Denise Chan

Bravo ! Vous avez envoyé votre premier email pour la période de Noël. À présent, que faire ? Vous serez peut-être tenté d’aller fêter cette étape importante sans plus attendre, mais nous vous conseillons de prendre un peu de recul afin de tirer des leçons de ce premier envoi. En analysant vos indicateurs de performance, vous comprendrez mieux l’état d’esprit et les attentes de vos clients au cours de cette période, ce qui vous permettra de mieux préparer les mois qui suivent. Voici quelques points à prendre en compte dans le cadre de l’analyse du succès de votre première campagne marketing (et de celles qui suivront).

Convaincre les FAI ou les utilisateurs ?

À l’heure où les boîtes de réception de vos clients et prospects sont pleines à craquer, il est essentiel de créer des emails au contenu original, vous assurant une délivrabilité élevée. Il faut donc convaincre deux publics distincts : les FAI et webmails (Gmail, Yahoo, AOL, etc.) et vos utilisateurs. Voyons ce que les chiffres peuvent nous révéler sur l’importance de ces relations :

Taux de bounces

Il indique le pourcentage de contacts qui n’ont pas reçu l’email. Cela s’explique par de nombreuses raisons. Pour faire simple, il existe deux types de bounces (ourejet) : les hard bounces (permanents) et les soft bounces (temporaires). Un hard bounce a lieu lorsque l’email ne pourra jamais être reçu. Cela peut arriver lorsque l’adresse email a mal été saisie à l’inscription (heureusement, l’inscription validée en double opt-in réduit ce risque) ou que le domaine n’existe pas. Un soft bounce, quant à lui, se produit lorsqu’une adresse est temporairement dans l’incapacité de recevoir les emails entrants, car la boîte de réception est pleine ou le serveur indisponible. Vous l’aurez compris, il est important que ce taux reste le plus bas possible.

Soyez attentif aux pics inhabituels du taux de bounces. Si vous utilisez une liste ancienne, un taux de rejet élevé signifie qu’il est temps de nettoyer votre liste de contacts.

Taux de désabonnements

Ce taux représente le meilleur indicateur des niveaux d’engagement. Une fois de plus, il est dans votre intérêt que ce taux reste bas. Le taux de désabonnements indique le nombre de contacts qui se sont désinscrits de votre newsletter. Si vous augmentez la fréquence d’envoi et/ou testez d’autres types de contenu pendant les fêtes, faites attention au taux de désabonnements, qui doit rester faible. Un taux de désabonnements élevé ne va pas seulement avoir un impact négatif sur votre relation avec les FAI, mais signifie également que les utilisateurs souhaitent une approche marketing différente dans les emails.

Souvenez-vous, vous pouvez également utiliser la page de désabonnement afin de récupérer des clients ou d’identifier l’origine des problèmes.

Taux de spam

Ce taux indique le nombre de contacts qui marquent vos emails en tant que spam. Tout comme le taux de rejets et le taux de désabonnements, un taux de spam faible est synonyme d’une campagne réussie.

Un rapport de ReturnPath a démontré que lors des fêtes de l’an dernier, la plupart des consommateurs appréciaient ces emails et les accueillaient de manière positive, entraînant ainsi des taux de spam faibles. C’est une bonne nouvelle pour les expéditeurs évoluant dans des secteurs où la concurrence fait rage : l’année dernière, les consommateurs ne se sont pas sentis gênés par les volumes d’emails envoyés.

Prenez connaissance de la Politique d’envoi Mailjet pour consulter les comparatifs des taux à surveiller.

Taux de conversion

La conversion est une notion légèrement différente suivant les entreprises et les secteurs. En revanche, ce taux est le but final du marketing par email. Il indique si le destinataire clique dans l’email et réalise l’action que vous souhaitiez qu’il accomplisse : un achat si vous êtes dans le secteur e-commerce ou un téléchargement si vous êtes une entreprise SaaS. Au cours de l’année, vous vous êtes probablement fixé des objectifs de conversion et des objectifs spécifiques au marketing à l’échelle de l’entreprise. Vous avez peut-être même déterminé des objectifs de conversion spécifiques aux fêtes de fin d’année. Un taux de conversion élevé signifie que votre call to action est convaincant et solide, et que vos contacts sont intéressés par vos produits.

Pour calculer le taux de conversion, il suffit de diviser le nombre total d’utilisateurs qui ont réalisé l’action attendue par le nombre total d’utilisateurs ayant reçu l’email. Par exemple, vous suivez les inscriptions et 100 utilisateurs se sont abonnés suite à votre dernier email. En divisant ce nombre par 10 000, soit le nombre total de contacts de votre liste, cela vous donnera un taux de conversion de 1 %.

Le meilleur moyen pour suivre le taux de conversion est d’utiliser des liens de suivi, afin d’établir des entonnoirs d’objectifs avec Google Analytics et d’évaluer ces données en complément de votre tableau de bord Mailjet.

Nombre de partages

Pourquoi le partage serait-il l’apanage des réseaux sociaux ? À la place des « j’aime », « favori-coeur » et « retweet », vous pouvez inciter les utilisateurs à partager vos emails avec leurs contacts. Un email peut être transféré grâce au bouton « Envoyer à un ami » ou aux boutons de partage sur les réseaux sociaux qui peuvent facilement être mis en place avec Passport.

Même si le nombre de partages par email ne rivalise pas avec les taux enregistrés par les réseaux sociaux, cette méthode permet néanmoins d’améliorer la reconnaissance sociale et la reconnaissance de votre marque. En utilisant des applications comme Mention ou Buffer, vous pourrez suivre n’importe quelle conversation initiée sur les réseaux sociaux, conversation que vous pourrez ensuite poursuivre par email. Profitez-en pour élaborer des listes de prospects et mieux faire connaître votre offre.

Screen-Shot-2015-11-04-at-12.15.03-PM
Ces aspects ne représentent qu’une infime partie de ce que vous devez faire après l’envoi de votre premier email marketing. En effectuant un suivi détaillé, vous bénéficierez d’une vision globale sur votre performance grâce à d’autres métriques intéressantes identifiées au fil du temps.

Avez-vous déjà lancé votre première campagne d’emailing ? Comment avez-vous constaté ou mesuré son succès ?