Le clic sur le lien de désinscription : vous avez l’estomac noué rien que d’y penser. Il symbolise la fin d’une relation entre le client et la marque. Il est la traduction d’une déception du lecteur et soulève des doutes : « Mon contenu a-t-il perdu de l’intérêt ? Pourquoi n’aiment-ils pas le design de mes emails ? »

Mais une désinscription peut aussi avoir de bons côtés. C’est l’occasion de demander à votre lectorat ce qu’il veut afin de retrouver de l’intérêt dans votre produit ou votre marque. La page de désinscription, celle sur laquelle arrive un client lorsqu’il clique sur le bouton de désinscription, peut recueillir son avis et empêcher la perte d’abonnés.

Donnez la parole au client

Proposez à vos utilisateurs une option intermédiaire à la désinscription totale. Créez un questionnaire à choix multiples sur votre page de désinscription permettant à vos utilisateurs de choisir le contenu qu’ils reçoivent et/ou la fréquence des envois.

Voici un exemple de Bonobos, avec une sélection d’options et un texte percutant. Vous remarquerez qu’ils proposent de mettre leurs emails en sourdine pendant 30 jours. En permettant à vos utilisateurs de faire une pause, ils reviendront peut-être plus frais et prêt pour un nouveau contenu. Cela peut également améliorer votre réputation d’expéditeur car les utilisateurs seront probablement plus engagés.

bonobos
 

Jetsetter dispose également d’un excellent système de gestion des préférences : chaque type d’inscription est indiqué clairement avec une description précise du type de contenu auquel l’utilisateur peut s’attendre.

jetsetter

Comment s’améliorer ?

La page de désinscription est également parfaite pour recevoir des avis. Que vous puissiez ou non reconquérir un client, vous y trouverez une mine d’informations sur la façon d’améliorer votre contenu pour vos futurs abonnés.

Après leur désinscription, proposez à vos utilisateurs un sondage concis leur demandant pourquoi ils ont décidé de se désabonner. Parmi les réponses les plus utilisées, pensez à intégrer : « Vous envoyez trop d’emails, » « Le contenu n’est plus pertinent, » et « Je me suis inscrit par accident ». Mais vous pouvez également demander à vos utilisateurs la manière dont ils consomment du contenu. Ce n’est pas parce qu’ils se désinscrivent de vos emails qu’ils ne sont plus engagés. Ils préfèrent peut-être se tourner vers votre compte Twitter ou Instagram.

Voici un bon exemple de Barneys New York :

barneys

Le rire est le meilleur remède

Si vous souhaitez sortir des sentiers battus, utilisez une vidéo drôle ou un GIF pour rappeler à vos clients pourquoi ils étaient intéressés par votre société au premier abord.

Charity:water a adopté une approche unique avec un email de désinscription qui offre le choix entre se désinscrire ou visionner une vidéo de leur directeur général assailli par des bombes à eau. Et les résultats sont incroyables : avec plus de 70 000 emails envoyés et 740 vues, leur compte de désinscriptions est resté faible (100).

charitywater
 

 

Comment utilisez-vous actuellement votre page de désinscription ? Quels sont vos exemples préférés ? Donnez-nous votre avis dans les commentaires ci-dessous !