Noël approche à grands pas pour les e-marketeurs et il est temps de commencer à préparer vos campagnes d’emailing de fin d’année. Réaliser un emailing parfait n’est pas une tâche facile, et c’est encore plus difficile si vous ne connaissez pas les coulisses de la délivrabilité. Quel est le parcours d’un email d’un point de vue technique ? Comment est-il acheminé de l’expéditeur au destinataire ? Explications.

 

De l’expéditeur au destinataire, toute une aventure

Commençons par le début. Avant de pouvoir envoyer de superbes campagnes de Noël à vos abonnés, il faut déjà les créer. Jusque-là, tout va bien : de nombreux fournisseurs de services d’emailing (ESP: Email Service Provider), tels que Mailjet, proposent des éditeurs facilitant la conception des emails.

Une fois que vous avez choisi des gifs amusants et des images de fête, que vous avez joué avec votre palette de couleurs et rédigé un contenu attrayant, votre magnifique campagne conçue pour une délivrabilité optimale est prête. Félicitations ! Il est maintenant temps d’appuyer sur le bouton Envoyer. Quel suspense… et encore, vous n’avez pas vu ce qui se passe en coulisses.

 

Étape 1 : Les préparatifs de départ

Vous avez fini votre part du travail en appuyant sur Envoyer. C’est maintenant au tour du fournisseur d’emailing de se mettre à la tâche. Au cours de cette première étape, Mailjet effectue plusieurs opérations pour préparer votre campagne de Noël à l’envoi.

Tout d’abord, dans le cas d’un email personnalisé (par exemple avec un objet dynamique incluant le prénom du contact ou d’autres données démographiques), les informations de personnalisation sont ajoutées. L’email est également accompagné d’une signature numérique afin de permettre au serveur de réception de vérifier le domaine (DKIM).

L’ESP convertit ensuite votre email en deux sections : l’en-tête et le corps du message (header / body).

screen-shot-2016-10-11-at-11-51-50
Avant de quitter Mailjet, votre email est soumis à plusieurs processus de mise en forme, de vérification et de validation. Qu’est-ce qui est vérifié exactement ? Presque tout. Le MTA (Mail Transfer Agent) de Mailjet (c’est-à-dire le logiciel qui transmet les emails d’un ordinateur à un autre) recherche les éventuels spams ou programmes malveillants et évalue tous les aspects de votre message, de sa longueur aux mots et aux caractères utilisés.

Enfin, le fournisseur de services d’emailing adapte la vitesse d’envoi à la vitesse de chaque FAI (fournisseur d’accès à Internet) auquel vous envoyez vos emails, par exemple Gmail, Hotmail ou Yahoo!. En effet, comme le volume d’emails accepté dans un délai donné varie en fonction du FAI, les ESP optimisent l’envoi de vos messages en le répartissant dans le temps.

 

Étape 2 : Frapper à la porte du FAI du destinataire

Une fois votre campagne approuvée par Mailjet, votre email est prêt à s’aventurer dans le monde numérique pour parvenir à son destinataire. Le MTA de votre fournisseur de services d’emailing (utilisé pour transférer votre email entre deux ordinateurs) vérifie maintenant si l’adresse de destination existe en consultant le DNS (Domain Name System). Si tout est correct, le MTA de Mailjet envoie votre email à celui du serveur de messagerie de votre contact.

giphy
L’email a été envoyé au serveur de messagerie du destinataire, c’est-à-dire au FAI de votre abonné. Mais avant de l’accepter, le MTA du FAI vérifie certaines informations provenant du fournisseur de services de messagerie, notamment la réputation de l’expéditeur. Comme dans la vie, votre réputation est un facteur déterminant dans la réussite de votre stratégie d’emailing. Prenons l’exemple d’une discothèque : si vous vous y êtes mal comporté, que vous avez été mêlé à une bagarre ou que vous ne respectez pas le code vestimentaire, on ne vous laissera pas rentrer.

C’est la même chose avec les emails. Une mauvaise réputation d’expéditeur a un impact négatif sur la délivrabilité de vos emails (c’est-à-dire leur capacité à atteindre la boîte de réception) : les FAI de vos destinataires risquent de les bloquer. Une bonne réputation est donc essentielle pour une délivrabilité optimale. Vous risquez même d’être blacklisté, ce qui signifie que vous avez été identifié comme spammeur et qu’il sera plus difficile pour vos campagnes de parvenir à leurs destinataires.

Outre votre réputation, les FAI contrôlent un certain nombre d’autres éléments avant de laisser passer ou non vos messages. Ils vérifient si l’email provient d’un fournisseur de services de messagerie connu et si l’authentification (SPF et DKIM) de l’expéditeur est correcte. Ils examinent également les métadonnées, la mise en forme et la structure de l’email (code HTML) et s’assurent que la boîte de réception du destinataire existe et n’est pas saturée.

Si l’adresse email de destination n’existe pas / n’est plus active ou que votre email échoue à l’une de ces étapes de vérification, il est rejeté (sous forme d’erreur). Dans le premier cas, il s’agit d’un rejet permanent ; dans le deuxième cas, ce n’est qu’un rejet temporaire.

Et ce n’est pas tout : le type de rejet temporaire peut varier selon le contrôle auquel votre email échoue. La situation peut être provisoire ; vous pouvez alors réessayer de l’envoyer ultérieurement. Mais votre campagne de Noël (tout comme vos futurs envois) peut également être rejetée par le FAI jusqu’à ce que vous amélioriez vos pratiques et votre réputation.

 

Étape 3 : L’arrivée à destination

Irréprochable, votre campagne d’emailing a réussi tous les tests et convaincu le FAI de lui ouvrir ses portes. Excellent !

Le FAI va maintenant s’intéresser au contenu de l’email. En gros, il va le soumettre à des filtres antispam internes et évaluer votre réputation d’expéditeur par rapport à sa propre liste.

En cas d’échec, direction les limbes du monde de l’emailing : le dossier spam. Si vous avez de la chance, votre email y sera repêché par le destinataire, mais n’y croyons pas trop. Et même si c’est le cas, un email qui atterrit dans les spams ne fait pas très bonne impression.

En franchissant ce dernier obstacle, votre email atteint la boîte de réception, où il sera en compétition avec d’autres messages pour attirer l’attention de votre contact. Chez certains FAI tels que Gmail, la boîte de réception est organisée en dossiers. C’est maintenant à l’objet, au design et au contenu de votre email de captiver le lecteur.

gmail-inbox

Les onglets de la boîte de réception de Gmail

Le voyage de votre email est enfin terminé. Quand on y pense, la tournée mondiale du père Noël pour la distribution des cadeaux fait bien pâle figure en comparaison… Toutes ces étapes intermédiaires et mesures de sécurité sont pourtant nécessaires pour éviter qu’aucun message malveillant n’atteigne la boîte de réception. Et en réalité, ce qui semble être un parcours du combattant ne prend que quelques secondes.


Guide Pratique pour les fêtes

Que saviez-vous sur le trajet de vos emails avant de lire cet article ? Avez-vous des questions sur les étapes ? Dites-nous tout sur Twitter avec le hashtag #MailjetDelivers.