Mailjet Team

Récemment, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres un message venant de “noreply” et dont l’objet était : “Mail de confirmation de réception de votre message”. Si au moins l’expéditeur avait décliné son identité dès le début, j’aurais été capable de comprendre qu’il s’agissait d’un message que j’avais envoyé quelques heures plus tôt au service client d’une chaîne de stations services.

tumblr_inline_mlarp0Y2ah1qz4rgp

Heureusement, ici, pas de dégât dans la mesure où aucune action de ma part n’était requise. Mais il aurait pu en être autrement ! Si l’email m’avait par exemple demandé de valider mon message en cliquant sur un lien… je ne l’aurais probablement pas fait !

Pour éviter ce genre d’erreur, voici une série de conseils qui peut aussi être vue comme une checklist :

L’identification 

   – Expéditeur : Utilisez un nom d’expéditeur et une adresse d’expédition sans équivoque, vous devez être identifié par les destinataires au premier coup d’oeil.

   – Objet : Parlez du contenu de la transaction dans l’objet de votre emailing, par exemple : “Confirmation de commande – Apple MacBook Air” et pas seulement “Confirmation de commande”.

   – Justification : Expliquez clairement la raison de la réception de l’email dans les premières lignes de celui-ci, même si cela paraît évident. Par exemple : “Vous recevez cette email suite à votre message sur notre site www.mycompany.com”.

Le contenu 

   – Contenu principal : Vérifiez que votre transaction soit le contenu central de votre email. Idéalement, celle-ci doit être visible dans les 300 premiers pixels de votre email.

   – Vérification : Si votre email est une confirmation, assurez-vous d’y inclure assez d’informations pour que votre client puisse vérifier une dernière fois que tout est en ordre : détails, lieu de livraison, heure de rendez-vous, adresse de l’évènement, …

   – Outils : Offrez dans votre email un lien vers les outils disponibles sur votre site afin de gérer la transaction. Par exemple : modification, annulation, suivi de livraison, …

   – Marketing : Profitez de vos emails transactionnels pour pousser d’autres offres. Mais restez discrets ! En aucun cas les offres promotionnelles ne doivent devenir plus importantes que la transaction.

 

La technique

   – Temps réel : Vous devez évaluer au cas par cas l’opportunité d’envoyer vos emails transactionnels en “real-time”. Dans le cas d’une confirmation, c’est indispensable, mais pour une notification ou une alerte, pas forcément.

   – Serveur d’envoi : Ne laissez pas votre serveur web envoyer vos emails automatisés ! Ils méritent autant (voir plus) d’attention et de professionnalisme que vos emails marketing.

   – Priorité : Utilisez une plateforme d’envoi d’email qui vous autorise à régler le niveau de priorité de vos emails. C’est important afin de s’assurer que les emails les plus urgents arrivent en premier.

   – Nom de domaine : Utilisez le nom de domaine de votre site (ou un sous domaine) pour générer les liens de tracking de vos emails transactionnels.

   – HTML : Dans certains cas, délivrer votre email transactionnel est tellement critique que vous devriez évaluer la possibilité de l’envoyer en mode texte. C’est une manière d’optimiser un peu plus la délivrabilité.

 

Le suivi

   – Réponses : N’utilisez pas d’adresse email de type “noreply”. L’idéal étant d’utiliser une adresse email d’expédition reliée à votre service client.

   – Performances : N’oubliez pas de mesurer les performances de vos emails transactionnels, ouvertures et clic, afin de pouvoir les optimiser par la suite.

   – Monitoring : Mettez en place des alertes pour vérifier que vos emails transactionnels sont toujours envoyés!