Thomas Hajdukowicz

Nous vous avons parlé à plusieurs reprises de l’impact négatif des taux élevés de mise en spam et d’erreurs sur votre délivrabilité. Mais un autre paramètre est à prendre en compte : le taux de désabonnement. Si d’un point de vue technique, il est largement souhaitable que vos destinataires cliquent sur un lien de désinscription plutôt que sur le bouton “signaler comme spam”, un taux de désabonnements trop élevé peut vous être dommageable. Après tout, s’il n’y a plus personne pour vous lire, comment allez-vous générer du trafic vers votre site (et vos produits) ?

Qu’est-ce qu’un taux de désinscription acceptable ?

Cela dépend tout d’abord de votre secteur d’activité mais de façon générale, on peut dire qu’entre 0,2 et 0,8%, vous pouvez considérer que vous êtes dans une bonne moyenne (l’objectif étant évidemment un taux de 0%). Notre Politique d’envoi vous autorise à avoir un taux supérieur ou égal à 1,4%. Mais autant éviter de tels extrêmes, pas vrai ?

Comme pour les bounces, vous en aurez toujours quelques désabonnements (du moins pour les emails non-transactionnels)… Donc ne vous inquiétez pas lorsque certains de vos destinataires se désinscrivent : considérez cela comme un indicateur qui vous aidera à améliorer vos emailings. D’une certaine façon, si des personnes effectuent l’effort de cliquer sur le lien de désabonnement, vous pouvez voir cela comme une façon de nettoyer et mettre à jour votre liste. Ainsi, vous ne conservez que des contacts intéressés par vos contenus : ceux qui ne se sont pas désabonnés.

 

Capture d'écran de notre comparateur de campagnes : observez les faibles taux de désabonnement.

 0 à 0,5% de taux de désinscription : l’objectif à atteindre !

Comment réduire le taux de désinscription de vos campagnes ?

Pour faire simple, il y a deux raisons principales qui peuvent amener quelqu’un à se désinscrire de votre liste. Le destinataire ne se souvient plus avoir souscrit à vos messages, ou il s’est lassé de vos contenus.

Dans le premier des cas, vous devrez optimiser la fréquence de vos envois : être irrégulier laisse aux gens le temps de vous oublier. Il faut donc s’assurer que vous maintenez vraiment le contact avec vos souscripteurs : quelqu’un qui vous donne son adresse email agit exactement comme s’il vous tendait une carte de visite. Si vous ne revenez pas vers cette personne rapidement (puis régulièrement), elle oubliera jusqu’à votre rencontre initiale.

Il en va donc de même avec l’emailing. Vous seriez aussi très agacé de recevoir un message Facebook ou LinkedIn du type “Salut, comment ça va ?”, si vous ne vous souvenez pas de la conversation que vous aviez eu auparavant, ni de qui était l’interlocuteur ! Dans le doute, vous voudrez alors bloquer cette personne et ne plus en entendre parler. Votre souscripteur, qui n’a eu aucune nouvelle de vous au cours des derniers mois ou semaines, agirait ainsi. Par ailleurs, il souhaitera ne plus être contacté par des gens qu’il pense ne pas connaître.

Aussi, la régularité de vos envois est cruciale. Un message mensuel à vos contacts est un minimum pour qu’ils se souviennent de votre existence.

Dans le second cas, repensez votre stratégie de contenus. Mon message correspond-il aux attentes de ma cible (manifestement, non) ? Recentrez-vous sur la promesse initiale que vous avez fait à vos contacts lorsqu’ils ont souscrit à vos messages. Est-ce que mon message répond à leurs attentes, à leurs besoins ? L’optimisation de contenus est un vaste champ qui peut prendre du temps.

Enfin, vous devrez aussi améliorer la qualité de votre liste de façon proactive : d’où viennent vos contacts ? Comment l’enrichissez-vous ? En identifiant clairement et précisément vos destinataires, vous pourrez réagir plus efficacement à leurs demandes et adapter vos contenus avec plus de pertinence. N’hésitez pas à segmenter vos listes de contacts et à personnaliser le contenu de vos messages. Impliquez davantage vos lecteurs dans vos contenus !

La question du désabonnement est donc avant tout une question d’engagement. Si vous ne proposez plus ce à quoi s’attendent vos lecteurs, reconcentrez-vous sur vos contenus. Après tout, votre ligne d’objet et votre nom les ont poussé à ouvrir votre message. A vous de tout faire pour générer plus d’engagement !