Denise Chan

Ils se regroupent dans les listes de contacts poussiéreuses. Ils hantent les emails marketeurs qui baissent la garde. Les contacts zombie ne sont pas les habituels mangeurs de chair que l’on retrouve si souvent dans la culture populaire. Contrairement à World War Z ou The Walking Dead, ces zombies se nourrissent de listes d’emails. Chaque année, le chiffre terrifiant de 25 à 30 % de contacts emails légitimes sont perdus, à cause d’une baisse d’engagement due à différentes raisons (envois trop fréquents, perte d’intérêt, etc). Au fil du temps, les marketeurs voient leur réputation d’expéditeur et leurs ventes souffrir de l’action de ces contacts zombie.

Mais n’ayez crainte, nous avons la solution idéale pour empêcher les contacts inactifs d’engloutir vos campagnes. Suivez ces cinq étapes pour ramener vos listes d’emails à la vie.

zombie

1) Définissez les symptômes d’un contact zombie

Commencez par définir ce qu’est un contact inactif pour votre entreprise. Ici, nous parlerons des utilisateurs inactifs qui n’ont pas ouvert ou cliqué sur un email sur une période donnée. Selon votre produit/service et la fréquence de vos envois, l’engagement moyen attendu d’un utilisateur peut varier. Selon les secteurs, la moyenne se situe entre trois et six mois.

2) La quarantaine

Une fois le diagnostic posé, vous devez les extraire vers une liste de contact ou un document séparé. Non seulement cela vous permettra d’être mieux organisé pour envoyer des campagnes de réengagement (dont nous parlerons bientôt), mais cela vous permettra aussi de définir les tendances communes. Vous découvrirez peut-être que certaines zones géographiques ou certaines tranches d’âge s’engagent à une fréquence différente. Vous pourrez ainsi approfondir les raisons à cela en rassemblant les contacts présentant des similitudes.

3) Ramenez-les à la vie

Vous êtes désormais prêt à essayer de ramener vos contacts zombie à la vie avec une campagne de réengagement. Que ce soit par le biais de contenu exclusif ou d’une promotion inratable, examinez bien vos segments et réfléchissez à ce qui intéresserait le plus cette audience particulière. Les exemples qui ont retenu notre attention par le passé utilisaient un savant mélange de personnalisation, avec des objets tels que « Bonjour Denise, vous êtes toujours là ? », ou encore « Vous avez manqué xyz. »

4) Si tout échoue… courrez

Vous avez bien lu : courrez. Vous savez, cette scène dans tous les films d’horreur où la musique à suspense commence et que le protagoniste marche en direction du bruit qui vient du loin ? Pendant ce temps, on est devant notre écran, et on crie pour qu’il fuie. Parfois, il faut savoir abandonner. Les contacts qui ont réagi à la campagne de réengagement peuvent être rajoutés à vos listes de contact. Cependant, pour les contacts qui ne réagissent toujours pas, il est temps de les supprimer de vos listes. Cela peut être difficile de voir votre liste de contacts diminuer, mais la réputation d’expéditeur s’appuie plus sur la qualité que la quantité. Vous pouvez même en tirer des leçons, en envoyant un court questionnaire à ces utilisateurs, en leur indiquant qu’ils seront supprimés de la liste et en leur demandant pourquoi ils ont perdu l’intérêt et ce qu’ils aimeraient voir changer.

5) Soyez toujours aux aguets

Félicitations ! Vous avez survécu. Mais ne baissez pas votre garde, les contacts zombie ne pardonnent pas ! Tout utilisateur peut se désengager au fil du temps, surtout si dans sa boîte de réception s’accumulent les newsletters et emails de sollicitation. Il aura plus tendance à être submergé de contenu, et sera plus facilement inactif.

Les FAI suivent l’engagement de votre liste de contact, ce qui permet d’assurer que vos utilisateurs veulent bien recevoir votre contenu et que les expéditeurs créent du contenu de qualité. De plus, les adresses email qui restent inactives pendant une longue période peuvent parfois devenir des pièges à spam, utilisés également pour identifier les expéditeurs adoptant des comportements de spammeurs et ne nettoyant pas leurs listes régulièrement.

Pour conserver une bonne réputation d’expéditeur, examinez fréquemment vos listes de contacts à la recherche d’utilisateurs inactifs. Cela dépend bien sûr de la fréquence de vos envois, mais vous pouvez vous baser a minima sur une vérification mensuelle.

C’est le mois d’Halloween, les frissons sont donc les bienvenus. Mais vous vous rendrez compte, je l’espère, que les contacts zombie sont loin d’être un cadeau ! Avez-vous des exemples de campagnes de réengagement que vous avez créées ou vues ? Partagez-les avec nous !