Gmail lance une façon simple et intelligente de se désinscrire

Nous avons tous besoin des emails, pas vrai ? Mais parfois, cette petite notification rouge qui vous rappelle que vous avez 13 678 messages non lus peut devenir intimidante.

Dans leur quête sans fin pour rendre les emails plus faciles à gérer et, espérons-le, un peu moins stressant, Gmail (le célèbre service de messagerie de Google) a lancé fin avril 2018 plusieurs nouvelles fonctionnalités.

En plaçant la productivité au cœur de ces changements, Gmail offre désormais plus de confidentialité et une sécurité accrue, ainsi que plusieurs fonctionnalités qui aideront les utilisateurs à gérer leurs boîtes de réception plus efficacement. Des fonctionnalités telles que Smart Reply ou les options de snoozing nous permettront de piloter nos boîtes de réception et de rendre notre expérience emailing plus agréable.

Mais alors que nous avons tous tendance à être assez excités et a nous laissés emporter par tous les trucs sympas que Google ajoute habituellement à ses produits, il y a une mise à jour spécifique qui pourrait faire suer et paniquer les spécialistes du marketing.

Je vous entends d’ici : “Mais non ! Qu’est-ce que c’est ?”. Nous parlons ici de leur nouvelle fonctionnalité Smart Unsubscribe.

Quelle est la fonctionnalité de désabonnement intelligent sur Gmail ?

Il y a deux ans, nous vous parlions de List-Unsubscribe et de la façon dont Gmail ajoutait déjà une certaine sophistication à cette option dans le header permettant aux utilisateurs d’annuler facilement leur abonnement à des listes de campagnes marketing. Bien que la possibilité de se désabonner d’une liste de contacts sur Gmail soit disponible depuis un certain temps, il appartenait toujours aux utilisateurs de déterminer ceux dont ils voulaient être retirés.

Aujourd’hui, Google va plus encore loin en automatisant ce processus, en demandant activement aux utilisateurs s’ils souhaitent se désabonner de certains emails promotionnels qu’ils n’ont pas ouverts au cours des 30 derniers jours ou plus.

Seuls très peu de clients de messagerie disposent d’une fonction de désinscription intelligente, mais Google est connu pour lancer des tendances. Les suggestions sont basées sur le nombre d’emails que les utilisateurs reçoivent et ouvrent d’un expéditeur spécifique. Cela signifie que, d’un seul clic, l’abonnement à la newsletter sera résilié, ce qui rendra encore plus facile pour les destinataires de cesser de recevoir des emails par lesquels ils ne seraient pas intéressés.

Il semble que, pour l’instant, cette option n’est disponible que dans Inbox by Gmail via l’application sur Android, bien qu’il semble qu’elle sera disponible sur iOS à une date ultérieure qui n’a pas été divulguée pour le moment.

Qu’est-ce que cela signifie pour les marketeurs ?

En toute franchise, cela signifie que vos destinataires pourront annuler plus facilement leur abonnement à une newsletter. Ainsi, si vos emails promotionnels ne sont pas pertinents, et que le lecteur ne les a pas ouverts depuis un certain temps, il sera invité à se désabonner.

Mais ne paniquez pas. La fonctionnalité de désabonnement intelligent ne doit pas être perçue comme une ennemie. En fait, cela peut être perçu comme un moyen de vous aider à nettoyer vos listes de contacts, et ainsi vous permettre d’améliorer votre taux de délivrabilité.

De plus, si vous avez mené une campagne de requalification dans le cadre du RGPD pour obtenir à nouveau le consentement de vos abonnés, vous disposez d’une confirmation à jour que vos contacts sont intéressés par le fait de recevoir vos communications et votre contenu. Et nous sommes sûrs que vous l’avez fait, n’est-ce pas ? 😉

Dans l’ensemble, il est important de se rappeler qu’il s’agit d’une autre façon de nettoyer votre liste de diffusion. Chez Mailjet, nous vous recommandons toujours de supprimer les contacts inactifs tous les trois à six mois, pour vous assurer que vos taux d’ouverture et de clics restent à un niveau sain, afin d’assurer la meilleure délivrabilité possible.

Ainsi, si vous avez planifié et mis en place vos campagnes emailing stratégiquement, vous n’avez pas à vous inquiéter de cette nouvelle fonctionnalité.

Comment Mailjet peut vous aider ?

Chez Mailjet, nous pensons que la campagne emailing la plus performante est celle que vos contacts veulent vraiment recevoir. La meilleure solution pour éviter les désabonnements est de créer des emails ciblés et pertinents, et de ne les envoyer qu’à ceux qui interagissent réellement avec vos communications.

Pour vous aider à maintenir une base d’abonnés engagée, voici quelques conseils :

  1. Segmenter vos listes de contacts : N’envoyez pas le même email à tous vos contacts. Utilisez la segmentation pour envoyer du contenu adapté à vos contacts en fonction de différentes données, comme le comportement, la localisation, l’âge, le sexe…. Pour encore plus d’humanisation, combinez la segmentation avec la personnalisation. Plus votre email est adapté à la cible, plus il suscitera l’engagement de vos abonnés.
  2. Envoyez des campagnes de réactivation aux contacts inactifs : tous les trois ou six mois, identifiez les abonnés qui n’ont pas interagi avec vos emails et envoyez-leur une campagne spéciale dans laquelle vous leur rappelez la valeur de vos communications, et dans laquelle vous leur demandez de confirmer leur abonnement. Vous pouvez inclure un sondage pour comprendre le contenu qu’ils aimeraient recevoir ou mettre en évidence ce qu’ils ont manqué au cours des derniers mois.
  3. Utilisez notre liste d’exclusion pour éviter d’envoyer des emails à des contacts inactifs : Si vous ne voulez pas supprimer vos contacts de votre liste pour toujours, vous pouvez les ajouter à votre liste d’exclusion. De cette façon, les contacts resteront dans votre base de données, mais ne recevront pas vos emails.

Chez Mailjet, nous voulons que vous tiriez le meilleur parti de votre stratégie emailing. C’est pourquoi nous partageons constamment nos conseils et nos bonnes pratiques sur notre blog et dans notre newsletter, afin de nous assurer que nos lecteurs sont les premiers à les mettre en œuvre et à s’adapter à un monde de l’emailing en constante évolution.

Tenez-vous au courant des dernières tendances emailing que vous suivez et ne manquez aucune actualité en vous inscrivant à notre newsletter grâce au formulaire d’inscription ci-dessous !

Comment utiliser la vidéo dans vos campagnes marketing

Le monde de l’email marketing est en constante évolution. Et alors que de plus en plus de marques sont conscientes de la valeur de l’email marketing et il devient encore plus difficile de se démarquer dans les boîtes de réception de vos clients. Pour se différencier, les marques peuvent intégrer la vidéo dans leurs emails. De fait, en ajoutant des vidéos dans vos campagnes marketing et dans vos lignes d’objet, vous pouvez augmenter les taux d’ouverture de 19% et les taux de clic de 200% à 300%.

Mais si la vidéo dans les emails est un sujet qui revient souvent, ce choix peut sembler compliqué et coûteux. Découvrez ce que vous devez faire (et ne pas faire) pour inclure des vidéos dans vos emails et apprenez à renforcer l’engagement de votre contenu.

Est-ce que je peux intégrer une vidéo dans un email ?

Si on veut faire simple, oui. Si on veut faire compliqué… eh bien, ça dépend. Il y a plusieurs problèmes à envisager. Quand vous y pensez, quand avez-vous regardé une vidéo dans un email pour la dernière fois ? Si vous utilisez Gmail, vous vous dîtes sans doute « Je crois que j’ai regardé quelques fois des vidéos YouTube ». Si vous utilisez Microsoft Outlook, la réponse est claire « Jamais ». Il en va de même pour les emails sur les appareils iOS ou Android.

Le problème est que beaucoup de ces fournisseurs de messagerie ne prennent pas en charge la vidéo intégrée. Ainsi, pour exploiter les avantages de la vidéo dans l’email marketing, vous devez trouver des outils et des solutions alternatives.

Par exemple, grâce à l’intégration de Mailjet dans Viwom, vous pouvez intégrer des vidéos dans vos campagnes emailing et détecter automatiquement l’appareil, le système d’exploitation et le client de messagerie utilisé pour ouvrir l’email afin de trouver la meilleure option pour chacun. Pour certains clients, la vidéo ne se chargera pas, mais vous pouvez au moins vous assurer qu’elle sera remplacée par exemple par un GIF ou une image.

Lorsqu’elle s’est lancée dans l’organisation de sa conférence sur la conception des emails, l’équipe de Litmus a réalisé qu’elle devait faire preuve de créativité dans ses emails. Elle a donc décidé d’essayer d’intégrer la vidéo. Elle était parmi les toutes premières entreprises à franchir le pas. Ceux qui ont pu voir la vidéo ont certainement été séduits, mais environ 40% seulement des utilisateurs ont été en mesure de regarder la vidéo dans leur client de messagerie.

 
C’était il y a quatre ans, mais les clients de messagerie n’ont malheureusement pas tellement changé, et il n’est toujours pas recommandé d’intégrer les vidéos dans les emails. Pourtant, il y a un certain nombre de possibilités.

Une alternative à la vidéo dans les emails : les vignettes et GIF animés

La meilleure façon de tirer partie de la puissance de la vidéo dans vos campagnes emailing est d’utiliser des GIF animés ! Ces images animées sont très populaires sur Internet. Votre audience est habituée à voir des extraits vidéo offrant un aperçu du contenu qu’il s’apprête à regarder, notamment sur les principales plateformes de streaming comme YouTube et Netflix.

 
L’objectif principal de toute équipe marketing est évidemment d’inciter votre public à s’engager davantage avec votre contenu, vos produits ou vos services. Ainsi, il est beaucoup plus attrayant pour un marketeur de pouvoir attirer les utilisateurs sur une page de destination où il peut encore renforcer leur engagement que d’intégrer une vidéo dans un email. Votre objectif est de faire en sorte que vos lecteurs se rendent sur votre site Internet, pas qu’ils restent dans votre email.

Avec Mailjet, c’est aussi simple que d’ajouter une image avec un lien vers votre page de destination préférée.

Vous pouvez aussi tout simplement superposer un bouton de lecture sur une image statique pour indiquer à vos destinataires qu’ils seront redirigés vers la vidéo s’ils cliquent sur le bouton.

La question à un million de dollars est la suivante : la vidéo doit-elle oui ou non se lancer automatiquement ? Dans la plupart des cas, la lecture automatique de la vidéo est mal vue. Il est pénible d’atterrir sur une page où une vidéo et du son se lancent automatiquement alors que vous ne vous y attendiez pas. C’est particulièrement le cas si vous utilisez votre téléphone et que vous consommez ainsi involontairement votre forfait téléphonique.

Néanmoins, avec un bouton de lecture, le lancement automatique des vidéos fonctionne bien, principalement parce que l’utilisateur a déjà indiqué qu’il était intéressé par la vidéo en cliquant sur le bouton. Vous êtes donc tout à fait dans votre droit en exécutant automatiquement la vidéo.

Les principales étapes pour associer vidéo et email marketing

Une fois que vous avez décidé de devenir un gourou du marketing vidéo et de commencer à inclure la vidéo dans vos campagnes emailing, le travail ne fait que commencer. Pour maximiser l’efficacité de vos campagnes, suivez ces trois étapes : définissez vos objectifs de campagne, filmez du contenu vidéo de qualité et encouragez l’engagement.

Définissez les objectifs de votre campagne emailing

Comme pour toute initiative marketing, identifiez l’objectif de votre campagne avant de foncer tête baissée. Même le pire des réalisateurs de films avait un plan avant de commencer à filmer.

Commencez par vous demander ce que vous espérez accomplir avec votre vidéo. Essayez-vous d’inciter les utilisateurs à tester une nouvelle fonctionnalité ? Faites-vous la promotion d’un événement à venir ? Avez-vous un nouveau produit que vous voulez faire découvrir ? Ou peut-être voulez-vous juste maximiser le nombre de vues de votre vidéo ?

Créez un contenu adapté à l’objectif que vous essayez d’atteindre. Dans certains cas, une vidéo de moins de 10 secondes suffit pour montrer les avantages de votre nouveau produit ; dans d’autres, votre public a besoin d’un tutoriel détaillé ou d’une formation. Si vous voulez augmenter vos ventes, quel bouton incitant à l’action (Call-To-Action) allez-vous intégrer dans la vidéo pour rediriger vers les pages d’achat ? Si vous voulez simplement booster le nombre de vues, que ferez-vous dans les 3 premières secondes pour captiver l’utilisateur et l’inciter à regarder l’intégralité de la vidéo ?

Filmez du contenu vidéo de qualité pour votre email

Dans certains cas, une vidéo filmée avec une webcam suffit. De fait, il peut s’agir d’un excellent moyen de donner une touche personnelle à votre message, si vous essayez de personnaliser la vidéo dans le cadre de votre stratégie emailing. Dans d’autres cas cependant, il est important d’apporter du soin à la production pour susciter de la confiance et renforcer l’engagement tout au long de la vidéo. Vous pourrez alors amener votre public à franchir l’étape suivante du parcours que vous lui avez concocté.

Pour produire une vidéo qui se situe entre vos grands-parents qui essaient de comprendre comment marche la visioconférence et Mad Max: Fury Road, gardez quatre choses en tête :

  1. L’éclairage
  2. Les dimensions et le format
  3. Les caméras et les objectifs
  4. Le son

Je laisse le soin à l’équipe de Vidyard de vous montrer comment filmer facilement des vidéos B2B de haute qualité sur votre smartphone pour moins de 250 $.

Optimisez votre marketing vidéo pour renforcer l’engagement

Enfin, une fois que vous avez défini vos objectifs et filmé la vidéo parfaite, vous devez optimiser l’expérience utilisateur pour veiller à attirer l’attention là où vous le souhaitez.

Vérifiez le passage de l’email à la vidéo

Tout d’abord, assurez-vous que le passage de l’email à la page de destination est fluide. La vidéo doit se lancer automatiquement, être bien visible au-dessus de la ligne de flottaison de la page (ligne virtuelle en dessous de laquelle le contenu d’une page Internet n’apparait plus à l’écran)et la taille de la vidéo ne doit pas ralentir le chargement. Ce dernier point est particulièrement important pour les utilisateurs mobiles qui auront déjà plus de mal à charger la vidéo et qui ne voudront pas gaspiller leur forfait téléphonique.

Placez stratégiquement vos Call-To-Action

Tout au long de la vidéo, ajoutez des Call-To-Action (CTA) , c’est-à-dire des boutons incitants à l’action, à la fois clairs et discrets. Si VH1 a pu nous assaillir d’agaçantes pop-ups tout au long des années 90 avec Pop-Up Video, aujourd’hui, les pop-ups et CTA doivent être subtils et ajouter clairement de la valeur à l’expérience utilisateur.

C’est particulièrement important pour les moments où vous risquez de perdre l’attention des utilisateurs, notamment pendant les 10 premières secondes, lorsque vous devez captiver les spectateurs pour éviter qu’ils partent. Pour les vidéos de plus de 10 minutes, rares sont ceux qui vont au-delà de la moitié de la vidéo. Étudiez attentivement vos statistiques de rétention pour déterminer quand la plupart des utilisateurs partent et créer des CTA juste avant, afin de renforcer l’engagement.

Video Length Based on Time

Créez des pages de destination dédiées

Pour favoriser un engagement continu, vous devez également rediriger votre public vers une page que vous possédez et qui est conçue pour assurer un engagement continu avec votre contenu, vos produits ou vos services.

Les marques sont encore trop nombreuses à renvoyer leurs clients vers YouTube, Vimeo ou une autre plateforme tierce pour regarder leur contenu. Vous pouvez soit prendre en charge l’ensemble de l’expérience multimédia offerte à vos destinataires, soit les renvoyer vers une page où ils pourront regarder votre vidéo et être inévitablement distraits par la dernière vidéo de chat recommandée pour eux. L’optimisation ne concerne pas uniquement la vidéo, mais l’ensemble de l’expérience utilisateur.

Adoptez la personnalisation

Enfin, la personnalisation est la meilleure façon d’optimiser votre marketing vidéo. Les entreprises peuvent enregistrer une augmentation de 500% de l’engagement en personnalisant les vidéos. Même si c’est plus difficile pour les envois de masse, de nombreux outils permettent de connecter votre CRM et vos bases de données à votre contenu vidéo en intégrant de façon transparente des données personnelles comme un nom, une entreprise, une ville, etc.

Si nous avons appris quelque chose au cours de la dernière décennie, c’est que la personnalisation est la clé de la réussite dans le marketing et que la vidéo sera le prochain fer de lance de cette tendance. Préparez-vous à voir votre nom et vos informations sur tous les panneaux de rue dans les vidéos que vous regardez.
Vidéo

Pour résumer : une vidéo bien conçue peut améliorer vos campagnes emailing

  1. Oui, il est possible d’intégrer la vidéo dans vos emails, mais ce n’est pas la meilleure expérience à offrir à votre public et elle ne redirige pas vers une page de destination optimisée pour générer plus d’engagement.
  2. Pour intégrer une vidéo à un email, rien de mieux que les GIF animés et les vignettes vidéo qui peuvent booster le taux de clic de 200% à 300%.
  3. Concentrez-vous d’abord sur vos objectifs, et essayez ensuite de produire la meilleure vidéo possible pour les atteindre.
  4. Vous n’avez pas besoin de dépenser tout votre budget pour filmer des vidéos de bonne qualité. Vous pouvez même y arriver avec votre smartphone.
  5. Optimisez tout ! Créez la meilleure expérience utilisateur pour votre public et incitez-le à s’engager de manière interactive avec votre contenu.

 
À vos caméras ! Démarquez-vous grâce à la vidéo ! Quelles vidéos allez-vous produire cet été ? Partagez vos idées sur Twitter.

Qu’est-ce qu’un bon taux d’ouverture et comment l’améliorer ?

Commençons par les bases : le taux d’ouverture désigne la proportion d’emails qui ont été effectivement ouverts par vos destinataires après l’envoi d’une campagne. Le pourcentage est calculé très simplement : il s’agit du nombre d’emails ouverts divisé par le nombre d’emails délivrés. Le nombre d’emails délivrés correspond au nombre d’emails arrivés dans la boîte de réception des destinataires, sur l’ensemble des emails que vous avez effectivement envoyé. Le nombre d’emails délivrés sera donc systématiquement inférieur ou égal au nombre d’emails envoyés (comme vous pouvez le constater, nous sommes calés en mathématiques chez Mailjet 😉).

Calculation GIF

Bon maintenant que nous savons cela, le plus dur reste à venir. Car une fois que vous connaissez votre taux d’ouverture… qu’est-ce que vous allez pouvoir en faire ? D’une part, il est indispensable que vous soyez en mesure de l’analyser, c’est-à-dire de déterminer si ce taux est bon ou non. D’autre part, et c’est peut-être le plus important, vous devez connaître les différents critères sur lesquels vous allez pouvoir intervenir afin de l’améliorer.

C’est quoi, un bon taux d’ouverture ?

Tout d’abord, il est important de faire la différence entre le taux d’ouverture de vos emails transactionnels (confirmation d’achat, réinitialisation du mot de passe…) et ceux de vos emails marketing (newsletters, campagnes promotionnelles…). Il est vrai qu’en tant que consommateurs, nous accordons une grande importance aux emails transactionnels car ils vont, par exemple, nous permettre de vérifier qu’un achat a bien été pris en compte. Cela explique que les emails transactionnels ont généralement des taux d’ouverture plus élevés. Cependant, il est important de noter que tout le monde n’ouvre pas forcément ces emails transactionnels. Parfois, il est suffisant pour les destinataires de voir le sujet de l’email (par exemple : « Confirmation de commande ») dans leur boîte de réception et ils n’ouvriront pas l’email.

Mais concentrons-nous plutôt sur le taux d’ouverture de vos emails marketing. Bon, nous n’allons pas vous mentir, le taux d’ouverture dépend de nombreux facteurs : la taille de votre liste de contacts, votre fréquence d’envoi ou encore le secteur industriel dans lequel vous travaillez… Mais en moyenne, nous estimons qu’un bon taux d’ouverture est compris entre 15 et 25%. Parmi les secteurs reconnus pour avoir les meilleurs taux d’ouverture (> 20%), se trouvent les églises, l’agriculture, la construction, le gouvernement et les industries créatives. Les secteurs où le taux d’ouverture est moins élevé (< 20%) comprennent la consulting, l'éducation, la santé, l'assurance et la restauration. Des taux d'ouverture plus faibles (< 18%) ont été observés dans l’e-commerce, le recrutement, le transport et la musique. Mais il s’agit uniquement de références générales et il est important que vous connaissiez les taux d’ouverture spécifiques de votre industrie.

Que faire concrètement pour influencer le taux d’ouverture ?

Maintenant, la question cruciale est : qu’est-ce qui pousse vos contacts à ouvrir vos emails marketing ? Les seuls éléments visibles en boîte de réception avant ouverture d’un message sont toujours les mêmes : le nom de l’expéditeur, éventuellement son adresse d’expédition, l’objet de votre email ainsi que le pré-header (début de votre message). Ainsi, pour faire décoller vos taux d’ouverture, soignez bien ces éléments afin d’inciter votre lectorat à passer à l’action : rédigez un objet d’email intriguant, insérez une phrase d’accroche engageante dans votre pré-header, déterminez un expéditeur bien identifié qui suscitera la confiance des destinataires…

Quoi qu’il arrive, nous ne le conseillerons jamais assez : testez sans modération ces différents éléments. Pour cela, vous pouvez avoir recours à l’A/B testing. Cela consiste à envoyer plusieurs versions du même email à un échantillon de votre liste de contacts. La version générant les meilleures statistiques est ensuite automatiquement envoyée au reste de la liste. Cela vous permet donc de déterminer la version de l’email la plus efficace. Vous pouvez par exemple tester l’objet de votre email (texte uniquement ou emojis ? avec ou sans personnalisation ?), votre expéditeur (choisir un expéditeur réel ou la mascotte fictive de votre entreprise)… Quelle que soit la variable que vous testez, attention à toujours garder les autres variables constantes si vous voulez être en mesure de comparer les statistiques. Si, par exemple, c’est l’objet que vous voulez tester, l’expéditeur et le pré-header doivent être exactement les mêmes dans les deux versions de votre campagne.

Stats on a computer

La liste de contacts est également un facteur déterminant pour votre taux d’ouverture. Vous pourriez penser que plus il y a de contacts dans votre liste, plus vous avez de chance pour qu’un nombre élevé de personnes ouvrent vos emails. Et bien non, malheureusement cela ne marche pas comme ça, au contraire. Le plus important n’est pas d’obtenir beaucoup de contacts, mais de vous assurer d’avoir des contacts engagés. Alors comment faire ? Premièrement, il est indispensable que récoltiez le consentement exprès de vos contacts (surtout maintenant que le RGPD est entré en vigueur). Pour cela, pas question d’avoir recours à la mise en place de cases cochées par défaut à la fin d’un formulaire ou à l’achat de liste externes peu fiables. Il faut que vos destinataires aient au préalablement donné leur accord de manière éclairée pour recevoir vos communications. Ensuite, n’hésitez pas à nettoyer vos listes en fonction du niveau d’engagement de vos contacts. Pour cela, identifiez les clients qui n’ont pas ouvert vos emails au cours des 12 derniers mois et plus et supprimez-les de vos listes. Nous savons que cela peut faire peur mais soyons honnêtes : s’ils n’ont pas daigné ouvrir vos messages au bout d’un an, la partie est perdue d’avance. Notez que le taux d’ouverture est également un paramètre à suivre du point de vue de votre délivrabilité (capacité d’un email à arriver dans la boîte de réception principale des destinataires et non dans les spams), au même titre que vos taux de bounces, de blocages, de mises en spam ou de désinscription.

Indicators

Ce qu’il faut retenir

Voici un récapitulatif des éléments importants à garder en tête en ce qui concerne le taux d’ouverture de vos campagnes emailing :

  • Ayez toujours un œil sur vos taux d’ouverture car il s’agit donc d’un bon indicateur de la performance de votre stratégie emailing.
  • Comparez vos taux d’ouverture avec ceux des entreprises travaillant dans le même secteur industriel que vous. Mais pour vous donner une idée, un bon taux d’ouverture est généralement compris entre 15 et 25%.
  • Soignez bien les éléments qui sont visibles en boîte de réception avant même l’ouverture d’un message : le nom de l’expéditeur, l’adresse d’expédition, l’objet de votre email et le pré-header. Et surtout, testez sans modération ces différents éléments.
  • Assurez-vous que les contacts que vous ajoutez à vos listes ont bien donné leur consentement exprès pour recevoir vos communications. Et n’hésitez pas à nettoyer vos listes de contacts en supprimant les contacts inactifs.

Dans tous les cas, il est indispensable que vous fassiez preuve de créativité pour vous assurer que votre taux d’ouverture restera constant et acceptable. Restez en veille sur ce que font vos concurrents afin de concevoir des messages qui vont se démarquer et faire la différence !

Vous avez des techniques marketing particulières pour augmenter vos taux d’ouverture ? Tweetez-nous vos idées créatives ou vos avis !

7 idées pour un marketing digital réussi pendant la Coupe du monde 2018

Que l’on soit adepte ou non, personne ne vous dira le contraire : les compétitions sportives rapprochent les gens, pour le meilleur et pour le pire.

Le coup d’envoi de la Coupe du monde 2018 approche à grands pas. Pendant un mois, le monde entier sera devant son poste. Avec 32 pays participants et 64 matchs, il semblerait que « football » soit devenu le maître mot. La balle est donc dans votre camp : à vous de jouer !

Que vous maîtrisiez ou non le dribble du moment marketing, vous sentez qu’il est temps pour vous de lancer l’offensive et de promouvoir votre marque. Et vous avez bien raison.

Il vous reste encore un peu de temps pour parfaire votre action et remporter le moment marketing de cette Coupe du monde 2018. Voici la tactique à adopter :

 

Un marketing digital réussi pendant la Coupe du monde 2018

 

1. Définissez vos cibles

C’est peut-être un peu bête à dire, mais si vous avez des clients français, ne leur envoyez pas d’emails avec #AllezLaMannschaft!. Ils pourraient assez mal le prendre.

Si vous lancez une campagne emailing, créez des messages sur-mesure pour vos abonnés en personnalisant le contenu et en segmentant vos listes. Connaître vos clients cibles ne se résume pas à identifier leur lieu de résidence, leur sexe ou encore leur âge. Cela implique également que vous sachiez comment ils interagissent avec votre marque, à quel moment ils sont le plus enclins à ouvrir un email ou quels sont leurs produits de prédilection en fonction de l’analyse de leurs achats précédents.

La segmentation et la personnalisation sont un excellent moyens de rendre vos emails percutants et potentiellement d’augmenter votre ROI.

 

2. Soyez créatif(ve)

Soit ! Réaliser une campagne de pub avec Zizou n’entre sûrement pas dans votre budget. Mais cela ne signifie pas pour autant que le match est perdu d’avance : soyez créatif et offrez à vos abonnés une formidable campagne marketing.

En termes de prix, la campagne « Shot on iPhone » d’Apple est probablement plus abordable et tout aussi efficace. L’entreprise a utilisé un principe simple à l’efficacité prouvée : utiliser des photos prises par des utilisateurs d’iPhone, remportant ainsi la bataille marketing durant l’Euro 2016. Cette fois-ci, les photos étaient liées au football et étaient tout aussi puissantes que celles de la campagne originale.

 

Au bout du compte, le marketing, tout comme le sport, est une question d’émotions. Être capable de véhiculer ces émotions peut faire pencher la balance en faveur de votre marque.

 

3. Exploitez le multicanal

Pourquoi ne pas profiter de toutes les plateformes disponibles pour envoyer vos messages ? L’utilisation d’une multitude de canaux pour renforcer vos efforts marketing peut augmenter la visibilité de votre marque et améliorer vos résultats.

Par exemple, utilisez Twitter les jours de match et les emails entre les matchs pour un maximum d’impact. Développez vos abonnés ou vos contacts et combinez emailing et réseaux sociaux pour faire buzzer vos contenus.

Vous avez le potentiel de poursuivre vos campagnes marketing hors-ligne ? Alors pourquoi ne pas proposer des offres spéciales en magasin ou encore des tirages au sort lors des jours de match !

 

4. Générez de l’engagement

De nos jours, le marketing devient de plus en plus un jeu d’équipe, plutôt qu’un discours commercial à sens unique. En engageant vos consommateurs grâce à vos messages, vous transformerez une campagne marketing ordinaire en une expérience utilisateur hors pair.

Adoptez les hashtags, encouragez vos abonnés à faire des pronostics ou encore incitez-les à partager leurs photos du jour. Cela vous permettra d’améliorer votre image et de cibler vos potentiels clients.

 

5. Anticipez… mais profitez de l’instant présent !

Les moments marketing se divisent généralement en deux équipes : les prévisibles et les imprévisibles. La Coupe du monde 2018 fait partie des prévisibles : nous savons déjà que l’événement va avoir lieu bientôt, nous savons quand les matchs se dérouleront et nous pouvons même donner des pronostics sur les équipes gagnantes. Cela nous laisse le temps de se préparer pour certaines situations, de créer à l’avance nos campagnes et même de choisir les meilleurs GIF à insérer dans nos publications sur les réseaux sociaux.

Mais attention : tout ne peut pas se préparer en amont. Les imprévisibles peuvent à tout moment entrer sur le terrain, tel un supporter s’invitant sur la pelouse pour prendre un selfie avec Messi durant un match de la Copa America 2016. Soyez réactif : transformez ce moment en un GIF, ajoutez-y une petite accroche et préparez-vous à faire le buzz.

GIF with Messi

Pouvez-vous imaginer ce que le déodorant Axe aurait pu faire s’ils avaient trouvé quelque chose comme ça ?

6. Prenez des risques

Pour réussir un bon moment marketing, il faut savoir prendre des risques. Gérer les situations imprévisibles en fait parti. On parle de foot, alors n’ayez pas peur de choisir votre camp, de tenter des blagues spirituelles et de faire des remarques controversées tout au long des matchs.

Ne vous prenez pas trop au sérieux, mais assurez-vous de ne pas être irrespectueux ou de banaliser les sujets sensibles.

 

7. Soyez pertinent(e)

Alors oui, le football, c’est drôle. Oui, nous adorons tous le foot. Et oui, nous sommes tous survoltés et nous avons plein d’idées marketing grandioses à mettre en place durant la finale de la Coupe du monde 2018. Mais ces idées seront-elles vraiment efficaces ?

Si vous travaillez pour une entreprise de paris sportifs en ligne, le 15 juillet sera certainement le jour le plus trépidant de l’année pour vous. Mais est-il vraiment nécessaire de tweeter en direct si vous possédez une boutique en ligne spécialisée dans les cannes et béquilles ? A priori, non.

Fixez vos objectifs marketing et trouvez les solutions les plus efficaces pour les atteindre. Posez-vous les bonnes questions avant et après le lancement d’une campagne. Est-ce nécessaire ? Est-ce que cela en valait la peine ? Apprenez ainsi de votre expérience et adaptez votre stratégie marketing pour le prochain grand événement.

 

Récapitulatif : les idées gagnantes pour la Coupe du monde 2018

Préparez-vous à surfer sur la vague de la Coupe du monde et à prendre part à la médiatisation de cet incroyable événement en suivant ces 7 conseils :

  1. Définissez vos cibles, personnalisez votre contenu et segmentez vos listes.
  2. Faites preuve d’imagination, sortez des sentiers battus et faites appel aux émotions de vos clients.
  3. Optez pour le multicanal afin d’augmenter la visibilité de votre marque et d’améliorer vos résultats.
  4. Stimulez l’engagement de vos clients en transformant votre communication marketing en une véritable conversation.
  5. Préparez le terrain… mais profitez toujours de l’instant !
  6. Prenez des risques et ne vous prenez pas trop au sérieux.
  7. Restez pertinent : demandez-vous toujours si ce que vous faites sera vraiment efficace.

 

Prévoyez-vous de lancer des campagnes pour la Coupe du monde 2018 ? Tweetez-nous vos idées créatives ou vos avis !

Kit SOS RGPD pour les marketeurs

Après des mois de discussions, la réglementation avec l’impact le plus important sur la façon dont les spécialistes du marketing travaillent est enfin entrée en vigueur : le RGPD. Les pénalités financières en cas de non-conformité sont drastiques, sans parler des répercussions et des conséquences sur la réputation de l’entreprise. Indépendamment de la taille ou de la localisation, toute organisation recueillant, traitant et conservant des données personnelles de citoyens au sein de l’Union Européenne doit être conforme au RGPD.

En tant qu’entreprise conforme au RGPD, nous savons d’expérience chez Mailjet quelles sont les actions à mettre en place au sein de votre département marketing. Nous savons également que, pour la plupart des marketeurs, le RGPD n’a pas été une priorité à plein temps. Mais cette nouvelle réglementation étant désormais en vigueur, il y a des changements que vous devez impérativement mettre en œuvre dès que possible, si ce n’est pas déjà fait !

C’est pourquoi nous avons réalisé ce kit SOS RGPD pour les marketeurs contenant les actions les plus importantes que votre département marketing doit mettre en place, décomposé en 3 catégories :

  • Urgence élevée :
    • Nettoyez la base de données de votre newsletter et menez une campagne de requalification
    • Examinez attentivement vos fournisseurs
  • Urgence moyenne/élevée :
    • Évaluez votre processus de collecte de données et de leads
    • Mettez à jour votre politique de confidentialité et envoyez un email de notification
  • Urgence moyenne :
    • Changez l’état d’esprit en interne
    • Préparez-vous pour l’e-Privacy, le prochain RGPD

     

    Téléchargez gratuitement notre Kit SOS RGPD pour les marketeurs dès maintenant !

Le championnat des start-ups prêtes pour le RGPD

On y est enfin ! Après avoir alimenté les discussions pendant plusieurs mois, c’est cette semaine que le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) entre en vigueur. Nous ne présentons plus cette nouvelle réglementation européenne qui s’appliquera à toutes les entreprises, quelque soit leur pays d’origine, collectant ou traitant les données de citoyens Européens.

La méthodologie

Afin de sensibiliser les start-ups aux obligations du RGPD, Mailjet a créé dès 2017 un quiz pour évaluer leur niveau de conformité aux principales obligations de ce règlement. Et alors que près de 12 000 start-ups ont répondu au quiz depuis son lancement, nous avons analysé un échantillon d’environ 2 000 répondants en France, Royaume-Uni, Espagne, Allemagne et Etats-Unis à un mois de l’entrée en application du RGPD. L’objectif ? Définir quelles start-ups, à travers le monde, sont déjà prêtes !

Les principaux résultats

En Europe, la France est la moins bonne élève sur le chiffrement des données (21%) et la demande de consentement (40%). Le Royaume-Uni est quant à lui à la tête du classement, avec 33% des start-ups qui chiffrent correctement leurs données et près d’une sur deux qui a bien vérifié la conformité de leur fournisseur au RGPD. Et de l’autre côté de l’océan, les starts-ups américaines semblent mieux préparées sur plusieurs point clés…

Découvrez en infographie l’ensemble des résultats :

Et vous ? Etes-vous déjà prêts pour le RGPD ? Partagez votre expérience avec nous sur Twitter.

RGPD : les étapes « pas à pas » pour prouver le consentement
de vos contacts avec Mailjet

Mailjet a été la première solution d’emailing à être conforme au RGPD… et à vous prévenir de l’arrivée de ce règlement qui affecte votre manière de communiquer.

Bon, certes, l’heure est grave pour certains, mais de manière générale, cela ne devrait pas être le cas si les contacts présents dans votre base ont donné leur consentement pour recevoir des emails de votre part. Ça devrait même être une occasion de faire grimper votre délivrabilité, et ce en faisant un beau nettoyage de printemps sur vos listes, et en demandant à vos contacts actifs (ceux qui ouvrent et cliquent sur vos emails) s’ils veulent passer l’été (et le reste du temps) avec vous. 😉

FR - Banner - SOS GDPR Kit

Vu l’importance du sujet et les amendes encourues en cas de non respect, on vous en a BEAUCOUP parlé. Le RGPD sera applicable au 25 mai 2018, alors on vous accompagne pas à pas !

Vous avez un compte Mailjet et vous voulez re-collecter le consentement de vos contacts pour avoir une preuve ? On vous guide à travers toutes les étapes nécessaires !

Comment requalifier vos listes et prouver le consentement de vos contacts ?

Dans le cadre du RGPD, si le consentement de vos contacts ne répond pas aux normes de la réglementation ou s’il est mal documenté, vous devrez :

  • obtenir un nouveau consentement conforme (on vous explique tout dans cet article),
  • ou arrêter le traitement des données concernées puis les supprimer.

NB : pour tous vos futurs contacts, vous pouvez utiliser par exemple notre widget d’abonnement. De cette manière, vous êtes sûr(e) de la fiabilité de la collecte de vos adresses emails.

Dans le cas ou vous devez re-demander le consentement, il vous faudra mener une campagne de requalification. En d’autres termes, vous devrez redemander à vos contacts s’ils souhaitent toujours recevoir vos emails et ensuite enregistrer ce consentement.

Email reopt-in example

Pas de panique, on vous explique comment faire dans cet article !

1- Créez et envoyez un email de requalification

Créez une nouvelle campagne et rédigez votre email. Vous trouverez plusieurs exemples d’emails de requalification dans notre Kit SOS RGPD.
Dans cet email, demandez à vos contacts s’ils souhaitent toujours recevoir des emails de votre part. Donnez leur le choix entre 2 boutons afin que ça les encourage à donner une réponse rapide (et que vous soyez fixé sur l’utilisation de l’email pour vos prochaines communications) :

  • OUI : ce bouton peut contenir pour lien une redirection vers une page de confirmation : “Merci pour votre confirmation…”
  • NON : ce bouton doit avoir pour lien le lien de désinscription Mailjet : [UNSUBLINK_FR].

    Vous pouvez aussi ajouter une mention explicative comme par exemple : “Sans réponse de votre part sous 1 semaine, vous serez retiré(e) toutes nos communications.” ou sur un ton plus fantaisiste : “Sans réponse de votre part sous 1 semaine, vous ne recevez plus nos super bons plans, aucun regret ?”.

    Pour vous faciliter la tâche, Mailjet a créé un template d’email de requalification. À utiliser tel quel ou à personnaliser, vous pouvez le télécharger au format MJML ou HTML et l’importer dans votre compte Mailjet.
    Template Mailjet re-optin FR

    Voici les étapes à suivre :

    1. Téléchargez le template Mailjet en MJML ou HTML.
    2. Ouvrez votre compte Mailjet et créez une nouvelle campagne.
    3. Au moment du choix du modèle d’email, importez notre template en HTML ou MJML.

      HTML or MJML import

    4. Ensuite, éditez ce modèle et envoyez-le au plus vite à toute votre base de contacts.

    Edit Template

    2- Suite à l’envoi de cet email, nettoyez vos bases de contacts

    Vous avez envoyé votre email il y a une semaine ou deux ? Il est temps d’agir :

    Commençons par le NON : si vous avez mis le lien de désinscription Mailjet sur ce bouton, les contacts ayant cliqué sur ce bouton seront automatiquement désinscrits de votre liste. Vous n’avez plus rien à faire.

    Pour les personnes qui ont cliqué sur OUI (celles qui ont confirmé vouloir recevoir des emails de votre part) : après 1 semaine, vous pouvez exporter la liste des clics sur OUI, ce sera votre nouvelle liste de personnes consentantes. Après quelques temps, vous pouvez ré-exporter cette même liste de clics afin d’avoir les cliqueurs retardataires 🤓

    Voici les étapes à suivre :

    1. Ouvrir les statistiques de la campagne
    2. Sélectionner la liste des personnes ayant cliqué sur le bouton OUI
    3. Exporter cette liste et la conserver précieusement

    Clics list process

    Devez-vous désinscrire tous les contacts n’ayant pas donné une réponse ?
    Non, car vous disposez de la nouvelle liste de contacts ayant consenti à recevoir vos emails (les contacts ayant cliqué sur le bouton OUI). Vous pouvez donc tout simplement ne plus utiliser l’ancienne liste où se trouvent tous vos contacts, dont ceux n’ayant pas répondu.

    Zoom sur la Liste d’exclusion Mailjet :
    Si vous disposez de plusieurs communications sous un même compte et que vous souhaitez exclure certains contacts de toutes vos futures communications, vous pouvez les ajouter à la liste d’exclusion afin qu’ils ne reçoivent plus aucun envoi marketing de votre part. Notez qu’ils recevront tout de même vos envois transactionnels.
    En savoir plus sur la gestion de listes d’exclusion.

    Et si on me demande de prouver le consentement ?

    Votre preuve ce sont les statistiques de votre campagne de requalification, car vous disposez de la liste des contacts ayant cliqué sur votre bouton de confirmation (à garder soigneusement).

    Details liste de clics

    Des conseils indispensables pour la dernière ligne droite

    Nous avons regroupé les informations nécessaires et quelques idées dans notre kit SOS RGPD (par exemple, ce qu’il faut faire et ne pas faire pour une email de requalification). Cela va vous aider à faire le nécessaire pour avoir des listes totalement conformes au RGPD, et des contacts ravis de recevoir vos emails !

  • La psychologie des couleurs dans l’email marketing

    Nous savons tous que les couleurs peuvent affecter notre humeur. Ce n’est pas pour rien qu’il existe autant d’expressions qui décrivent les émotions à l’aide de couleurs : broyer du noir, voir rouge, être vert d’envie… Et depuis toujours, les spécialistes du marketing jouent sur ces couleurs pour construire leur image de marque et leurs communications.

    Tirer parti de la façon dont les couleurs peuvent affecter les émotions est vital pour le succès de votre stratégie et de vos efforts marketing. En moyenne, un lecteur passe environ 8 secondes sur un email une fois ouvert, il est donc essentiel pour vous d’attirer rapidement son attention et son intérêt.

    Dans cet article, nous explorerons la psychologie des couleurs dans le monde de l’email marketing et leur influence non seulement sur l’utilisateur final mais aussi sur votre délivrabilité.

    Couleur et email marketing

    Ce n’est pas le texte qui capte l’attention du lecteur lorsqu’il ouvre un email mais les éléments visuels tels que la couleur, le design et les images. Et c’est tout particulièrement la couleur qui peut éveiller l’intérêt du destinataire… ou produire l’effet inverse.

    Pour vous aider dans votre stratégie d’email marketing et pour vous assurer que vous utilisez la couleur idéale pour atteindre vos objectifs, nous avons préparé une infographie avec de vrais exemples d’emails et les messages que chaque couleur transmet au lecteur.

    infography

    Couleur et délivrabilité

    Comme vous le savez peut-être déjà, il y a plusieurs éléments qui déclenchent les alarmes des Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) et qui peuvent amener vos emails à tomber directement dans le dossier spam. Il peut s’agir de certains mots couramment utilisés par les spammeurs, du ratio texte/image (en règle générale, vous devriez garder 60% de texte et 40% d’image), le formatage, la couleur, etc.

    Malheureusement, les FAI n’expliquent pas ouvertement quels sont les éléments qui activent les filtres anti-spam. Cependant, grâce aux études que nous avons menées à ce sujet, nous avons analysé que l’utilisation excessive du rouge dans un email est un élément qui peut compromettre votre délivrabilité.

    Comme nous l’avons vu dans l’infographie, le rouge est une couleur « forte », donc si elle est trop utilisée dans le texte ou l’arrière-plan, cela signifie que l’expéditeur essaie d’attirer l’attention du lecteur de manière excessive. Même principe pour les lettres majuscules, les gros caractères et les symboles tels que le point d’exclamation ou le signe des devises (euros, dollars…).

    Comment cela affecte-t-il la délivrabilité ? La vérité est que les filtres des FAI évoluent et prennent de plus en plus en compte les comportements des destinataires. Par exemple, si le lecteur ouvre un email qui contient des lettres majuscules, des points d’exclamation, des textes en rouge et de nombreuses images, et qu’il signale cet email en spam, alors les filtres apprennent à détourner les messages du même type.

    A partir de maintenant, vous verrez certainement les emails que vous recevez dans votre boîte de réception avec un nouvel oeil. 😉

    RGPD : comment requalifier vos listes de contacts ?

    Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes à moins de 10 jours de l’entrée en application du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) et vous êtes très certainement submergé(e) d’informations à ce sujet. Par exemple, vous avez peut-être déjà retenu qu’il faut mettre en place certaines mesures telles que l’évaluation des fournisseurs traitant vos données afin de vous assurer qu’ils sont eux-mêmes conformes au RGPD. Il y a également une autre question majeure : le consentement de vos contacts.

    Sous le RGPD, vous devrez être en mesure de prouver que vous avez bien obtenu le consentement de vos contacts pour pouvoir continuer à leur envoyer des communications. Et attention, le RGPD ne s’appliquera pas uniquement à vos nouveaux contacts acquis après le 25 mai 2018, il s’appliquera également à tous vos contacts existants.

    Vous devez maintenant vous poser cette question : que dois-je faire pour pouvoir continuer à envoyer des emails marketing à mes contacts ? Pas de panique on vous explique tout.

    Dans quel cas dois-je mener une campagne de requalification ?

    Une campagne de requalification est une méthode utilisée pour mettre à jour une liste de contacts. Concrètement, elle permet de ré-obtenir le consentement de vos destinataires. Cette méthode est déjà utilisée par certains marketeurs pour conserver une base de contacts saine et continuer à envoyer des campagnes emailing performantes. En effet, en ayant moins de personnes désintéressées dans vos listes de contacts et en ciblant uniquement des personnes qui ont consenti explicitement à recevoir vos campagnes de communication, les emails marketing sont adressés uniquement aux personnes les plus intéressées par vos contenus.

    Avant toute chose, vous devez déterminer quelles sont vos listes de contacts pour lesquelles il est nécessaire de réaliser une nouvelle demande de consentement. Pour cela, identifiez dans laquelle des 3 situations ci-dessous vous vous trouvez :

      1. Le consentement de vos contacts a été collecté de manière claire et transparente (via un site Internet, une application, un formulaire papier….) et vous disposez bien de la preuve de ce consentement. Dans ce cas, il n’y a pas besoin de mener une campagne de requalification auprès de ces contacts. Vous pouvez continuer à leur envoyer des emails marketing, tant que vous conservez bien la preuve de ce consentement.

      2. Le consentement de vos contacts n’a pas été collecté de manière claire et transparente… voire pas collecté du tout ! ⛔ Attention, dans ce cas de figure, il n’est pas possible de réaliser une campagne de requalification car ces contacts n’ont jamais accepté explicitement de recevoir vos informations.
      3. Le consentement de vos contacts a été collecté de manière claire et transparente (via un site Internet, une application, un formulaire papier….) mais vous ne disposez pas de la preuve de ce consentement. ✅ Si vous êtes dans cette situation, vous devez impérativement mener une campagne de requalification pour obtenir leur consentement et pouvoir le prouver, afin de continuer à envoyer des emails à ces contacts après l’entrée en vigueur du RGPD.

    Il est très important de souligner qu’une campagne de requalification doit uniquement avoir pour objectif de requalifier les contacts qui vous ont déjà donné la permission explicite de les contacter à un moment donné par le passé. Une telle campagne ne doit pas être considérée comme un moyen de dernière minute d’obtenir le consentement initial de vos contacts juste avant l’entrée en vigueur du RGPD.

    FR - Banner - SOS GDPR Kit

    Comment mener une campagne de requalification ?

    1. Utilisez un outil pour nettoyer vos listes

    La première étape est de réduire les risques de “hard bounce” (message d’erreur ou d’échec définitif envoyé par le serveur du domaine destinataire) qui seraient dûs à la présence d’adresses invalides dans votre base de données. Pour cela, nous vous conseillons de passer par Briteverify. Cet outil vous permettra de faire un premier nettoyage de votre liste. Notez toutefois les éléments suivants :

    • Cette méthode ne garantit pas que vous n’aurez plus aucun “hard bounce” dans votre liste, mais elle peut réduire le nombre d’adresses invalides.

    • Ce nettoyage n’est pas un remède miracle contre les mauvaises pratiques de création de listes. Vous devez réaliser ce nettoyage sur une base déjà saine sans quoi vos contacts pourraient signaler vos emails en spam et faire chuter votre délivrabilité.

    • L’utilisation de cet outil ne signifie pas que vous avez obtenu magiquement le consentement de vos contacts. En d’autres termes, si vous étiez dans la situation 2 ci-dessus, vous ne pouvez toujours pas leur envoyer d’emails !

    2. Faites le tri dans vos bases de contacts

    Une fois ce premier nettoyage de “hard bounce” réalisé, nous vous recommandons de trier votre liste en fonction du niveau d’engagement de vos contacts. Pour cela, identifiez les clients qui n’ont pas ouvert vos emails au cours des 12 derniers mois et plus et supprimez-les de votre liste. Soyons honnêtes : s’ils n’ont pas daigné ouvrir vos messages au bout d’un an, la partie est perdue d’avance.

    3. Envoyez votre campagne emailing de requalification

    Afin de créer des campagnes de requalification efficaces, voici quelques bonnes pratiques que nous vous conseillons de suivre :

    • N’envoyez pas simplement un email qui demande seulement le consentement. Envoyez plutôt un email rappelant aux lecteurs les avantages de votre newsletter et demandez-leur de confirmer qu’ils veulent continuer à recevoir vos précieuses informations. Il est essentiel de convaincre vos lecteurs. Par exemple, si vous avez une solution e-commerce, expliquez-leur que s’il ne reçoivent plus vos emails ils ne bénéficieront plus de vos actualités sur vos derniers produits ou sur vos offres promotionnelles en exclusivité.

    • N’incluez pas seulement un bouton de type « Oui, je souhaite continuer à recevoir vos informations » dans votre email. Permettez aux clients de choisir l’option inverse, par exemple « Non, je ne souhaite plus vos informations ». De cette façon, vous pouvez exclure les personnes qui ont dit « Non » de vos futurs emails de requalification.
 Nous vous recommandons d’utiliser des mentions claires et détaillées sur ces boutons.

    • N’utilisez pas un seul canal de communication unique pour obtenir un nouveau consentement mais ciblez également vos contacts en utilisant d’autres canaux. Par exemple, vous pouvez lancer une campagne Facebook pour obtenir leur consentement. Quelque soit le canal de communication choisi, veillez toutefois à bien le conserver une fois acquis.

    Et veillez toujours à ce que votre campagne de requalification contienne des informations claires, transparentes et concises.

    Pour le faire directement depuis Mailjet, vous pouvez suivre notre article sur les étapes « pas à pas » pour prouver le consentement de vos contacts.

    Pour vous aider, vous trouverez ci-dessous un modèle ainsi qu’un exemple d’email de requalification.

    Email reopt-in example

    Et maintenant ?

    Vous savez tout sur les campagnes de requalification, vous pouvez maintenant suivre les étapes pas à pas pour prouver le consentement de vos contacts.

    En fin de compte, il faut vraiment percevoir le RGPD comme une opportunité. C’est en effet l’occasion de nettoyer vos listes en éliminant les “hard bounce” et les contacts inactifs. Ainsi, vous augmenterez l’engagement de vos meilleurs clients et renforcez la relation que vous entretenez avec eux. Cette nouvelle réglementation est donc une bonne chose pour votre stratégie marketing !

    Notez toutefois que les abonnés risquent de recevoir de nombreux emails de renouvellement de la part des marques et peuvent se sentir dépassés, de sorte que plus tôt vous élaborez une campagne de requalification, plus vous avez de chances d’obtenir une réponse (positive !).

    Une fois le consentement explicite recueilli, veillez à bien le conserver avec toutes les informations nécessaires afin d’être en mesure de le prouver : la trace du consentement, l’adresse email du destinataire ainsi que la date à laquelle le consentement a été donné. 

    Ca y est, maintenant que vous avez une base saine et des abonnés engagés, vous êtes prêts à envoyer des campagnes emailing conformes au RGPD !

    5 critères à examiner de près pour segmenter sa base emailing comme personne

    Pour améliorer et augmenter la délivrabilité de sa campagne emailing, il faut déjà appliquer un certain nombre de bonnes pratiques. L’une d’elles est de segmenter sa base de contacts pour personnaliser le message et faire mouche, en fonction de l’objectif défini en amont pour chaque type de public.

    Attardons-nous sur les critères qui vous permettent de distinguer vos différentes cibles. Votre objectif final : mettre en place une segmentation fine de votre mailing-list et adapter chacune de vos campagnes en conséquence.

    1. Les critères sociaux-démographiques

    • La tranche d’âge peut être déterminante lorsqu’on aborde par exemple le sujet des nouvelles technologies. Pour mémoire, j’ai déjà adressé des offres de téléphonie mobile à des seniors et à des jeunes générations : les plus âgées sont en demande d’informations détaillées et ont besoin de comprendre le fonctionnement, alors que les plus jeunes se soucient avant tout du prix ;
    • Le sexe : un jour, j’ai reçu une offre promotionnelle pour des tampons hygiéniques par email. N’étant pas du tout dans la cible concernée, j’ai directement placé le message dans mes spams ;
    • La profession est un indicateur concernant le revenu et le pouvoir d’achat en B2C. En B2B, ce critère est déterminant pour qualifier une base ;
    • La situation familiale (marié, en couple, pacsé, célibataire, enfants, veuf) peut être une information discriminante. Exemple : envoyer une offre spéciale « Saint-Valentin » à une personne dont le conjoint vient de décéder pourrait être très mal vécu ;
    • La zone géographique : une donnée très utile pour proposer à un client de venir découvrir la nouvelle collection été dans le magasin le plus proche de chez lui, et non à 1 000 km.

    2. La distinction entre les clients actifs des clients inactifs

    Vos clients inactifs ne manifestent pas le même intérêt : la question est pourquoi ?

    Lancez une campagne spécifique aux clients inactifs pour identifier les raisons :

    • le contenu délivré n’est pas pertinent,
    • le contenu délivré n’est pas adapté au degré de maturité du destinataire dans le parcours d’achat,
    • ils n’ouvrent pas vos emails,
    • ils reçoivent trop d’emails de votre part,
    • votre concurrent est passé avant vous,
    • baisse du pouvoir d’achat,
    • etc.

    Note : les « non-répondants » définitifs sont à enlever de votre liste de contacts car ils font chuter votre taux de délivrabilité.

    3. Les comportements d’achats

    Le critère de la dépense peut être abordé :

    • Selon le montant du 1er achat : vous pouvez par exemple faire comme certaines grandes enseignes qui classent leurs clients « or », « premium » ou « bronze » dans leur programme de marketing relationnel en fonction des montants dépensés, et y attribuer des privilèges associés ;
    • Selon la fréquence d’achat : vous pouvez croiser cette donnée par exemple avec le total dépensé par client et détecter vos meilleurs clients (vous pouvez avoir des surprises !) ;
    • Selon la nature des achats : votre client vient d’acheter 2 voitures dans votre concession automobile. Il y a très peu de chance qu’il vous rachète une voiture supplémentaire cette année. Envoyez-lui plutôt des promotions sur l’entretien pour le remercier de sa fidélité et entretenir la relation commerciale.

     

    Source : SNCD

    4. La fidélité des abonnés

    Les abonnés du 1er jour, supporters, fans, clients fidèles, public assidu, lecteurs inconditionnels de vos emails méritent votre plus grande attention.

    Je dirais même plus : ils méritent un contenu exclusif, un geste commercial, un petit cadeau. Bref un « merci » qui va ancrer votre intention dans leur mémoire.

    N’oubliez pas : c’est en (grande) partie grâce à eux si votre enseigne jouit d’une excellente réputation, augmente son chiffre d’affaires, etc.

    5. Les centres d’intérêt

    « Être intéressant avant d’intéresser : fournissez du contenu qui plaît à votre audience, et non ce qui vous plaît à vous. »

    Je sais, votre nombril en prend un coup, mais rassurez-vous : il se consolera vite en voyant l’augmentation de clics sur vos campagnes emailing, la hausse de trafic sur vos pages web, et mathématiquement la multiplication des ventes.

    Astuce : envoyez un questionnaire à votre audience pour la sonder sur ses attentes « afin de mieux connaître ses attentes et pouvoir mieux y répondre dans votre démarche d’amélioration de qualité de service » (là aussi il faudra travailler votre style…).

    Inspiré(e) ? Segmentez !

    PS : pensez à mesurer les taux de clics, d’ouverture, etc. pour évaluer la pertinence et la performance de votre segmentation.