E-commerce : 4 workflows d’emails pour booster votre chiffre d’affaires

En tant que e-commerçant, vous utilisez sûrement déjà un ou deux workflows d’emails automatisés. Il y a fort à parier que vous avez déjà configuré vos emails de confirmation d’achat par exemple. Mais il existe beaucoup d’autres workflows d’emails qui permettent de booster votre chiffre d’affaires.

Dans cet article, nous avons décidé de vous présenter 4 workflows faciles à mettre en place et redoutablement efficaces.

Workflow n°1 : le cross-selling

Le cross-selling est une technique qui consiste à vendre des produits additionnels et complémentaires à un client lors de la phase d’achat ou même après l’achat. Vous étiez parti(e) acheter une veste et vous rentrez chez vous les bras chargés de sacs contenant la fameuse veste, certes, mais également deux pantalons, une paire de chaussures et trois t-shirts. Le vendeur n’en démordait pas, l’ensemble vous rendait irrésistible. Un cas d’école de cross-selling.

En tant que e-commerçant, utiliser vos emails transactionnels pour faire du cross-selling permet de booster votre chiffre d’affaires. L’email de confirmation d’achat est idéal pour cela. Il vous suffit de pousser un ou plusieurs produits susceptibles d’intéresser votre client. Cette offre supplémentaire doit être pertinente et cohérente avec les produits déjà achetés, cela va sans dire.

D’autres emails se prêtent également très bien au cross-selling. Par exemple, Starbucks envoie régulièrement des réductions à ses meilleurs clients. La chaîne américaine profite de ces emails pour suggérer un ou deux produits complémentaires pour agrémenter les pauses café de ses consommateurs fidèles.

 

orkflow-email-booster-chiffre-affaires-2

 

Workflow n°2 : la réactivation de clients inactifs

Il coûte 5 fois plus cher d’acquérir un nouveau client que d’en retenir un existant. Vous avez donc intérêt à chérir vos consommateurs et à rester bien présent dans leurs esprits !

Vos efforts marketing ont payé, votre e-shop enregistre de plus en plus de commandes. Seulement voilà, après un premier achat, vos clients ont tendance à ne plus dépenser chez vous. C’est le silence radio. Pour éviter de tomber aux oubliettes, nous vous conseillons donc de vous rappeler régulièrement au bon souvenir de ces clients inactifs en leur envoyant des codes promotionnels ou des offres spéciales (achats sans frais de livraison par exemple). C’est un workflow que Sephora utilise beaucoup : c’est une façon simple de continuer à générer du chiffre d’affaires grâce à vos clients existants.

 

workflow-email-booster-chiffre-affaires-3

 

Workflow n°3 : le renouvellement d’un abonnement

Si votre business model est construit sur la vente d’abonnements ou l’engagement des clients, ce workflow est fait pour vous.

Prenez par exemple un opérateur téléphonique. Pour vous offrir le dernier Samsung, vous avez accepté de souscrire un abonnement de 2 ans chez Bouygues Telecom. Ce délai écoulé, vous êtes libre d’aller voir si l’herbe n’est pas plus verte chez le voisin SFR.

L’idée de ce troisième workflow est justement de couper l’herbe sous le pied de la concurrence en contactant les abonnés avant la fin de leur engagement, alors qu’ils considèrent leurs options et pourraient envisager de changer de prestataire. Rappelez-vous qu’il est moins cher de retenir un client. Ce workflow d’emails doit donc mettre en avant une proposition suffisamment alléchante pour convaincre les clients de ne pas s’adresser à un nouveau prestataire.

 

Workflow n°4 : la demande d’avis

Selon une enquête d’Invesp, les consommateurs seraient susceptibles de dépenser jusqu’à 31% de plus auprès d’entreprises bénéficiant d’avis très positifs en ligne. 72% des consommateurs déclareraient d’ailleurs procéder à un achat uniquement après avoir lu des avis positifs en ligne.

Il est donc temps de laisser la parole à vos clients ! Pour cela, nous vous conseillons de construire le workflow suivant : une à deux semaine après l’achat (ou la livraison) d’un produit, envoyez un email à vos clients leur demandant de déposer un avis sur votre site.

C’est ce que fait Amazon qui va même jusqu’à demander d’évaluer l’emballage dans lequel le produit a été livré. Cela montre qu’ils sont soucieux de la satisfaction de leurs clients et cela rassure les prospects, d’une pierre deux coups.

Ce qu’il faut retenir

Il existe 4 façons de booster votre chiffre d’affaires grâce à des workflows d’emails automatisés :

  • Le cross-selling : utilisez les emails transactionnels pour vendre des produits et/ou services complémentaires.
  • La réactivation de clients inactifs : il s’agit de personnes ayant déjà effectué des achats chez vous, faites-leur signe et offrez-leur un code promotionnel par exemple (cela coûte moins cher que d’acquérir un nouveau client).
  • Le renouvellement d’abonnement : quelques semaines avant la fin de leurs abonnements, proposez à vos clients de souscrire à nouveau à vos services en mettant en avant les bénéfices (et pourquoi pas des offres spéciales pour les récompenser d’être fidèles ?).
  • La demande d’avis : le bouche-à-oreille reste l’une des stratégies marketing les plus efficaces. Demandez à vos clients de donner leur avis sur vos produits permet d’inciter des prospects à passer à la caisse eux aussi !

Pour en savoir plus sur les bonnes pratiques de l’emailing pour les e-commerçants, téléchargez gratuitement le guide que nous avons créé sur le sujet !

En attendant, rejoignez-nous sur Twitter pour partager vos idées de workflows et poser toutes vos questions à la communauté Mailjet !

Comment créer un emailing engageant ?

Combien d’emails recevez-vous par jour ? 25, 70, 100 ? À l’heure actuelle, une personne reçoit en moyenne 130 emails par jour ! Combien d’entre eux lisez-vous et combien jetez-vous directement à la corbeille ? D’après une étude de l’association DMA, seuls 16% des ces emails sont véritablement pertinents. D’où l’intérêt de savoir créer une newsletter engageante pour sortir du lot.

Pour une marque, ce problème est critique, mais pas insurmontable. Il existe en effet des moyens très simples d’ajuster et de peaufiner vos emailings afin de booster leur performance. Voici donc nos 5 recettes magiques pour créer une newsletter engageante.

1. Choisir les bonnes couleurs pour votre newsletter

Les couleurs influencent de manière significative la manière dont vos contacts perçoivent votre message et votre marque. Pour rendre vos newsletters plus engageantes, le choix de la palette chromatique est donc fondamental.

Pour commencer, assurez-vous que les couleurs respectent votre charte graphique et qu’elles appuient votre message. En effet, selon une étude Kissmetrics, les couleurs augmentent la reconnaissance de votre marque de 80% ! Ce qui a un impact direct sur la confiance que vos clients accordent à vos communications. Attention cependant à ne pas utiliser trop de couleurs différentes, votre email deviendrait illisible.

Dans un second temps, il vous faudra considérer à la fois le contexte dans lequel vous envoyez votre email et le profil de vos destinataires. Chaque couleur peut receler une signification particulière et donc véhiculer un message différent. Par exemple, la couleur rouge peut dans certains contextes exprimer l’urgence et être utilisée pour des promotions. Lors des fêtes de fin d’année en revanche, elle peut signifier le partage et la convivialité associés à Noël. Il existe de nombreuses ressources sur la symbolique des couleurs et les aspects psychologiques associés, consommez-les sans modération !

Pour trouver les meilleures associations de couleurs, nous vous conseillons également d’utiliser l’outil en ligne gratuit Adobe Colour CC. À partir des couleurs de votre marque ou d’un thème, la plateforme vous propose des combinaisons de couleurs harmonieuses à décliner dans vos communications. C’est une optimisation facile à mettre en place et qui peut changer le regard que vos contacts portent sur vos emails.

creer-email-marketing-engageants

2. Personnaliser vos emails marketing

Bien souvent les emails marketing n’incluent pas, ou du moins pas assez, d’éléments de personnalisation. Nous vous conseillons au contraire de vous adresser directement à vos contacts en utilisant les informations dont vous disposez : leurs noms, prénoms, préférences et centres d’intérêts par exemple. Ils se sentiront davantage concernés par votre communication et vos taux d’engagement seront donc plus élevés.

La personnalisation commence dès l’objet de l’email. Ajouter le prénom du contact ou le nom de l’entreprise pour laquelle il travaille attirera tout de suite son attention car ce sont des éléments familiers. Vous pouvez également utiliser des contenus dynamiques personnalisés. Il est possible par exemple de mettre en avant des articles de blogs différents en fonction des intérêts particuliers de chaque contact. Ce type de personnalisation exige seulement d’avoir une base de données propre et à jour !

Vous pouvez également personnaliser vos emails en fonction de l’activité passée de vos contacts, et ce en toute simplicité ! Grâce à l’outil de recommandation Boomtrain, déjà intégré à Mailjet, vous êtes en mesure de personnaliser vos emails comme Netflix ou Amazon.

creer-email-marketing-engageants

3. Insérer le call-to-action (CTA) au dessus de la ligne de flottaison de la newsletter

Quel que soit l’objectif de votre email (téléchargement d’un contenu, visite d’une page, soumission d’un formulaire, etc.), le CTA est l’élément qui va permettre aux destinataires d’atteindre le but visé. Les emails engageants ont des taux de clics plus élevés et rendent donc les équipes marketing plus heureuses.

Pour booster l’engagement et maximiser le taux de clics, nous vous conseillons donc d’insérer le CTA avant la ligne flottaison. Pour rappel, la ligne de flottaison délimite ce que l’utilisateur voit sans avoir à scroller ou à utiliser la barre de défilement. Dans la plupart des boîtes mail, la partie des emails qui se trouve au-dessus de la ligne de flottaison mesure entre 300 et 500 pixels. Il vous faudra donc inclure votre CTA dans cette zone, tout en gardant en tête les bonnes pratiques du CTA : il doit être visible et attrayant. Ne lésinez donc pas sur les couleurs vives (sans vous départir de votre bon goût, cela va sans dire).

4. Utiliser des templates de newsletters responsives

Rien n’est plus frustrant que de recevoir un email, de l’ouvrir et de ne pas arriver à le lire parce que le contenu ne s’affiche pas correctement. En matière d’engagement, c’est sûrement l’un des facteurs les plus pénalisants pour vos emailings. D’une part, parce que les destinataires ne vont pas se gêner pour ignorer l’email. D’autre part, parce que votre CTA risque de disparaître sous le coin d’image ou sous un morceau de texte mal aligné.

creer-email-marketing-engageants
C’est pour cette raison que chez Mailjet, nous avons développé l’éditeur d’emails Passeport, une solution qui vous permet de créer des templates d’emails responsives en quelques clics. Finis les CTA qui se chevauchent et les icônes qui disparaissent mystérieusement, vos emails s’afficheront correctement, quelque soit le type d’appareil, de boîte mail et de navigateur !

5. Tester chaque élément de vos newsletters avec l’A/B testing

Le contenu de votre email est prêt : vous avez le bon message, le bon CTA, des visuels engageants et tout cela avec un format responsive. Vos collègues vous félicitent en louant vos qualités de marketeur et votre oeil averti, c’est bien légitime. Mais votre email ne pourrait-il pas être encore plus beau, encore plus engageant ? Il n’existe pas de réponse absolue. Pour valider vos décisions, nous vous recommandons plutôt l’A/B testing.

L’A/B testing maximise les résultats de vos campagnes en minimisant les risques. Il permet en effet de tester différentes versions de vos campagnes d’emailing (jusqu’à 10 chez Mailjet, rien que ça). En testant différents paramètres vous serez en effet capable d’identifier et de concevoir ce qui générera le plus d’engagement auprès de vos contacts.

creer-email-marketing-engageants
Voici quelques éléments à tester :

  • Votre objet : Texte uniquement ou emojis ? Avec ou sans personnalisation ?
  • Vos CTAs : Quelle couleur utiliser ? Quel est le meilleur wording ? Quel emplacement : gauche, droite, centré, en haut et/ou en bas ?
  • La date et heure d’envoi : Vos clients sont-ils plus réceptifs à vos emails après un week-end ou pendant la semaine ? Le matin ou l’après-midi ?
  • L’expéditeur : Quelle adresse utiliser ? Choisir un expéditeur réel (un account manager ou employé) ou un fictif (mascotte de votre entreprise) ?

Un conseil avant de vous quitter : ne tester qu’un seul élément à la fois. Il vous sera autrement impossible de savoir si ce sont les visuels, les couleurs, le texte ou l’emplacement du CTA qui vous ont fait gagner 25% d’engagement.

Comment créer une newsletter engageante en bref ?

Afin de conjurer le mauvais sort et de faire décoller vos taux d’engagement, voici donc nos 5 recettes magiques à garder en tête absolument :

  • Choisir les bonnes couleurs
  • Personnaliser vos emails
  • Insérer le call-to-action (CTA) au dessus de la ligne de flottaison
  • Utiliser des templates d’emails responsives
  • Tester chaque élément de vos emails avec les tests A/B

Nous les utilisons tous les jours chez Mailjet et on vous assure que c’est efficace !

Si vous souhaitez obtenir davantage de conseils pour créer des emails marketing plus engageants, téléchargez gratuitement notre guide Premiers pas avec l’emailing : le guide pour définir votre stratégie !

creer-email-marketing-engageants
 

En attendant, rejoignez-nous sur Twitter pour partager vos réussites et vos bonnes pratiques ou tout simplement pour trouver encore plus de conseils ! Découvrez l’histoire de Mailjet.

Les 10 informations à retenir du plus grand événement RGPD à Paris

Le 15 novembre dernier avait lieu le plus grand événement RGPD jamais organisé à Paris. Réunissant des experts du sujet, cette conférence organisée par Mailjet et ses partenaires (Taj – Deloitte, Les Echos, Generali, AFNOR et PeopleDoc) poursuivait plusieurs objectifs. D’une part, il s’agissait d’évoquer les étapes et les enjeux de la mise en conformité (cartographie des traitements, registre, gestion des sous-traitants, sanctions). D’autre part, l’idée était d’aborder les thèmes et les questions dont on parle moins, comme l’assurance, la certification ou encore la gestion de l’architecture IT.

Voici donc les 10 informations principales qu’il fallait retenir de cet événement.

1) RGPD : un changement de paradigme

« L’objectif premier du RGPD est de construire un meilleur équilibre entre données et personnes au sein de notre société » selon Philippe Lemoine, Président-Fondateur du Forum d’Action Modernités et ancien commissaire du gouvernement auprès de la CNIL. Compte tenu de l’augmentation vertigineuse de la masse de données produites année après année et des questions de vie privée et de liberté que cela pose, le RGPD a pour objectif de redonner aux citoyens le contrôle sur leurs données personnelles tout en offrant de nouvelles opportunités aux entreprises. Ces nouvelles opportunités entraînent donc de nouvelles responsabilités.

evenement-rgpd-paris-philippe-lemoine

2) Une responsabilisation accrue des entreprises

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le règlement général sur la protection des données ne bouleverse pas les obligations légales auxquelles sont tenues les entreprises. « On réaffirme certains droits, on en renforce d’autres (le consentement par exemple), on va plus loin avec des nouveaux droits (comme la portabilité) », explique Jean Lessi, Secrétaire Général de la CNIL. Ce qui va vraiment changer ? Les entreprises devront à présent rendre des comptes.

Concrètement, elles devront cartographier tous les traitements de données personnelles qu’elles organisent et les consigner dans un registre.

3) L’importance de la gouvernance

Au cœur de cet effort de responsabilisation se trouve la gouvernance. Guillaume Flambard et Muriel Féraud-Courtin, respectivement Directeur Associé et Avocate Associée chez Taj, une entité du réseau Deloitte, soulignent l’importance de désigner le chef d’orchestre de ce processus de mise aux normes. La première étape prioritaire est de déterminer qui, au sein de l’entreprise, va mener le projet de mise en conformité. Lorsque l’on connaît les responsabilités de chacun, tout le reste suit : c’est un cercle vertueux.

evenement-rgpd-paris-taj-avocats

4) RGPD : accompagnement vers une mise en conformité

Ne pas être aux normes le 25 mai 2018, c’est la hantise de bon nombre d’entreprises. La CNIL, à travers son Secrétaire Général Jean Lessi, entend rassurer : « Vous n’êtes pas seules ! ».

L’objectif de la CNIL est avant tout d’accompagner les entreprises, de les aider à respecter la nouvelle législation et à documenter leur conformité. C’est pourquoi elle a mis des outils d’aide à la transition en ligne sur son site Internet. Il existe par exemple un dispositif en 6 étapes pour se préparer au nouveau règlement européen, ou encore un logiciel open source PIA afin de faciliter la conduite d’une analyse d’impact.

evenement-rgpd-paris-jean-lessi

5) RGPD et certifications

Afin de renforcer cet accompagnement, l’AFNOR est en train de créer une certification pour le RGPD. Sandra Di Giovanni, Responsable du Pôle Numérique et RSE de l’AFNOR, explique que l’objectif de cette certification sera de « créer un écosystème qui soit favorable au stockage, au transfert et à l’échange de données, au niveau français, européen et, plus largement, international ».

La certification est un outil parmi d’autres. Elle peut servir de guide lors de la mise aux normes. Enfin, la certification sera une preuve supplémentaire que les entreprises mettent tout en œuvre pour se conformer au RGPD.

6) RGPD : fiabilité et gestion des sous-traitants

Le choix et la fiabilité des sous-traitants sont deux problématiques clés pour les entreprises. Alexis Renard, PDG de Mailjet, et Arnaud Gouachon, Chief Legal & Compliance Officer chez PeopleDoc, sont intervenus sur ce sujet. Les deux entreprises sont en effet expertes dans ce domaine : elles assurent toutes deux le rôle de sous-traitants et hébergent à ce titre des quantités astronomiques de données pour leurs clients. Mailjet est d’ailleurs la première solution d’emailing certifiée ISO 27001 et conforme au RGPD. En ce qui concerne la politique à mener envers les sous-traitants, Alexis Renard et Arnaud Gouachon conseillent donc de procéder en 2 étapes :

  • Lister tous les sous-traitants et les hiérarchiser selon leur importance pour l’entreprise. Dans l’idéal, il faut accompagner les plus incontournables d’entre eux dans leur mise en conformité.
  • Contractualiser la relation avec les sous-traitants : par exemple interdire aux sous-traitants de sous-traiter à leur tour.

Alexis Renard prévient toutefois que « le fait d’avoir un contrat avec un sous-traitant n’est pas suffisant pour se dédouaner de ses responsabilités ».

evenement-rgpd-paris-alexis-renard

7) Collecte de données et architecture IT

Outre les sous-traitants, le RGPD est aussi l’occasion de faire le point sur les traitements de données organisés par une entreprise. Puis de faire le tri. Tous ces traitements sont-ils nécessaires ? Collecte-t-on des données sans en avoir l’utilité immédiate (juste au cas où, pour l’avenir) ? Ce sont les questions que Pierre Puchois, CTO de Mailjet (accompagné de Frédéric Rivain CTO de Dashlane ainsi que David Raux CTO de Unilend) a incité les DSI à se poser lors du workshop IT qui suivait la conférence.

Pierre Puchois a ajouté qu’il était primordial de cartographier l’ensemble des applications utilisées au sein de l’entreprise afin de supprimer celles qui n’étaient pas nécessaires.

evenement-rgpd-paris-workshop-it

8) Les sanctions liées à la non-conformité

En ce qui concerne les sanctions, Guillaume Desgens-Pasanau, Magistrat et ancien Directeur Juridique de la CNIL, a tenu à rassurer : « Si vous êtes de bonne foi, si vous avez documenté les efforts mis en place pour être conforme, il en sera tenu compte au moment de la sanction. Le régulateur sanctionnera différemment un responsable de traitement qui est capable de démontrer ses efforts de mise en conformité. C’est écrit noir sur blanc dans le RGPD. »

Jean Lessi a également expliqué que des sanctions seront imposées, mais seulement aux entreprises qui continueront délibérément à user de pratiques malhonnêtes et frauduleuses. Les autorités seront en revanche intransigeantes quant aux obligations qui existaient avant l’entrée en vigueur du RGPD.

9) RGPD : risques et assurance

« Il n’existe pas d’assurance RGPD et il n’en existera jamais. » C’est ce qu’a expliqué Bernard Duterque, Directeur Souscription Risques chez Generali. En revanche, les risques liés à la non-conformité et à la responsabilité civile sont couverts par d’autres produits, notamment les assurances contre le risque cyber, lesquelles prennent en compte toutes les obligations liées au RGPD.

L’assurance ne doit pas devenir un moyen d’échapper aux responsabilités et obligations imposées par le RGPD. Les assureurs ne rembourseront donc pas les amendes liées à la non-conformité. Ils pourront en revanche couvrir « tout ce qui est relatif aux frais d’enquête », par exemple.

evenement-rgpd-paris-bernard-duterque

10) RGPD : compétitivité des entreprises européennes après l’entrée en application

L’Europe met en place un étalon mondial auquel les entreprises extra-UE qui ciblent des consommateurs européens devront également s’adapter. Loin de mettre des bâtons dans les roues des sociétés du Vieux Continent donc, le RGPD va, de facto, aligner les législations mondiales.

Le RGPD ne devrait donc avoir d’impact sur la compétitivité des entreprises européennes. Au contraire, être conforme au RGPD deviendra un avantage compétitif : ce sera un argument supplémentaire pour attirer clients et investisseurs !

En effet, lors du Workshop Marketing, Mireille Monnier, Directrice Juridique adjointe chez Infopro Digital, a expliqué que « les équipes marketing, en première ligne en matière de collecte et de gestion des données, [allaient] devoir intégrer une culture de la protection des données qu’elles n’avaient pas auparavant ». Il faut donc profiter de ce changement de réglementation et le transformer en avantage concurrentiel selon Darine Fayed, Directrice juridique & DPO chez Mailjet. « Le RGPD est une opportunité de se différencier de ses concurrents, mais il en va aussi de l’image de l’entreprise : les personnes qui visitent un site et avec lesquelles les équipes marketing interagissent peuvent immédiatement se rendre compte si leurs droits sont respectés ou non ».

Enfin, selon Guillaume Marcerou, Senior Counsel – Global Privacy/Product chez Criteo, le RGPD présente une opportunité supplémentaire : « il simplifie la tâche des entreprises ayant une présence internationale en harmonisant la législation dans 28 pays ».

Ce qu’il faut retenir

Ne pas paniquer, le RGPD n’est pas une chasse aux sorcières. Au contraire, l’idée est d’assainir les pratiques pour pérenniser l’activité des entreprises sur le web. C’est l’information la plus importante qui est ressortie de l’événement RGPD Paris. Si vous êtes de bonne foi et que vous commencez votre processus de mise en conformité, il ne vous arrivera pas de malheur au matin du 25 mai 218.

Pour en savoir plus sur la nouvelle législation européenne, nous organisons prochainement un webinar consacré au consentement à l’ère du RGPD. Inscrivez-vous !

webinar RGPD
 

En attendant, rejoignez-nous sur Twitter pour partager vos conseils et bonnes pratiques ou pour poser vos questions !

Nos 3 conseils pour réussir vos campagnes emailing de Noël

Les fêtes de fin d’année sont une période stressante pour les marketeurs. Les enjeux sont élevés, tant en matière d’image que de chiffre d’affaires : pour de nombreuses entreprises, il est impératif de réussir les campagnes emailing de Noël.

Afin de vous aider à louvoyer entre les écueils de l’emailing, voici nos 3 conseils pour bien préparer vos campagnes de fin d’année.

Conseil n°1 : Respecter les incontournables d’un emailing réussi

Pour réussir une campagne emailing, que cela soit à Noël ou tout au long de l’année, il existe des règles qu’il faut absolument respecter. Petite piqûre de rappel.

1) Insérer un CTA (Call to Action)

Il est important de n’utiliser qu’un ou deux CTA dans vos communications, pas plus. Vous envoyez un email dans un but spécifique, votre CTA principal doit clairement inciter le destinataire à entreprendre cette action (bénéficier d’une offre exceptionnelle, utiliser un code promo, découvrir de nouveaux produits, demander une démo, télécharger un e-book, etc.). Le texte doit être clair et doit pousser le visiteur à agir. Privilégiez donc des verbes d’action comme “télécharger”, “consulter” ou “découvrir” … Votre CTA secondaire vient en complément du premier, il ne doit pas lui faire concurrence. Qu’il s’agisse de sa taille, de son design, de son emplacement ou de son texte, ce second CTA ne doit pas prendre l’ascendant sur le premier. L’idée ici est de proposer un contenu complémentaire afin de susciter l’intérêt des internautes qui ne se sentent pas concernés par votre CTA principal.

Par exemple, si l’objectif principal de votre email est de promouvoir une démonstration d’un logiciel, vous pouvez proposer, en complément, un article de blog qui décrit les principales caractéristiques de ce dernier. Même si votre base de contacts est qualifiée, il ne faut pas oublier que tous les destinataires ne sont pas au même niveau de maturité vis-à-vis de vos produits. Proposer un CTA principal et un CTA secondaire, c’est donc multiplier vos chances de générer des visites sur votre site depuis vos campagnes email.

Mais attention à bien respecter une certaine hiérarchie dans le design de vos emails. Le CTA principal doit immédiatement attirer l’oeil. Nous vous conseillons de choisir des couleurs vives, surtout si le fond de votre email est clair. Le plus important est de respecter une harmonie générale, c’est pourquoi votre réflexion sur le CTA doit intervenir dès le choix des couleurs pour votre email de Noël. Plus votre CTA sera visible, plus le taux de clics sera élevé.

2) Respecter le ratio texte / images

60% de texte, 40% d’images. C’est généralement le ratio conseillé pour éviter de rester coincé dans les mailles des filtres anti-spam. En effet, l’erreur la plus commune en emailing consiste à insérer trop d’images et pas suffisamment de texte. Cela pourrait être l’un des critères principaux qui influence votre taux de délivrabilité.

3) Intégrer une version texte de votre email

Comme son nom l’indique, la version texte (plain-text en anglais) n’affiche que le texte brut, sans image, de votre email. Elle est incontournable pour booster la délivrabilité de votre campagne d’emailing de Noël. Eh oui, il s’agit encore de faire plaisir aux filtres anti-spams, on n’y échappe pas ! En activant la version texte, vous êtes sûrs que votre email pourra être lu même si la boîte mail de votre destinataire ne prend pas en charge le code HTML (montres connectées, téléphones mobiles un peu anciens, etc.).

Dans l’éditeur Mailjet, il suffit par exemple de cliquer sur le bouton “Plain-text version” et le problème est réglé !

reussir-campagne-emailing-noel

4) Ajouter du texte alternatif aux images

Le texte alternatif remplace l’image dans votre email quand celle-ci ne peut pas s’afficher. Ce n’est certes pas une panacée, mais c’est mieux que rien.

Dans l’idéal vous aurez en effet testé votre email de Noël sur les différents navigateurs et boîtes de réception avant de l’envoyer. Le problème ne devrait donc pas se poser, mais on ne sait jamais, mieux vaut prévenir que guérir.

5) Ajouter les boutons de partage pour les réseaux sociaux

Généralement placés à la fin de l’email, ils sont indispensables pour promouvoir votre présence sur les différents réseaux sociaux. Cela permet de gagner des followers et d’étendre votre reach.

6) Ajouter un lien de désinscription

Les destinataires de votre emailing de Noël doivent pouvoir se désinscrire simplement de vos listes d’envoi. C’est d’autant plus important que le RGPD entrera en application le 25 mai 2018 et que les entreprises non conformes seront sanctionnées.

Voici d’ailleurs quelques conseils supplémentaires pour optimiser votre page de désinscription.

Conseil n°2 : tester vos emails de Noël avant de les envoyer

Vous vous apprêtez à lancer votre campagne emailing de Noël. 15 000 contacts, ça fait beaucoup tout de même. C’est donc d’une main tremblante et mal assurée que vous dirigez la souris vers le bouton « Envoyer ». Pour éviter les sueurs froides, voici les éléments à tester avant d’expédier vos emails de Noël.

reussir-campagne-emailing-noel

Votre email est-il responsive ?

Testez vos emails sur ordinateur, tablette et smartphone afin de vérifier qu’ils s’adaptent bien à chacun de ces formats.

Mais le travail ne s’arrête pas là. Il est en effet nécessaire de s’assurer que votre email est responsive quels que soit le navigateur et le service de messagerie utilisés par vos contacts. En 2017, en France, les navigateurs les plus utilisés sont Chrome (48,2%), Safari (19,52%), Firefox (15,06%) et Internet Explorer (ou IE, 5,7%). Suivent Edge, Samsung Internet, Opera et les autres.

En 2017 toujours, les boîtes mail les plus utilisées en France sont Apple iPhone (31%), Gmail (22%), Apple iPad (11%), Apple Mail (7%), Outlook (6%), Samsung Email App (5%), Outlook.com (5%), Google Android (4%), Yahoo! Mail (3%), Windows Live Mail (1%).

Méfiez-vous de IE et d’Outlook qui sont très répandues dans les grandes entreprises notamment. Ceux d’entre vous qui travaillent dans le B2B connaissent leur importance et savent que ce sont ce navigateur et ce service de messagerie qui posent généralement le plus de problèmes en matière de responsive et d’affichage.

C’est d’ailleurs parce que nous étions conscients de ces difficultés que, chez Mailjet, nous avons créé l’éditeur Passport. Il vous facilite la vie en vous permettant de créer des emails responsives en quelques clics.

reussir-campagne-emailing-noel

Les images s’affichent-elles correctement ?

Envoyez-vous un email test afin de vous assurer que les images s’affichent bien. Comme pour le responsive, il est bien de mener des tests avec les différents navigateurs et boîtes de réception.

A minima, vous devriez voir le texte alternatif s’afficher si l’image n’apparaît pas.

Les liens fonctionnent-ils ?

Voici la liste des liens à tester :

CTA : dirige-t-il vers la bonne landing page ?
Icônes des réseaux sociaux : si vous envoyez vos emailings en plusieurs langues ou pour le compte de plusieurs clients, il faut prendre garde à ne pas s’emmêler les pinceaux
Liens de désabonnement : dans le footer de votre email de Noël, ce lien est fondamental pour éviter les problèmes de conformité aux RGPD (et respecter la liberté des consommateurs soit dit en passant)

Conseil n°3 : Surveiller les performances de vos emails de Noël

La période de Noël est décisive pour le chiffre d’affaires de nombreuses entreprises, notamment les e-commerçants. D’où l’importance de garder un œil sur vos statistiques email pour détecter toute anomalie et éviter la catastrophe.

Délivrabilité, taux d’ouverture, taux de clic : il est important de les surveiller régulièrement, surtout si vous avez opté pour un A/B test, soucieux que vous êtes de ne pas mettre tous vos oeufs dans le même panier. Vous avez bien raison ! Cette méthode vous permet en effet de tester plusieurs versions de votre emailing de Noël sur un échantillon de votre base de contacts avant de procéder à l’envoi définitif. Cela limite les risques et vous assurera de meilleures performances !

reussir-campagne-emailing-noel

Ce qu’il faut retenir

Tout d’abord, il y a 6 éléments indispensables à garder en tête au moment de concevoir votre emailing de Noël :

– le CTA
– le ratio texte / image
– la version texte
– le texte alternatif des images
– les boutons de réseaux sociaux
– le lien de désinscription

Une fois ces éléments intégrés, pensez à tester votre email : est-il responsive sur ordinateurs, tablette et mobile ? Sous les différents navigateurs et boîtes mail ? Les images s’affichent-elles ? Vos liens fonctionnent-ils correctement ?

Enfin, surveillez à chaque instant la bonne délivrabilité de vos emails, vos taux d’ouverture et de clic, surtout si vous menez un A/B test. À Noël, les enjeux sont grands, vous n’avez pas le droit à l’erreur.

Si vous souhaitez obtenir plus de conseils pour réussir votre campagne d’emailing de Noël, téléchargez gratuitement notre Guide ultime de l’emailing pour les fêtes de fin d’année !

reussir-campagne-emailing-fin-annee-5

En attendant, rejoignez Mailjet sur Twitter pour partager vos réussites et vos bonnes pratiques ou tout simplement pour trouver encore plus de conseils et découvrez également le profil de Mailjet !

Campagnes emailing de Noël : quelles couleurs utiliser ?

Ce n’est pas une question aussi anodine qu’il n’y paraît. Quand il s’agit de trouver les bonnes couleurs pour vos emails de Noël, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Tout dépend de l’image que vous souhaitez véhiculer, du message à faire passer et des contacts auxquels ces emails sont destinés.

Il y a les marques qui optent pour les couleurs traditionnelles : rouge et vert. Et les autres qui dérogent à la règle pour se parer de teintes vives et colorée. Les goûts et les couleurs, n’est-ce pas ? Afin de vous aider à y voir plus clair, nous avons sélectionné pour vous quelques exemples d’emails de Noël plus ou moins respectueux de la tradition. Entre tradition et anticonformisme assumé, à vous de choisir.

Les couleurs traditionnelles de Noël pour vos emails : le pari sûr

Vert, rouge, doré. Impossible de se tromper. Ces couleurs font toujours recette car elles évoquent des traditions qui restent chères aux Français : 90% d’entre eux affirment en effet que Noël est un moment de l’année qu’ils apprécient particulièrement, selon une étude Nielsen. 94% avouent même que sapin et décorations sont des incontournables. Autant dire que le Père Noël, ses lutins, son traineau et son troupeau de rennes volants ont encore de beaux jours devant eux en tant que levier marketing.

Si vous optez pour ces couleurs traditionnelles dans vos emails de Noël, trois choix s’offrent à vous.

Les emails avec deux couleurs dominantes

Vous pouvez choisir d’utiliser deux couleurs fortes et créer un équilibre entre les deux au sein de vos emails. C’est ce qu’a réalisé avec succès la marque Stocksy, par exemple, en distillant des touches de rouge et de vert.

campagnes-emailing-noel

Les emails avec une couleur dominante et des couleurs complémentaires

Autre solution : choisir une couleur dominante déclinée en plusieurs nuances et la compléter avec une autre couleur. C’est par exemple ce que fait Starbucks avec le rouge en couleur dominante et le doré en couleur de soutien.

campagnes-emails-noel

Les emails monochromes

Enfin, vous pouvez prendre le contre-pied de ces deux tendances et ne choisir qu’une couleur forte associée à une couleur neutre (comme le blanc ou le gris). Ainsi, une seule couleur ressort vraiment tout en véhiculant l’esprit de Noël. C’est le cas de la marque de vêtements J. Crew.

campagnes-emailing-noel
 

Il est bien sûr possible de déroger à la règle tout en restant fidèle à l’esprit de Noël. Si le rouge et le vert sont trop convenus pour vous, rien ne vous empêche d’utiliser d’autres couleurs.

Des couleurs atypiques pour vos emails de Noël

Les fêtes de fin d’année ne doivent pas nécessairement rimer avec « table rase du passé ». Autrement dit, vous pouvez très bien créer des emails de Noël qui reprennent votre image de marque tout en retranscrivant l’esprit des fêtes. C’est le cas de la maison de joaillerie de luxe De Beers, qui a décidé de donner une touche chic et feutrée à ses emails en ignorant les codes couleur de Noël.

campagnes-emailing-noel
 

Pour une marque de luxe, il était plus cohérent d’opter pour la sobriété et l’élégance d’un bleu foncé sur fond blanc, que pour une ambiance pull en laine et tartiflette.

Pas besoin d’être une marque haut de gamme, cependant, pour choisir un design original. Prenez Fitbit par exemple. Le fabricant d’objets connectés a choisi le bleu turquoise de son logo comme couleur dominante dans ses emails de Noël. Avec quelques touches de blanc, le rendu retranscrit parfaitement l’esprit de Noël tout en mettant en avant l’identité de la marque.

campagnes-emails-noel
 

Enfin, vous pouvez laisser complément libre cours à votre imagination. Du moment que les couleurs se marient bien entre elles et que le rendu ne jure pas avec votre identité de marque, faites-vous plaisir.

campagnes-emailing-noel
 

Pour cela, utilisez l’outil en ligne gratuit Adobe Colour CC. Il vous permet de choisir des palettes de couleurs harmonieuses pour vos designs. Vous pouvez ainsi créer votre propre palette en partant de la couleur dominante que vous souhaitez utiliser. Il suffit ensuite de jouer avec la roue chromatique pour trouver des couleurs qui se marient bien. Autre option, vous pouvez utiliser l’onglet « Explorer », entrer un thème dans la barre de recherche (au hasard, Noël) et choisir parmi des dizaines de palettes existantes.

Ce qu’il faut retenir

Avant de vous demander quelles couleurs utiliser pour vos emails de Noël, réfléchissez plutôt au message que vous voulez faire passer, à l’image que vous souhaitez véhiculer. Et si vous n’êtes pas sûrs, n’oubliez pas notre credo : tester et apprendre. Utilisez les A/B tests pour savoir ce qui marche le mieux avec vos clients. C’est le meilleur moyen de mettre tout le monde d’accord.

Si vous souhaitez obtenir plus de conseils pour réussir vos campagnes emailing de Noël, téléchargez gratuitement notre Guide ultime de l’emailing pour les fêtes de fin d’années !

reussir-campagne-emailing-fin-annee-5
 

En attendant, rejoignez-nous sur Twitter pour partager vos réussites et vos bonnes pratiques ou tout simplement pour trouver encore plus de conseils !

La checklist ultime pour réussir sa campagne emailing de fin d’année

Noël arrive à grands pas ! Manteaux d’hiver et guirlandes lumineuses font leur apparition dans les rues, signe que vous devez commencer à préparer votre campagne emailing de fin d’année.

Il ne faut pas rater le coche. Si cette période est en effet décisive pour le chiffre d’affaires des e-commerçants, ce peut également être l’occasion de réactiver des contacts engourdis par le froid hivernal. Le tout est de savoir par où commencer.

C’est pourquoi nous vous proposons cette indispensable checklist en 7 points clés pour réussir votre campagne emailing de fin d’année !

1) Définissez un objectif spécifique pour les fêtes

Pour être efficace, un objectif doit être spécifique, mesurable, atteignable, pertinent et défini dans le temps. Augmenter le taux d’ouverture de vos emails ou le nombre de clients ayant utilisé un code promo sont des objectifs trop vagues. Or, si vous n’êtes pas plus spécifique, il sera impossible de mesurer l’efficacité de votre campagne d’emailing de fin d’année.

Voici à quoi pourraient ressembler de bons objectifs :

Objectif 1 : Augmenter de 50% le nombre de visites (de 1 000 à 1 500) sur la page A entre le 1er décembre 2017 et le 01 janvier 2018.

Objectif 2 : Augmenter le nombre de codes promo utilisés par vos clients réguliers de 50% (de 200 à 300) entre le 15 novembre 2017 et le 25 décembre 2017.

Afin de garantir que vos objectifs soient atteignables et pertinents, vous pouvez commencer par faire l’audit des performances de vos campagnes de Noël précédentes.

 

reussir-campagne-emailing-fin-annee
 

2) Nettoyez votre base de contacts et segmentez votre liste

Avant de passer un grand coup de balai sur votre base, pensez à réactiver vos contacts inactifs. Ces derniers représentent une belle opportunité pour vous. Il s’agit de personnes ayant exprimé un intérêt pour votre marque par le passé, voire d’anciens clients, mais qui, pour une raison ou pour une autre, ont disparu de vos radars depuis. Nous vous conseillons donc de lancer une campagne de réactivation. Pas besoin d’en écrire des tartines, envoyez plutôt deux ou trois emails courts et bien pensés avec une ristourne à la clé (à mettre en avant dans l’objet de l’email, cela va sans dire).

Une fois la campagne de réactivation terminée, vous pourrez supprimer les contacts ayant fait l’objet d’un blocage, d’un désabonnement ou d’un signalement en spam. C’est d’ailleurs un processus à mettre en place systématiquement à la fin de chacune de vos campagnes d’emailing. Cette étape est essentielle pour obtenir une bonne délivrabilité.

Viendra ensuite le temps de la segmentation. Souhaitez-vous cibler l’ensemble de vos contacts ou des sous-ensembles spécifiques ? Gardez à l’esprit que, plus votre ciblage sera précis, plus votre campagne d’emailing de fin d’année sera efficace.

Vous pouvez par exemple choisir de récompenser vos clients les plus fidèles avec une offre spéciale réservée à eux seuls. Selon vos produits et services, il peut également s’agir d’une segmentation géographique : si vous vendez des vêtements, vos offres ne seront pas les mêmes en France et en Australie (où les saisons sont inversées).

3) Choisissez un objet d’email optimisé pour les fêtes

Les fêtes de fin d’année sont l’occasion parfaite de booster vos taux d’ouverture. Qu’il s’agisse de votre newsletter de décembre ou d’une offre spéciale pour Noël, un objet d’email contextualisé est un atout redoutable.

Inspirez-vous des objets d’email efficaces et ajoutez-y une touche spéciale « fêtes de fin d’année ». Prenez l’objet suivant par exemple : “Votre newsletter de novembre (avec une offre spéciale à l’intérieur !)”. Il s’agit de la newsletter du site Affordable Yoga, qui propose des cours de yoga à des prix abordables. Vous pourriez facilement y ajouter un peu de magie de Noël : « Votre newsletter de décembre (avec une offre spéciale Noël en prime !) » et ajouter un emoji « sapin de Noël » ou « Père Noël » par exemple.

reussir-campagne-emailing-fin-annee

reussir-campagne-emailing-fin-annee

Si vous avez bien segmenté vos listes et que vous avez choisi la bonne cible, cela devrait avoir un impact positif sur votre taux d’ouverture.

4) Injectez une bonne dose de storytelling à vos emails

80 % des consommateurs souhaitent que les marques leur racontent une histoire. Le storytelling est une arme de choix pour booster le taux d’engagement de vos emails donc. Et encore plus en fin d’année ! En effet, selon une étude Nielsen menée pour Lidl, 90% des Français apprécient le moment de Noël.

L’idée est donc d’intégrer de l’émotion dans vos emails de fin d’années. Il existe différentes façons de souhaiter un joyeux Noël ou d’envoyer vos vœux. Avec le storytelling, vous pouvez par exemple revenir sur votre parcours en tant que marque et profiter des fêtes pour remercier les consommateurs qui vous soutiennent. Vous pouvez revenir sur vos succès de l’année passée ou encore ceux de vos clients.

Un conseil toutefois : pour que votre storytelling soit efficace, vous devez être authentiques, autrement vous ne serez pas crédibles. Ne surjouez pas les émotions donc, restez simples.

5) Utilisez les bonnes couleurs pour les fêtes

Selon l’étude Nielsen, pour 94% des personnes interrogées, sapin et décorations sont des incontournables. Un enseignement pour vos emails ? Il est crucial d’adapter le design à la période des fêtes !

Voici donc quelques idées de palettes chromatiques à utiliser pour vos campagnes emailing de fin d’année :

 

reussir-campagne-emailing-fin-annee
 

Petit conseil : restez sobres (dans l’utilisation des couleurs bien sûr, pas le soir du Nouvel An) !

6) Ajoutez un CTA dans votre campagne emailing

Le call-to-action (CTA) est un élément décisif pour réussir votre campagne emailing de fin d’année. Il doit pousser les destinataires à l’action : télécharger un e-book, obtenir un code promo, visiter une page spécifique, etc.

Ajoutez-y un sentiment d’urgence pour inciter vos contacts à passer à l’action rapidement. Vous pouvez par exemple proposer une offre limitée dans le temps ou mettre en avant un article bientôt épuisé.

Votre CTA doit être visible et attrayant. Autrement dit, oubliez le minuscule bouton gris avec un texte microscopique, votre taux de clics ne s’en remettrait pas. Mettez-le en valeur avec des couleurs et un emplacement qui accrochent l’œil.

 

reussir-campagne-emailing-fin-annee

7) Prévoyez un A/B test

Qu’il s’agisse de l’objet de l’email, des couleurs utilisées dans vos emails ou du CTA, nous vous conseillons vivement de recourir à l’A/B testing !

Cela vous donnera des billes pour réussir vos prochaines campagnes d’emailing de fin d’année ! Et voilà, la boucle est bouclée, vous pouvez envoyer sereinement vos emails de Noël.

Si vous souhaitez obtenir plus de conseils pour réussir votre campagne d’emailing de fin d’année, téléchargez gratuitement notre Guide ultime de l’emailing pour les fêtes de fin d’années !

 

reussir-campagne-emailing-fin-annee
 

En attendant, rejoignez-nous sur Twitter pour partager vos réussites et vos bonnes pratiques ou tout simplement pour trouver encore plus de conseils !

Transformez-vous en prince
charmant avec des emails
marketing engageants !

Que vous travailliez dans le BtoC ou le BtoB, vos emails marketing s’adressent à des êtres humains avant de cibler des consommateurs. Dès lors, il n’est pas surprenant que vos destinataires préfèrent être traités comme des personnes plutôt que des sources de revenus potentielles. C’est une évidence ? Peut-être, mais il est des lieux communs qu’il est bon de répéter à satiété.

Adopter un ton plus naturel, avenant et authentique, c’est montrer à vos destinataires que vous n’êtes pas différents d’eux, que vous partagez les mêmes codes, que vous les comprenez. Cela permet de créer une forme de complicité et donc, in fine, plus d’engagement.

En effet, selon le Baromètre du langage digital 2017 de l’Institut de la qualité de l’expression, les millennials attendent des marques qu’elles s’adressent à eux de façon naturelle et avenante. Dans une interview accordée à l’Usine digitale, Jeanne Bordeau, fondatrice de l’Institut, explique que “la créativité, lexicale ou visuelle” est un élément clé pour plaire aux Y aujourd’hui, avant d’ajouter que l’humour et la légèreté sont très recherchés. Pour créer de l’engagement, il faut donc avoir le sens de la formule.

 

email-marketing-engageant
 

Ce baromètre révèle également l’importance de segmenter vos audiences donc. Vous ne vous adresserez pas de la même manière à un jeune startupper de 25 ans et à un cadre senior de 55 ans. De la même façon, que vous adapterez votre discours selon que vous parlez à un Français, un Anglais ou un Américain.

Voici donc nos conseils pour créer des emails marketing plus engageants en adoptant un ton plus avenant.

Pourquoi utiliser un ton décontracté et avenant dans vos emails marketing ?

Personne n’aime recevoir des emails au ton trop commercial ou marketing. Encore moins les millennials. Ces emails sonnent faux, manquent de naturel et créent généralement peu d’engagement. Les objets tombent à plat et le contenu est un peu poussif, voire artificiel. Résultat : des taux d’ouverture et de clic qui ne font pas rêver.

Or, l’email marketing est l’occasion parfaite de mettre en avant la personnalité de votre marque et créer des adeptes. Qu’elle soit bienveillante ou taquine, la génération Y préfère que vous soyez directs et avenants, comme le montre le Baromètre du langage digital. Pour cela, laissez le style télé-achat au placard et adoptez les codes que vos destinataires utilisent avec leurs amis. L’idée est de créer un lien avec vos consommateurs pour vous présenter sous un jour moins froid, plus sympathique. Et puis, si votre personnalité de marque colle avec la leur, rédiger des emails marketing engageants se révèlera encore plus simple.

 

email-marketing-engagement
 

Certes, le juste équilibre peut être difficile à trouver : être irrévérencieux, mais pas grossier, sarcastique sans être blessant. Et puis, tout le monde n’est pas sensible au même humour. L’idéal est donc de mener des tests pour mieux connaître vos consommateurs et le style qui leur convient. Vous pourriez même avoir des surprises. N’oubliez pas que sous le costume trois pièces d’un cadre CSP++ se cachent (presque) toujours un cœur tendre et une âme d’enfant. Et si la familiarité marche mieux avec les générations Y et Z, les X (voire les baby-boomers) n’y sont parfois pas insensibles.

3 techniques pour créer des emails marketing engageants et toucher les millennials

1) L’argot et les jurons : irrévérencieux, mais pas vulgaires

Lors d’une enquête menée en 2016 auprès de 15 000 consommateurs en Europe et en Amérique du Nord, nous nous sommes rendus compte qu’utiliser des jurons ou de l’argot dans les objets d’emails pouvait augmenter leur taux d’ouverture.

En effet, les emails dont l’objet contenait un gros mot enregistraient des taux d’ouverture de 27% au Royaume-Uni, contre 17% aux États-Unis (comme quoi il est important de connaître sa cible !). Envie de savoir ce qu’il en est de vos contacts français ? Nous vous conseillons de tester différentes variations de vos objets pour identifier les plus performantes. Nos tests A/B vous permettent d’ailleurs de tester jusqu’à 10 versions différentes !

Par ailleurs, utiliser un juron quelque peu vieillot et démodé comme numpty (« andouille » en français) augmentait le taux d’ouverture de presque 30%.

Faire preuve d’effronterie peut donc s’avérer payant. Les consommateurs ne s’attendent pas à ça de la part d’une marque. Ils sont tellement habitués aux discours aseptisés et corporate que cela les surprend et éveille leur curiosité.

 

email-marketing-engageant
 

Les consommateurs apprécient donc qu’une marque s’approprie leurs codes si elle le fait avec sincérité. Il est important de le souligner : vous n’avez pas envie d’être perçu comme les parents maladroits qui utilisent les mots « kif » et « seum » dans le vain espoir de se rapprocher de leur progéniture.

2) L’humour pince-sans-rire : sarcastique, mais pas blessant

Prenez le site d’e-commerce Groupon par exemple. Ils utilisent un humour décalé et moqueur pour booster le taux d’ouverture de leurs emails marketing. Voici l’un de leurs objets d’email pour vous donner une idée : « Best of Groupon: The Deals That Make Us Proud (Unlike Our Nephew, Steve) », ce qui donne en français « Le meilleur de Groupon : les offres dont nous sommes fiers (contrairement à notre neveu Steve) ».

En tant que marque, vous pouvez vous permettre d’être facétieux, d’utiliser un humour grinçant. Il n’y a qu’à faire un petit tour sur Internet pour se rendre compte que les contenus les plus populaires sont les memes et les gifs et que 9gag et Giphy attirent des millions de visiteurs à travers le monde chaque jour. Ce ton décalé dans les emails marketing professionnels est donc une opportunité de booster taux d’ouverture et taux de clic.

 

email-marketing-engageant
 

Et comment ne pas évoquer le Schadenfreude, cette joie un peu malsaine que l’on ressent tous à voir quelqu’un se prendre les pieds dans le tapis. Il s’agit également d’un levier à exploiter, tant dans l’objet que dans le corps de l’email, pour créer de l’engagement.

3) Les emojis : le nouvel alphabet

Dans vos SMS, vos tweets, vos stories Instagram et les emails que vous échangez entre collègues : les emojis sont partout et font désormais partie de votre quotidien. C’est une nouvelle façon de communiquer, simple et directe. Vous savez ce que l’on dit sur les bonnes images et les longs discours…

Il est donc naturel que les emojis fassent leur entrée dans les emails marketing. Notre étude auprès de 15 000 consommateurs en Europe et en Amérique du Nord montre d’ailleurs que 63% des personnes interrogées étaient davantage susceptibles d’ouvrir un email dont l’objet contenait un emoji. Et le chiffre grimpe à 95% quand la combinaison de l’emoji et de la phrase de l’objet se transforme en une accroche sarcastique.

 

email-marketing-engageant
 

Dans une autre étude sur l’impact des emojis dans les lignes d’objet, nous montrons également lesquels fonctionnent le mieux selon les pays. De la même manière que toutes les cultures ne sont pas sensibles au sarcasme, les emojis ne seront pas des leviers efficaces pour booster vos taux d’ouverture dans tous les pays.

Ce qu’il faut retenir :

Voici les deux enseignements clés de cet article. En tant qu’email marketeur, nous vous conseillons de :

  • Connaître vos clients / destinataires : sont-ils sensibles à l’humour, au sarcasme, à l’irrévérence ? Faut-il au contraire vous montrer bienveillant ?
  • Utiliser humour et décontraction avec les millennials : ils attendent des marques qu’elles montrent leur personnalité et leur authenticité
  • Adopter les codes de vos clients sans les imiter : quelle que soit la personnalité de vos clients, utiliser leurs codes vous permet de créer un lien avec eux, de vous rendre sympathique à leurs yeux. Mais gare à l’effet du parent ringard : soyez l’un des leurs, ne vous contentez pas de les imiter. La démarche doit être authentique ou risque de tourner au fiasco.

Envie d’en savoir plus sur le sujet ? Téléchargez notre guide « Créez du contenu irrésistible pour vos emails » !

En attendant, rejoignez-nous sur Twitter pour partager vos techniques et accroches qui fonctionnent le mieux !

 

email-marketing-engageant

L’email marketing dans un monde post-RGPD :
Apocalypse Now ?

Le règlement général sur la protection des données (RGPD) entrera en vigueur le 25 mai 2018. Si les consommateurs préparent déjà fanions et confettis en attendant l’arrivée du héros libérateur, les entreprises, elles, se mettent à couvert en attendant le tremblement de terre qui donne déjà des sueurs froides à leur direction marketing.

 

email-marketing-rgpd
 

Ce nouveau texte a pour objectif d’harmoniser et de durcir les règles qui encadrent l’obtention et l’utilisation de données personnelles au sein de l’Union européenne. Il concerne donc directement les entreprises qui utilisent ces informations à des fins marketing. Ce qui signifie, hélas, que l’email marketing est en plein dans le viseur du RGPD.

Afin de calmer les angoisses que l’impitoyable réglementation provoque déjà chez les email marketeurs, et pour leur rendre un peu de sérénité (et de sommeil), nous avons décidé d’écrire cet article pour expliquer les conséquences concrètes du RGPD sur l’email marketing, comment s’y préparer et les opportunités qu’il présente.

RGPD et email marketing : quels défis pour les entreprises ?

L’entrée en vigueur de ce nouveau texte présente 4 défis majeurs pour les entreprises adeptes de l’email marketing. Pour réussir, pas de mystère : les plus zélés d’entre vous tireront leur épingle du jeu (laquelle risque autrement de se transformer en épine dans le pied). Plus tôt vous mettrez en branle le processus de mise en conformité, plus serein vous serez le soir du 24 mai.

 

email-marketing-rgpd
 

1. Collecter des données personnelles

La collecte de ces précieuses informations devra répondre à des exigences nouvelles et spécifiques : elle devra se faire dans un but précis et explicite. Fini le temps où l’on pêchait la donnée à coup de chalutier géant donc, où l’on commençait par draguer les fonds marins du web pour décider ensuite de ce qu’on allait en faire.

Un petit mot pour les marketeurs BtoB qui pensaient sûrement pouvoir resquiller : les adresses emails professionnelles seront également considérées comme des données personnelles et les mêmes règles s’appliqueront donc quant à leur collecte et leur exploitation (mais bien tenté).

2. Obtenir le consentement du consommateur

Afin de pouvoir exploiter les données collectées à des fins de marketing, les entreprises devront à présent obtenir l’autorisation explicite des internautes. Ce que cela change par rapport à aujourd’hui ? Eh bien, il sera strictement interdit d’avoir recours à des méthodes peu éthiques et pourtant très répandues aujourd’hui comme les cases pré-cochées ou les tournures de phrases alambiquées pour s’assurer que l’internaute, qu’il le veuille ou non, s’inscrive à une liste d’emailing marketing. Ce qu’on appelle l’opt-in passif ou soft opt-in.

À partir du 25 mai 2018, il sera donc fortement recommandé d’obtenir le double consentement des consommateurs avant de les ajouter à des listes d’envoi. La formulation devra être claire et spécifique et l’internaute cochera lui-même la case s’il souhaite recevoir vos emails. C’est l’avènement du double opt-in, pratique la plus sûre pour se conformer au RGPD.

Préférez donc un message de consentement clair et concis, comme celui-ci par exemple :

« En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir des offres marketing personnalisées par email de la part de [nom de votre organisation] en accord avec la politique de protection des données [lien de votre politique]. Je comprends que je peux me désinscrire de ces communications à tout moment en cliquant sur le lien de désabonnement présent dans tous les emails. »

Double opt-in : les bonnes pratiques

Skyscanner, le site de voyage et de réservation de billets d’avion en ligne, est un exemple à suivre en matière de double opt-in. Sur ce site, l’internaute peut choisir de recevoir des alertes par email lorsque le prix de billets qui l’intéressent change. Pour cela, il doit saisir une première fois son adresse email, donnant ainsi sa première autorisation.

 

rgpd-email-marketing-double-optin
 

Dans un second temps, il reçoit un email dans lequel on lui demande de confirmer son adresse email pour recevoir les alertes. C’est la deuxième autorisation : s’il ne confirme pas son adresse, il ne recevra pas d’emails, son consentement explicite est requis.

 

rgpd-email-marketing-double-optin
 

Notez également que tout est expliqué de façon spécifique et visible en bas de l’email. Skyscanner précise que pour ne pas recevoir d’emails, il suffit d’ignorer le message. Pas de case à décocher donc, c’est le double opt-in.

Obtenir l’autorisation pour des mineurs

En ce qui concerne les enfants, il faudra obtenir l’accord des parents pour collecter des informations sur leurs centres d’intérêts par exemple. Les entreprises qui produisent jouets, jeux vidéo, dessins animés ou encore bonbons devront donc prouver qu’un parent a bien donné son autorisation pour recueillir des données.

 

email-marketing-rgpd
 

3. Conserver les données

Les entreprises seront désormais tenues d’apporter la preuve qu’elles ont bien obtenu le consentement des contacts présents dans leur base de données. Il deviendra donc nécessaire de stocker toutes ces informations afin de pouvoir les produire devant un tribunal en cas de litige. C’est le principe de démontrabilité : démontrer que tout est mis en œuvre pour assurer la conformité de l’entreprise au RGPD.

Les entreprises devront par ailleurs conserver une trace de tous les traitements qu’elles font des données personnelles : quel type de données stocke-t-elle ? Quel usage en fait-elle ?

4. Renforcer les droits du consommateur

Le RGPD entend permettre aux consommateurs de se réapproprier leurs données personnelles. Ce qui signifie concrètement qu’un internaute pourra exiger d’une entreprise qu’elle modifie ou supprime toute donnée le concernant. Une forme de droit à l’oubli qui n’existait pas véritablement auparavant.

Les liens de désabonnements devront donc être suffisamment visibles dans vos emails marketing pour permettre aux internautes de se désinscrire facilement des communications de votre entreprise.

Enfin, les données devront être sécurisées, ce qui sera d’autant plus important pour les entreprises publiques ou celles traitant des données sensibles (médicales ou bancaires par exemple).

RGPD et email marketing : quelles opportunités ?

La mise aux normes ne sera pas une sinécure, on ne vous le cache pas. Elle présente néanmoins des opportunités pour les entreprises, notamment en matière d’email marketing (si si, il y en a, on vous jure).

 

email-marketing-rgpd
 

Un contact sain dans une base de données saine

Tout email marketeur qui se respecte vous le dira : sans base de contacts rutilante, pas de stratégie d’emailing efficace. Le RGPD récompensera donc les entreprises les plus éthiques et forcera les prévaricateurs à marcher au pas. Et tout le monde en sortira gagnant. Les consommateurs qui ne recevront plus que des emails marketing ciblés et pertinents, leur apportant de la valeur ; les entreprises verront leurs taux de rebond réduire comme peau de chagrin.

Plus les emails seront ciblés donc, plus les consommateurs seront satisfaits et moins vous aurez de hard bounces et de désabonnements. Par conséquent, votre taux de délivrabilité augmentera à son tour et c’est le début d’un cercle vertueux ou on ne s’y connaît pas !

Enfin, vous créerez moins de frustration chez les consommateurs en les laissant venir à vous. Il s’agit d’appliquer les principes de l’inbound marketing à vos emails. Le RGPD poussera les entreprises à produire du contenu de valeur pour des consommateurs qui en sont demandeurs.

RGPD : alors, Apocalypse Now ?

La réponse est donc “noui”. Oui, à court terme, car des changements en profondeur s’annoncent et la mise en conformité sera chronophage et coûteuse. Et encore plus coûteuse si vous n’êtes pas aux normes : des amendes pouvant atteindre les 20 millions d’euros. Non, à long terme, car ces nouvelles règles permettront de se débarrasser de pratiques qui ne bénéficiaient ni aux consommateurs ni aux entreprises.

Pour en savoir plus sur le RGPD et ses implications pour votre entreprise, consultez la documentation que nous avons mis spécialement à votre disposition sur notre site : Ressources RGPD.

Vous avez des questions sur le RGPD ou des astuces à partager avec la communauté ? Ne soyez pas timides et rejoignez-nous sur Twitter pour continuer la discussion !

 

email-marketing-rgpd

Transformer vos emails transactionnels en levier marketing lucratif

Email de confirmation, de notification, de rappels… l’email transactionnel est indispensable à toute stratégie digitale et tout le monde l’utilise. Mais vous admettrez qu’on y consacre en général moins de temps et d’efforts que pour l’email marketing. Ce dernier est l’enfant chéri des stratégies d’emailing, on ne lui refuse rien : design léché, phrasé ciselé et impactant. Rien n’est trop beau. Résultat : il ne reste à l’email transactionnel que les polices et les verbes de seconde main, on regimbe même à lui accorder visuels et logos.

 

email-transactionnel-levier-marketing
 

Pourquoi chercher à faire d’un email de notification ou de confirmation une œuvre d’art après tout ? Eh bien, parce que ce sont les emails qui enregistrent les meilleurs taux d’engagement. Correctement utilisé, l’email transactionnel est un puissant levier marketing capable de vous différencier de vos concurrents (peu d’entreprises les exploitent au maximum de leur potentiel) et surtout de booster votre chiffre d’affaires !

Emails marketing et emails transactionnels : un duo complémentaire

Trop souvent, les stratégies d’emailing consistent à envoyer des promotions par email lors des fêtes de fin d’année puis à s’échanger des tapes dans le dos en analysant les volumes de ventes générés. Votre email marketing a fonctionné, c’est très bien, mais le travail ne s’arrête pas là. Le potentiel marketing après un achat ou une interaction sur votre site est immense et trop souvent négligé !

C’est là que les emails transactionnels entrent en jeu. Ils viennent compléter les emails marketing avec des emails de notification, de confirmation, de suivi. Il ne s’agit donc pas de choisir entre l’un ou l’autre, mais plutôt d’adopter l’un et l’autre. Pas convaincus ? Voici quelques chiffres qui devraient vous faire changer d’avis.

D’après une étude menée par Epsilon sur les tendances en matière d’emailing, lors du premier trimestre 2017 les emails transactionnels avait un taux d’ouverture 69% supérieur aux emails marketing et leur taux de clics était 164,6% supérieur. Deux chiffres qui ont le pouvoir de rabattre le caquet de votre collègue un peu trop sûr de lui et de vous attirer des regards pleins d’admiration à la cantine. Et vous avez encore un atout dans votre manche. Selon un rapport d’Experian, les emails transactionnels génèrent en moyenne 2 à 5 fois plus de chiffre d’affaires que les emails de masse.

Mais alors Jamy…

 

email-transactionnel-levier-marketing
 

Pourquoi le marketing passe-t-il à côté des emails transactionnels alors qu’ils ont le meilleur taux d’engagement ?

C’est une question légitime Fred, et tu as raison de la poser. Le vrai problème, c’est que dans 53% des cas, c’est le service IT qui crée les emails transactionnels, et non pas le marketing. Or, les résultats d’une étude Mailjet menée en août 2017 en France et au Royaume-Uni montrent que 57% des gens accordent moins de confiance aux emails transactionnels qui comportent des fautes d’orthographe et de grammaire. Et ce n’est pas tout : 47% des personnes interrogées affirment également qu’un email transactionnel perd de sa crédibilité lorsqu’il n’est pas visuellement similaire au site Internet de la marque et à sa newsletter. Et cette perte de confiance et de crédibilité touche directement l’entreprise émettrice. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle chez Mailjet, nous avons développé Passport, un éditeur d’email intuitif qui vous permet de construire des emails marketing, mais également des emails transactionnels sans jamais avoir à écrire une ligne de code. Ainsi, les équipes marketing peuvent enfin créer leurs propres emails transactionnels !

 

email-transactionnel-levier-marketing
 

Cette absence de marketing dans les emails transactionnels crée une rupture de l’expérience utilisateur. Et c’est dommage, car soigner l’email de confirmation envoyé après un achat permet d’accroître le chiffre d’affaires de 360%, rien que ça.

3 stratégies marketing pour générer plus de chiffres d’affaires grâce aux emails transactionnels

À l’heure du digital et de la Big Data, les marques ont à leur disposition des téra-octets de données sur leurs clients. Obtenus, cela va sans dire, avec le consentement de ces fidèles consommateurs. Dès lors que vous connaissez les habitudes de consommation et les préférences de vos clients, il serait dommage de ne pas les utiliser. Cela permet 3 choses : améliorer l’expérience utilisateur, mettre en place une stratégie de cross-selling et une stratégie d’up-selling

Amélioration de l’expérience client

L’email transactionnel offre l’opportunité de créer un lien de confiance avec vos clients. Qu’il s’agisse d’un email de confirmation ou de notification, si le ton adopté et l’aspect visuel rappellent ceux de votre site, de votre app et de vos emails marketing, vous assurerez une expérience utilisateur harmonieuse et cohérente.

 

email-transactionnel-levier-marketing
 

Il arrive pourtant que les marques ne soignent pas suffisamment leurs emails transactionnels considérant qu’ils n’apportent pas de valeur aux clients. Or, ce sont précisément ces emails que les consommateurs attendent avec le plus d’impatience. Imaginez que vous venez de réserver un vol pour vos vacances ; dès que vous recevrez l’email de confirmation, vous l’ouvrez pour vous assurer que toutes les informations sont bonnes. Il serait dommage que cet email ne comporte que quelques lignes de texte avec une police différente de celle du site, sans visuels voire sans même un logo.

D’autant que ces emails sont l’occasion de vendre des produits et services complémentaires.

Stratégie de cross-selling

Vous venez donc de réserver vos billets d’avion pour vos vacances d’été sur une petite île grecque encore inconnue du grand public et épargnée par le tourisme de masse. Ça mérite bien un dab.

 

email-transactionnel-levier-marketing
 

La compagnie aérienne qui va vous emmener à Santorin vous envoie un email de confirmation que vous ouvrez immédiatement. Ouf, aucune erreur dans votre nom et les dates sont les bonnes.

Vous scrollez un peu et vous tombez sur une offre de location de voiture. Intéressant, vous avez lu quelque part que pour profiter pleinement de l’île, mieux valait être motorisé. Autant faire d’une pierre deux coups, vous cliquez sur l’offre et réservez la Fiat 500 qui vous transportera (de joie) pendant votre séjour.

 

email-transactionnel-levier-marketing
 

C’est ce qu’on appelle du cross-selling, de la vente de services complémentaires. Et l’email transactionnel est l’endroit idéal pour cette stratégie marketing. D’où l’importance d’en confier la création à vos marketeurs et de s’assurer qu’ils soient cohérents avec votre branding.

Stratégie d’up-selling

Les emails transactionnels fournissent également le prétexte parfait pour faire de l’up-selling. Il s’agit ici de pousser un produit de gamme supérieur à vos clients.

Vous pouvez ainsi profiter d’un email de confirmation pour proposer à votre client d’acheter un produit de gamme supérieur ou un package de plusieurs produits (dont l’un qu’il adore et l’autre qu’il n’a jamais acheté) lors de sa prochaine visite en échange d’un code promo.

Des entreprises comme Amazon et Starbucks le font très bien, alors pourquoi pas vous ?

 

email-transactionnel-levier-marketing
 

Le potentiel marketing des emails transactionnels est donc presque sans limite. Avec les bons outils de segmentation et les données client dont vous disposez, vous pouvez faire de ces emails de puissants leviers de croissance pour votre entreprise. Comme pour vos campagnes d’emailing marketing, le plus important reste de laisser libre cours à votre créativité et à votre imagination, c’est ce que vos clients attendent !

Si vous souhaitez en savoir plus sur la façon d’augmenter votre chiffre d’affaires sans importuner vos clients grâce aux emails transactionnels, n’hésitez pas à télécharger notre ebook sur le sujet !

Vous êtes déjà le roi / la reine de l’email transactionnel ? Vous utilisez des déjà des stratégies gagnantes ou vous avez besoin de conseils ? Rejoignez-nous sur Twitter pour partager vos idées et poser vos questions !

 

email-transactionnel-levier-marketing

Comment les problèmes d’emails transactionnels impactent la fidélité des clients

Considéré par 82 % des Français comme le canal de communication le plus utilisé dans les dix prochaines années, l’email a su s’imposer dans le quotidien des consommateurs et dans les stratégies marketing des entreprises, notamment dans le secteur du e-commerce.

Face à ce constat, Mailjet a commandé une nouvelle enquête (réalisée par Morar Consulting) sur l’importance que portent les Français à l’email transactionnel (confirmation d’achat, confirmation d’expédition, e-billet, réinitialisation de mot de passe …), comment les problèmes d’emails affectent la fidélité des consommateurs et comment les marques peuvent améliorer leurs stratégies d’emailing pour répondre aux besoins des consommateurs.

Êtes-vous en mesure de surveiller en temps réel vos emails transactionnels pour pouvoir réagir rapidement ? Découvrez les résultats complets de l’étude en téléchargement dès maintenant.