Nous avions rencontré Matan Markovics et Almog Luz en mai dernier durant un hackathon à Tel-Aviv. Tous les deux sont des développeurs très actifs dans la communauté startup telavivienne. Leur créativité nous a immédiatement impressionné. Et nous avons adoré la façon dont ils se sont servis de l’API Mailjet pour concevoir un système de gestion de file d’attente en ligne. Pour ces raisons, nous les avons invités à découvrir le microcosme technique parisien lors d’un voyage. Matan a accepté de nous faire un retour sur cette expérience.

Deux Israéliens à Paris
 

Selon toi, quelles sont les différences entre les scènes startups parisiennes et telaviviennes ?

Ce qui m’a le plus surpris est le fait qu’il n’y a pas une mais de multiples communautés techniques chez vous. Il y a des clusters, des accélérateurs, des startups studios, des espaces de co-working… où différentes entreprises travaillent et échangent ensemble. Et ces petits groupement humains dynamiques et plein d’idées travaillent également ensemble à plus grande échelle. Dans cet environnement, tout le monde est au courant de ce qu’il se passe à l’échelle locale et peut nouer de nouveaux partenariats facilement. L’émulation parisienne est différente de celle de Tel-Aviv. Et j’aime ça !

Durant ton séjour parisien, toi et Almog avez rencontré et échangé avec des développeurs français lors du hackathon Hack – Make – The Bank. Qu’en retiens-tu ?

Lors de cet événement, on nous a demandé de développer et travailler sur des projets liés à la sécurité bancaire et à des problématiques propres au secteur financier en général. De nombreux projets très innovants ont vu le jour lors de ce hackathon. J’aime beaucoup cette idée. C’est l’essence même de ce type d’événements : à partir de morceaux de code, de programmes ou d’API existants, nous créons de nouveaux usages.

Ca m’a rappelé en de nombreux points ce que nous avions fait en mai. Quand on participe à un hackathon, on a très peu de temps pour répondre intelligemment à des problématiques précises. Dans ce contexte, les développeurs aiment pouvoir compter sur des API sûres, rapides et faciles à prendre en main. C’est pourquoi nous avions choisi l’API Mailjet lors de la création de notre projet.

Qu’avez-vous appris lors de votre séjour parisien qui vous aide à mieux travailler aujourd’hui ?

Je pense que Paris est la ville rêvée pour les startups. Comme je l’ai dit, la communauté technique y est déjà bien établie et repose sur des bases solides. En fait, Mailjet en est représentatif ! L’entreprise est partie de rien et est aujourd’hui un des leaders mondiaux de l’emailing marketing et transactionnel. Je pense que la croissance de Mailjet et son succès sont liés à cet environnement parisien dynamique. Donc, oui, bien sûr, nous avons une ou deux choses à apprendre de vous ! C’est pourquoi je compte bien revenir en France très prochainement.