. Pour améliorer l’engagement de vos destinataires, vous pouvez également insérer des témoignages de sportifs ou d’anciens champions.

Email template 5

Gérez facilement vos templates d’emails

Pour accéder à nos templates, il vous suffit de créer un compte gratuit avec Mailjet. Une fois connecté(e) à votre compte, vous pouvez retrouver tous nos modèles dans la galerie de templates de Mailjet, accessible depuis le menu “Campagnes”, “Transactionnel” ou “Automatisation”. Depuis la galerie, vous pouvez trier, chercher, créer, supprimer, modifier, exporter et télécharger vos templates. C’est aussi ici que la magie opère : vous pouvez librement créer de nouvelles versions des templates.

Et grâce aux nouvelles fonctionnalités collaboratives de Mailjet, révolutionnaires dans le monde de l’emailing, vous pouvez désormais collaborer en temps réel sur vos templates d’emails. N’attendez plus que votre collègue finisse d’éditer un email avant de pouvoir vérifier ou changer des éléments. La section de l’email qu’il modifie restera bloquée tant qu’il travaille dessus, et ses changements seront visibles instantanément. Vous pouvez être plus de deux personnes sur le même modèle d’email ou sur la même campagne et travailler tous en même temps. Mailjet vous permet également d’ajouter des commentaires directement dans vos templates sur chaque bloc de contenu (texte, image, bouton…). Un processus de création fluide et agile !

Mailjet Collaboration GIF

Retrouvez tous nos autres modèles d’emails dans la galerie de templates Mailjet. Et n’hésitez pas à nous retrouver sur Twitter et à nous dire quels sont vos templates préférés !

5 exemples de newsletters pour trouver l’inspiration

Même avec des contenus intéressants, drôles et spirituels (on ne doute pas que c’est toujours votre cas 😉), il n’est pas toujours évident de mettre en forme sa newsletter. Alors pour vous donner un coup de pouce et vous aider à trouver l’inspiration, nous avons compilé 5 exemples d’emailing qui nous ont beaucoup plu chez Mailjet. Et croyez-nous, des newsletters, on en a vu beaucoup !

 

Exemple de newsletter n°1 : la créativité de MyLittleParis

Qui n’a pas déjà reçu, ou au moins lu, une newsletter de la marque MyLittleParis ? Nous ne présentons plus cette marque qui envoie régulièrement des adresses secrètes pour sortir dans la capitale ainsi que des idées inspirantes, directement dans la boîte de réception de ses abonnés. Si le contenu de ces newsletters est toujours insolite, nous devons également saluer leur créativité. En effet, chaque email contient de superbes dessins réalisés sur mesure pour illustrer les articles. Et souvent, des GIF animés viennent pimenter le tout, comme on le voit dans l’exemple d’emailing ci-dessous.

Exemple newsletter MyLittleParis

Alors pourquoi pas vous aussi réaliser des illustrations créatives et sur mesure pour valoriser les contenus de votre newsletter ? De quoi démarquer efficacement vos emails dans la boîte de réception de vos lecteurs.
 

Exemple de newsletter n°2 : le Slip Français & l’actualité

Il est toujours possible de tirer partie de l’actualité pour mettre en avant ses produits. Par exemple, si je vous demande le rapport entre slip et football, le lien ne sera peut être pas évident à faire tout de suite (et on vous comprend !). Pourtant, la marque du Slip Français a réussi à créer toute une newsletter autour de la victoire des bleus lors de la Coupe du Monde pour mettre en avant ses produits. Et le tout avec beaucoup d’humour dans l’écriture, notamment avec un titre accrocheur à souhait “Des étoiles plein le slip”.

Exemple newsletter Le Slip Français

Maintenant, à vous de jouer pour utiliser les grands événements du calendrier ou l’actualité à votre avantage. Et encore une fois, pas besoin qu’il y ait un rapport direct avec votre produit ou votre secteur. Le tout est de faire preuve d’audace et de créativité pour faire le lien.
 

Exemple de newsletter n°3 : la personnalisation de Pumpkin

Avez-vous déjà entendu parler de Pumpkin ? Il s’agit d’une application mobile au ton convivial et décontracté qui permet les paiements et remboursements immédiats entre amis ! En plus d’être très pratique, Pumpkin envoie des newsletters colorées et surtout ultra-personnalisées. Par exemple, à l’occasion de certains événements comme la Saint-Valentin ou encore la fin d’année, l’application envoie des emails pour faire le point sur l’activité de ses abonnés. Ainsi, même avec une mise en page assez simple, il devient facile de faire sourire ses lecteurs. Et surtout, avec une simple phrase en fin de newsletter “So proud d’un de tes chiffres ? Fais un screen et poste-le en commentaire !”, cela permet de créer de la viralité autour de la marque.

Exemple newsletter Pumpkin

C’est le moment de faire le point sur les données que vous possédez sur vos consommateurs afin de leur envoyer des newsletters personnalisées. Et avec l’insertion de variable (comme le propose Mailjet bien sûr), la personnalisation de vos emails n’a jamais été aussi simple. Profitez-en !
 

Exemple de newsletter n°4 : la simplicité d’Oh My Cream !

Oh My Cream ! est une marque qui apporte un souffle de fraîcheur dans le monde de la beauté. Rien que son nom, on adore. La vision de la marque : celle d’une beauté plus clean et plus efficace. Et ça se voit jusque dans leur newsletter au style simple et épuré. Une police noire sur des fonds dans les tons blancs et des images montrant uniquement les produits. Une recette très réussie en termes de design et qui s’aligne parfaitement avec les valeurs de la marque.

Exemple newsletter Oh My Cream !

Comme quoi, la simplicité est parfois le meilleur moyen pour réussir une newsletter. Une bonne source d’inspiration pour les marques qui souhaitent réaliser une newsletter au design simple et épuré… tout en restant très efficace !
 

Exemple de newsletter n°5 : l’originalité de Station F

Comme le dit si bien Station F, le célèbre incubateur français de start-ups : “What the F***?!”. A l’occasion de son premier anniversaire, Station F a réalisé une newsletter avec un cocktail explosif. Au menu : des couleurs fluos, des visuels insolites (mention spéciale pour le flamand rose) ainsi que des GIF et des emojis. L’avantage avec ce type d’email est d’attirer immédiatement l’oeil du destinataires et d’éveiller sa curiosité. Deux bons points non négligeables à l’ère des boîtes de réception remplies d’emails.

Exemple newsletter Station F

Alors oui, on ne va pas se le cacher, c’est un partie pris assez risqué. Mais au moins, avec une newsletter aussi originale, vous êtes certain(e) que vos destinataires ne vous oublieront pas de si tôt. Oserez-vous tentez le coup ?
 

Le mot de la fin

Comme vous l’avez constaté, de la créativité à la simplicité, tous les styles sont dans la nature. Et manié avec finesse, ils peuvent tous se révéler très efficace pour votre stratégie emailing. Le tout est de choisir une mise en forme qui soit en ligne avec votre image de marque.

Et pour optimiser vos résultats, n’hésitez pas à avoir recours à l’A/B Testing. Cela vous permet de tester différentes versions de votre message sur une portion de votre liste de contacts et d’envoyer la version la plus performante au reste de votre liste. On vous le répète souvent, mais cette technique est cruellement efficace pour améliorer la performance de vos newsletters.

Et vous, quels exemples de newsletters vous inspirent ? Comment les mettez-vous à profit ? Partagez toutes vos expériences avec nous sur Twitter !

Les mots qui déclenchent l’alerte au spam

Qui n’a jamais reçu de spams ? La plupart d’entre nous en reçoivent quotidiennement. Il peut s’agir de spams standards (emails de nature publicitaire et non sollicités par les destinataires) ou encore de phishing (emails ayant pour but de dérober à des individus leurs identifiants de connexion ou leurs informations bancaires). Ces emails sont modifiés constamment dans l’espoir de tromper les utilisateurs ainsi que les Fournisseurs d’Accès à Internet (Orange, SFR, Free…) et les webmails (Gmail, Outlook, Laposte.net…), mais pas assez rapidement pour suivre les évolutions des filtres anti-spams.

Au cours des dernières années, nous avons vu les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) devenir plus intelligents et s’éloigner des filtres anti-spams traditionnels. L’accent est mis sur l’engagement (ou non) des utilisateurs. Les FAI apprennent de la façon dont nous interagissons avec les messages qui arrivent dans notre boîte de réception, ce qui les aide à déterminer si les emails doivent aller dans notre boîte de réception ou atterrir dans notre dossier spams.

Qu’est-ce que cela a à voir avec les mots que vous utilisez dans vos campagnes emailing ? Certains mots utilisés dans les objets d’emails génèrent des taux de plaintes plus élevés que la normale et une interaction médiocre. Cela a un effet négatif sur la réputation de l’expéditeur et, en fin de compte, sur la délivrabilité des futurs messages. Ainsi, pour vous éviter d’être pris pour un spammeur, mais aussi pour mieux vous protéger vous-même des tentatives de spam, nous avons listé certains mots qu’il vaut mieux éviter.

 

Les principaux mots à éviter pour ne pas tomber dans les spams

« Facture »

Le mot « facture » est l’un des mots préférés des phishers. Si vous le voyez dans l’objet de l’email, vérifiez avant tout qui est l’expéditeur. L’adresse est le meilleur moyen pour prouver que l’email est légitime. Mais attention, facturation@ex-emple.com n’est pas la même adresse que facturation@exemple.com. Les escrocs tentent de profiter de notre négligence alors soyez vigilant(e). Dans le doute, si l’adresse de l’expéditeur ne vous dit rien, nous vous recommandons de ne pas ouvrir l’email. De même, afin de ne pas être pris vous-même pour un spammeur, évitez d’utiliser ce terme dans vos objets d’email.

« PayPal », « Visa », « Mastercard » ou tout autre mention bancaire

Ici aussi, un nom de banque ou de service de paiement peut être utilisé pour du phishing. Les expéditeurs malveillants essaient de se faire passer pour des organismes bancaires en envoyant des emails avec le même jeu de couleurs et la même mise en page, redirigeant vers un site miroir réalisé pour reproduire avec plus ou moins de perfection celui qu’il usurpe. En tant que destinataire, vérifiez l’adresse de l’expéditeur et le nom de domaine. En tant qu’expéditeur d’email, utilisez des outils d’authentification tels que DKIM et SPF pour empêcher les usurpateurs de porter atteinte à votre réputation. Ces protocoles rattachent et associent votre adresse email à votre nom de domaine. Vous garantissez ainsi aux FAI et webmails que les emails envoyés depuis votre adresse sont bien liés à un site légitime.

« Cadeau », « Lot », « Spécialement pour vous »…

Parlons maintenant des emails envoyés avec des objets aguicheurs annonçant que vous avez gagné le gros lot ou que vous avez été sélectionné pour un tirage au sort exclusif auquel vous ne vous êtes jamais inscrit(e). Si seule une faible proportion des destinataires sera réceptive à cette arnaque, elle continue à porter ses fruits, puisque les usurpateurs d’identité continuent à envoyer des millions de messages de ce type. Ils sont après tout peu coûteux à produire et peuvent leur rapporter gros : obtention d’identifiants et mots de passe, de numéros de compte bancaire… Les emails de ce type sont donc généralement bloqués par les filtres anti-spams des FAI et des webmails. Gardez toujours cela en tête lorsque vous envoyez vos emails.

« Urgent », « Désespéré », « Aidez-moi »…

Avez-vous déjà entendu parler du scam ? Il s’agit d’une forme d’escroquerie qui abuse de la crédulité des victimes pour leur soutirer de l’argent. Cela se présente sous la forme d’un email dans lequel une personne affirme posséder une importante somme d’argent (plusieurs millions de dollars en héritage, fonds à placer à l’étranger à la suite d’un changement de contexte politique, etc.) et fait part de son besoin d’utiliser un compte existant pour transférer rapidement cet argent. La personne à l’origine de l’arnaque demande de l’aide pour effectuer ce transfert d’argent, en échange de quoi il offre un pourcentage sur la somme qui sera transférée, en général par la « voie diplomatique ». Ne tombez pas dans le panneau !

« Jeux d’argent », « Casino »…

Les spammeurs de jeux de hasard envoient régulièrement des campagnes promettant des gains élevés voire doublés, ou une entrée gratuite. S’il ne s’agit pas d’un site Internet reconnu par l’agence de régulation des jeux en ligne en vigueur dans votre pays, ce message doit aller directement dans le dossier des spams. Et en tant qu’expéditeur, attention à ne pas être assimilé à ce genre de spammeurs de jeux d’argent.
 

En conclusion : la liste des mots à éviter

Nous avons regroupé les mots les plus fréquemment repérés par les filtres anti-spam comme étant à risque, spécialement lorsqu’ils sont utilisés dans l’objet du message. Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

tab with spam worlds to avoid

Les risques liés à ces mots évoluent constamment, restez donc attentifs, nous mettons à jour cette liste régulièrement. Notez enfin que, si ces mots sont à risques, vous pouvez continuer à les utiliser, mais avec parcimonie. Si vos objets les répètent d’email en email, vous vous exposez davantage qu’une campagne one-shot.

Et si vous ciblez les bonnes personnes avec un contenu engageant à la bonne fréquence, vous ne devriez pas avoir de problème de délivrabilité. Si vos destinataires font confiance à votre marque, sont engagés et interagissent bien avec vos messages, vous pouvez a priori utiliser les mots listés ci-dessus et pourtant toujours atteindre leur boîte de réception.

Cet article est une version mise à jour de l’article “Les mots qui déclenchent l’alerte au spam”, publié sur le blog Mailjet le 26 juillet 2017 par Thomas Hajdukowicz.

Call-to-action : 5 conseils pour les optimiser

Call-to-action : sous ce petit nom anglophone se cache un défi de taille pour les marketeurs : pousser les lecteurs à passer à l’action afin de les convertir. Lorsque vous envoyez une campagne emailing, le premier défi est d’inciter vos destinataires à ouvrir votre email. Si vous réussissez cela, vous pouvez déjà être fier(e) de vous ! Mais le combat est loin d’être gagné…

Bon, commençons déjà par les bases. Un call-to-action (ou CTA pour les intimes) est un bouton qui a pour objectif d’inciter le lecteur à effectuer une action précise, par exemple : s’abonner à votre newsletter, effectuer l’achat d’un produit, s’inscrire à votre prochain webinar, consulter votre dernier article de blog… Il s’agit donc d’un élément déterminant pour augmenter votre taux de conversion.

Et il y a certaines bonnes pratiques que vous devez absolument connaître lorsque vous insérez des call-to-action dans vos campagnes emailing. On vous dit tout dans cet article !

 

Placez votre call-to-action avec soin

Règle n°1 : votre CTA doit être visible au premier coup d’œil par le lecteur, pas question de lui faire chercher ! Pour cela, vous devez prendre en compte sa position au sein de votre email.

Le call-to-action sera plus efficace s’il se trouve au-dessus de la ligne de flottaison, c’est-à-dire la ligne qui délimite ce que l’utilisateur voit sans avoir à utiliser la barre de défilement. Ensuite, il est nécessaire que votre call-to-action soit placé bien en évidence au centre de l’email (et non à droite ou à gauche), comme dans cet email de Bourjois.

Exemple CTA Bourjois

 

Utilisez un verbe d’action pour votre call-to-action

Au niveau du wording, le message à l’intérieur du bouton doit être le plus percutant possible afin d’inciter efficacement l’utilisateur à passer à l’action. Et pour cela… quoi de mieux qu’un verbe d’action ? L’objectif est que votre lecteur comprenne immédiatement l’action qu’il va effectuer en cliquant sur le bouton et le bénéfice qu’il va en retirer. Voici quelques exemples de verbes d’action que vous pouvez utiliser : rejoindre, découvrir, craquer, foncer, acheter, gagner, apprendre, commencer…

Nous vous recommandons également de privilégier au maximum l’emploi de l’impératif ou de la première personne de l’indicatif. Par exemple « Foncez » ou « Je craque » et non « En savoir plus ». Enfin, n’oubliez jamais que votre call-to-action doit être court et concis (pas plus de quelques mots !). Le wording utilisé dans cette newsletter de Camaïeu est un très bon exemple.

Exemple CTA Camaïeu

 

Appliquez la bonne couleur pour votre call-to-action

Afin que le lecteur ne puisse pas louper votre call-to-action (et ce, vous l’aurez compris, sous aucun prétexte), ce dernier doit ressortir visuellement par rapport au reste de votre email. Pour cela, utilisez une couleur qui va le distinguer des autres contenus. Ainsi, bannissez les couleurs ton sur ton mais sélectionnez plutôt une couleur flashy qui va attirer immédiatement l’oeil du destinataire. Dans l’exemple ci-dessous, Canva utilise un vert flashy qui se démarque bien du bleu utilisé habituellement dans leur charte graphique.

Exemple CTA Canva

Gardez également en tête que les couleurs ont un impact sur la perception des communications et assurez-vous que la couleur sélectionnée corresponde bien au message que vous souhaitez véhiculer.

Pour être sûr(e) que l’ensemble des couleurs présentes au sein de votre email vont bien être harmonieuses, il existe de supers outils pour vous aider. Par exemple, le site Coolors.co vous permet d’élaborer facilement une palette cohérente de couleurs.
 

N’abusez pas des CTA

Dans l’idéal, nous vous conseillons de n’insérer qu’un seul CTA dans votre email en fonction de l’objectif principal de votre communication. Pourquoi ? Parce qu’en invitant le lecteur à ne réaliser qu’une seule action donnée, vous éviterez de créer de la confusion et vous faciliterez ainsi l’expérience utilisateur.

Si vous devez toutefois en proposer plusieurs, il vous faudra donner un poids visuellement moins important aux CTA secondaires. Par exemple avec une couleur moins flashy ou une taille plus petite. Netflix fait cela très bien en plaçant son CTA principal au centre de l’email avec une couleur rouge très voyante entouré de deux CTA secondaires moins mis en avant visuellement.

Exemple CTA Netflix

 

Vite, créez un sentiment l’urgence

Avouez-le, combien de fois vous vous êtes rendu(e) sur le site de Booking et avez fini par réserver un logement plus rapidement que prévu à force de voir des messages pressants tels que « 12 autres personnes regardent cette offre » et de peur de passer à côté d’une bonne opportunité. Comme quoi, la technique consistant à créer un sentiment d’urgence pour pousser l’utilisateur à passer à l’action fonctionne bien.

Même si cela ne concerne pas directement le wording de votre call-to-action, utilisez autour du bouton des expressions qui marquent bien l’aspect temporel comme « Inscrivez-vous vite », « Offre limitée aux 10 premiers inscrits », « Promotion valable jusqu’à ce soir ». Habitat a mis en place cette technique dans cet email autour du Black Friday.

Exemple CTA Habitat

Attention toutefois ! N’utilisez pas cette technique de manière trop systématique au risque de vous décrédibiliser auprès de votre cible.
 

Ce qu’il faut retenir

Le call-to-action est un élément crucial pour augmenter votre taux de conversion et donc les revenus apportés par vos lecteurs. Pour être sûr(e) d’avoir des CTA efficaces, nous vous recommandons de suivre ces bonnes pratiques :

  • Placez votre CTA au-dessus de la ligne de flottaison et au centre de votre email.
  • Utilisez un verbe d’action court et concis, de préférence à l’impératif ou à la première personne de l’indicatif (« Inscrivez-vous », « Je fonce »…).
  • Appliquez une couleur qui permette à votre call-to-action de se démarquer et d’être visible au premier coup d’oeil.
  • Identifiez l’objectif principal de votre communication et n’insérer de préférence qu’un seul CTA qui permettra d’atteindre cet objectif.
  • Utilisez autour de votre call-to-action des éléments qui créent un sentiment d’urgence auprès du lecteur.

Gardez en tête que tous ces éléments pour mettre en place un call-to-action performant doivent venir en appui à un argumentaire parfaitement rédigé. Ne négligez donc pas la proposition de valeur dont les utilisateurs pourront profiter en cliquant sur le call-to-action.

Et vous, quelles techniques appliquez-vous pour vos call-to-action ? Partagez toutes vos expériences avec nous sur Twitter.

Cet été, adaptez votre stratégie emailing

Le soleil brille, les places assises se font plus nombreuses dans les transports en commun, la France est championne du monde… Décidément nous adorons l’été ! Mais ne perdons pas de vue l’essentiel. Même si nous savons tous que la période estivale est plus calme en termes d’activité, il n’est pas question de négliger votre stratégie emailing pour autant.

En effet, il faut savoir que plus de 30% des français ne partiront pas en vacances cet été et que, quoi qu’il arrive, 69% vont consulter leurs emails, même loin du bureau. L’été reste donc une opportunité à ne pas louper pour atteindre et engager vos lecteurs. Cependant, il est nécessaire d’ajuster votre stratégie afin d’envoyer des emails pertinents, adaptés à la saison.
 

Retravaillez le fond et la forme

Tout d’abord, n’hésitez pas à sortir de l’ordinaire afin de proposer un contenu adapté à l’été. Si vous employez traditionnellement un ton institutionnel, c’est peut-être le moment d’utiliser un ton plus léger. De même en termes de design, n’hésitez pas à vous éloigner des couleurs de votre palette habituelle. Enfin, proposez des produits en lien avec la saison. L’exemple de Starbucks ci-dessous illustre parfaitement cette adaptation du fond et de la forme. Alors que la newsletter automnale (à gauche) met en avant le produit phare de la marque – à savoir le café – sur un fond de couleur marron, la newsletter d’été (à droite) sort des sentiers battus :

  • Jeu de mots : “Ready, set, refresh.”
  • Couleurs estivales : jaune et bleu qui rappellent le soleil et la mer
  • Produits de saison : jus de fruits frais et salades

Starbucks newsletters

Autre conseil : parler à ceux qui partent… mais également à ceux qui restent. Comme nous l’avons vu, tout le monde n’a pas la chance de partir à la plage cet été (ou à la montagne, il en faut pour tous les goûts). Alors ne délaissez pas vos lecteurs qui restent au bureau. Dans l’exemple ci-dessous, la marque Office parvient même à jouer sur un double discours, le tout grâce à un joli jeu de mots. Une offre “vacation” avec des produits de plage et une offre “staycation” avec des produits de ville. Parfait pour ne laisser personne de côté.

Ensuite, vous le savez, les seuls éléments visibles en boîte de réception avant ouverture d’un message sont toujours les mêmes : le nom de l’expéditeur, l’objet de votre email ainsi que le pré-header (début de votre message). Ainsi, pour faire décoller vos taux d’ouverture, soignez bien ces éléments afin d’inciter votre lectorat à passer à l’action : rédigez un objet d’email intriguant, insérez une phrase d’accroche engageante dans votre pré-header, déterminez un expéditeur bien identifié qui suscitera la confiance des destinataires… Et pour rédiger un objet d’email performant durant la période estivale, n’hésitez pas à attirer l’attention avec des thèmes et des emojis liés à l’été :

  • Chaleur ☀️🔥
  • Fraîcheur 🍉🍹
  • Voyages ✈️ 🚅
  • Plage ⛱ 🏝

 

Suivez les bonnes pratiques

On ne le dira jamais assez, l’emailing ne connaît pas la trêve estivale. Alors la règle n°1 cet été : n’arrêtez pas subitement vos envois. En revanche, pourquoi pas ralentir la cadence si vous avez une fréquence d’envoi très élevée. Par exemple, si en temps normal vous envoyez des newsletters quotidiennes à vos abonnés, il pourrait être tout à fait légitime de réduire le nombre d’emails envoyés à deux par semaine. De cette manière, vous ne disparaissez pas totalement de la boîte de réception de vos destinataires et vous vous adaptez au rythme moins soutenu de l’été.

Mais attention, si vous optez pour cette pratique, pas question de le faire sans en informer au préalable vos destinataires. Une simple mention de ce type suffit : “A partir de demain, nous passons au rythme estival : jusqu’à la fin du mois d’août, vous recevrez uniquement deux newsletters par semaine”. De cette façon, vos lecteurs ne s’inquièteront pas de ce changement de rythme. Quoi qu’il arrive, n’hésitez pas à tenir vos abonnés informés de vos choix afin de renforcer la relation que vous entretenez avec eux.

Nous parlons beaucoup des vacances de vos clients… mais peut-être que vous aussi vous allez partir cet été (en tout cas on vous le souhaite 😇) ! Dans ce cas, pas d’inquiétude, vous pouvez parfaitement gérer votre départ en congés ainsi que votre stratégie emailing. Pour cela, vous pouvez tout simplement planifier vos envois en avance. Au moment d’envoyer votre campagne emailing, il vous suffit de définir la date et l’heure à laquelle vous souhaitez l’envoyer. Rien de plus pratique pour partir sereinement en vacances sans négliger vos envois.

A l’inverse, si vous passez du temps au bureau cet été, profitez-en pour faire le point. Tout d’abord, analysez les résultats des dernières campagnes afin de déterminer les critères de réussite ou d’échec de vos précédentes campagnes. Aussi, nettoyez bien vos listes de contacts en supprimant par exemple les destinataires inactifs ou qui présentent des erreurs. Soyons honnêtes : s’ils n’ont pas ouvert ou même reçu vos messages au cours des 6 derniers mois, la partie est perdue d’avance. Enfin, vous pouvez également profiter de cette période plus calme afin de travailler sur de nouveaux modèles d’emails et faire sensation avec un look rafraîchi pour la rentrée des classes.
 

Ce qu’il faut retenir…

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de vacances pour votre stratégie emailing. Il est essentiel que vous continuiez vos envois, même durant l’été. Cependant, quelques recommandations indispensables :

  • Proposez un contenu adapté à l’été : ton plus léger, design plus estival et offre de saison.
  • Parlez à ceux qui partent, mais également à ceux qui restent.
  • Attirez l’attention de vos lecteurs grâce à des objets d’emails contenant des mots et des emojis liés à l’été.
  • Ajustez si besoin la fréquence de vos besoin et informez-en vos destinataires.
  • Planifiez vos campagnes à l’avance si vous partez en congés.
  • Profitez-en pour faire le point sur la stratégie emailing de l’année.

On vous souhaite de faire de beaux envois, et surtout, on vous souhaite un très bel été ! ☀️

Et vous, avez-vous déjà prévu une stratégie spéciale pour cet été ? Faîtes-vous partie de ceux qui partent ou de ceux qui restent ? Partagez toutes vos expériences avec nous sur Twitter.

Infographie : l’impact des emojis dans les objets d’email

Pour commencer… joyeuse Journée Mondiale de l’Emoji à tous ! 🎉 Vous l’avez peut-être déjà remarqué mais chez Mailjet, nous sommes addicts aux emojis. Du coup, c’est avec grand plaisir que nous célébrons cette journée. Fun fact, cette date a été choisie car c’est celle qui apparaît sur le célèbre emoji calendrier. De quoi briller auprès de vos amis à votre prochain dîner.

Depuis plusieurs années maintenant, nous conduisons de nombreux tests sur nos propres campagnes marketing grâce à l’A/B Testing. Par exemple, nous avons testé l’argot dans nos objets d’email ou encore, bien évidemment, les emojis. Et cette année encore, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Emoji, nous avons décidé de tester 7 des nouveaux emojis dans l’objet d’email de notre newsletter hebdomadaire. L’aviez-vous remarqué ? 😉

Notre approche

En 2016, nous avons testé 4 emojis à travers différents pays. En 2017, nous sommes allés encore plus loin afin de re-tester ces emojis ainsi que 4 emojis supplémentaires afin de pouvoir établir une comparaison entre ces deux années.

En 2018, nous avons souhaité mener une enquête afin d’identifier parmi les nouveaux emojis celui qui fonctionne le mieux pour générer l’engagement des lecteurs. Nous avons donc testé dans l’objet d’email de notre propre newsletter 7 des nouveaux emojis ! Et les résultats sont surprenants en fonction des pays étudiés… Voyez par vous-même :

World Emoji Day Infographic

A votre tour d’utiliser l’A/B Testing

Si vous n’avez pas entendu parler de l’A/B Testing ou si vous vous rappelez seulement vaguement du concept, voici un bref résumé. L’A/B Testing est essentiellement une expérience où deux ou plusieurs versions d’un email sont envoyées à un échantillon de destinataires au hasard, et une analyse statistique est utilisée pour déterminer quelle version est la plus performante.

Les tests A/B vous permettent donc de tester des éléments tels que le nom de l’expéditeur, l’objet, le contenu et le design de votre e-mail. Ensuite, la version la plus performante de l’email sera envoyée au reste de la liste. L’avantage est que cela maximise vos chances d’atteindre votre cible et optimise les résultats de votre campagne emailing.

Et vous, avez-vous déjà réalisé de tels tests ? Célébrez-vous la Journée Mondiale de l’Emoji ? Ou êtes-vous simplement fan des emojis ? Partagez toutes vos expériences avec nous sur Twitter.

Qu’est-ce qu’un bon taux d’ouverture et comment l’améliorer ?

Commençons par les bases : le taux d’ouverture désigne la proportion d’emails qui ont été effectivement ouverts par vos destinataires après l’envoi d’une campagne. Le pourcentage est calculé très simplement : il s’agit du nombre d’emails ouverts divisé par le nombre d’emails délivrés. Le nombre d’emails délivrés correspond au nombre d’emails arrivés dans la boîte de réception des destinataires, sur l’ensemble des emails que vous avez effectivement envoyé. Le nombre d’emails délivrés sera donc systématiquement inférieur ou égal au nombre d’emails envoyés (comme vous pouvez le constater, nous sommes calés en mathématiques chez Mailjet 😉).

Calculation GIF

Bon maintenant que nous savons cela, le plus dur reste à venir. Car une fois que vous connaissez votre taux d’ouverture… qu’est-ce que vous allez pouvoir en faire ? D’une part, il est indispensable que vous soyez en mesure de l’analyser, c’est-à-dire de déterminer si ce taux est bon ou non. D’autre part, et c’est peut-être le plus important, vous devez connaître les différents critères sur lesquels vous allez pouvoir intervenir afin de l’améliorer.

C’est quoi, un bon taux d’ouverture ?

Tout d’abord, il est important de faire la différence entre le taux d’ouverture de vos emails transactionnels (confirmation d’achat, réinitialisation du mot de passe…) et ceux de vos emails marketing (newsletters, campagnes promotionnelles…). Il est vrai qu’en tant que consommateurs, nous accordons une grande importance aux emails transactionnels car ils vont, par exemple, nous permettre de vérifier qu’un achat a bien été pris en compte. Cela explique que les emails transactionnels ont généralement des taux d’ouverture plus élevés. Cependant, il est important de noter que tout le monde n’ouvre pas forcément ces emails transactionnels. Parfois, il est suffisant pour les destinataires de voir le sujet de l’email (par exemple : « Confirmation de commande ») dans leur boîte de réception et ils n’ouvriront pas l’email.

Mais concentrons-nous plutôt sur le taux d’ouverture de vos emails marketing. Bon, nous n’allons pas vous mentir, le taux d’ouverture dépend de nombreux facteurs : la taille de votre liste de contacts, votre fréquence d’envoi ou encore le secteur industriel dans lequel vous travaillez… Mais en moyenne, nous estimons qu’un bon taux d’ouverture est compris entre 15 et 25%. Parmi les secteurs reconnus pour avoir les meilleurs taux d’ouverture (> 20%), se trouvent les églises, l’agriculture, la construction, le gouvernement et les industries créatives. Les secteurs où le taux d’ouverture est moins élevé (< 20%) comprennent la consulting, l'éducation, la santé, l'assurance et la restauration. Des taux d'ouverture plus faibles (< 18%) ont été observés dans l’e-commerce, le recrutement, le transport et la musique. Mais il s’agit uniquement de références générales et il est important que vous connaissiez les taux d’ouverture spécifiques de votre industrie.

Que faire concrètement pour influencer le taux d’ouverture ?

Maintenant, la question cruciale est : qu’est-ce qui pousse vos contacts à ouvrir vos emails marketing ? Les seuls éléments visibles en boîte de réception avant ouverture d’un message sont toujours les mêmes : le nom de l’expéditeur, éventuellement son adresse d’expédition, l’objet de votre email ainsi que le pré-header (début de votre message). Ainsi, pour faire décoller vos taux d’ouverture, soignez bien ces éléments afin d’inciter votre lectorat à passer à l’action : rédigez un objet d’email intriguant, insérez une phrase d’accroche engageante dans votre pré-header, déterminez un expéditeur bien identifié qui suscitera la confiance des destinataires…

Quoi qu’il arrive, nous ne le conseillerons jamais assez : testez sans modération ces différents éléments. Pour cela, vous pouvez avoir recours à l’A/B testing. Cela consiste à envoyer plusieurs versions du même email à un échantillon de votre liste de contacts. La version générant les meilleures statistiques est ensuite automatiquement envoyée au reste de la liste. Cela vous permet donc de déterminer la version de l’email la plus efficace. Vous pouvez par exemple tester l’objet de votre email (texte uniquement ou emojis ? avec ou sans personnalisation ?), votre expéditeur (choisir un expéditeur réel ou la mascotte fictive de votre entreprise)… Quelle que soit la variable que vous testez, attention à toujours garder les autres variables constantes si vous voulez être en mesure de comparer les statistiques. Si, par exemple, c’est l’objet que vous voulez tester, l’expéditeur et le pré-header doivent être exactement les mêmes dans les deux versions de votre campagne.

Stats on a computer

La liste de contacts est également un facteur déterminant pour votre taux d’ouverture. Vous pourriez penser que plus il y a de contacts dans votre liste, plus vous avez de chance pour qu’un nombre élevé de personnes ouvrent vos emails. Et bien non, malheureusement cela ne marche pas comme ça, au contraire. Le plus important n’est pas d’obtenir beaucoup de contacts, mais de vous assurer d’avoir des contacts engagés. Alors comment faire ? Premièrement, il est indispensable que récoltiez le consentement exprès de vos contacts (surtout maintenant que le RGPD est entré en vigueur). Pour cela, pas question d’avoir recours à la mise en place de cases cochées par défaut à la fin d’un formulaire ou à l’achat de liste externes peu fiables. Il faut que vos destinataires aient au préalablement donné leur accord de manière éclairée pour recevoir vos communications. Ensuite, n’hésitez pas à nettoyer vos listes en fonction du niveau d’engagement de vos contacts. Pour cela, identifiez les clients qui n’ont pas ouvert vos emails au cours des 12 derniers mois et plus et supprimez-les de vos listes. Nous savons que cela peut faire peur mais soyons honnêtes : s’ils n’ont pas daigné ouvrir vos messages au bout d’un an, la partie est perdue d’avance. Notez que le taux d’ouverture est également un paramètre à suivre du point de vue de votre délivrabilité (capacité d’un email à arriver dans la boîte de réception principale des destinataires et non dans les spams), au même titre que vos taux de bounces, de blocages, de mises en spam ou de désinscription.

Indicators

Ce qu’il faut retenir

Voici un récapitulatif des éléments importants à garder en tête en ce qui concerne le taux d’ouverture de vos campagnes emailing :

  • Ayez toujours un œil sur vos taux d’ouverture car il s’agit donc d’un bon indicateur de la performance de votre stratégie emailing.
  • Comparez vos taux d’ouverture avec ceux des entreprises travaillant dans le même secteur industriel que vous. Mais pour vous donner une idée, un bon taux d’ouverture est généralement compris entre 15 et 25%.
  • Soignez bien les éléments qui sont visibles en boîte de réception avant même l’ouverture d’un message : le nom de l’expéditeur, l’adresse d’expédition, l’objet de votre email et le pré-header. Et surtout, testez sans modération ces différents éléments.
  • Assurez-vous que les contacts que vous ajoutez à vos listes ont bien donné leur consentement exprès pour recevoir vos communications. Et n’hésitez pas à nettoyer vos listes de contacts en supprimant les contacts inactifs.

Dans tous les cas, il est indispensable que vous fassiez preuve de créativité pour vous assurer que votre taux d’ouverture restera constant et acceptable. Restez en veille sur ce que font vos concurrents afin de concevoir des messages qui vont se démarquer et faire la différence !

Vous avez des techniques marketing particulières pour augmenter vos taux d’ouverture ? Tweetez-nous vos idées créatives ou vos avis !

Kit SOS RGPD pour les marketeurs

Après des mois de discussions, la réglementation avec l’impact le plus important sur la façon dont les spécialistes du marketing travaillent est enfin entrée en vigueur : le RGPD. Les pénalités financières en cas de non-conformité sont drastiques, sans parler des répercussions et des conséquences sur la réputation de l’entreprise. Indépendamment de la taille ou de la localisation, toute organisation recueillant, traitant et conservant des données personnelles de citoyens au sein de l’Union Européenne doit être conforme au RGPD.

En tant qu’entreprise conforme au RGPD, nous savons d’expérience chez Mailjet quelles sont les actions à mettre en place au sein de votre département marketing. Nous savons également que, pour la plupart des marketeurs, le RGPD n’a pas été une priorité à plein temps. Mais cette nouvelle réglementation étant désormais en vigueur, il y a des changements que vous devez impérativement mettre en œuvre dès que possible, si ce n’est pas déjà fait !

C’est pourquoi nous avons réalisé ce kit SOS RGPD pour les marketeurs contenant les actions les plus importantes que votre département marketing doit mettre en place, décomposé en 3 catégories :

  • Urgence élevée :
    • Nettoyez la base de données de votre newsletter et menez une campagne de requalification
    • Examinez attentivement vos fournisseurs
  • Urgence moyenne/élevée :
    • Évaluez votre processus de collecte de données et de leads
    • Mettez à jour votre politique de confidentialité et envoyez un email de notification
  • Urgence moyenne :
    • Changez l’état d’esprit en interne
    • Préparez-vous pour l’e-Privacy, le prochain RGPD

     

    Téléchargez gratuitement notre Kit SOS RGPD pour les marketeurs dès maintenant !