Sasha Seddon

Sans analyser les ouvertures et les clics, il est difficile de savoir ce qui intéresse vraiment vos clients. Les enquêtes et forums ont leurs limites, car dès que vous les observez, les gens changent de comportement. Ce phénomène est appelé le biais acteur/observateur. Les tests A/B éliminent tout doute, vous proposant des informations et des données concrètent suite à une action orientée. Vous pouvez déterminer précisément quelles idées devraient être utilisées ou oubliées pour construire une campagne réussie.

Ces cinq éléments de base sont un bon point de départ pour ceux qui se lancent dans le test A/B. Ils peuvent également être une source d’inspiration pour les marketeurs plus expérimentés.

Ligne d’objet

Dans la boîte de réception, les premières impressions peuvent mener loin. Vous avez peut-être créé une ligne d’objet correcte (c’est à dire qui ne ressemble pas à du spam), mais va-t-elle convaincre l’utilisateur d’ouvrir votre email plutôt que celui de la concurrence ? Une bonne ligne d’objet est informative, concise et génère de l’attention. Le test A/B vous permet de comparer les taux d’ouverture et de trouver des sujets qui renforcent l’interaction.

Emoji vs texte seulement : Les emoji sont essentiellement liés aux réseaux sociaux, où les échanges sont plus informels. En fonction des données démographiques de vos contacts, comme l’âge ou justement leur présence sur les réseaux sociaux, cela vaut la peine d’essayer et de voir si l’utilisation des emoji peut générer un plus grand nombre d’ouvertures. Cependant, attention, car tous les navigateurs et webmails n’affichent pas les emoji.

Affirmation vs interrogation : Introduire une question rhétorique peut convaincre sans paraître trop insistant. Certains consommateurs réagissent mieux à une approche plus directe, et d’autres peuvent penser qu’une question implique un plus grand sentiment d’urgence ou de connexion personnelle.

Nom de l’expéditeur

Votre nom d’expéditeur a une influence sur la perception de votre marque et la nature de votre relation avec les clients. Voulez-vous paraître abordable ? Ou êtes-vous une autorité reconnue sur un sujet particulier, dont la réputation n’est plus à faire ? Pour déterminer le niveau de familiarité auquel répondront le plus vos contacts, voici quelques tests A/B que vous pouvez effectuer :

Nom d’entreprise vs nom d’individu : Le premier peut être pris en compte pour s’adresser aux utilisateurs souhaitant appartenir à une communauté, ou affaire à un produit plus professionnel, tandis que le second établit plutôt sur une relation client-marque plus personnelle.

Prénom vs nom complet : Cela vous aidera à évaluer le niveau de formalité auquel vos clients réagissent le mieux. Nombreuses sont les startups à envoyer des emails avec un prénom seulement, comme “Eléna de Foodchéri”. La combinaison prénom + nom donnera une impression plus formelle et sérieuse.

Différents types de nom. Le nom d’une personne peut grandement influencer la façon dont elle est perçue. Testez différents noms pour voir lequel préfèrent les consommateurs.

Positionnement du call to action

Un design attrayant et un texte convaincant ne sont pas les seuls éléments à prendre en compte quand vous concevez votre email. Le call to action doit également être attractif. Pensez évidemment à son design et à son message, mais également aux contenus vers lesquels il va renvoyer.

Image vs texte : Un bouton textuel aura-t-il le même impact sur vos lecteurs qu’une image cliquable ?

Alignement à gauche, à droite ou centré ? : Si votre message comporte peu d’informations, un bouton centré pourrait attirer davantage l’attention. Des aligments à gauche ou à droite pourront peut-être mieux fonctionner s’ils se situent dans la continuité de la lecture du message.

La bonne offre

L’instinct joue un rôle-clé dans les prises de décision. Une étude récente suggère que les consommateurs ont tendance à acheter spontanément, en fonction de leur subconscient. Le cadrage de l’information est donc essentielle pour pousser à la prise de décision.

Pourcentage vs valeur numérique : Même si le montant impliqué est le même, une réduction en pourcentage peut se révéler plus attractive que l’affichage du prix économisé. Le lecteur peut construire un jugement de valeur plus rapidement.

Jour vs semaine : Pour les entreprises de services, essayez de proposer des offres comptabilisées en jours et en semaine. Une période de test de 14 jours n’aura pas forcément le même impact qu’une période de test de 2 semaines. Les tests pourraient vous révéler des résultats inattendus.

Période d’envoi

Vos contenus et designs sont désormais optimisés, mais quid du moment de l’envoi ? Et si votre timing était mauvais ? Quelques tests A/B peuvent vous aider à savoir quand vos clients sont plus réceptifs.

Matin vs soir : Il est plus probable que les clients lisent votre email quand ils ne sont pas occupés ou qu’ils veulent tuer le temps. Cela pourrait être pendant le trajet vers le bureau ou lorsque la journée de travail est terminée.

Début vs fin de semaine : Vos clients sont-ils plus réceptifs pendant un week-end de détente ou en plein milieu de la semaine ? Peut-être qu’ils se déconnectent complètement pendant le week-end et sont plus actifs le lundi matin. Ou vous pouvez découvrir qu’ils n’ont pas le temps de consulter leur boîte de réception au cours de la semaine et sont donc plus réceptifs à acheter ou interagir pendant le week-end.

Les informations recueillies lors de ces tests peuvent également être effectuées et intégrées dans votre stratégie de marketing globale.

Peut-être que ces tests A/B vous ont donné matière à réfléchir. Les tests A / B sont un outil incroyablement puissant ; il existe une infinité de tests que vous pouvez effectuer, et qui vous permettront de mieux comprendre vos clients.

Vous avez des conseils ou des idées sur les tests A/B que vous souhaiteriez partager avec d’autres marketeurs ? Laissez-nous un commentaire !