Les Hackathons sont des événements au cours desquels les développeurs, les concepteurs et les entrepreneurs se réunissent pour collaborer sur des projets. Le but de Fhacktory est de permettre aux hackers de s’exprimer par eux-mêmes en se basant uniquement sur leurs hacks. Ici, les visuels ou les discours ne sont pas la clé du succès. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’une bonne connaissance du code, d’avoir des idées et d’être terriblement passionné ! Ceci explique la devise : 100 % HACK, 0 % BULLSHIT ! Les deux dernières éditions de l’événement ont eu lieu en octobre dernier, à Lyon et Paris. Évidemment, Mailjet était de la partie !

Fhactory + Mailjet : une longue histoire d’amour

Mailjet a été impliqué dans ce mouvement dès le premier jour. Nous sommes heureux de faire partie de la communauté des hackers et des startups : c’est comme ça qu’a commencé l’histoire de Mailjet (consultez notre tout premier article sur Fhacktory). Ces hackathons sont des lieux où les hackers ne sont pas mis au défi par les investisseurs pour créer des modèles d’entreprise ou pour valider leurs idées, mais uniquement pour relever des défis techniques. Et en France, il n’y a pas tant d’événements de ce type que ça.
Mailjet soutient l’événement depuis la première édition en tant que sponsor. À chaque édition, au moins un « développeur évangéliste » de Mailjet était présent pour aider les hackers à utiliser les API Mailjet.

Déroulement d’une session classique

Fhacktory et le choix des équipes.
Tout commence avec un quiz de connaissances techniques générales pour s’échauffer un peu. Savez-vous quand votre langage de programmation préféré a-t-il été créé ? Quel est le modèle de conception utilisé dans Django ? Si vous connaissez le jeu « Question pour un champion », c’est exactement le principe de ce quiz, à la différence que les questions portent sur la technologie.
Après le quiz, la composition des équipes commence. Certaines personnes ont déjà une idée, mais pas tout le monde. Les organisateurs laissent un peu de temps pour que les embryons d’équipe réfléchissent à leurs idées afin « d’engager » les membres de leur équipe. Pour finir, les équipes sont composées, comprenant 2 à 6 membres.
Puis la magie opère, les équipes commencent à se former et juste après le déjeuner le gong retentit. Et c’est parti pour 24 h de hacking ! Les hackers mettront toute leur énergie pour rester sur leur première idée et la faire vivre.

 

 

 

 

 

Le jury

Les membres du jury sont chargés de suivre et de surveiller chaque équipe, de faire en sorte que les participants ne rencontrent pas de problèmes techniques, de leur donner quelques idées pour avancer et de s’assurer que qu’ils n’utilisent pas de codes pré-écrits trouvés sur le Web. Si vous avez 700 lignes de code dans votre projet, vous avez de grandes chances d’obtenir de mauvais points.
À la fin, chaque équipe doit préparer une présentation sans support et présenter leur hack en direct sur écran. Or, après une nuit sans sommeil, ça n’est pas toujours facile : comme vous pouvez le voir sur ce vine, Charles fait une petite sieste.
Merci donc aux boissons énergisantes et aux repas fournis par les organisateurs pour aider les participants à hacker dans les meilleures conditions.
Fhacktory 2014 - toujours pas de bullshit !

Bilan des deux hackathons

Récemment, deux hackathons Fhacktory ont eu lieu. Un à Lyon le 11 et 12 octobre et à Paris la semaine du 18 et 19 octobre. Voici les deux gagnants des deux sessions.

Gagnant de Lyon – CocktailMaker

 

 

 

 

 

Le meilleur projet du hackathon de Lyon était CocktailMaker. Ce programme a pour but d’aider à la création de cocktails. Il est basé sur une cooked scale qu’ils ont amélioré avec des composants Arduino et la technologie Bluetooth. Ils ont ensuite développé une application mobile dédiée qui intègre un catalogue de cocktails où vous pouvez sélectionner celui de votre choix et suivre étape par étape la recette.
À chaque étape, CocktailMaker émet un son dans l’application mobile et un signal LED à l’avant de l’objet connecté lorsque l’étape est terminée. Enfin, vous pouvez partager avec vos amis sur Twitter et Facebook le cocktail que vous avez réalisé. Ils ont également travaillé sur un site Web front-end pour les personnes qui n’ont pas encore l’application.

Gagnant Paris – Rainbow Plume

 

 

 

 

 

Le vainqueur de l’édition de Paris est Rainbow Plume, un stylo connecté « basique » qui vous permet d’écrire et de dessiner sur une tablette en différentes couleurs. Ce stylo est totalement autonome et communique via Bluetooth. Le principe est simple : il suffit de tourner le bouton du stylo pour changer de couleur et de toucher la tablette pour écrire ou dessiner.

Alors Lyon ou Paris ?

Je ne suis pas lyonnais d’origine et je dirais que j’ai été très surpris de voir un si grand nombre de hackers vraiment impliqués dans l’événement. L’ambiance était vraiment sympa et j’y ai rencontré beaucoup de gens. Il est vraiment difficile de comparer le côté technique, car tous les hackers de Lyon et de Paris étaient vraiment qualifiés. Un large éventail de technologies a été utilisé tant pour le backend que le frontend. Des hacks ont été faits avec Node.js, Ruby, Java, Python, Firebase, Backbone, Angular et certains avec Arduino, Rasberry Pi ou des robots. Pour moi, ce fut aussi l’occasion de voir une technologie que je ne connaissais pas, Firebase, dont je suis fan aujourd’hui. Il y avait aussi une très bonne ambiance , tout le monde a pu se défouler grâce aux pistolets Nerf lorsqu’on ne trouvait pas un bug dans son code.
À Paris, de nombreux hackathons se déroulent chaque année, certains développeurs ne sont donc pas vraiment réceptifs aux événements annoncés aujourd’hui. Ils se disent parfois que c’est juste un moyen pour les entreprises ou les investisseurs de faire créer leurs projets gratuitement et d’embaucher des développeurs. À Paris, l’ambiance et l’excitation étaient différentes.
Je commence à aimer la communauté de dév de Lyon et je dirais que j’ai une préférence pour Lyon : Fhacktory a commencé à Lyon et qu’à chaque nouvelle édition me rappelle le premier hackathon. Si vous étiez à la seconde édition du Blend Web Mix, vous avez pu vous rendre compte que Lyon est aujourd’hui une ville très active et bien ancrée dans les tech en France.
En tant que développeurs, nous savons tous que le travail sur les technologies que nous n’utilisons pas tous les jours est difficile, et que d’être coupé de son travail, de ses amis et d’être loin de chez soi vous donne l’occasion de travailler avec des langages ou des technologies que vous n’aviez jamais essayés avant, juste pour acquérir des compétences ou tout simplement pour le plaisir.
À mon avis il devrait y avoir plus d’événements autour du thème 100 % hacks, car ils participent à la vie de la communauté des développeurs uniquement basée sur la technologie.
Il est clair que ces événements ont été couronnés de succès. D’où ma question aux organisateurs : à quand le prochain ?