Amir Jirbandey

Amir Jirbandey

Souvent, nous avons tendance à l’oublier mais le coeur de votre stratégie emailing reste l’email lui-même. Mes contenus correspondent-ils à ma cible ? Quid du design… nous vous présentons dans cet article 5 éléments clés à prendre en compte lors de la conception d’un email.

Emailing : le contenu est roi

La première chose à prendre en compte lorsque l’on élabore un modèle de newsletter, c’est le contenu. Correspond-il à votre public ? Va-t-il générer assez d’engagement ? Est-il en accord avec votre identité de marque ? Votre contenu doit être clair et concis : l’attention de vos lecteurs pour votre message est de courte durée !

Comment faire : placez des images dans la première partie de votre email pour capter l’attention de vos lecteurs, puis un texte court et un appel à l’action.

La newsletter quotidienne Curaterz : un modèle de sobriété et d'efficacité.

 La newsletter des Curaterz est un modèle de clarté et de concision : un visuel en en-tête, un bloc de texte sur une colonne, un appel à l’action en bas de message.

 

Dans l’emailing, l’objet et le nom d’expéditeur compte

Nous avons déjà mentionné à quel point la première impression importe. Apportez une attention particulière à l’objet de votre emailing. 35% des destinataires ouvrent uniquement leurs emailing en fonction de l’objet du message. Commencez par bien choisir votre nom d’expéditeur. Vous n’êtes pas forcément obligé d’utiliser le nom de votre entreprise ou du département auquel vous appartenez. L’important est d’être clairement identifié. Si votre email est un coffre et que son contenu est le trésor, la ligne d’objet et le nom d’expéditeur sont la clé pour ouvrir ce coffre.

Comment faire : apprenez à connaître votre public, personnalisez et testez pour trouver le meilleur objet pour vos utilisateurs.

 

Gardez votre emailing simple : n’en faites pas trop

Donnez à votre newsletter une structure bien définie. Vous pouvez choisir d’utiliser un bloc d’une colonne en tête et un autre constitué de 2 colonnes plus petites en-dessous. N’essayez pas d’entasser trop d’informations : cela risque de rebuter vos lecteurs. Gardez autant d’espace vide que possible et faites en sorte que vos newsletters soient simples et claires. Surtout, d’un email à l’autre, conservez un format similaire : les utilisateurs veulent retrouver le même design et les mêmes sensations au fil du temps. Cela permettra également de construire votre identité de marque.

Comment faire : pour que vos emailing s’affichent correctement sur différents appareils, pensez à la taille d’affichage des différents supports. La largeur idéale est comprise entre 500 et 680 pixels. Cette infographie d’Email Monks vous présentera dans les grandes lignes les bonnes pratiques à suivre en matière de conception d’email.

 

Emailing : utiliser la psychologie des couleurs

Comme nous l’avons découvert dans un article précédent, hommes et femmes réagissent différemment aux couleurs. Les nuances que vous choisissez pour vos images, votre arrière-plan, votre texte et vos appels à l’action doivent être mûrement réfléchies. Pensez d’abord à l’identité de votre marque, puis concentrez-vous à votre public. Utilisez des couleurs spécifiques selon le public spécifique que vous visez. Vous obtiendrez ainsi de meilleurs résultats et un meilleur retour sur investissement.

Comment faire : Plus vous en savez sur vos clients, plus vous pourrez personnaliser vos emails. Rassemblez des informations sur vos clients existants grâce à des sondages, des tirages au sort ou à des concours. Vous verrez que la plupart des utilisateurs n’auront aucun problème à vous consacrer deux minutes pour parler d’eux-mêmes s’ils ont la possibilité de gagner quelque chose.

 

Modérez les call-to-action dans vos emailing

Si vous voulez que vos utilisateurs s’engagent à travers vos emails, ne soyez pas trop insistant quand il s’agit de vos boutons d’appels à l’action. Voyez vos appels à l’action comme des vendeurs dans une boutique. Allez-vous faire confiance à un vendeur trop insistant, qui veut vous faire essayer une paire de chaussures ou acheter une chemise à tout prix ? Ou vous tournerez-vous plutôt vers celui qui répond à vos questions et, subtilement, vous poussera à l’achat ? C’est la même chose pour vos boutons.

Commencez par un premier appel à l’action et placez-le juste après le contenu principal de votre emailing. Vous pouvez également l’intégrer directement dans votre texte en tant que lien. Si vous devez ajouter plus d’un bouton d’appel à l’action, prenez garde à la placer à une distance raisonnable du premier bouton : dans votre dernier bloc, ou dans un bloc à plusieurs colonnes.

Comment faire : pensez au placement de votre appel à l’action. D’après certaines études, les appels à l’action placés en bas des emails augmentent considérablement le taux de clics, par rapport à un placement à droite ou à gauche de l’emailing. Assurez-vous également que le texte soit pertinent. On trouve par exemple des emails envoyés à un certain public qui préfèrent « Commandez maintenant » à « Achetez maintenant ». Faites des recherches, des tests, et comparez vos campagnes pour améliorer l’efficacité de vos appels à l’action.

En faisant un usage discret des appels à l'action, en utilisant la personnalisation, et surtout grâce à des contenus clairs et aérés, la newsletter Artips répond à tous les impératifs énoncés ci-dessus.
En utilisant la personnalisation, en restant discret sur les appels à l’action, en proposant une mise en page claire et aérée, la newsletter Artips répond aux points énoncés ci-dessus. Le contenu est attractif et donne envie de lire la suite, de cliquer sur les liens.

Mettez en pratique les cinq points mentionnés dans cet article lorsque vous concevez vos modèles de newsletter. Et surtout, conservez et analysez les performances de vos envois pour comprendre les réactions de vos destinataires. Ajustez votre design et faites des tests jusqu’à mettre en place le modèle de newsletter idéal pour vos clients.