Julie Paci

Julie Paci

Responsable Marketing France

Vous avez déjà entendu parler de SMTP de nombreuses fois dans le cadre de l’envoi de vos emails marketing ou transactionnels mais vous ne savez pas exactement de quoi il s’agit ? Nous allons tout vous expliquer à ce sujet ! Pour commencer, sachez que SMTP signifie “Simple Mail Transfer Protocol”. En espérant que le “Simple” soit toujours d’actualité après avoir lu cet article… 😉

SMTP est un protocole informatique, c’est-à-dire une convention permettant à deux systèmes informatiques de se comprendre. Ce protocole définit la façon dont le message doit être transféré vers les serveurs de messagerie électronique. Pour vous permettre de mieux comprendre, sachez que La Poste fonctionne de la même manière en définissant quelles informations doivent figurer sur une enveloppe afin qu’elle arrive à bon port.

En tant que standard Internet, le protocole SMTP est décrit dans une RFC (Request for Comments). Les RFC sont un ensemble de documents de référence qui décrivent la majorité des normes, standards, technologies et protocoles liés à Internet. La version la plus récente est la RFC 5321. Vous pouvez parcourir ce document pour votre culture générale mais sa lecture ne sera pas très passionnante pour les non-initiés…

Pourquoi parle-t-on également de serveur SMTP ou de relais SMTP ? Lors de l’envoi d’un email, le serveur SMTP joue le rôle d’expéditeur. Il récupère l’email rédigé dans un logiciel de messagerie (Outlook, Gmail…) et le transfère au destinataire en passant par une succession de serveurs : les relais SMTP.

 

Un peu d’histoire

Remontons aux origines du protocole SMTP… L’histoire de la messagerie électronique débute dans les années 60. À cette époque, il s’agit principalement d’une messagerie interne, développée autour d’un mainframe computer (ordinateur de grande puissance de traitement qui sert d’unité centrale à un réseau de terminaux). Avec l’interconnexion progressive des différents systèmes informatiques et l’apparition du premier réseau au monde appelé ARPANET (à l’origine du réseau Internet), plusieurs protocoles sont développés afin de permettre l’envoi d’emails entre ces systèmes.

Pendant plusieurs années, différents protocoles ont été utilisés pour la messagerie électronique. Ce n’est qu’au début des années 80 que le protocole SMTP va commencer à s’imposer aux côtés d’UUCP (qui est toujours utilisé aujourd’hui pour les groupes de discussion de type Usenet). SMTP, plus adapté aux réseaux connectés en permanence, prend progressivement le pas sur UUCP jusqu’à devenir la principale technologie utilisée pour le transport de messages électroniques.
 

Le principe de base du relai SMTP

Comme nous l’avons déjà précisé plus haut, le protocole SMTP a pour but de définir les règles qui régissent le transport des messages électroniques (l’enveloppe). Lorsque vous envoyez un email via SMTP, il y a deux grandes phases successives.

  1. La première étape consiste à savoir quelle est l’adresse IP du serveur à contacter (l’identifiant unique d’un ordinateur sur Internet). Cela se fait par l’intermédiaire du DNS (Domain Name System), un service permettant d’établir une correspondance entre un nom de domaine et une adresse IP. Par exemple, pour l’adresse email larry@exemple.com, le DNS traduira le nom du domaine “exemple.com” en une adresse IP du type 173.194.64.26.

  2. Une fois cette information trouvée, vous pourrez vous connecter au serveur SMTP. Cette deuxième étape se fait elle-même en trois commandes successives (bon, pour vous dire toute la vérité, il y a d’autres commandes, mais pour simplifier nos explications, nous n’en parlerons pas ici) :
  • MAIL : Cette commande correspond à la définition des informations concernant l’expéditeur de l’email, principalement le champ “FROM:”.
  • RCPT : Les commandes RCPT permettent de définir les informations concernant le ou les destinataires. C’est le champ “TO:” qui est alors défini.
  • DATA : C’est la commande qui permet d’envoyer le contenu du message. Cette partie est définit dans la RFC 5322 (Internet Message Format). Lorsque l’on parle du contenu, cela veut dire non seulement l’objet de l’email et le corps du message, mais aussi toute une série d’informations, dont celles qui sont présentes dans l’en-tête de votre email.


Et les célèbres erreurs SMTP ?

Entre chaque commande (MAIL, RCPT, DATA), le serveur SMTP donne une réponse appelée “code retour SMTP”. Ce code se compose de 3 chiffres : le premier définit si la commande a été exécutée et les deux derniers donnent plus de précisions. De plus, un message texte accompagne aussi le code SMTP.

  • 2xx : Le commande a été exécutée avec succès.
  • 3xx : La commande est en train d’être exécutée.
  • 4xx : Impossible d’exécuter la commande pour le moment, il faut réessayer plus tard.
  • 5xx : La commande n’a pas pu être exécutée.

 

Pour finir : SMTP et délivrabilité

Comme nous l’avons expliqué, le serveur SMTP à partir duquel vous envoyez vos emails est associé à une adresse IP. Cette dernière a un impact direct sur la délivrabilité de vos emails puisque c’est à partir d’elle que les clients de messagerie (Hotmail, Yahoo…) vont vous identifier et déterminer votre réputation d’envoyeur. Rappelons que la délivrabilité se définit comme la capacité d’un email à arriver dans la boîte de réception du destinataire, lui assurant ainsi une visibilité maximale.

La configuration des serveurs SMTP d’envoi d’emails de Mailjet est optimisée pour maximiser la délivrabilité de vos emails. Pour simplifier votre expérience emailing, nous vous recommandons d’utiliser nos serveurs SMTP gratuits. Sachez également que Mailjet vous permet de bénéficier de l’accompagnement d’experts en délivrabilité, afin de vous conseiller dans la mise en place de votre stratégie emailing.

Cet article est une version mise à jour de l’article “SMTP : Qu’est-ce que c’est ? Les bases !”, publié sur le blog Mailjet le 27 août 2013.