Sécurité et délivrabilité des emails pour les organismes publics et bancaires

Du fait de la digitalisation croissante de la plupart des tâches bancaires et administratives, les emails sont désormais le canal privilégié des secteurs financiers et publics pour communiquer avec leurs utilisateurs et clients. Les piles de papiers pour valider un prêt ou remplir votre déclaration fiscale font partie du passé.

Mais la montée en puissance des emails dans ces secteurs fait émerger de nouveaux défis. Même si les emails leur permettent de contacter leurs clients de façon rapide, peu onéreuse et personnalisée, ces entreprises doivent s’assurer que ces messages arrivent bel et bien dans la boîte de réception de leurs destinataires, et que les données extrêmement confidentielles sont transmises en toute sécurité. Mais comment peuvent-elles être sûres que la sécurité et la délivrabilité de leurs emails sont optimales ?

Sécurité et délivrabilité des emails pour les organismes publics et bancaires

Dans ce guide sur la sécurité et la délivrabilité des emails Guide, vous saurez tout sur :

  • Les bonnes pratiques de la délivrabilité.
  • Les solutions techniques pour arriver dans la boîte de réception des destinataires.
  • Les aspects légaux et techniques de la sécurité des emails.
  • Les différents processus mis en place par Mailjet pour vous assurer de la bonne délivrabilité et de la sécurité de vos emails.

deliv-securite-guide

Quelle stratégie d’emailing pour les candidats à l’élection présidentielle 2017 ?

Chaque nouvelle campagne présidentielle voit son lot d’innovations en terme de communication politique. QGs de campagne virtuels, utilisation toujours plus croissante des différents réseaux sociaux, live streams, hologrammes… Un canal reste constant : l’email. Il est d’autant plus pertinent depuis les campagnes menées par Barack Obama en 2008 et 2012, où l’email a eu un rôle capital.

Pour cette raison, nous nous sommes penchés sur les stratégies d’emailing employées par 10 des 11 candidats1 à l’élection présidentielle française 2017, afin de déterminer quels éléments ont pu conduire Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour. Contenu des emails, nature des messages, volumes d’envoi, design, utilisation des emoji… tous ces éléments ont été passés en revue. Découvrez les résultats dans notre infographie ci-dessous.

infographie-elections


1 – L’analyse a porté sur les emails envoyés par Nathalie Arthaud, François Asselineau, Jacques Cheminade, Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon, Benoît Hamon, Jean Lassalle, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, sur une période allant du 6 mars 2017 au 20 avril 2017. Seul Philippe Poutou n’est pas inclus, aucun formulaire d’inscription à une newsletter n’ayant été trouvé sur son site de campagne.

Plus de 80% des Français prédisent que l’email restera le premier moyen de communication

Une étude conduite par Mailjet dévoile les difficultés que rencontrent les consommateurs avec la façon dont les marques se servent des différents canaux de communication pour les cibler. Nous nous sommes également penchés sur les préférences des français en matière de communication afin de mieux comprendre leurs attentes.

Les résultats indiquent que l’email est considéré par 82% des consommateurs français comme le canal qui sera le plus utilisé sur les 10 prochaines années (dont 39% sont absolument sûrs), suivi du SMS (77%) et de Facebook (75%).

En comparaison, 10,5% des personnes interrogées sont sûres que Pinterest et LinkedIn seront toujours utilisés dans une décennie, et seulement 12% des sondés affirment avec certitude que Snapchat existera toujours. Malgré l’introduction en bourse de ce dernier plus tôt cette année, les français pensent que ce concept va perdre de son élan et être petit à petit délaissé par les millennials, qui sont seulement 14% à penser qu’il continueront à utiliser l’application dans 10 ans. Cela souligne le fait que ces plateformes sont comprises davantage comme des phénomènes éphémères que comme des canaux faits pour durer.

Découvrez les résultats complets de l’étude en téléchargement dès maintenant !

banner_etude_email_innovation

Statistiques : l’emailing ne s’arrête pas à l’envoi

Pour de nombreux marketeurs, l’emailing se résume à tenir une liste de contacts à jour, à créer des contenus attrayants (qu’il s’agisse de l’objet des emails ou des CTA) et à appuyer sur le bouton Envoyer, avec la satisfaction d’un travail bien accompli. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le travail n’est en réalité qu’à moitié terminé. L’emailing ne s’arrête pas à l’envoi de campagnes ou à la création d’emails transactionnels : il faut également suivre vos campagnes, analyser les résultats et en tirer des conclusions pour améliorer vos futurs envois. Mais comment s’y prendre concrètement, nous direz-vous ?

1-how

Pas de panique ! Les statistiques des emails sont là pour cela. Découvrez dans cet article les statistiques à surveiller, ce que les résultats disent sur vos pratiques d’emailing et comment améliorer ces chiffres.

Quelles sont les statistiques à surveiller ?

Toutes les statistiques fournies par les services d’emailing sont pertinentes. En fait, elles le sont tellement que les différents statuts d’email figurant sur votre tableau de bord sont étiquetés de la même manière, quelle que soit la plateforme d’envoi utilisée. Eh oui, c’est dire à quel point ces chiffres sont importants !

Quelques définitions pour commencer

Les statistiques sont classées ici en deux catégories : les statistiques positives et les statistiques négatives. Ce n’est pas une classification officielle, mais elle vous aidera à identifier les points à améliorer ou à corriger.

Statistiques positives

2-positive

  • Taux d’envoi et de délivrabilité

Commençons par les statistiques de base : les taux d’envoi et de délivrabilité. Comme leurs noms l’indiquent, le taux d’envoi est le pourcentage d’emails qui ont quitté le serveur d’envoi pour parvenir à vos destinataires, tandis que le taux de délivrabilité correspond au pourcentage d’emails envoyés qui ont effectivement atteint le serveur de réception. Généralement, si vous respectez les bonnes pratiques de l’emailing, ces taux devraient être compris entre 95 % et 100 %.

  • Taux d’ouverture

Le taux d’ouverture est le pourcentage d’emails délivrés qui ont été ouverts au moins une fois. C’est un bon moyen de savoir si vos destinataires souhaitent lire vos messages.

  • Taux de clics

Le taux de clics est le pourcentage d’emails ouverts dont les destinataires ont cliqué sur les liens au moins une fois. Il permet de savoir si vos contenus sont suffisamment intéressants pour inciter vos lecteurs à consulter votre site Web.

Statistiques négatives

Les statistiques négatives peuvent nuire considérablement à votre réputation d’expéditeur si elles sont trop élevées. Chez Mailjet, nous avons défini des seuils que vous ne devez pas dépasser, sous peine de voir votre compte mis en quarantaine voire bloqué.

3-negative

  • Taux de désinscription

Le taux de désinscription est lié au taux d’ouverture. Il correspond au pourcentage de destinataires qui ont cliqué sur le lien de désinscription (ou sur le bouton de désinscription chez certains fournisseurs de webmail et FAI) figurant dans l’email. C’est un bon moyen de tenir vos listes de contacts à jour. Remarque : si vous utilisez Mailjet, les adresses email désinscrites sont automatiquement retirées de votre liste.

  • Taux d’erreur (ou bounce)

Le taux d’erreur est calculé en fonction du nombre total d’emails envoyés. Une erreur signifie qu’un email n’a pas atteint sa destination (la boîte de réception de votre contact) pour différentes raisons. Chez Mailjet, nous distinguons les erreurs temporaires (boîte de réception saturée, message d’absence du bureau, etc.) et les erreurs définitives (domaine invalide, serveur inexistant, etc.).

  • Taux de blocage

Le taux de blocage est calculé en fonction du nombre total d’emails envoyés. Le statut « bloqué » est défini par Mailjet pour ses utilisateurs. Les emails qui ont précédemment été l’objet d’une erreur définitive ou signalés en tant que spam sont prébloqués par notre système. La réputation de l’expéditeur est ainsi préservée.

  • Taux de spam

Le taux de spam est calculé en fonction du nombre d’emails délivrés. Dans la catégorie « spam » se trouvent tous les destinataires qui ont cliqué sur le bouton « Signaler en tant que spam » de leurs fournisseurs de webmail ou FAI. À fuir comme la peste.

Ça y est, j’ai compris le b.a.-ba. Qu’est-ce que je fais de toutes ces statistiques maintenant ?

Ces statistiques ne servent pas qu’à satisfaire notre faible pour les chiffres. Elles ont une réelle signification, et selon les résultats, vous devez prendre différentes mesures, en fonction des KPI que vous avez déterminés, bien entendu. Voyons quelques cas de figure fréquents.

Mes statistiques négatives sont faibles, mais mes emails ont un faible taux d’ouverture.

Avant d’ouvrir vos emails, vos destinataires vérifient trois choses : le nom de l’expéditeur, l’objet et le pre-header. Avez-vous testé ces différents éléments ? Le nom de l’expéditeur que vous utilisez n’est peut-être pas suffisamment explicite. Ou peut-être pourriez-vous agrémenter l’objet de vos emails à l’aide d’emojis – une approche plébiscitée par nos amis de Product Hunt. Vous ne savez pas par où commencer ? Nous vous avons concocté un article sur les éléments que vous pouvez (et devriez) tester.

4-Product Hunt

Pour sa newsletter de la Saint-Patrick, Product Hunt s’est mis au vert !

Malgré un taux d’ouverture satisfaisant, mon taux de clics stagne.

Félicitations ! Vos destinataires ouvrent (et, avec un peu de chance, lisent) vos emails. Mais pour une raison X, ils ne cliquent pas sur vos liens. Le problème pourrait provenir des CTA ou des contenus. Explication : vos lecteurs ont moins de chances de cliquer sur vos liens s’ils sont peu visibles ou si vos contenus ne les intéressent pas suffisamment.

Veillez à tester (eh oui, c’est le maître-mot) les positions de vos CTA et la longueur de vos contenus. Incitez vos lecteurs à cliquer sur vos CTA à l’aide de boutons et/ou d’images placés bien en évidence plutôt que de simples liens hypertextes fondus dans le texte. Simplifiez la vie de vos lecteurs : s’ils lisent vos emails sur un appareil mobile, il leur sera plus facile de cliquer sur un bouton avec le pouce que de devoir agrandir le texte pour accéder à un lien hypertexte.

Mes statistiques négatives s’affolent. Qu’est-ce qui se passe ?

C’est très simple : votre liste de contacts est de mauvaise qualité. Plusieurs explications possibles :

  • Cela fait des lustres que vous n’avez pas envoyé d’emails et vos destinataires ne se souviennent plus de vous ;
  • Vous avez acheté ou emprunté une liste auprès d’un tiers et en payez les conséquences ;
  • Vous envoyez des emails régulièrement, mais vous n’avez jamais vraiment nettoyé votre liste de contacts, d’où ce ramassis de mauvaises statistiques.

Pour y remédier, il n’y a pas 36 solutions. Règle n° 1 : NE JAMAIS ACHETER DE LISTE DE CONTACTS ! Règle n° 2 : NE JAMAIS ACHETER DE LISTE DE CONTACTS ! Règle n° 3 : vous l’aurez compris. C’est comme dans Fight Club : mieux vaut répéter la première règle pour bien faire passer le message.

5-fight club

Maintenant que vous connaissez la règle d’or, voici d’autres conseils que vous pouvez suivre. Si vous n’avez jamais rien envoyé (ou du moins pas depuis un certain temps), commencez par envoyer des campagnes par petits groupes de contacts en leur demandant s’ils souhaitent recevoir vos emails, avant de généraliser vos envois à toute votre liste. Vous limiterez ainsi le risque de voir s’envoler vos taux de désinscription et de spam.

D’autre part, n’oubliez pas de supprimer de votre liste de contacts les adresses pour lesquelles vos emails ont été rejetés, signalés en tant que spam ou bloqués. C’est comme le brossage des dents : cela ne vous prend que 3 minutes, c’est ennuyeux, on n’en voit pas trop l’intérêt et le dentifrice a un drôle de goût (enfin, oubliez le dentifrice, il n’a rien à faire dans cette comparaison). Mais sur le long terme, le jeu en vaut la chandelle : vous avez encore toutes vos dents et vous avez préservé votre réputation d’expéditeur. Tout le monde y gagne (sauf peut-être votre dentiste) !

Et voilà ! Vous savez tout sur les principales statistiques à surveiller pour améliorer vos campagnes d’emailing. Comme vous avez pu vous en rendre compte, ce n’est pas sorcier : il suffit de tester, d’améliorer, avant de tester à nouveau. À vous de jouer ! Boostez vos statistiques positives et réduisez vos statistiques négatives à néant.

Cet article vous a plu ou vous avez quelque chose à ajouter ? Retrouvez-nous sur Twitter! Nous serions heureux de connaître vos statistiques.

Soldes et grands magasins : quelle newsletter s’en sort le mieux ?

Alors que les soldes d’hiver 2017 ont pris fin hier, Mailjet passe au peigne fin les campagnes de newsletters expédiées par les grands magasins. Alors, quelle enseigne envoie les emails de soldes les plus efficaces ? Nous vous présentons les résultats de notre étude qui a porté sur 8 éléments essentiels de l’emailing comme le design, les lignes d’objet ou encore l’utilisation de l’automatisation des envois.

Le Printemps emporte largement la palme de la meilleure newsletter de soldes, en arrivant en tête dans de nombreuses catégories analysées. Notons qu’il s’agit de la seule marque à personnaliser un tant soit peu ses messages, en incluant systématiquement le magasin le plus proche de la localisation du destinataire.

Tati tire son épingle du jeu avec un volume d’envoi conséquent (28 newsletters entre le 28 décembre 2016 et le 13 février 2017) et en étant la seule enseigne à avoir un processus d’inscription clair.

Les Galeries Lafayette, notamment grâce à des objets d’email très engageants, arrivent en 3e position, talonnées de près par Le Bon Marché.

Le BHV Marais termine à la 5e place, un classement en partie lié au fait que ses newsletters ne sont envoyées qu’aux détenteurs de la carte du magasin. Notons enfin que tous les grands magasins analysés sont au dessus de la moyenne, signe que l’emailing est pris au sérieux.

Découvrez notre infographie ainsi que les résultats détaillés de l’étude ci-dessous (cliquez l’image pour l’agrandir) :

infographie-soldes-email

Quel site de rencontre envoie les meilleurs emails ?

Pour la St Valentin, Mailjet fait le point sur les différentes campagnes d’emailings des experts de l’amour : les sites de rencontre leaders sur le marché. Quel site a su conquérir le cœur des célibataires cette année ? Nous répondons à cette question en attribuant des notes à chacune des newsletters envoyées par ces sites, à partir de divers critères tels que le contenu, le design, la personnalisation ou encore la stratégie de relance.

OkCupid a plus d’une flèche à son arc cette année, puisque le site de rencontre se place en 1er place du classement avec une note de 3/5. Il s’est imposé en se démarquant de ses concurrents grâce à des emails au design simple et efficace ainsi qu’à une approche personnalisée et directe.

Avec une note de 2.86/5, Meetic arrive à la 2ème place du palmarès et se voit remettre une mention spéciale pour ses campagnes d’emailing personnalisées dédiées à la Saint Valentin.

Adopteunmec.com et Attractive World se placent quant à eux respectivement à la 3ème et 4ème place du classement. Les deux derniers du classement ont encore besoin d’améliorer leurs campagnes d’emailing pour pouvoir séduire les cœurs à prendre.

Découvrez notre infographie en détail (cliquez sur l’image pour l’agrandir et découvrir l’étude en détails) :

info-saint-valentin-mailjet-crop

Emailing et industries culturelles

La France a la chance de pouvoir se targuer d’être une des destinations touristiques les plus prisées au monde. Des plages accueillantes, des sommets enneigés, des campagnes verdoyantes… les atouts ne manquent pas. Mais c’est également (et surtout ?) pour son histoire et son patrimoine que la France reste en tête du palmarès mondial. La culture de notre pays est un important vecteur de traction économique puisque les touristes ont dépensé près de 43 milliards d’euros dans l’Hexagone en 2015. Compte tenu de la manne financière que génère la culture en France, il est intéressant de se pencher sur les méthodes que différents acteurs du secteur ont adoptées en matière d’emailing pour accroître leur visibilité et leurs revenus.

Quel rôle peut avoir l’emailing dans les industries culturelles françaises ?

Muséographie : dépoussiérer les salles d’exposition avec l’emailing

Pour commencer, attaquons-nous aux institutions attirant le plus de touristes étrangers : les musées. Les grands noms comme le Louvre ou le Centre Pompidou souffrent moins d’un problème de réputation – ils font d’ailleurs parti des musées les plus connus au monde – que d’un problème de représentation. Prenons en exemple les deux institutions mentionnées ci-dessus pour analyser l’application de leur image de marque à la structure et au design de leur emails.

Dans les deux cas, l’esthétique globale du message correspond à celle des sites des musées respectifs, avec une structure en colonnes multiples, et une priorisation des contenus présentés : les expositions du moment sont mises en avant. Cependant, l’email ne correspond pas à ce que l’on attend d’un email responsive (à savoir : sur support mobile, on s’attend à ce que les colonnes se placent l’une sous l’autre pour faciliter la lecture). En outre, la quantité de texte les rend difficile à lire tant sur ordinateur de bureau que sur mobile.

Beaubourg_crop           Louvre_crop

Cliquez sur les images pour afficher l’intégralité des emails

En revanche, les call-to-action ont été mis en valeur et répondent à une stratégie claire de redirection des personnes recevant l’email vers les différentes parties du site.

Nous remettons une mention spéciale au Centre Pompidou dont la volonté d’interconnexion avec les autres canaux de communication du musée est bien pensée, avec un “best of” des tweets du mois intégré à l’email.

Dans l’ensemble, les deux musées ont compris que leurs newsletters s’adressent moins à des visiteurs ponctuels, qui s’intéressent davantage aux collections permanentes, qu’à des visiteurs réguliers qui souhaitent être les premiers à connaître les expositions temporaires et événements spéciaux. Les musées bénéficient ainsi d’un boost de visibilité supplémentaire et d’une redynamisation de leur public. En effet, c’est la nouveauté et non le patrimoine qui est mis en avant dans les communications faites par email.

La culture en live : emailing et salles de concert

Depuis longtemps, les concerts priment sur la vente de disques dans les revenus des artistes musicaux. Nous vivons actuellement un tournant avec le streaming qui trouve enfin son modèle économique depuis la chute vertigineuse des ventes physiques sur ces 15 dernières années. Le live reste lui aussi porteur, à tel point que les labels concentrent davantage leurs efforts dessus que sur les disques. Il est donc essentiel que les artistes et leurs concerts soient correctement relayés par les diffuseurs et salles de concerts.

Dans ces deux exemples, Stéréolux et le Trabendo optent pour des stratégies différentes ayant chacunes leurs qualités.

stereolux_crop           trabendo_crop

Cliquez sur les images pour afficher l’intégralité des emails

Stéréolux a choisi un modèle très éditorialisé en mettant en avant un événement spécifique en début d’email, puis un agenda des jours à venir. Ainsi, le design valorise ce que Stéréolux estime être le moment phare de la semaine et attire instantanément l’oeil de son lectorat dessus. En second plan, les tarifs des différents spectacles et ateliers sont également mis en avant ; ces informations sont importantes pour obtenir de futurs spectateurs. Enfin, en bas d’email, une section avec un fond coloré attire à nouveau l’oeil sur deux événements secondaires mais suffisamment importants pour qu’ils bénéficient d’une description plus détaillée. L’email de Stéréolux permet ainsi aux lecteurs d’identifier clairement et rapidement les éléments qui pourraient les intéresser.

De son côté, le Trabendo joue sur le contraste visuel pour provoquer le lecteur. Les fonds vifs et colorés contrastent avec les photos en noir et blanc des artistes qui se produiront. Les destinataires peuvent ainsi prendre le temps de s’attarder sur ces visuels impactants. On note que la salle de concert choisi de mettre non pas un mais 3 artistes dans sa newsletter. Ainsi, le Trabendo peut mieux représenter l’éclectisme de sa programmation. On remarque également que la newsletter est plutôt économe en texte. La plupart du temps, seuls les noms des artistes sont mentionnés. La salle part donc du principe que le lecteur connaît déjà les artistes en question, ou qu’il est suffisamment curieux pour cliquer sur le call-to-action correspondant. Dans tous les cas, la cible est clairement constituée de passionnés de musique. Dans le même sens, le Trabendo n’hésite pas à présenter les concerts à venir jusqu’à 4 mois à l’avance, permettant aux abonnés de la newsletter de planifier les concerts et DJ sets auxquels ils souhaitent assister.

Là où Stéréolux met en avant sa vocation grand public en mêlant programmation nocturne et spectacles pour enfants, le Trabendo mise plutôt sur un lectorat constitué de mélomanes. Ces choix stratégiques se ressentent également dans leurs newsletters, preuve que ce canal fait partie intégrante de leur stratégie de communication.

L’email comme moyen de vulgarisation culturelle

Avec la renaissance de la newsletter à laquelle nous assistons depuis le début des années 2010, une multitude de structures ont mis en place des newsletters d’information. Il y en a pour tous les goûts, et évidemment, la culture n’échappe pas à la règle. En un email, les destinataires peuvent faire le plein de culture générale. Artips et la Booksletter l’ont bien compris et se sont rapidement imposés dans le paysage de la newsletter culturelle francophone.

Booksletter_crop           Artips_crop

Cliquez sur les images pour voir l’intégralité des emails

Encore une fois, nous observons deux newsletters très différentes, en conformité avec leurs stratégies.

Comme vous pouvez le constater, la Booksletter est dense en texte. Et pour cause : elle est produite et envoyée par le magazine Books qui, comme son nom l’indique, s’adresse d’abord aux passionnés de livres. Les blocs de texte, en temps normal pas très engageants, prennent ici tout leur sens. L’angle choisi par Booksletter est d’éclairer l’actualité à la lumière des livres. En plus des paragraphes instructifs de la newsletter, Books renvoit également vers des articles relatifs au sujet, publiés dans d’anciens numéros du magazine. Ici, la newsletter est présentée comme un moyen de poursuivre le débat avec les lecteurs, et non comme un moyen de mettre en avant Books à proprement parler. Dans le même ordre d’idée, les liens pour s’abonner et accéder à la présentation du numéro en cours restent discrets, et sont placés en bas de page mais clairement identifiés. Le message n’est pas agressif.

Du côté d’Artips, le design est plus coloré et visuel. Cela fait sens pour une newsletter consacrée aux anecdotes sur l’Histoire de l’Art. Avec des volumes quasiment équivalents de texte et d’image, Artips est éducatif sans être ennuyeux. Le support visuel participe directement à l’intérêt du message. En une poignée de minutes, le destinataire apprend un fait sur une oeuvre ou un artiste, de manière ludique. En outre, avec des call-to-action invitant les lecteurs à participer à un concours ou à noter l’intérêt du contenu de l’email du jour, et une citation d’un artiste (les citations sont un bon moyen d’attirer l’attention des lecteurs), dans systématiquement chaque newsletter, Artips prolonge l’expérience avec ses contacts et renforce l’engagement de son public.

Si la culture n’est pas une industrie comme les autres, il n’en reste pas moins que ses acteurs ont bien su prendre le tournant du numérique et appliquer les techniques du marketing à leurs communications par email. La redynamisation de ce secteur essentiel pour le patrimoine et l’économique français passe également par là.

Vous travaillez dans les industries culturelles et appliquez des méthodes de marketing par email spécifiques ? Faites-nous en part sur Twitter !

2016-2017 chez Mailjet : Bilan et perspectives

Et voilà, une nouvelle année s’achève. Pour marquer le coup, vous allez vous régaler pendant des jours et des jours avec votre famille et vos amis. Le temps d’offrir et de recevoir quelques cadeaux et hop ! Il sera déjà temps de commencer la nouvelle année, une coupe de champagne à la main. Que vous ayez apprécié 2016 ou non, vous serez content de tourner la page. Profitons donc de ces dernières semaines de décembre pour jeter un œil sur nos péripéties et perspectives d’avenir. Que s’est-il passé en 2016 chez Mailjet, et qu’est-ce qui nous attend l’année prochaine ?

2016 : croissance, consolidation, nouveaux bureaux

Cette année a encore été riche en évènements palpitants. Aujourd’hui, Mailjet n’est plus la startup dont tout le monde parlait : avec 140 employés dans 8 pays, notre entreprise connaît une croissance sans précédent. Eh oui : plus de 40 000 clients utilisent déjà Mailjet à l’échelle mondiale, ce qui représente PLUS D’UN MILLIARD d’emails envoyés chaque mois. Oui oui, vous avez bien lu. Si vous faites partie de la communauté, merci à vous ! Si vous n’êtes pas encore inscrit, qu’attendez-vous ?

Une solution d’emailing toujours plus performante

Notre produit a beaucoup évolué au cours de l’année. Nous avons lancé notre outil d’Automatisation Email. Nous avons amélioré Passport (notre super éditeur en glisser-déposer qui vous permet de créer des emails et modèles responsive en quelques clics seulement) pour que vous puissiez éditer vos images directement dans Mailjet, ou encore choisir parmi toujours plus de design d’emails prêts à l’emploi et éditer vos messages en MJML directement dans l’éditeur drag-and-drop. Puisqu’on parle de Passport : nous avons aussi lancé une série d’outils que nous avons baptisé « Transactional Suite ». Vous pouvez désormais éditer facilement vos emails transactionnels avec Passport, les concevoir avec notre Templating language et avec MJML (on l’adore).

MJML en action

MJML, notre bébé ❤️❤️❤️

On pourrait écrire un roman sur l’histoire de MJML, mais comme le temps nous manque, on va se contenter d’un paragraphe. Pour vous faire simple : MJML est un framework open source qui vous permet de coder des emails responsive facilement. Si vous êtes développeur ou intégrateur, vous savez que le responsive en HTML, c’est l’enfer. D’après vos retours, vous l’avez testé, approuvé et adopté : vous êtes des milliers à avoir téléchargé MJML (notre compteur affiche plus de 50 000 téléchargements !) et des dizaines à en avoir parlé. Vous nous avez même suggéré des idées de composants complémentaires. Comme nous l’avons déjà dit, notre outil permet aux développeurs de travailler plus étroitement avec leurs confrères du marketing pour une simple et bonne raison : le framework MJML est compatible avec Passport.

MJML résume la philosophie de Mailjet : nous souhaitons fédèrer les développeurs et les équipes marketing autour de l’emailing avec des outils qui font l’unanimité (de la même manière que le chocolat réuni tout le monde à Noël). L’intégration MJML-Passport et la prise en charge des emails transactionnels dans notre solution sont là pour vous faciliter la vie.

Des serveurs vraiment costauds

Il se passe aussi des choses en coulisses chez Mailjet : cette année, nous avons par exemple complètement repensé l’architecture de nos serveurs. Nous pouvons maintenant traiter des volumes de données considérables sans problème. D’ailleurs, nous avons battu notre record en termes d’emails envoyés à l’occasion du Black Friday ! Avec notre nouvelle structure en béton armé, nous sommes prêts à relever tous les défis.

Et enfin, pour mieux accueillir les experts de Mailjet toujours plus nombreux, nous avons déménagé pour avoir plus de place (et plus de lumière, c’est important aussi). Et puis, on avait quand même besoin d’espace pour nos cours de yoga !

Les nouveaux locaux de Mailjet

2017 : des emails plus sûrs, des outils conviviaux

Ce n’est pas parce que l’année touche à sa fin que nous avons prévu de nous reposer sur nos lauriers ! En 2017, nous allons continuer sur notre lancée pour vous simplifier encore plus la vie.

Nouvelle fonctionnalité : on ne devrait pas vous en parler, mais c’est plus fort que nous

Soyez à l’affût pour le premier semestre 2017 : nous allons sortir un nouvel outil vraiment révolutionnaire. Notre équipe de superhéros travaille encore sur le développement, donc nous ne pouvons pas vous donner trop de détails. Mais comme c’est bientôt Noël, voilà un petit teaser : cet outil va vous permettre de suivre vos envois et de recevoir des notifications en fonction de leur parcours. C’est mystérieux tout ça, non ? Attendez de voir le produit fini, vous comprendrez alors notre excitation !

Expérience et interface utilisateur améliorées

Nous avons passé une bonne partie de l’année à améliorer l’expérience utilisateur de notre solution. Si vous utilisez Mailjet depuis plus d’un an, vous avez certainement constaté des changements significatifs dans le workflow de notre outil. Pour 2017, nous allons continuer sur cette lancée en optimisant cette fois l’interface utilisateur.

Nous allons également lancer de nouveaux scénarios automatisés (notamment en fonction du comportement de vos destinataires) et de nouvelles fonctionnalités qui vous permettront d’ajouter des conditions complexes à vos scénarios d’envoi.

Comme vous pouvez le constater, nous n’allons pas nous ennuyer l’année prochaine ! Mais ce qui nous guide, c’est vous et votre soutien permanent : nous vous remercions du fond du cœur et nous mettons tout en œuvre pour vous proposer des services toujours plus performants.

Bonne année à toutes et tous de la part de Mailjet !

Vous avez des idées de nouvelles fonctionnalités pour l’année prochaine ? Dites-nous tout sur Twitter avec le hashtag #MailjetFlightPath.

Êtes-vous prêts pour les soldes d’hiver 2017 ?

Vous êtes actuellement dans le rush de la préparation des campagnes pour les fêtes de fin d’année, et c’est normal quand on sait que le quatrième trimestre est le plus crucial pour les e-commerçants. Vous vous dites que le jeu en vaut la chandelle, et qu’une fois Noël et le Nouvel An passés, vous pourrez souffler un peu…

C’est sans compter sur les Soldes d’Hiver, qui commencent en France le 11 janvier 2017 dans la plupart des départements. Est-ce que cela signifie plus de travail ? Pas forcément ! Profitez des efforts réalisés lors de vos campagnes de décembre pour capitaliser dessus.

Recyclez vos idées et adaptez-les

En cette période chargée, inutile de réinventer la roue et de perdre un temps précieux. Durant les mois d’octobre à décembre, vous avez pu tester et peaufiner votre stratégie d’emailing. Vous avez modifié et testé différents éléments de vos emails tout au long de la période des fêtes pour obtenir le message parfait, celui qui engage le mieux vos contacts à l’approche de Noël. Pourquoi ne pas partir de ces modèles que vous avez éprouvés et qui fonctionnent auprès de vos destinataires ?

Bien entendu, réutiliser vos modèles d’emails de fêtes à l’identique n’aura pas beaucoup de sens, et serait même contre-productif. Il vous faudra donc revoir en partie le design pour l’adapter à la période des soldes. Oubliez donc les tons rouges, verts et dorés et les motifs de guirlandes, et préférez des tons moins contrastés, en cohérence avec votre image de marque : le bleu clair (marqueur hivernal) ou le orange (chaleur intériorisée) fonctionneront bien.

Offre soldes d'hiver 2016 Amazon

Design épuré et message sans ambages : Amazon va droit au but

Les soldes sont le moyen d’écouler les produits en surplus après Noël. Pensez donc à bien mettre en valeur un nombre limité d’éléments, voire un seul, afin de ne pas disperser l’attention de vos destinataires et de les rediriger vers ce que vous voulez vendre. Tenez-vous à cette stratégie de design, quitte à multiplier les envois sur la période des soldes pour mettre en avant différents produits au cours des 6 semaines des soldes.

Vous pouvez également ajouter des décomptes pour créer des ventes flash ou jouer sur la plus grande crainte de vos clients : rater l’offre de leur vie. Ce “fear of missing out” (ou FOMO) est un levier de marketing en ligne encore assez peu exploité en France. Vous avez ainsi une opportunité de vous distinguer de vos concurrents. N’oubliez pas de segmenter vos envois afin de vous adresser uniquement aux clients les plus à même d’être intéressés par vos offres, et pensez à personnaliser vos emails pour une efficacité marketing accrue. Mais ça, vous le savez déjà :)

Vente en ligne ou en magasin : les différentes stratégies à appliquer

Les considérations générales de design et de contenu ne devraient pas vous prendre trop de temps, puisque le dernier trimestre passé à concevoir et optimiser vos envois de Noël vous a bien rodé. Cependant, avec les soldes, une nouvelle problématique apparaît. Si les clients ne rechignent pas à se rendre en boutique pour leurs achats de Noël, le froid, la foule et les abus de fin d’année sont autant de freins pendant les soldes.

Si votre activité est exclusivement en ligne, cette problématique ne vous concerne pas. Pensez cependant à sortir du lot, en proposant la livraison gratuite à partir d’un certain montant de panier, ou des ventes flash perçues comme immanquables. Faites figurer ces informations dès l’objet de l’email pour aiguiser l’attention au premier coup d’oeil et pousser vos prospects à ouvrir l’email.

Si vous gérez uniquement un magasin physique, l’objectif de vos campagnes va être de générer du trafic en point de vente. Il va donc falloir être attractif. Allez droit au but : annoncez des offres spéciales (“3 pour le prix de 2”, “-X% sur telle marque ce week-end”…), jouez sur des événements exclusifs (petit déjeuner offert, horaires d’ouverture élargis…), opérations de parrainage… Tous les moyens sont bons pour faire venir de nouveaux clients. L’idée maîtresse est d’apporter une plus-value à vos futurs clients qui viendront dans votre magasin pour qu’ils n’aillent pas commander sur Internet chez vos concurrents.

Si vous êtes en charge d’une boutique physique réalisant également de la vente en ligne, l’orientation de vos newsletters pour les soldes dépendra des objectifs que vous cherchez à atteindre. Souhaitez-vous accentuer la notoriété de votre nouvelle boutique physique, ou effectuer la transition de votre ancienne activité en boutique vers une activité uniquement numérique ? Nous prenons ici des exemples assez extrêmes, mais le positionnement stratégique du message – et donc du contenu de vos offres – se trouve quelque part sur ce spectre. Un message principal clair est le point de départ que vous devez gardez à l’esprit pour être efficace.

Leroy Merlin promeut la vente en ligne mais n’oublie pas de préciser que certaines offres supplémentaires ne sont disponibles qu’en magasin

Ne laissez pas retomber la pression. Pas tout de suite en tout cas. Les soldes sont un point clé pour votre commerce, il serait donc dommage de passer à côté à cause d’une stratégie d’emailing mal pensée ! Le jeu en vaut la chandelle.

Et vous, qu’avez-vous prévu pour les soldes ? Faites-nous part de vos intentions sur Twitter en utilisant le hashtag #EmailingSoldes.

Emails personnalisés et relation client : un conte de Noël

Ces dernières semaines, vous avez probablement remarqué que nos articles avaient pris une teinte festive. Nous vous avons préparé tout un tas d’astuces d’emailing pour vous aider à traverser la période de l’année la plus stressante pour les marketeurs. Et cet article n’y fait pas exception. Aujourd’hui, nous allons parler personnalisation. « Encore ? » diront certains. Oui, encore. Pourquoi ? Eh bien, parce que plus de la moitié des marketeurs rechignent encore à personnaliser leurs contenus, alors qu’ils sont 70 % à reconnaître qu’ils devraient absolument le faire (ils indiquent d’ailleurs qu’ils comptent s’y mettre au cours des 12 prochains mois). Pourquoi ne pas profiter des fêtes de fin d’année qui arrivent à grands pas pour booster votre ROI grâce à la personnalisation ?

Pourquoi adopter la personnalisation ?

Bien que la personnalisation ne soit pas un sujet méconnu, elle est encore loin d’être largement adoptée. Voici donc quelques éléments à garder en tête si vous vous penchez sur la question.

Comme l’a dit Lester Wunderman, père du marketing direct, les individus sont une fin et non un moyen et le marketing direct (y compris les emails) repose sur des données. Ainsi, vous devez connaître les besoins de vos abonnés et leur proposer la bonne offre, au bon moment. Ne leur imposez jamais un service ou produit inadapté. Cette définition de la personnalisation établie par M. Wunderman en 1996 est toujours d’actualité.

Les chiffres le confirment. En bref, les emails personnalisés sont plus performants que les emails non personnalisés, notamment en termes de taux d’ouverture (+ 30 %) et de clic (+40 %). Dans les emails marketing comme transactionnels, tout peut être personnalisé : objet, contenu, offres, couleurs, call-to-action (CTA), etc.

image-01
En interpellant ses lecteurs par leur prénom, la newsletter d’Artips est plus chaleureuse.

image-02
Manga Sanctuary se sert de la localisation pour envoyer à ses contacts des emails automatisés personnalisés.

image-03
La personnalisation a aussi sa place dans les emails transactionnels, comme le montre le message de confirmation de Trainline…

image-04
…ou dans les objets, comme le prouve la campagne de Booking.com.

Donc, si vous ne nous croyez pas sur parole, faites confiance aux chiffres et lancez-vous dès maintenant pour tirer profit de la personnalisation pendant les fêtes (et après aussi, on l’espère).

Qu’attendre de cette période de fêtes ?

Cette année encore, la bataille pour atterrir dans la boîte de réception de vos destinataires sera rude. Seuls les marketeurs les plus doués et les plus originaux sauront se démarquer. Voici ce que nous avons appris l’année dernière :

  • Par rapport aux autres périodes de l’année, globalement plus calmes, les fêtes 2015 ont été marquées par une augmentation exceptionnelle de 23 % du volume d’emails. Cependant, le nombre de campagnes envoyées a diminué, ce qui pourrait être lié à la croissance des listes de contacts ou à une segmentation plus large.
  • Dans l’ensemble, les destinataires étaient plus réceptifs aux emails envoyés pendant les fêtes de fin d’année : en effet, les taux de clics, les sessions par clic et surtout, les revenus par email ont progressé au cours du dernier trimestre 2015.
  • Les offres spéciales, en particulier les ventes flash et les offres de livraison gratuite, n’ont jamais été aussi efficaces.

Comment mettre en place une personnalisation efficace pendant les fêtes ?

Que vous envoyiez des campagnes pour Thanksgiving, Black Friday, Cyber Monday, Hannukah, Kwanzaa ou Noël, la préparation est essentielle : il ne suffit pas de claquer des doigts pour personnaliser un email. Vous avez tout d’abord besoin de données. Mais ne vous inquiétez pas, vous en avez probablement déjà beaucoup. Vos processus d’abonnement ou d’inscription vous ont sûrement permis d’obtenir tout un tas d’informations sur vos contacts (nom et prénom, adresse, âge, etc.). C’est un bon début ! En utilisant le prénom de votre destinataire, vous lui donnez l’impression de lui parler directement. Ensuite, personnalisez l’objet et le contenu de votre message.

Grâce à notre templating language, vous pouvez ajouter des blocs spécifiques à votre modèle d’email et personnaliser le contenu en fonction de différents segments ou conditions. Vous pouvez aussi commencer à segmenter vos envois, en adaptant votre campagne en fonction d’un groupe démographique cible (par exemple, les femmes de plus de 55 ans ou les personnes vivant dans le Nord-Est), ou envoyer des contenus différents aux hommes et aux femmes. La personnalisation et la segmentation vont vraiment de pair dans le domaine de l’emailing.

Aller plus loin…

Ce que veulent vos clients en cette période de fête, c’est recevoir des offres spécifiques, leur faisant découvrir des produits dont ils rêvaient sans le savoir. Et à moins de pouvoir lire dans les pensées (si vous savez le faire, venez partager votre savoir sur Twitter), vous ne pouvez pas vous contenter de faire des suppositions aléatoires.

Nous avons donc des solutions à vous proposer. Vous pouvez d’abord utiliser des solutions de marketing prédictif, comme Boomtrain. Ainsi, après avoir analysé l’historique d’achats et le comportement de vos utilisateurs, le système peut automatiquement recommander des produits susceptibles d’intéresser vos clients. Exactement comme le fait Netflix !

image-05
Le summum de la personnalisation : impossible de faire mieux que Netflix.

Vous pouvez aussi mener une enquête avant la période des fêtes, pour demander à vos clients de vous transmettre les informations que vous n’avez pas pu recueillir pendant le processus d’inscription (vous avez peut-être oublié de leur demander leur adresse et cela vous freine, maintenant que vous voulez promouvoir vos différents magasins), ou pour leur permettre de choisir le type d’offres qu’ils souhaitent recevoir (par exemple, sont-ils intéressés par les jouets pour enfants ?). Vous pourrez ainsi mieux adapter le contenu que vous leur envoyez et segmenter votre liste en fonction de données démographiques et de préférences.

L’automatisation est aussi idéale pour envoyer des emails personnalisés à grande échelle. Avec l’automatisation, vous pouvez cibler vos clients VIP et vos clients les plus fidèles pour leur envoyer des offres spéciales, après un certain nombre d’achats. Vous pouvez aussi cibler vos contacts inactifs pour leur envoyer des campagnes de réengagement. Ainsi, au lieu de diffuser des campagnes de masse, vous pouvez échanger individuellement avec chacun de vos clients.

Nous savons que vous voulez mettre en avant vos produits saisonniers, vos nouveautés et ce qui devrait plaire à vos clients, mais ne vous contentez pas d’utiliser la personnalisation uniquement pendant les fêtes. Servez-vous en tout le temps. Après tout, il n’y a pas qu’à cette période que nous avons envie de nous laisser tenter et d’acheter…

 


Guide Pratique pour les fêtes
 

Vous personnalisez déjà vos campagnes ? Avez-vous déjà utilisé certaines de nos suggestions ? Partagez votre expérience ou votre programme pour les fêtes sur Twitter, avec le hashtag #MailjetGetsPersonal.