Call-to-action : sous ce petit nom anglophone se cache un défi de taille pour les marketeurs : pousser les lecteurs à passer à l’action afin de les convertir. Lorsque vous envoyez une campagne emailing, le premier défi est d’inciter vos destinataires à ouvrir votre email. Si vous réussissez cela, vous pouvez déjà être fier(e) de vous ! Mais le combat est loin d’être gagné…

Bon, commençons déjà par les bases. Un call-to-action (ou CTA pour les intimes) est un bouton qui a pour objectif d’inciter le lecteur à effectuer une action précise, par exemple : s’abonner à votre newsletter, effectuer l’achat d’un produit, s’inscrire à votre prochain webinar, consulter votre dernier article de blog… Il s’agit donc d’un élément déterminant pour augmenter votre taux de conversion.

Et il y a certaines bonnes pratiques que vous devez absolument connaître lorsque vous insérez des call-to-action dans vos campagnes emailing. On vous dit tout dans cet article !
 

Conseil n°1 : Placez votre call-to-action avec soin

Règle n°1 : votre CTA doit être visible au premier coup d’œil par le lecteur, pas question de lui faire chercher ! Pour cela, vous devez prendre en compte sa position au sein de votre email.

Le call-to-action sera plus efficace s’il se trouve au-dessus de la ligne de flottaison, c’est-à-dire la ligne qui délimite ce que l’utilisateur voit sans avoir à utiliser la barre de défilement. Ensuite, il est nécessaire que votre call-to-action soit placé bien en évidence au centre de l’email (et non à droite ou à gauche), comme dans cet email de Bourjois.

Exemple CTA Bourjois

 

Conseil n°2 : Utilisez un verbe d’action pour votre call-to-action

Au niveau du wording, le message à l’intérieur du bouton doit être le plus percutant possible afin d’inciter efficacement l’utilisateur à passer à l’action. Et pour cela… quoi de mieux qu’un verbe d’action ? L’objectif est que votre lecteur comprenne immédiatement l’action qu’il va effectuer en cliquant sur le bouton et le bénéfice qu’il va en retirer. Voici quelques exemples de verbes d’action que vous pouvez utiliser : rejoindre, découvrir, craquer, foncer, acheter, gagner, apprendre, commencer…

Nous vous recommandons également de privilégier au maximum l’emploi de l’impératif ou de la première personne de l’indicatif. Par exemple « Foncez » ou « Je craque » et non « En savoir plus ». Enfin, n’oubliez jamais que votre call-to-action doit être court et concis (pas plus de quelques mots !). Le wording utilisé dans cette newsletter de Camaïeu est un très bon exemple.

Exemple CTA Camaïeu

 

Conseil n°3 : Appliquez la bonne couleur pour votre call-to-action

Afin que le lecteur ne puisse pas louper votre call-to-action (et ce, vous l’aurez compris, sous aucun prétexte), ce dernier doit ressortir visuellement par rapport au reste de votre email. Pour cela, utilisez une couleur qui va le distinguer des autres contenus. Ainsi, bannissez les couleurs ton sur ton mais sélectionnez plutôt une couleur flashy qui va attirer immédiatement l’oeil du destinataire. Dans l’exemple ci-dessous, Canva utilise un vert flashy qui se démarque bien du bleu utilisé habituellement dans leur charte graphique.

Exemple CTA Canva

Gardez également en tête que les couleurs ont un impact sur la perception des communications et assurez-vous que la couleur sélectionnée corresponde bien au message que vous souhaitez véhiculer.

Pour être sûr(e) que l’ensemble des couleurs présentes au sein de votre email vont bien être harmonieuses, il existe de supers outils pour vous aider. Par exemple, le site Coolors.co vous permet d’élaborer facilement une palette cohérente de couleurs.
 

Conseil n°4 : N’abusez pas des CTA

Dans l’idéal, nous vous conseillons de n’insérer qu’un seul CTA dans votre email en fonction de l’objectif principal de votre communication. Pourquoi ? Parce qu’en invitant le lecteur à ne réaliser qu’une seule action donnée, vous éviterez de créer de la confusion et vous faciliterez ainsi l’expérience utilisateur.

Si vous devez toutefois en proposer plusieurs, il vous faudra donner un poids visuellement moins important aux CTA secondaires. Par exemple avec une couleur moins flashy ou une taille plus petite. Netflix fait cela très bien en plaçant son CTA principal au centre de l’email avec une couleur rouge très voyante entouré de deux CTA secondaires moins mis en avant visuellement.

Exemple CTA Netflix

 

Conseil n°5 : Vite, créez un sentiment l’urgence

Avouez-le, combien de fois vous vous êtes rendu(e) sur le site de Booking et avez fini par réserver un logement plus rapidement que prévu à force de voir des messages pressants tels que « 12 autres personnes regardent cette offre » et de peur de passer à côté d’une bonne opportunité. Comme quoi, la technique consistant à créer un sentiment d’urgence pour pousser l’utilisateur à passer à l’action fonctionne bien.

Même si cela ne concerne pas directement le wording de votre call-to-action, utilisez autour du bouton des expressions qui marquent bien l’aspect temporel comme « Inscrivez-vous vite », « Offre limitée aux 10 premiers inscrits », « Promotion valable jusqu’à ce soir ». Habitat a mis en place cette technique dans cet email autour du Black Friday.

Exemple CTA Habitat

Attention toutefois ! N’utilisez pas cette technique de manière trop systématique au risque de vous décrédibiliser auprès de votre cible.
 

Ce qu’il faut retenir

Le call-to-action est un élément crucial pour augmenter votre taux de conversion et donc les revenus apportés par vos lecteurs. Pour être sûr(e) d’avoir des CTA efficaces, nous vous recommandons de suivre ces bonnes pratiques :

  • Placez votre CTA au-dessus de la ligne de flottaison et au centre de votre email.
  • Utilisez un verbe d’action court et concis, de préférence à l’impératif ou à la première personne de l’indicatif (« Inscrivez-vous », « Je fonce »…).
  • Appliquez une couleur qui permette à votre call-to-action de se démarquer et d’être visible au premier coup d’oeil.
  • Identifiez l’objectif principal de votre communication et n’insérer de préférence qu’un seul CTA qui permettra d’atteindre cet objectif.
  • Utilisez autour de votre call-to-action des éléments qui créent un sentiment d’urgence auprès du lecteur.

Gardez en tête que tous ces éléments pour mettre en place un call-to-action performant doivent venir en appui à un argumentaire parfaitement rédigé. Ne négligez donc pas la proposition de valeur dont les utilisateurs pourront profiter en cliquant sur le call-to-action.

Et vous, quelles techniques appliquez-vous pour vos call-to-action ? Partagez toutes vos expériences avec nous sur Twitter.