Mailjet Team

Non, votre stratégie transactionnelle ne doit pas être aussi figée que le béton armé ! Bien au contraire. Par contre, il est primordial que ses fondations soient extrêmement solides … ce qui est rarement le cas !

Quels prérequis pour un email transactionnel en béton ?

Construire un programme d’email transactionnel, ça se prépare ! Nous avons dégagé cinq points à mettre en place absolument avant de démarrer :

1. Désigner un responsable “transactional email marketing”

Les responsabilités liées aux stratégies d’emailing transactionnel sont rarement définies. Elles peuvent être réparties sur le département informatique, sur le marketing ou encore sur la recherche et développement. Cette dilution de la responsabilité a pour résultat des programmes transactionnels de mauvaise qualité. Des programmes qui ne sont plus conformes à la charte graphique des programmes emailings. Ou qui n’exploitent pas les opportunités de ventes additionnelles.

Pour éviter ces dérives, il faut désigner un responsable qui veillera à la cohérence de tous les emailings transactionnels. Idéalement, cette responsabilité incombe au département marketing. Celui-ci prendra en charge la gestion de projet, la cohérence avec l’ensemble de la stratégie marketing, l’examen des résultats et l’analyse de la rentabilité.

2. Centraliser les rapports

Les comportements observés lors de l’analyse des résultats de vos campagnes emailing traditionnelles et de vos programmes transactionnels sont complémentaires ! Pour cette raison, il est important de structurer et de réconcilier l’analyse de ces deux canaux.

3. Générer du contenu dynamique

Profiter pleinement de la puissance de l’emailing transactionnel passe invariablement par une plus grande personnalisation de ceux-ci. C’est à dire par un apport de contenu dynamique lié au profil du destinataire (historique d’achat, comportement, …)

4. Livrer les emails en “temps réel”

Chaque minute passée entre la transaction et la réception de l’email cause une baisse de votre ROI ! Avec l’email, les consommateurs sont avides d’instantanéité. Dès la finalisation d’un achat, la première réaction est de vérifier la réception de l’email de confirmation. En l’absence de celui-ci plusieurs minutes après la transaction, le taux d’ouverture aura tendance à baisser drastiquement.

5. Authentifier les emails

L’email transactionnel contient des données beaucoup plus sensibles qu’une newsletter. Pour cette raison, il est indispensable de ne pas oublier de correctement authentifier les emails avec les technologies DKIM et SPF. Cela permettra de lutter plus efficacement contre le phishing, mais aussi de garantir une meilleure délivrabilité.